Pouvoir d'achat : les Français sceptiques sur l'efficacité des mesures

Le dernier baromètre BVA réalisé pour La Tribune, Orange et RTL signale que 63% des Français ne sont pas convaincus par les mesures annoncées par Emmanuel Macron le 10 décembre dernier, pourtant destinées à doper le pouvoir d'achat des revenus modestes.
Grégoire Normand
Après l’annonce de mesures en faveur du pouvoir d’achat, la baisse de la popularité d’Emmanuel Macron s’arrête en décembre
Après l’annonce de mesures en faveur du pouvoir d’achat, la baisse de la popularité d’Emmanuel Macron s’arrête en décembre (Crédits : Fabrizio Bensch)

Selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour la Tribune, Orange et RTL ce mercredi 19 décembre, 36% des personnes considèrent que les mesures présentées récemment par le gouvernement seront efficaces pour résoudre la crise du pouvoir d'achat. À l'opposé, 63% estiment qu'elles auront peu d'effet sur le porte-monnaie des Français. Dans le détail, les sympathisants du Rassemblement national (76%), de la gauche (75%) et les ménages ayant des revenus inférieurs à 2.500 euros (67%) semblent les moins convaincus. Il y a enfin de fortes disparités en fonction des secteurs. 40% des salariés du privé jugent que ces mesures seront efficaces contre uniquement 25% de ceux du public.

Après plusieurs semaines de mobilisation, Emmanuel Macron a présenté un arsenal de mesures en faveur du pouvoir d'achat des revenus modestes. L'accélération et l'élargissement de la prime d'activité pour les personnes autour du Smic, la défiscalisation des heures supplémentaires, l'arrêt de la hausse de la contribution sociale généralisée (CSG) pour une bonne partie des retraités, devraient doper le pouvoir d'achat de certaines catégories. Selon la dernière note de conjoncture de l'Insee publiée mardi, tous ces dispositifs de soutien à la demande pourraient relancer la consommation des ménages au cours du premier trimestre.

Lire aussi : Les mesures réclamées par les "gilets jaunes" pourraient doper le pouvoir d'achat

La crise des "Gilets jaunes", une entrave aux réformes pour une majorité de Français

Dans son discours prononcé le 11 décembre dernier, l'ancien ministre de l'Économie a fait comprendre qu'il ne voulait pas faire d'inflexion sur ses prochaines réformes annoncées. « J'entends que le gouvernement poursuive l'ambition des transformations de notre pays que le peuple a choisi il y a maintenant 18 mois ». « Nous avons devant nous à conduire une réforme profonde de l'État, de l'indemnisation du chômage et des retraites. Elles sont indispensables. »

Pourtant les Français interrogés pour le baromètre ne semblent pas du même avis. Seuls 30% des personnes interrogées considèrent que le gouvernement réussira à mettre en place les prochaines réformes prévues dans le projet présidentiel après la crise des "Gilets jaunes." À l'inverse, 68% des Français jugent que la séquence de mobilisation de ce mouvement social inédit empêchera le pouvoir central de mettre en place ces réformes.

L'érosion de la baisse de popularité stoppée

Après plusieurs mois d'effritement, la part des mauvaises opinions à l'égard du chef de l'État s'est stabilisée à 72% au mois de décembre. Entre le mois de juin et la mi-décembre, le pourcentage de mécontentements avait gagné 20 points. À l'inverse, la part des opinions favorables avait chuté sur la même période, passant de 41% à 27%.

L'annonce des mesures par le président de la République semble avoir stoppé la chute de popularité dans l'opinion publique. Dans le détail des résultats, l'organisme de sondages explique que la part des répondants favorables à l'égard du président :

"progresse ainsi de 3 points chez les 50-64 ans (28%), de 3 points chez les retraités (35%), de 2 points chez les ruraux (24%) ainsi que de 2 points auprès des membres de foyers à bas revenus (inférieurs à 1.500 euros mensuels : 21%). Sur le plan politique, un mouvement positif se lit auprès des sympathisants de la droite (+ 4 points, 24%) et des électeurs de François Fillon au premier tour de l'élection présidentielle de 2017 (+3 points, 34%)".

Après 19 mois à la présidence de la République, Emmanuel Macron reste le chef d'État à la plus forte impopularité derrière François Hollande (33%), Jacques Chirac (35%), Nicolas Sarkozy (48%) et François Mitterrand (53%).

Du côté de Matignon, le poids des opinions défavorables se stabilise également. 30% des personnes interrogées ont désormais une bonne opinion d'Édouard Philippe (30% en novembre) contre 68% qui ont une opinion négative de l'ancien maire du Havre (69% en novembre). Ces résultats situent le chef de l'exécutif à un léger niveau au dessus de la mesure de BVA pour Jean-Marc Ayrault (28%) mais nettement en deçà du score de François Fillon lorsqu'il était à Matignon sur la période 2007/2012 (41%).

