Reforme des retraites : pourquoi de nombreuses femmes seront perdantes

Le gouvernement a présenté ce lundi 23 janvier, en Conseil des ministres, son projet de loi de réforme des retraites. Il n'a de cesse de répéter que cette réforme va profiter aux femmes. Qu'en est-il ? Si certaines seront gagnantes, beaucoup vont être désavantagées au regard de la situation actuelle, mais aussi par rapport aux hommes de la même génération qu'elles. Explications.
Elisabeth Borne assure que les femmes sont les grandes gagnantes de sa réforme.
Elisabeth Borne assure que les femmes sont les grandes gagnantes de sa réforme. (Crédits : Reuters)

Les femmes sont-elles instrumentalisées par l'exécutif pour faire passer sa réforme ? Pour Sophie Binet, de la CGT, c'est une évidence. Le gouvernement se sert des femmes pour faire passer des mesures injustes.

Lire aussiLes syndicats de l'énergie prêts à bloquer la France pour stopper la réforme des retraites

Pour l'exécutif, en revanche, cette réforme va venir rectifier un certain nombre d'inégalités pour les femmes, notamment celles qui ont de petites pensions, ou des carrières hachées. C'est en tout cas le discours répété ces dernières semaines par la Première ministre Elisabeth Borne, et les autres membres du gouvernement, pour tenter de convaincre les Français d'adhérer à leur projet.

Une étude d'impact qui met en lumière le désavantage pour les femmes

L'étude d'impact présentée, ce lundi, par l'exécutif, avec son projet de loi, montre au contraire que le report de l'âge de 62 à 64 ans va beaucoup plus toucher les femmes que les hommes. Et notamment les femmes nées dans les années 70. Pour les femmes nées en 1972, par exemple, l'âge moyen de départ va augmenter de neuf mois contre cinq pour les hommes de la même année.

Pour la génération de celles nées en 1980, l'écart sera encore plus marqué puisqu'il sera deux fois plus important  : 8 mois de plus pour les femmes contre quatre pour les hommes. L'écart varie en fonction des générations, mais toujours à la défaveur des femmes.

En cause, « l'avantage » familial dont bénéficient les femmes qui ont des enfants. Actuellement, elles bénéficient de trimestres (8 trimestres par enfant) qui leur permettent de partir plus tôt à la retraite en termes d'annuités à cumuler. Avec l'âge légal, elles perdront de facto cet avantage. Non pas que le gouvernement le retire. Mais, plutôt parce qu'il s'effacera de lui-même en raison du recul de l'âge. En effet, même en faisant valoir la majoration pour la maternité, ces femmes qui ont des enfants devront attendre d'avoir 64 ans pour liquider leur retraite à taux plein.

De quoi alimenter la grogne, notamment chez les femmes qui ne sont pas en dispositif carrière longue, qui ont commencé à travailler après 20 ans, ont fait quelques années d'études. Soit des femmes ayant aujourd'hui entre 40 et 55 ans, appartenant à la classe moyenne, qui ont des Bac +2 ou +3 et qui, aujourd'hui, ont des postes de management intermédiaires.

Pour les femmes cadres nées dans ces générations 70 ou 80, qui sont entrées tard sur le marché du travail, du fait de leurs études, il y aura en revanche peu de changement, car le gouvernement maintient le départ à taux plein à 67 ans. Pour les femmes n'ayant pas d'enfants, là non plus, pas de changement. En revanche, pour les millions d'autres, cela a toutes les chances d'apparaître comme une régression.

La double peine pour les femmes

« Oui, pour des millions de femmes, c'est la double peine », confirme François Hommeril, à la tête du syndicat CFE-CGC. « Ce que ne mesure pas le gouvernement, c'est que ces femmes ont souvent perdu en salaire, ont vécu des ralentissement dans leur carrière, du fait de ces maternités. Les avantages familiaux permettaient de compenser un peu ces distorsions ». Sans compter que ces femmes, en procréant contribuent à l'équilibre démographique du régime par répartition.

Le gouvernement, lui, a bien vu que la réforme demandait plus d'effort aux femmes qu'aux hommes d'une même génération. Mais il assume et minimise. Les éléments de langage sont bien rodés. Il met en avant l'espérance de vie plus importante pour les femmes que pour les hommes.

Pour Matignon, « le fait de décaler l'âge légal conduit les femmes à décaler davantage leur départ à la retraite. Globalement, la variation de l'âge de départ est donc plus importante chez les femmes mais elles continuent en moyenne à avoir des âges de départ inférieur à ceux des hommes avec une espérance de vie plus forte. Car les effets sur le montant des pensions sont plus favorables aux femmes ».

