Présidentielle : les zones d'ombre budgétaires du programme de Marine Le Pen

Marine Le Pen (RN) a présenté un chiffrage budgétaire flou et des coûts particulièrement contestables. En annonçant une avalanche de chiffres, la candidate d'extrême droite revendique "un sérieux budgétaire" pour tenter de séduire un électorat encore peu convaincu par les mesures économiques et sociales de son programme.
Grégoire Normand
(Crédits : Reuters)

À quatre jours du premier tour du scrutin présidentiel, l'horizon politique de la France est plongé dans un épais brouillard. La succession des crises ces derniers mois a jeté une ombre sur la bataille entre les candidats. Entre la déferlante Omicron et le début de la guerre en Ukraine, tous les prétendants à l'élection présidentielle peinent à faire entendre leur voix.

L'éclatement du conflit aux portes du Vieux continent a frappé les esprits et suscité de l'anxiété chez de nombreux électeurs. Plus d'un mois après le début de l'invasion russe, la perspective d'un cessez-le-feu rapide n'est pas à l'ordre du jour. En dépit d'un renforcement des sanctions économiques et financières des Occidentaux, la Russie est toujours déterminée à occuper le territoire ukrainien même si elle a annoncé récemment qu'elle allait se concentrer sur quelques fronts.

Dans ce contexte particulièrement troublé, Marine Le Pen a présenté le chiffrage de son programme devant la presse il y a quelques jours. Derrière cette exercice de communication, la crédibilité des candidats « doit passer par un chiffrage » explique Gilles Ivaldi, chercheur au CNRS et au Cevipof de Sciences-Po interrogé par La Tribune. « Historiquement, les partis du FN et du RN sont des partis de niche. Ils rentrent dans le système politique avec des enjeux régaliens sur les thèmes sécuritaires. Lorsque Marine Le Pen prend les commandes du FN en 2011, elle veut renforcer cette crédibilité économique », ajoute ce spécialiste des programmes du Front national et du Rassemblement national et auteur d'une note éclairante intitulée « Marine Le Pen, Éric Zemmour : social-populisme contre capitalisme populaire ».

« En présentant un chiffrage même contestable, Marine Le Pen veut également s'adresser aux classes moyennes, aux classes moyennes supérieures et au monde de l'entreprise. Ces catégories échappent à Marine Le Pen, »

Gilles Ivaldi, chercheur au CNRS

En effet, la candidate du RN qui sillonne le territoire depuis des mois cherche désormais à attirer au-delà de son électorat traditionnel des classes populaires. Après une bataille électorale jugée « atone » par de nombreux observateurs, Marine Le Pen (Rassemblement national) se situe en seconde position avec 27% des intentions de vote, selon les récents résultats d'un baromètre OpinionWay.

> A suivre : Présidentielle : les flous budgétaires persistants du programme d'Eric Zemmour

Au RN, des mesures "difficilement chiffrables"

La candidate du Rassemblement national a voulu présenté un programme « crédible » et financièrement « équilibré » devant les journalistes. Pour ce faire, l'équipe de campagne a mis en ligne un document de 9 pages détaillant le chiffrage du programme. « Certaines mesures du chiffrage ont fait l'objet de plusieurs évaluations extérieures [...] Nous avons pu noter avec satisfaction que les ordres de grandeur sont identiques », a déclaré l'élue du Pas-de-Calais sur un ton sérieux.

Pourtant, des flous demeurent sur certaines mesures malgré la volonté de donner un chiffrage précis. « Nous arrivons, même avec des mesures difficilement chiffrables comme la mise en place de la priorité nationale d'accès au logement, a resté dans la fourchette annoncée [des dépenses] », a voulu assurer la candidate. Ces approximations de l'aveu même de l'ancienne avocate contrastent avec le sérieux affiché lors du point presse.

Des sources d'économie pas chiffrées

Sur les économies à réaliser au sein de l'Etat, d'autres imprécisions entachent la présentation de la candidate. Elle propose « aux 1.200 agences et opérateurs d'Etat, organismes divers et autres commissions consultatives de faire un effort de 10% d'économie sur leur budget. Je pense que cet effort est raisonnable. Il va sans dire que certaines optimisations sont à réaliser. Je reste persuadée que les sources d'économie en arrivant au pouvoir sont colossales. Je ne l'ai pas chiffré, ce sera la bonne nouvelle de notre arrivée au pouvoir. »

Elle a notamment fait référence aux récents travaux du Sénat sur les cabinets de conseil aujourd'hui au cœur de la tempête. Les accusations de la commission d'enquête parlementaire sur les pratiques fiscales du cabinet McKinsey ont mis le feu aux poudres ces dernières semaines dans la Macronie à quelques jours du premier tour du scrutin.