Xavier Bertrand gagne du terrain

L'autre résultat marquant de ce sondage est la montée favorable de Xavier Bertrand dans l'opinion publique. À la question "souhaitez-vous qu'elle ait davantage d'influence dans la vie politique française ?", 33% des Français mentionnent l'actuel président de la région des Hauts-de-France. Alors que Nicolas Hulot apparaissait en tête de ce classement depuis l'élection d'Emmanuel Macron à la tête de l'Élysée, l'ancien ministre  de la Transition écologique et solidaire qui a quitté le gouvernement en septembre est détrôné avec 32% de réponses positives.

La hausse de la cote d'influence de Xavier Bertrand réside dans une progression de 9 points auprès des sympathisants du PS (38%), de 11 points auprès des sympathisants LaREM (58%) en même temps que d'une stabilisation auprès des sympathisants de la droite (+1point à 56%) signale BVA.

Sur l'échiquier politique, l'autre surprise se trouve à droite. 46% des sympathisants de la droite souhaiteraient que Nicolas Sarkozy ait davantage d'influence dans la vie politique, soit 10 points de plus qu'en novembre dernier. L'ancien chef d'État apparaît en même en troisième position du classement des sympathisants Les Républicains avec une cote d'influence qui progresse de 14 points à 64%. Il passe devant Laurent Wauquiez (-5 points, à 63%), et se place derrière François Baroin (76% stable), Xavier Bertrand (65%, 1 point) et fait jeu égal avec Valérie Pécresse (64%, 3 points).

Taubira en tête à gauche

À gauche, l'ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira domine le classement des cotes d'influence (56%, + 4 points), au côté d'Olivier Besancenot (52%, 2 points), Benoît Hamon (51%,-1 point) et Nicolas Hulot (48%, 1 point). Dans cette partie de l'électorat, François Ruffin (5e à 47%, -4pts) ne tire pas profit de la crise récente, à l'instar de Jean-Luc Mélenchon (42%, -1pt) souligne l'institut de sondages.

___

Méthode : enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internet du 18 au 19 décembre 2018. Elle est réalisée auprès d'un échantillon de 1.105 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 23/12/2018 à 13:02
Signaler
Elle est dans un Belle état La france mercis à monseigneur macron l premier Le king des riches un gilets jaunes pour monsieur macron entendit au stade de France 🇫🇷

à écrit le 22/12/2018 à 10:13
Signaler
En parlant de mesure : L’Assemblée nationale a voté un amendement dans le cadre du projet de loi de finances 2019 qui repousse de 6 mois la suppression de la niche fiscale dont bénéficient les propriétaires de pick-ups.

à écrit le 22/12/2018 à 9:08
Signaler
@gérard Comment se fait-il que j’ai la sensation que les agitateurs et récupérateurs du mouvement des gilets jaunes, se foutent de l’avenir de la France, et ne pensent qu’à leurs petits égos idéologiques ou leurs petits business syndicaux ou politiq...

le 22/12/2018 à 10:44
Signaler
L'ensemble de nos PME, de mémoire, gèrent plus de 4 millions de salariés, à peu près comme les GE, mais un peu plus que les ETI. --- Demander le programme 1) Les entreprises encore en sous-production monte en cadence 2) si en 2017, comme en 2018,...

à écrit le 22/12/2018 à 8:50
Signaler
En même temps, on ne sait toujours as ce que veulent les gilets jaunes ! plus d'argent sans travailler plus ......?

à écrit le 21/12/2018 à 18:05
Signaler
incroyable que Hulot soit la deuxieme personne la plus apprecier des français ,alors que c'est lui qui a declenché la crise des gilets jaune en augmentant la taxe carbone de 14milliards et ensuite a la pris la fuite lorsqu' il a senti que la grogne m...

à écrit le 21/12/2018 à 11:29
Signaler
Pendant que la France fait un riquiqui 0.4% la Gb fait 0,6...Hélas, la France n'arrive pas à créer de richesses et cela depuis presque vingt ans... Nos politiques sont ils vraiment si nuls ? Si on se réfère à nos résultats, c'est clairement oui.

à écrit le 21/12/2018 à 8:03
Signaler
Bon, en attendant que les gilets jaunes terminent leur crise de croissance, et arrêtent de planter la croissance, certains bossent sérieusement. Résultats : Après avoir stabilisé en 2015, et commencé à recréer de usines en 2016 et 2017, 2018 est un ...

le 21/12/2018 à 11:56
Signaler
@Marco:mais alors tout va bien?Macron va remonter dans les sondages,et on continue les réformes?

le 21/12/2018 à 20:43
Signaler
@gérard "on continue les réformes?" Non, tout ne va pas bien, peu des commentateurs tiennent ce discours, même pas Marco. Mais vous préférez continuer à planter l'économie? Les réformes sont ce qu’elles sont, et personne n’est capable, même les «...

le 22/12/2018 à 11:41
Signaler
@Alain:les vraies réformes de Macron,on les connait:hausse de la fiscalité ,de la complexité , de la dette et du clientélisme .Ce pays ne pourra se réformer que sous une contrainte douloureuse:baisse de 10%des prélèvements obligatoires et de la dépen...

