Présidentielle : le 24 avril 2022, un faux remake de 2017

POLITISCOPE. Tragédie ou farce. La répétition cinq ans après du même scénario que celui de 2017 cache quelques surprises dans les résultats du 10 avril et de nombreuses inconnues pour la suite de l'histoire... alors que les deux finalistes, Emmanuel Macron comme Marine Le Pen entonnent, avec des arguments bien différents, l'air du rassemblement de tous les Français. Avec Mélenchon en faiseur de roi...
Marc Endeweld
Signe de l'inquiétude du candidat Macron, il a même reconnu que de nombreux électeurs qui se rallieront à lui le feront pour faire barrage à Marine Le Pen, et non pour soutenir sa politique.
Signe de l'inquiétude du candidat Macron, il a même reconnu que de nombreux électeurs qui se rallieront à lui le feront pour faire barrage à Marine Le Pen, et non pour soutenir sa politique. (Crédits : Reuters/Regis Duvignau)

En introduisant son lumineux essai politique, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Karl Marx expliquait : « Hegel remarque quelque part que tous les grands faits et les grands personnages de l'histoire universelle adviennent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter : la première comme tragédie, la seconde fois comme une farce ».

Cinq ans après 2017, on retrouve en effet la même affiche pour le second tour de la présidentielle. Derrière ce scénario annoncé ces derniers jours par les sondeurs et les commentateurs, se cachent pourtant de nombreuses surprises dans les résultats, et de nombreuses incertitudes pour la suite de l'histoire.

Macron, l'homme du passif

Contrairement à 2017, les conditions du second tour risquent d'être bien plus compliquées pour Emmanuel Macron. Après cinq ans de règne, le président candidat apparaît dans l'opinion comme l'homme du passif. Même s'il a réussi l'exploit à obtenir plus de 27% des voix, le rejet dans les urnes contre son bilan et sa politique a été massif hier soir. Et dans son entourage et ses soutiens, la plus grande erreur serait de se laisser bercer par les appels à faire barrage à Marine Le Pen venus de tout l'arc politique. La colère dans le pays est telle que ces injonctions risquent d'être peu efficaces.

Les premières projections sondagières pour le second tour devraient davantage inquiéter. Lucide, Emmanuel Macron en est d'ailleurs bien averti. Depuis plusieurs jours, il tente de faire prendre conscience à ses troupes du danger à venir. En apparence, son discours de premier tour est apparu dans la forme rassembleur, ouvert. Le président a multiplié les clins d'œil aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, à la jeunesse, et aux quartiers populaires.

Signe de son inquiétude, il a même reconnu que de nombreux électeurs qui se rallieront à lui le feront pour faire barrage à Marine Le Pen, et non pour soutenir sa politique. Il y a cinq ans, il avait dit exactement le contraire le soir du premier tour en expliquant que sa victoire signifiait un blanc seing donné à sa future politique. Emmanuel Macron a donc tenté de faire du Jacques Chirac façon premier tour 2002, mais dans le même temps, il n'a fait aucune concession sur le fond de son programme.

Au tour de Marine Le Pen de faire du « en même temps »

Et s'il appelle au rassemblement, il n'est plus le seul. Il fallait bien écouter Marine Le Pen hier soir pour comprendre qu'elle se situait désormais en dehors des partis, empruntant plus que jamais des accents gaulliens dans son discours. Après avoir terrassé Éric Zemmour, cette dernière sait qu'elle n'a plus à convaincre les électeurs d'extrême droite, son nom se suffit à lui-même.

Elle va donc multiplier les clins d'œil auprès de l'électorat « anti-système », et a déjà axé son discours sur les questions de pouvoir d'achat et de libertés publiques. Appelant les Français de « toutes sensibilités » et de « toutes origines » à la rejoindre, Marine Le Pen fait à son tour du « en même temps »... Et à ce jeu-là, Emmanuel Macron n'a plus l'avantage de la nouveauté.

Autre difficulté pour le président candidat : ses réserves de voix ne sont pas si importantes, notamment parce que les partis traditionnels, de droite comme de gauche, ont été terrassés. C'est l'autre leçon politique de ce scrutin qui se révèle en réalité bien plus riche en surprises qu'on ne pouvait le penser il y a encore quelques jours.

