Pourquoi Emmanuel Macron remonte dans les sondages

 |   |  1031  mots
Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. (Crédits : Benoit Tessier)
En mauvaise posture en décembre dernier et décrié par une frange de l'opinion publique, la cote de popularité d'Emmanuel Macron progresse de six points, à 34% d'opinions positives en février, selon le tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio diffusé mardi 5 février. Un retournement de situation qui s'explique par différents facteurs.

ll remonte la pente. Vilipendé de toute part par le mouvement des "Gilets jaunes", qui continue d'appeler régulièrement à sa démission, Emmanuel Macron reprend des couleurs après avoir vu sa cote de popularité fondre comme neige au soleil en fin d'année dernière. Le président de la République, qui avait déjà gagné 5 points en janvier, poursuit sa "remontada" dans les sondages avec un gain de 6 points de popularité supplémentaire en février, rapporte le dernier baromètre Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio, publié mardi 5 février.

Au point de recoller avec un niveau comparable à celui qui était le sien en octobre dernier (33 %), avant la crise des Gilets jaunes. Même si 66 % des Français désapprouvent toujours son action, cette remontée s'apparente à une gageure pour le chef de l'État pourtant desservi par les récentes révélations sur l'affaire Benalla. Comment expliquer cette amorce de retour en grâce ?

  • La reprise en main du calendrier

Dépassé par le mouvement des Gilets jaunes, l'autoproclamé "Maître des horloges", en fâcheuse posture en novembre, a su reprendre la main sur le calendrier en deux temps : d'abord via les annonces du 10 décembre sur le pouvoir d'achat : la combinaison des mesures annoncées, pour un coût compris entre dix et quinze milliards d'euros, a permis de modifier la perception qu'avait l'opinion publique à son endroit, celle d'un président opiniâtre et inflexible, et de calmer une partie des gilets jaunes modérés.

Secundo, le Grand débat lancé par ses soins et dans lequel le président de la République s'implique directement. Emmanuel Macron semble avoir entendu les reproches formulés à son encontre notamment sa propension à exercer le pouvoir en solitaire et la distance qu'il mettait entre lui, les corps intermédiaires et les Français. Désormais, le chef de l'État s'investit, va à la rencontre des Français et donne de sa personne en participant à des débats publics avec élus et citoyens, ici à Bourg-de-Péage (Drôme), là à Evry-Courcouronnes. Un travail de fond effectué sur lui-même et sur son image, avec pour objectif de reconquérir les Français, qui commence à porter ses fruits.

Lire aussi : Macron réfléchit à la tenue d'un référendum pour l'après Grand débat

Car si le Grand débat est dénoncé par toutes les oppositions comme une opération de communication ou de promotion du président de la République, il semble que cette invitation à prendre la parole, à remplir des cahiers de doléances et à déposer des contributions sur le site dédié à cette concertation nationale, réponde à une attente. Pour cause, des centaines de débats locaux sont programmés et les Français semblent s'être emparés du débat bien que son issue et les débouchés qu'il offre demeurent incertains.

  • Son recentrage sur l'électorat de droite

Alors qu'il est contesté dans la rue par une large franche de la population, en majorité apolitique ou situé à l'extrême-droite et à l'extrême gauche de l'échiquier politique, l'électorat de droite traditionnel continue d'apporter son soutien à Emmanuel Macron. Ainsi, c'est auprès des sympathisants des Républicains (29%, +7%) et du MoDem (52%, +14%) que la proportion de sondés "satisfaits" d'Emmanuel Macron augmente le plus dans ce sondage du 5 février. Pour cause, le président a multiplié les signaux à leur destination. Des phrases polémiques comme celle sur "les gens en situation de difficulté que l'on va davantage responsabiliser, parce qu'il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent", prononcée lors d'une visite "surprise" à un conseil municipal à Gagny, dans l'Eure, mardi 15 janvier ou encore sa volonté d'inclure l'immigration parmi les thèmes du Grand débat sont autant de marqueurs de droite auquel cet électorat est sensible.