Lire aussi 4 mnAffaire McKinsey, Marine Le Pen : peur sur la macronie

Pas de prévisions de croissance, ni d'objectif sur la dette et le déficit

L'ancienne députée européenne veut également faire baisser la dépense publique à 50% du PIB à la fin du quinquennat. Avant, la crise sanitaire ce ratio s'élevait à 55% du PIB environ. Lors du propos liminaire de son point presse, elle n'a pas fait part de prévision de croissance du PIB, ni d'objectif sur la dette et le déficit. Le total des recettes atteindrait 68,3 milliards d'euros, comme le total des dépenses. « Le budget est donc, comme je m'y étais engagée, à l'équilibre », a fait valoir la candidate.

Elle a également fait référence à la mise en place d'un fonds souverain sans forcément apporter des détails sur les montants de ce levier, ni sur sa finalité. « La trajectoire budgétaire s'appuie sur la mobilisation d'un fonds souverain qui doit permettre une impulsion macroéconomique de nature keynesienne avec la caractéristique d'être financé sur fonds privé et non par les finances publiques. » Ce fonds sera abondé par « l'épargne des Français qui souhaitent devenir actionnaire de la maison France. »

Baisse de la TVA de 20% à 5,5% sur les produits énergétiques

Sur le plan fiscal, la parlementaire propose de supprimer l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) et de mettre en place un impôt sur la fortune financière « pour taxer la spéculation ». Elle envisage également de baisser la TVA de 20% à 5.5% sur les produits énergétiques (carburants, fioul, gaz et électricité) en tant que biens de première nécessité » et prévoit une baisse de la fiscalité de la production en supprimant (la Cotisation Foncière des Entreprises). En parallèle, elle propose de gonfler de 55 milliards d'euros d'ici 2027 le budget des armées et de lancer un plan d'urgence pour la santé de 20 milliards d'euros.

18 milliards d'euros d'économie sur l'immigration

Marine Le Pen compte notamment économiser 18 milliards d'euros avec ses mesures sur l'immigration, 15 milliards sur les fraudes sociale et fiscale, 8 milliards sur le fonctionnement des agences de l'Etat, priées de faire 10% d'économies, 6 milliards générés par ses mesures de pouvoir d'achat, ou encore 5 milliards issus de la contribution de la France à l'Union européenne.

Elle a néanmoins omis de rappeler que la France devra passer outre les traités européens pour réaliser ces 5 milliards d'euros d'économies. Avec cette proposition, la France devra se passer par exemple des fonds prévus par le plan de relance de l'Union européenne mis en œuvre à l'occasion de la pandémie. Pour rappel, 40 milliards d'euros du fonds de relance européens doivent être fléchés vers la France

L'Europe et le climat, angles morts du chiffrage de Marine Le Pen

En 2017, Marine Le Pen avait mis l'accent dans son programme sur l'Europe. À l'époque, elle comptait notamment sur la sortie de l'euro pour convaincre une partie des indécis et des eurosceptiques de la rejoindre. Cinq ans après, la candidate du RN fait l'impasse sur les questions européennes dans son programme. Pourtant, la crise sanitaire et la guerre en Ukraine ont ravivé les questions macroéconomiques et géopolitiques à l'échelle du Vieux continent.

Entre le plan de relance et les trains de sanctions à l'encontre de la Russie, l'Union européenne tente de faire front aux différentes crises malgré de fortes divisions internes. Sur le plan budgétaire, les institutions européennes ont mis en place des instruments pour lever de la dette en commun au pire de la crise sanitaire après d'âpres négociations entre les pays frugaux et les pays du Sud de l'Europe.

Plus récemment, l'Union européenne a participé à de multiples réunions (OTAN, G7, conseil de l'UE) pour tenter d'organiser une réponse diplomatique face à la Russie. Sur le plan monétaire, la Banque centrale européenne a des implications budgétaires importantes même si les traités européens s'accordent sur le fait que les politiques monétaires et budgétaires doivent être séparées. En agissant sur les taux d'intérêt et les programmes de rachat de dette, la politique monétaire resserre ou relâche la contrainte budgétaire sur les Etats.

Lire aussi 7 mnLes volte-face à répétition du Front national sur l'euro

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 38
à écrit le 08/04/2022 à 8:42
Signaler
Déontologie : Comment faire du journalisme orienté voire sectaire ? : nos recettes maison !

à écrit le 08/04/2022 à 8:21
Signaler
Pas simple de dénigrer les concurrents de notre président qui nous aura lourdement endetté durant son mandat pas sûr qu'un le pen ou un zemmour arrivent à faire autant même si on peut être persuadé qu'ils seront eux aussi de bonne volonté sur ce poin...