Que Valérie Pécresse des Républicains passe sous la barre des 5%, qu'Anne Hidalgo, la maire de Paris, rassemble moins de 23.000 voix dans la capitale, ou que Yannick Jadot en appelle aux dons pour rembourser sa campagne, démontre une nouvelle fois le côté hors-sol de tous ces partis. Décidément, le bipartisme façon Vème République a vécu, et les forces institutionnelles qui le représentent sont encore en train de mourir.

Mélenchon, ce social démocrate radicalisé qui domine la gauche

À l'inverse, l'autre fait politique de ce premier tour est la performance de Jean-Luc Mélenchon, qui a raté de peu sa qualification au second tour : à 500.000 voix près. Le candidat de l'Union Populaire a certes surfé sur l'effet vote utile, mais personne au PS, EELV, ou au PCF, ne s'attendait à une telle performance. Or, dans les territoires, l'ancrage de l'Union Populaire est bien là.

Les scores atteints ne peuvent se résumer à un simple barrage de premier tour. Jean Luc Mélenchon arrive ainsi très largement en tête chez les jeunes de 18 à 34 ans, dans une bonne part des territoires et départements d'outre-mer, et dans les grands centres urbains.

Ce social-démocrate radicalisé a réussi à convaincre les électeurs jusqu'alors acquis au PS, comme à Rennes ou à Nantes. Ses scores, en Île-de-France tant dans le centre de Paris qu'en banlieue, sont, là encore, notables. Dans un discours solennel, il a d'ailleurs appelé ses électeurs et ses troupes à « continuer la lutte » avec dans le viseur les prochaines législatives.

Chez Macron comme chez le Pen, on en est d'ailleurs conscient : dès les résultats du premier tour connus, chaque camp a multiplié les bras tendus aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon... Pourtant, ces derniers vont sûrement se réfugier dans leur grande majorité dans l'abstention. « Je compte sur vous », a lancé Emmanuel Macron à la fin de son discours. Le président sortant sait que, contrairement à 2017, rien n'est encore joué après ce premier tour.

Marc Endeweld

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 12/04/2022 à 10:58
Signaler
Sans surprise Lionel Jospin annonce qu'il votera pour Emmanuel Macron.

à écrit le 12/04/2022 à 10:28
Signaler
Vue que la dernière fois, je n'ai pas été satisfait de mon vote, je change "de crémerie" ,-)

à écrit le 12/04/2022 à 9:15
Signaler
De toutes façons, c'est plié : Amene Le Pire va être présidente. Puisque tous les gens qui ont dit bien haut et fort "je déteste Macron!" pendant cinq ans vont se draper dans leur dignité et s'abstenir. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pa...

le 13/04/2022 à 10:30
Signaler
Ah ben tu as raison, je pensais m'abstenir mais finalement tu me fais réfléchir et je vais aller voter le pen ! Bravo et merci surtout hein ! Et continues comme ça surtout d'insulter ceux qui ne pensent pas comme toi ! :D

à écrit le 11/04/2022 à 22:33
Signaler
Bonjour, Mr Macron a déjà eux sa chance, et ils n'a rien, mais rien fait ... Donc, Si Mr Macron est réélu président, nous ne lui donnerons pas une majorité pour gouverner... Se sera la cohabitation...

le 13/04/2022 à 9:34
Signaler
"Donc, Si Mr Macron est réélu président, nous ne lui donnerons pas une majorité pour gouverner..." Depuis la "majorité présidentielle" les présidents ont systématiquement la majorité des députés, encore un bidouillage d'une république à bout de souff...

à écrit le 11/04/2022 à 20:03
Signaler
Mélenchon n'a pas la main sur son électorat comme les partis de droite aux électeurs bien obéissants et disciplinés à savoir donc sans capacité de penser par eux-mêmes en dehors d'eux-mêmes.

à écrit le 11/04/2022 à 18:53
Signaler
J' hésite, la peste ou le cholera ? c'est quoi que l'on a essayé pendant 5 ans la peste, c'est çà ?

le 12/04/2022 à 10:22
Signaler
Juste le seul ministre sous Hollande a avoir mi la France en grève avec sa loi travail. Qu voulez vous quand un pays est habité par des chèvres la réflexion du choix d'un bulletin de vote est trop compliqué pour eux...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.