Une meilleure pension pour les femmes ?

Surtout, le gouvernement assure que la réforme des retraites va conduire à une revalorisation moyenne des pensions plus importante pour les femmes. Pour les générations nées en 1972, la hausse serait de 2,2% contre 0,9 % pour les hommes.

Comme dans le privé, le calcul de la pension se base sur les 25 meilleures années. Comme en général, un ou une salariée est mieux payée en fin de carrière qu'en début de carrière, c'est un effet mécanique du report de l'âge.

Mais c'est oublier que si le montant des pensions des femmes va aussi aller en s'améliorant, c'est aussi parce que les femmes nées depuis les générations 70 travaillent plus que leurs aînées. Soit un effet naturel.

Autrement dit, le gouvernement reconnaît que les femmes vont y perdre d'un côté, en durée de travail. Mais, il met en avant que sa réforme est juste, car leurs pensions vont s'améliorer , car en ayant travaillé plus longtemps, leurs pensions seront forcément meilleures.

Une meilleure prise en charge du congé parental

Enfin, pour parer les critiques, le gouvernement met aussi en avant une meilleure prise en charge des périodes de congés parentaux. Mais, attention, cette disposition ne s'applique qu'aux carrières longues, c'est-à-dire pour les femmes ayant commencé à travailler avant 20 ans dans la réforme.

Reste que selon les calculs du gouvernement, à peine 3000 femmes par an, pourront partir à la retraite de manière anticipée grâce à cette meilleure prise en compte du congé parental. « Ce qui est finalement très peu » regrette François Hommeril, de la CFE-CGC, « Tant mieux pour ces 3 000 femmes... mais cela ne doit pas occulter les milliers d'autres femmes, qui, elles vont être perdantes dans cette réforme ».

Lire aussiRetraites : pourquoi les anciens critères de pénibilité n'apparaissent pas dans la réforme

Politiquement, la question est très sensible. Surtout que durant son premier quinquennat, Emmanuel Macron a cherché à faire de la cause des femmes, un axe prioritaire. Sa communication risque d'en prendre un sacré coup ! Les associations féministes risquent de monter aux créneaux. Les femmes concernées - de ces générations 1970/80 - pourraient être tentées de se mobiliser le 31 janvier prochain.

A la sortie du conseil des ministres, Olivier Dussopt a toutefois assuré ce lundi midi : que « les mesures du gouvernement dans le cadre de la réforme ne creusent pas les inégalités entre les hommes et les femmes », et « qu'elles rétablissent même un certain nombre de choses ».

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 27/01/2023 à 13:43
Signaler
Bonjour, J'ai plein de copains n'ayant même pas attendu 60 ans pour quitter ce monde, et beaucoup peu après la retraite, pendant que Mme va faire des cures part en vacances etc. En gros 50% de ma classe du certif n'est plus la, alors parler d'inéga...

à écrit le 25/01/2023 à 23:28
Signaler
C est pour payer les jo 2024 dont se fout royalement !!! Qu on lle redonne au pays qui veut le prendre !!

à écrit le 25/01/2023 à 17:51
Signaler
pas de réforme des retraites sans loi dépendance !! Impossible de prolonger la durée du travail si c'est pour placer ma mère dans un Ehpad qu'elle n'a pas les moyens de payer.

à écrit le 25/01/2023 à 11:53
Signaler
Moi je suis d'accord avec cette reforme si l'on fait le calcul sur les 7 meilleures année de salaire . paracerque là aussi personne n'en parle mais c'est aussi une arnaque monumentale ce principe de calcul sur le salaire annuel moyen pendant les 25 m...

le 25/01/2023 à 12:30
Signaler
alors que fait la renaissance des paradis fiscaux ? (8000 milliards ).. paru au quotidien le Télégramme. affligeant

à écrit le 25/01/2023 à 9:00
Signaler
j'ai fait mes calculs, ma pension sera moins élevée que celle que j'aurais touchée en l'absence de réforme. La différence n'est pas très importante mais elle existe. Ainsi, je travaillerai 9 mois de plus (départ à 62 ans et 9 mois) pour gagner moins.

le 27/01/2023 à 13:49
Signaler
Bonjour, Par contre il est possible que sauf tripatouillage de Mr Macron illégal puisque privé, la complémentaire compensera la perte. Perso 1 an de plus m'a rapporté 100 euros de plus par mois.