à écrit le 08/04/2022 à 6:35
Signaler
Ou la tribune qui roule pour Macron.. ou Hollande.. ou Sarko.. ou Chirac.. ou Mitterand.. enfin bref la tribune qui roule pour Macron et tous les " des " qui maîtrise avec grand art l'incompétence, la filouterie, la fibulsterie, la roublardise, le ...

à écrit le 08/04/2022 à 6:35
Signaler
Ou la tribune qui roule pour Macron.. ou Hollande.. ou Sarko.. ou Chirac.. ou Mitterand.. enfin bref la tribune qui roule pour Macron et tous les " des " qui maîtrise avec grand art l'incompétence, la filouterie, la fibulsterie, la roublardise, le ...

à écrit le 07/04/2022 à 19:14
Signaler
Bonjour, Déjà réduire les aide sociale au étrangers, arrêt du regroupement familial, expulsion des étrangers en situation irrégulière, avec tous cela nous devons avoir 10% du PIB en plus ....

le 08/04/2022 à 8:00
Signaler
Diminuer des dépenses n'augmente en rien un PIB. Vous me faites un sacré sachant.

à écrit le 07/04/2022 à 17:17
Signaler
Elle a beau aimer les chats et autres animaux comme moi, son projet est un repoussoir tant le saut en arrière est prévisible. Voter le Pen c'est quitter l'EU par la petite porte tant ses déclarations sont en opposition avec le fonctionnement du march...

le 07/04/2022 à 18:05
Signaler
Disons que le système vous va bien , vous ramassez votre argent et vous voyagez. Mais nous regardons le pays et il ne va pas bien avec votre capitaine qui navigue à l'estime . 600 milliards de plus ajoutés à la dette de ces prédècesseurs . Il n'est p...

à écrit le 07/04/2022 à 16:20
Signaler
Je suis absolument convaincu, que le plus inquiet, anxieux, de tous les français (de souche;-)), c'est, en ce moment, Jean Marie Le Pen; pourquoi me diriez vous ? Par peur que sa fifille perde cette élection présidentielle, peut-être imperdable ? Non...

à écrit le 07/04/2022 à 16:16
Signaler
Je pense qu'au lieu de reprocher aux politiques leurs promesses,nous devrions nous le reprocher à nous même. C'est bien nous qui poussons les politiques à ce concours de qui va promettre plus. A ce jeu là les plus forts sont les populistes extrême ga...

le 07/04/2022 à 17:59
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous. Les Français sont les 1ers responsables! Mais c'est toujours plus commode de cracher sur les autres.

le 08/04/2022 à 8:45
Signaler
c'est aussi NOUS qui mettons ces individus - les Sarkosy , Hollande , Macron a la tète de l'état comme quoi le discernement n'est pas la qualité première de l'électeur de ce pays !

à écrit le 07/04/2022 à 15:27
Signaler
Avec 600 milliards de dette en plus depuis 2017 (seulement 200 imputables au covid), on aimerait la même analyse sur le programme de Macron!

le 07/04/2022 à 18:05
Signaler
Au moins cette dette (400 et non 600) a aidé à créer des emplois. Ça fait 40 ans qu'on s'endettait en en détruisant... Lepen c'est la ruine en 6 mois, pas plus.

à écrit le 07/04/2022 à 14:37
Signaler
B6n, cela ne p6ut pas être pire que le "qu0i qu'il en c0ûte" de manu-s.

à écrit le 07/04/2022 à 14:26
Signaler
600 milliards de dette en plus, déficit commercial record, contribution à l'UE record sans investissement en France: déserts médicaux, places de prisons, recherche, école en bas des classement,... Je retournerais ce constat d'incompétence à Macron

à écrit le 07/04/2022 à 14:25
Signaler
600 milliards de dette en plus, déficit commercial record, contribution à l'UE record sans investissement en France: desserts médicaux, places de prisons, recherche, école en bas des classement,... Je retournerais ce constat d'incompétence à Macron

à écrit le 07/04/2022 à 12:58
Signaler
Des zones d'ombre budgétaires du programme de Marine Le Pen: vous avez enfin trouvé!! Vous avez raison d'être attentifs. Mais voila, cela 40 ans que vous n'avez rien vu étant donné l'aveuglement dont vous êtes victimes. Reprenez chaque président depu...

à écrit le 07/04/2022 à 12:37
Signaler
Les autres présidents de la République qui se sont succédé totalisent plus de 1600 milliards de dettes. Dans ces conditions, le programme budgétaire de Madame Le Pen n'a pas beaucoup d'importance étant donné que les politiques se préoccupent peu d'éq...

