Réforme des retraites : comment les syndicats occupent le terrain avant le 31 janvier

Avant la prochaine journée d'action le 31 janvier prochain, les syndicats cherchent comment faire vivre la mobilisation. Décidés à durcir la contestation, CGT Cheminots et SUD-Rail viennent ainsi de lancer une grève reconductible dès la mi-février dans le rail. Si les autres syndicats n'ont pas suivi pour l'instant, les huit organisations doivent se retrouver demain, mercredi 25 janvier, devant l'Assemblée nationale. Objectif : peser sur les députés, mais aussi afficher une image d'unité... et surtout éviter les dérapages.
Les syndicats cherchent à maintenir l'unité syndicale, à l'image de Laurent Berger et Philippe Martinez en tête de cortège jeudi dernier (19 janvier 2023), à Paris (photo).
Les syndicats cherchent à maintenir l'unité syndicale, à l'image de Laurent Berger et Philippe Martinez en tête de cortège jeudi dernier (19 janvier 2023), à Paris (photo). (Crédits : Reuters)

[Article publié le 24 janvier 2023 à 14:38, mis à jour à 16:24]

Ils iront braver le froid, et ont prévu de se retrouver, demain mercredi, devant l'Assemblée nationale : Laurent Berger pour la CFDT, Philippe Martinez pour la CGT, Frédéric Souillot pour FO... tous les leaders syndicaux seront présents, côte à côte.

Objectif : sensibiliser les députés à leurs arguments afin que, au-delà des mobilisations dans la rue, les élus entendent les positions de l'intersyndicale qui se bat pour contrer la réforme des retraites. Il s'agit de leur transmettre des amendements pour que, lors du débat dans l'hémicycle, ils puissent peser sur le texte.

Maintenir la dynamique... sans exaspérer les Français

Maintenir la dynamique après la journée réussie du 19 janvier n'est pas simple. En organisant d'autres événements ? Lesquels ? Trouver d'autres modes d'action est une gageure. Par exemple, la pétition contre la réforme, initiée par Laurent Berger, a plus de mal à engranger des signatures qu'il y a une semaine, peinant à se rapprocher des 800.000 signataires.

Lire aussiReforme des retraites : pourquoi de nombreuses femmes seront perdantes

En outre, l'unité affichée par les syndicats paraît déjà se morceler. Dans le rail, CGT Cheminots et SUD-Rail annoncent ce mardi une grève reconductible dès la mi-février, en plus de deux jours de grève au début des vacances d'hiver, les 7 et 8 février. Dans leur tract, les deux organisations assument de vouloir « élever le rapport de force » avec le gouvernement.

CFDT et UNSA refusent pour l'instant de suivre cet appel à la grève, marquant là une première divergence.

Préserver l'unité

De fait, entre les syndicats, les échanges sur la stratégie à adopter sont animés. La CFDT entend faire vivre la mobilisation, mais elle prône des journées relativement espacées pour ne pas user les militants sur la longueur. Elle a d'ailleurs eu gain de cause la semaine dernière, après la journée du 19 janvier, en réussissant à imposer une journée le 31 janvier. Mais pas avant.

La centrale syndicale de Philippe Martinez, elle, est partisane d'un calendrier plus resserré qui maintient la pression sur le gouvernement. Elle craint un essoufflement de la mobilisation, notamment à l'occasion des vacances d'hiver qui, en fonction des zones, occupent tout le mois de février.

Au sein de la CGT, plusieurs fédérations font d'ailleurs pression, estimant qu'il faut frapper fort, pour battre le fer quand il est (encore) chaud. Dans l'éducation, les transports, le rail, les raffineries, elles se préparent à des grèves reconductibles. Ainsi, la fédération Pétrole a-t-elle d'ores et déjà déposé des préavis pour le 26 janvier, mais aussi le 6 février. À la SNCF, les discussions sont vives pour décider ou non d'un débrayage avant mardi prochain.

Lire aussiRetraites : les trois points de crispation entre le gouvernement et les syndicats

Vers une radicalisation du mouvement ?

Mais d'autres fédérations sont encore plus radicales. À Marseille, par exemple, la CGT menace de s'en prendre aux compteurs électriques pour faire baisser le prix des factures de certains clients, notamment les boulangers. Pour le délégué général de la CGT PACA, ces actions sont « illégales mais morales ».

« Ce n'est pas la CGT qui décide dans ce pays », a immédiatement réagit, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie. Le gouvernement promet qu'il sera intraitable face à ces menaces, et qu'il n'hésitera pas à porter plainte.

Lire aussiCGT: la succession de Philippe Martinez s'annonce mouvementée

Si l'exécutif se montre aussi ferme, c'est aussi parce qu'il sait que des actions illégales pourraient mettre à mal l'unité syndicale, notamment entre la CGT et la CFDT. Laurent Berger de la CFDT a souvent exprimé sa désapprobation concernant les coupures de courant ou les blocages de ce type. En entrant dans ce conflit, le chef de file du syndicat réformiste a expliqué ne pas vouloir « bordeliser » la France.

De son côté, Philippe Martinez cherche à contenir les plus « ultras » de sa centrale. Mais à quelques semaines de son Congrès, et alors qu'il s'apprête à passer la main, son influence est mise à mal. Sans compter que des actions trop brutales pourraient braquer une opinion, aujourd'hui plutôt favorable au combat syndical.

 (avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 25/01/2023 à 15:05
Signaler
L'essentiel, est de percevoir que cette 'réforme' est imposé sous la contrainte et que tout peut changer lors de prochaines élections... à moins que l'on soit devenue une dictature !

à écrit le 25/01/2023 à 15:02
Signaler
L'essentiel est de percevoir que cette réforme est imposé sous la contrainte et que tout peut changer en lors de prochaine élection... a moins que l'on soit devenue une dictature !

à écrit le 25/01/2023 à 8:34
Signaler
Avec toutes les défaites qu'ils ont amassé depuis le CNR, s'ils perdent encore sur une réforme aussi ouvertement aberrante je pense qu'ils n'y survivront pas même avec l'argent de papa Etat.

à écrit le 24/01/2023 à 21:14
Signaler
Tout cela est vraiment formidable (et je pèse mes mots), mais si c'est voté au Parlement, il faudra bien obéir. Ce n'est pas les sydicats qui font les lois. Sauf chez les Soviets.

à écrit le 24/01/2023 à 16:23
Signaler
François Asselineau : "SÉISME POLITIQUE EN VUE ? Selon un pointage réalisé par Radio-France auprès de chaque député LR, Macron ne parviendra peut-être pas à obtenir la majorité des voix pour sa réforme des retraites. MACRON PEUT MORDRE LA POUS...

le 24/01/2023 à 16:53
Signaler
@Gédéon, on aimerait bien y croire, mais LR et Macron c'est blanc-bonnet bonnet-blanc. Donc vraiment difficile de croire à une motion de censure ou un capotage de la réforme. Si LR était vraiment dans l'opposition ils auraient approuvés les maintes m...

le 24/01/2023 à 18:02
Signaler
D’après une information du Parisien, le président du parti Les Républicains Éric Ciotti va rencontrer le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, demain. Au programme : la réforme des retraites.

le 24/01/2023 à 18:43
Signaler
@ Gedeon Le 49.3 ça sert à quoi?

à écrit le 24/01/2023 à 16:16
Signaler
Cette loi va passer, le gouvernement est face au mur s'il veut bien pouvoir financer tous ses cadeaux à quelques-uns et ainsi être réélu. 500 milliards de dette pour avoir arrêter l'économie pendant le covid, et prêté gratis aux super-riches. De 5 à ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.