à écrit le 25/01/2023 à 8:32
Signaler
Au global, il y a aura plus de perdants que de gagnants. Comme toujours, le chantre de la réforme met en avant les futurs gagnants et passe sous silence les futurs perdants . Sur cette réforme, le nombre des gagnants est faible devant celui des perd...

à écrit le 24/01/2023 à 20:10
Signaler
Carriere longue : oui si QUE 4 trimestres chomage et 4 de maladie sur vos 42 ans de coti. Ça n a pas l air de changer avec reforme. Scelerats les politiques de tout bord ...

à écrit le 24/01/2023 à 18:21
Signaler
Il semblerait que certains aient commencé une grève de la consommation pour protester contre la réforme des retraites, pour assurer leurs vieux jours et pour l'écologie.

le 24/01/2023 à 23:42
Signaler
Oui .. faisons entendre aussi le porte monnaie puisqu’en il n y a que ça qui compte pour ce gouvernement .. on envisage de crée des groupes sur les reqeaux sociaux… l idée n est pas de se priver de tout mais d applique la sobriété : pas de restau , p...

à écrit le 24/01/2023 à 17:02
Signaler
Je suis un homme aidant familial de ma mère malade. Il n'y a pas que les femmes qui seront lésées même s'il y a plus de mères au foyer ou d'aidantes que d'hommes au foyer ou aidants.

le 25/01/2023 à 7:37
Signaler
C'est en effet très injuste, et le gouvernement ne tient pas compte de l'obligation qui s'imposent à certaines personnes, hommes ou femmes, de ne pas travailler pour s'occuper d'un parent. Etre aidant peut donner des trimestres mais c'est un nombre...

à écrit le 24/01/2023 à 11:46
Signaler
Je ne comprends pas les réactions : égalité H/F tout le monde part au même age pivot, il est ou le problème ? si c'est l'age pivot qu'on veut garder à 62 OK, mais sinon c'est une mesure égalitaire. De tout de façon vous mélagez age pivot (possibilité...

à écrit le 24/01/2023 à 9:33
Signaler
L'étude d'impact est très claire: les femmes seront davantage concernées que les hommes par le recul de l'âge de départ à la retraite, de 62 à 64 ans. Elles devront travailler en moyenne 7 mois de plus contre seulement 5 mois pour les hommes. Pour c...

à écrit le 24/01/2023 à 9:13
Signaler
C'est pourtant " une réforme de justice social" dixit l'autre/borne. Le mensonge à l'insu de notre plein gré, ne passe plus.

à écrit le 24/01/2023 à 8:09
Signaler
Parce que les femmes ont plus besoin de sécurité et de confort alors les classes dirigeantes savent qu'elles peuvent encore plus les sacrifier que les hommes, tout comme les immigrés également qui ne se sentent pas légitimes dans leur pays qui n'est ...

à écrit le 24/01/2023 à 0:38
Signaler
Il faut bien préciser que les trimestres pour enfants se décomposent en 2 catégories : . 4 trimestres/enfant pour maternité . 4 trimestres/enfant pour éducation SEULEMENT si on s’arrête 1 an en continu durant les 4 années suivant la naissance. ...

le 24/01/2023 à 5:25
Signaler
62, 64 .. rappel simple c est à 67 ans que la décote n existe plus …. Pas à 62 ou 64 … en fait cette réforme est prosaïquement comptable le reste du papier cadeau ressemblant plus à du vieux papier journal … blanc bonnet ou bonnet blanc Mme Borne … ...

à écrit le 23/01/2023 à 22:35
Signaler
Cessez d'évoquer les différences hommes/femmes en matière de retraite alors que vous n'évoquez que les différences hommes/mères !!!!!!. TOUTES LES FEMMES NE SONT PAS DES MERES. Toutes les femmes ne gagnent pas des trimestres par les enfants. Et les f...

le 25/01/2023 à 12:04
Signaler
Complètement d'accord avec vous. La segmentation de la société homme/femme est quand même très simpliste.

à écrit le 23/01/2023 à 17:56
Signaler
Bah c'est normal, qu'on soit perdant, puisque la réforme des retraites est une régression sociale. Mais ça n'en fait pas une mauvaise réforme pour autant. Quelquefois, une régression sociale est nécessaire pour la santé économique d'un pays. Mieux va...

le 24/01/2023 à 5:29
Signaler
Vous oubliez qu à faire peur au gens ils ne consommeront moins et épargnerons plus .. dans un pays comme le nôtre qui produit de moins en moins c est dangereux…0erso j épargne 27% de mon salaire au lieu de 8 avant l annonce du gouvernement et j invit...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.