à écrit le 21/12/2018 à 4:45
Signaler
Macron c est Le Madoff des retraitee le clan Robespierre

à écrit le 20/12/2018 à 15:37
Signaler
pour ma part : CSG -1.7% , inflation -1.7% , revalorisation retraite +0.3% = bilan - 3.1% de pouvoir d'achat et pas vu la baisse de taxe d'habitation alors désolé de gâcher la fête LREM

à écrit le 20/12/2018 à 14:27
Signaler
Pouvoir d'achat : les Français sceptiques sur l'efficacité des mesures Mais les Français sont certains et les Françaises certaines que Macron et les députés sénateurs LREM MODEM plonge la France dans le chaos et que le gouvernement Philippe ...

à écrit le 20/12/2018 à 13:07
Signaler
Macron est capable de tondre un mouton qui n'a plus de l'aine sur le dos. Donc, il ne va pas se gêner à ponctionner les retraités et la classe moyenne supérieure.

à écrit le 20/12/2018 à 12:16
Signaler
La premiere chose qui aurait du etre faite depuis 18 mois comme pour une famille faire des economies sinon c'est de l'enfumage . Ne rabâchons pas pas d'impots pas d'ecole pas d'hôpitaux pas de police EN economies parlons par ex des privileges des ...

le 20/12/2018 à 14:02
Signaler
Vos idees d economies c est un % ridicule de la depense publique : l etat depense 427 MILLARDS et la secu c est encore plus. DOnc si vous voulez faire des economies, c est pas en supprimant le Senat que vous allez y arriver (meme si ca aide pour le c...

le 20/12/2018 à 21:21
Signaler
Je suis totalement hostile à la suppression du Sénat. Il faut au contraire renforcer ses pouvoirs et les rendre égaux à ceux de l'Assemblée, et diviser par 2 les effectifs de ces deux chambres. Et SURTOUT liquider le CESE qui lui ne sert à rien.

à écrit le 20/12/2018 à 11:56
Signaler
le gagnant : le chinois ! le doigt d'honneur de Saint Martin il peut se le faire encadrer ce petit ?

à écrit le 20/12/2018 à 11:07
Signaler
Tu parles ! Chaque fois qu'ils font une réforme ça engendre plus de prélèvements, ou moins de croissance ce qui aboutit également à une hausse des prélèvements (via le déficit des la SS et les alloc chomages). Même si en apparence il n'y a pas de no...

le 20/12/2018 à 16:17
Signaler
UN COUPLE DE RETRAITE A 1900 EUROS PAIENT UNE CSG A 6,6 PLUS 1,7 D' AUTRE PART , CONCERNANT L' AUTRE COUPLE , ILS PAIERONT LA CSG PLEIN POT EGALEMENT CAR ELLE CALCULEE SUR L ENSEMBLE DES REVENUS DU COUPLE ! LE PLAFOND POUR L 'EXO DES 1,7 , C'EST...

à écrit le 20/12/2018 à 10:56
Signaler
Tu parles ! Chaque fois qu'ils font une réforme ça engendre plus de prélèvements, ou moins de croissance ce qui aboutit également à une hausse des prélèvements (via le déficit des la SS et les alloc chomages). Même si en apparence il n'y a pas de no...

à écrit le 20/12/2018 à 10:35
Signaler
Septique, le mot est faible, ce gouvernement fait n'importe quoi.

à écrit le 20/12/2018 à 10:20
Signaler
Je ne comprends pas pourquoi vous alourdissez votre article par les intentions de vote qui ne sont que fabrique à opinion, statistiques fausses par définition qui plus et, si ce n'est pour discréditer un peu plus le sondage que vous exposez en premiè...

à écrit le 20/12/2018 à 10:12
Signaler
La vérité est cruelle, écoutons les Africains parler de notre pays? https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/point-de-vue-africain-sur-une-79758

à écrit le 20/12/2018 à 8:50
Signaler
Vu de l'extérieur, la France a tout, l'enseignement gratuit, la santé gratuite, et les gens sont déprimés, se croient au fond du trou, ça intrigue les étrangers. La TH qui devra continuer à baisser d'un tiers en fin d'année (donc moins visible), l'I...

le 20/12/2018 à 21:17
Signaler
C'est la totalité de la taxe GAFA qui représentera environ 7€/français. Google ce sera environ 60 millions au total soit moins de 1€/français. Pour si peu on se demande si ça vaut vraiment le coup de faire un régime dérogatoire.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.