Cette attitude du chef de l'Etat répond à une stratégie : s'il veut regagner des soutiens, il doit en effet se tourner vers la droite. A gauche, le seul gros "réservoir de voix" est chez Jean-Luc Mélenchon. Or, celui-ci est trop éloigné politiquement de lui pour qu'il puisse espérer récupérer des voix de ce côté. A travers ces positions, Macron a ainsi recollé à une grande partie de son électorat original du premier tour de la présidentielle mais aussi renoué des fils avec une frange de l'électorat du centre et de la droite, plus âgée, souvent retraité et traditionnellement plutôt partisane de l'ordre. C'est d'ailleurs cette population qui s'est appropriée le Grand débat en participant massivement à cette concertation là ou les jeunes en sont plutôt absents. En revanche, l'absence de réponses adéquates à l'issue de cette concertation pourrait remettre le feu aux poudres.

  • Le mouvement des Gilets jaunes à la croisée des chemins

Après plus de deux mois de mobilisation, le mouvement des Gilets jaunes est à la croisée des chemins. Des voix dissonantes se font entendre quant aux moyens à utiliser pour faire entendre leurs doléances. La question d'une structuration du mouvement devient criante en témoigne le dépôt d'une liste issue du mouvement présentée pour les élections européennes. "Soit une dynamique s'organise autour d'un leader, soit le mouvement se délite", explique Olivier Costa directeur de recherches au CNRS, dans les colonnes du Monde.

Lire aussi : Gilets jaunes à l'heure de l'Acte 12 : les étapes d'une fronde inédite

Surtout, le mouvement commence à lasser l'opinion publique qui, si elle est en accord avec les revendications affichées par le mouvement, s'inquiète du climat délétère et anxiogène qui règne autours des manifestations. Selon un sondage Opinion Way pour LCI publié le 19 janvier dernier, juste après l'intervention d'Emmanuel Macron devant les maires de Normandie, 56% des Français soutenaient toujours le mouvement des Gilets jaunes. C'est une majorité large mais qui s'érodait un peu (- 1 point) par rapport au dernier sondage. Surtout, ce chiffre était le moins élevé depuis le début du mouvement : il avait atteint 68% de soutien au début du mois de décembre.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2019 à 9:31 :
Plus dure sera la chute ! Bref il y a quand même 67 % de gens qui ne le croient pas (pas 66 si on compte juste). C'est une autre façon d'écrire.
a écrit le 07/02/2019 à 7:38 :
C'est normale que la cote de popularité de MACRON augmente car chaque jour qui passe on compte au moins un riche de plus grâce à ses cadeaux fiscaux pour les déjà nantis.
Réponse de le 09/02/2019 à 18:01 :
Aller Macron
a écrit le 06/02/2019 à 22:45 :
Voir les GJ avec la CGT va complètement cramer le mouvement des GJ ...et faire remonter Macron . Pas si mauvais bougre que ça finalement se dit le bon peuple.: il a lâché des ronds et il mouille la chemise bien plus que les autres. Et si il s'en va, on met qui? Melenchon pour transformer la France en Vénézuela? Lepen pas foutue de faire une proposition constructive ?
Gueulards et réfractaires mais pas fous les gaulois!
Réponse de le 07/02/2019 à 1:46 :
Les dix milliards"laches"comme vous dites sont a vos frais.
Le deficit prevu sera au dela des 3%.
Content ?
Réponse de le 07/02/2019 à 2:50 :
Simple et excellente analyse que je partage .
Merci
Réponse de le 07/02/2019 à 17:01 :
Il existe l'UPR et François Asselineau ;)
a écrit le 06/02/2019 à 22:45 :
Au lieu de présider individuellement le Conseil de sécurité de l'ONU en mars (pour la France, membre permanent) et en avril (pour l'Allemagne, membre pour deux ans), nos deux beaux pays ont décidé d'assurer une présidence conjointe pendant deux mois. Je ne sais pas si l'acte n'est que symbolique, mais il a au moins le mérite de mettre en relief, ajouté au récent Traité d'Aix-la-Chapelle, la volonté de nos aimables dirigeants de faire paraître nos deux pays derrière la même vitrine quand il s'agit d'être présents dans les kermesses européennes ou internationales. Ne nous y trompons pas: ces deux gestes de rapprochement devant la "communauté internationale" sont destinés à nous habituer à d'autres collés-serrés. Car, il est bien là, le projet de Macron et de son équipage LREM: "transférer" notre souveraineté politique à l'Allemagne pendant que l'Allemagne "transférera" sa souveraineté monétaire et financière à la France. Autrement dit, une double inféodation.
Avec les conséquences qu'on imagine sur le plan social.
Ce projet - car il est là, très précisément là, le projet autrefois gueulé aux meetings par Macron - n'est évidemment pas sorti de la tête de ce petit quadragénaire brasseur d'air, épuisé - espérons-le - par la campagne qu'il mène en trompe-l'œil depuis quelques semaines, derrière l'affiche aux tons criards du Grand débat national, afin de gagner l'Eurovision.
"C'est notre projet", qu'il braillait, le déluré, alors que ça n'a jamais été le sien - il n'a rien inventé - mais celui que les lobbies, l'Argent, le Grossium, les Barons Voleurs, les Habiles, les Accapareurs, les shootés au taux de profit, lui ont fourré dans le crâne, dans son petit crâne d'oiseau qui se prend pour un aigle et qui balaie la poussière avec ses ailes mortes.
Réponse de le 09/02/2019 à 13:37 :
B Adrie, n'êtes-vous pas bien crédule de croire que la France
a encore une puissance politique assez forte pour l'"échanger"
contre la seule vraie puissance économique en Europe ?