à écrit le 07/04/2022 à 12:00
Signaler
Les zones d'ombre budgétaires peut-être mais surtout les inepties. Hier au soir sur une chaîne de télévision, elle a déclaré qu'elle allait éradiquer les éoliennes du territoire, ells ne serviraient à rien coûteraient une fortune et ne produirait pra...

le 07/04/2022 à 13:30
Signaler
Franchement moi j'ai pas compris la même chose , a mon avis elle parlait d'éradiquer les éoliennes de l'administration , c'est pas la même chose.

le 07/04/2022 à 14:46
Signaler
Mme Le Pen a parfaitement raison pour ce qui est des éoliennes : cela coûte un bras à la France et aux Français et ne lui apporte que peanuts. Tout le fric qui sort de cela va directement aux USA.

le 07/04/2022 à 16:01
Signaler
Elle brasse tellement de vent qu'elle n'a pas besoin d'éoliennes.

à écrit le 07/04/2022 à 11:46
Signaler
Les budgets de campagne sont faits pour ne pas être respectés. Pas plus et pas moins de sérieux chez Lepen que dans les autres écuries: il y a les promesses de campagne pour gagner le tiercé et... ensuite ben on avisera... .

à écrit le 07/04/2022 à 11:44
Signaler
Bof! Comme la plupart des Français elle est nulle en maths ET en économie. Espérons qu'une majorité de Français se souviennent de quelques fondamentaux pour éviter une catastrophe économique, politique, sociale. Les chiffres ne mentent pas. Mais aprè...

le 07/04/2022 à 14:49
Signaler
En vous lisant, je pensais la même chose de ces pieds nickelés de LREM/UMPS. Comme quoi, les grandes idées se rencontrent toujours, n'est-ce pas ?

à écrit le 07/04/2022 à 11:44
Signaler
Si le suivie budgétaire avait été réellement fait, il n'y aurait pas eu a nous convaincre, mais ce n'est qu'un réveil au bout de 5 ans!

à écrit le 07/04/2022 à 11:20
Signaler
Il est certains que le programme budgétaire de Macron est plus claire : Quoi qu'il en coute ! On arrose pour faire pousser les dollars.

le 07/04/2022 à 11:43
Signaler
@PAFO tout a fait d'accord après cinq ans d'exercices la preuve est faite il est dangereux économiquement pour le pays , il est en touré d'affairistes qui ne voient strictement que leurs bénéfices à court terme pour les mettre dans les paradis fiscau...

à écrit le 07/04/2022 à 10:56
Signaler
aucune zone d'ombre; chacun promet n'importe quoi, le retour a la realite est brutal........le seul qui a eu du pot, c'est le porcinet a scooter, qui a beneficie des largesses ineffables de la bce pour jeter un peu plus l'argent par la fenetre..........

à écrit le 07/04/2022 à 10:47
Signaler
Quand on voit où en est la France après les 3 derniers mandats(dette abyssale et mécontentement général),je vais donner mon bulletin à des non spécialistes de la finance,à quelqu’un qui met la France et les Français en premier.

le 07/04/2022 à 11:11
Signaler
Un pays faible économiquement n'aura plus la parole dans le concert des nations.

à écrit le 07/04/2022 à 10:46
Signaler
faut il rappeler à cette candidate ses liens et prises de positions pro-russe par le passé...dit elle qu elle est financée par La Russie? ou est son independance de jugement et d action dans ces conditions...même chose pour MELENCHON ET zemmour (BOLL...

le 07/04/2022 à 16:20
Signaler
Et alors ? Si elle dit qu'un chat est un chat (à supposer qu'elle le dise), il ne faudra pas la croire parce qu'elle aurait reçu des sous de Poutine ? Je ne vois pas la logique...

le 07/04/2022 à 17:31
Signaler
@brehat, gars, jade ,etc "dit elle qu elle est financée par La Russie? " En septembre 2021, Marine Le Pen avait « alerté » dans une lettre le président Emmanuel Macron sur les difficultés de financement de la campagne présidentielle. « Bon nomb...

à écrit le 07/04/2022 à 10:45
Signaler
faut il rappeler à cette candidate ses liens et prises de positions pro-russe par le passé...dit elle qu elle est financée par La Russie? ou est son independance de jugement et d cation dans ces conditions...même chose pour MELENCHON ET zemmour (BOLL...

à écrit le 07/04/2022 à 10:34
Signaler
Que la Tribune parle de la catastrophe budgétaire constatée après 5 ans de Macronisme. Tous les indicateurs au rouge vif. Dette budget balance commerciale, deficit public .... j'en passe. Macron était en 2017 l'homme qui connaissait la finance sic......

le 09/04/2022 à 10:02
Signaler
@jean Luc Un pays n'est pas un ménage et encore moins une somme d'individualités à laquelle il faudrait accéder à toute demande personnelle.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.