Et puis, tout ça ne sert pas à grand chose dans des" kermesses."
Donc, pour l'analyses des affreux complots de Macron, vous n'êtes
pas au top. Mais qu'est-ce que vous écrivez bien !!!L'aigle qui balaie la
poussière de ses ailes mortes, c'est beau comme du Vigny...
Si vous écriviez plutôt. un beau poème, style "vous n'aurez pas l'Alsace et
la Lorraine".Courage
a écrit le 06/02/2019 à 22:00 :
J’étais soutien des GJ mais hier leur alliance avec la CGT et LFI me font dire que reste les extrêmes et non plus les représentants des vrais pb de notre pays. Autre point intéressant d’après ce sondage le retour des sympathisants LR vers le Président. Cela démontre s’il en était besoin la mauvaise représentation de LR par M. Wauquiez qui n’a pas de position sur le conflit où si, mais versatile, plus grave aucune position économique pour la France. Autre point du rejet de M. Wauquiez son positionnement prononcé pour Sens Commun ( tête de liste aux européennes) un mouvement sectaire et surtout trop catho. On sent dans ce mouvement la main mise de l’Opus Dei qui OD dit danger. Pour le reste de l’opposition M. Mélenchon a été tellement ridicule lors de la perquisition qu’il manque aujourd’hui de crédibilité, les socialistes sont devenus un micro parti et les Verts un parti de kermesse, reste RN qui est toujours dans la proposition au niveau de zéro mais qui a eu l’intelligence de laisser les GJ faire le job. Tout cela fait un boulevard pour M. Macron avec une monopolisation des médias. D’ailleurs les quatre chaines d’infos en continue diffusent systématiquement les débats du Président, quelle pub pour un budget de zéro. Le Président, les ministres, les députés LaREM ces derniers pas forcément au niveau au contraire assez nul dans l’ensemble, ont réussi à verrouiller tous les sujets. Je ne dis qu’un mot EXCELLENT on peut être contre l’exécutif mais force est de constater pour l’instant la reprise en main du pays et toutes contestations politiques verrouillées, des GJ qui n’ont pas trouvé de nouvelles idées pour manifester, un mouvement qui commence à s’étioler et pour ceux qui restent, politisés trop à gauche. Reste la fin de la kermesse au printemps et la peut-être gare si beaucoup de déception. Une prestation qui sera enseignée dans les classes de com : comment reprendre le contrôle politique d'un pays, comment verrouiller l'info sans montrer l'autocratie du pouvoir et enfin comment reprendre en main les élus (maires) qui de grandes gueules sont devenus des toutous. M. Macron chapeau bas j'appuie des deux mains pour la prestation. Maintenant j'attends le dénouement,l'offre du Président, fin mai pour me positionner car pour l'instant RIEN de pérenne juste du temps gagné.
a écrit le 06/02/2019 à 19:06 :
Tout simplement parce qu'il est incontournable, personne en face de lui n'est capable de construire un programme complet de gouvernement du pays, à savoir embrasser tous les secteurs et domaines de la vie d'un pays dans un programme.
Les partis traditionnels sont en déroute, laminés en 2017 par plus de 30 ans de démagogie .
Il est bien plus difficile d'avancer un programme complet de gouvernement ou une méthode que de dénoncer ce qui ne va pas et d'en faire un oukase pour justifier la destruction de toute la construction sociale dans un nihilisme flamboyant.
a écrit le 06/02/2019 à 18:38 :
Ils n as riant changés ils montée ils vas de sandres le pires c'est en 2022 LeS retraitees ont de la mémoire 25% dès votez en mois La ils nia pas d ascenseur Jupiter est injuste avec LeS retraitees comme arrco d es arnaqueur 100€ pour le smic 130€ plus une prime pour les CRS pour tiré sur les manifestants taper ca payers une prime pour les fonctionnaires des impots et 3€ pour leS retraitees Jupiter le Madoff des retraitée
Réponse de le 06/02/2019 à 19:25 :
Il est demandé au petit kevin d'apprendre à écrire avant de vouloir faire comme les grands.
a écrit le 06/02/2019 à 18:18 :
C'est comme en bourse : passer de 60 % à 30 % cela fait 50 % de baisse. Pour remonter il faut faire + 100 % !
Allez, éditocrates et sondeurs, retroussez-vous les manches...
a écrit le 06/02/2019 à 18:10 :
par ce que les sondages sont bidons et enfumage ,rappelez vous les sondages payés par l'élysee du temps de sarkozy ,macron en est au meme point ,pire sa belle fille va meme organiser un debat ,a votre avis ,pour dire que tout va pour le mieux pour les gueux !!!!!!!
Réponse de le 06/02/2019 à 19:26 :
Vous avez raison : c'est comme les sondages sur les soutiens aux gilets jaunes ! XD
Réponse de le 07/02/2019 à 2:57 :
Mais tout ne va pas si mal .
1/Je vous invite à venir travailler en Asie du Sud Est comme je le fais depuis 31 ans et vous vous rendrez compte que la France est bien !

2/ je ne vous invite pas à être opéré d’un cancer comme je l’ai été et j’ai été pris en charge 100 % et vous vous rendrez compte que la France est bien!

3/ j’ai 68 ans et je travaille encore ( depuis l’âge de 14 ans )
comme le président je retrousse mes manches !

Bonne journée.
Réponse de le 07/02/2019 à 9:12 :
tout a fait d'acord roro,nous savons tous que les sondages se trompent régulièrement!que les Francçais dans leur grande majorité n'y croient plus
car tout est arrangement,copinage,et mensonges,tout se cache derriére l'argent et arrangements de famille!
a écrit le 06/02/2019 à 17:51 :
Calmez vous :
33% ça fait un tiers pour et donc 2/3 soit 2 FOIS PLUS CONTRE .
a écrit le 06/02/2019 à 17:18 :
Les gilets jaunes perdent 1%..... C'est une érosion !

Macron gagne 6%...C'est un retour en grâce !

J'ai comme l'impression que la rédaction de LT cherche à se rassurer.
Réponse de le 07/02/2019 à 6:43 :
Je comprends que cela ne vous plaise pas,mais il remonte fortement:dans certains sondages il est meme entre 35 et 40% d'opinions favorables!La situation économique est dynamique,les français y sont sensibles.La crise de gilets jaunes est en train d'etre maitrisée avec patience.
a écrit le 06/02/2019 à 16:35 :
aux articles de Médiapart sur les affaires et le Bénnalagate ! les Français sont les seuls a meme de juger..
Réponse de le 07/02/2019 à 6:45 :
L'affaire Benala a plusieurs fois fait pschittt!Un non évènement.Macron innocent
a écrit le 06/02/2019 à 15:36 :
Analyse un peu sommaire. La remontée de Macron dans les sondages s'explique d'abord par l'attachement des Français à l'élection présidentielle au suffrage universel. Or dans la cacophonie revendicative des gilets on a surtout perçu la scansion de la démission du président et la demande d'une démocratie directe introuvable et démagogique . Du coup, Macron apparaît comme un pôle de stabilité et le garant des institutions républicaines
Ce qui n'a aucun rapport avec sa politique
Les Français apprécient aussi qu'il ait lâché 11milliards et qu'il se soit montré réactif
Quant aux gilets jaunes, sans perspective, ils viennent de passer au laminoir de la CGT flanquée de Mélenchon et consorts . Pour un mouvement apolitique, c'est plutôt troublant!
Réponse de le 06/02/2019 à 21:29 :
Très déçue que les gilets jaunes aient manifestés avec CGT ces derniers qui encouragaient a voter macron ms C est cela les syndicats "prenez votre carte et nous on s occupe de l argent "
Tous les syndicats sont pareils profiteurs et retourne veste
À fuir comme la peste

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :