Calendrier express pour les retraites : le projet de réforme présenté mi-décembre

L'exécutif ne l'a jamais caché, il tient à sa réforme des retraites et vise une mise en oeuvre l'été prochain. Pour ce faire, il envisage de présenter un texte aux partenaires sociaux dès la mi-décembre, pour une discussion à l'Assemblée nationale en début d'année. En ce moment, il travaille aussi à désamorcer la contestation sociale. Avec une attention toute particulière à l'égard de la CFDT.
La première ministre Elisabeth Borne pourrait présenter un texte sur les retraites dès la mi-décembre.
La première ministre Elisabeth Borne pourrait présenter un texte sur les retraites dès la mi-décembre. (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

Les discussions entrent dans leur phase la plus délicate. Au ministère du Travail, le dernier cycle de concertations autour de la réforme des retraites se tient cette semaine. « On entre dans le dur, autour du financement du régime », assure un membre de la délégation de Force ouvrière. Les syndicats se font toutefois peu d'illusions, il s'agit bien de concertations et non de négociations. A la fin, le gouvernement tranchera comme il le souhaite. Et ce dernier ne s'en cache pas, il veut aller vite. Très vite même.

Un projet de réforme présenté autour du 15 décembre

En effet, le gouvernement envisage de présenter un texte autour du 15 décembre prochain. Patronat et syndicats n'ont pas encore reçu le bristol officiel d'invitation, mais le ministère leur a mentionné une réunion multilatérale juste avant les vacances scolaires. Il pourrait à cette occasion leur dévoiler le contenu de sa réforme, avant de l'envoyer au Conseil d'Etat, et de l'inscrire en Conseil des ministres en janvier prochain.

L'exécutif a donc décidé de laisser passer les élections professionnelles dans la fonction publique qui se tiennent la semaine prochaine, puis de dégainer sans tarder son projet de loi.

La discussion parlementaire pourrait ainsi se tenir en début d'année. Faute de majorité, le gouvernement n'exclut pas de recourir au 49.3. « Nous espérons toutefois trouver la voie étroite possible, pour rallier les Républicains... le recul de l'âge de départ à la retraite, c'est quand même son ADN ! », analyse un ministre.

L'exécutif tient à une application effective de sa réforme des retraites l'été prochain. Histoire de faire entrer rapidement de l'argent dans les caisses - il évoque 20 milliards d'euros d'économie à horizon 2027- , et tenir son déficit. Mais aussi de rassurer nos voisins européens, qui attendent que la France mène des réformes de fond.

Une mesure d'âge mais dont le curseur n'est pas encore dévoilé

Et pour cela, une chose est sûre : le gouvernement a prévu d'inscrire une mesure d'âge, conformément à la promesse du candidat Emmanuel Macron... Il n'a pas encore énoncé où il placera le curseur : 64 ou 65 ans, contre 62 actuellement pour le départ légal à la retraite dans le privé. Un recul de l'âge contre lequel les Français restent largement opposés. Comme pour toute négociation classique, il pourrait commencer haut et présenter une copie à 65 ans, pour ensuite ramener l'âge de départ à 64 ans.

« Dans ce contexte, il ne faut pas attendre », plaide un membre du gouvernement. « Il n'y a jamais de bon moment pour engager une réforme impopulaire. »

Limiter la contestation sociale

Tout l'enjeu du gouvernement est de travailler à désamorcer une opposition sociale trop forte. D'éviter que la CGT et la CFDT, toutes deux opposées au recul de l'âge de départ ne fassent cause commune, et ne mobilisent leurs troupes ensemble.

Chance pour l'exécutif, la CGT de Philippe Martinez est très affaiblie. A quelques semaines de son futur congrès qui se tient en mars, elle est embourbée dans la succession de son chef de file. Le gouvernement va tout faire pour la renvoyer à une forme de contestation systématique.

L'exécutif sait qu'il lui sera très difficile - voire impossible - d'obtenir le soutien de la CFDT de Laurent Berger. Mais il espère la neutraliser.

« Il faut lui donner suffisamment de gages pour qu'elle ne soit pas trop face à nous », assure un conseiller de l'Elysée. C'est avec cette intention qu'il y a une quinzaine de jours, Olivier Dussopt, le ministre du travail annonçait un minimum vieillesse à plus de 1.100 euros mensuels, qu'il travaille à améliorer l'emploi des seniors, ou qu'il cherche à tordre le bras du patronat pour une meilleure prise en charge de la pénibilité.

« Laurent Berger a tout intérêt à faire monter les enchères...pour apparaître à la fin, comme celui qui est responsable et évite une réforme trop dure aux Français », reconnaît un proche du dossier. Et de confier : « Ainsi si le gouvernement retient 64 ans après avoir annoncé 65, et que la CFDT a bataillé, elle pourra dire qu'elle a eu de l'influence ».

Reste que derrière les stratégies, la réalité pourrait vite reprendre le dessus. Et un membre du gouvernement d'ironiser : « Le plus inquiétant dans tout ça, reste le pouvoir d'achat des Français.... leur annoncer une réforme difficile dont ils ne veulent pas, en plein mois de janvier, quand l'inflation est à la hausse et qu'il y a des coupures de courant... c'est soit ambitieux soit suicidaire ! »

Lire aussiRetraites : uniformiser les règles de calcul des pensions entre privé et public n'est pas forcément toujours « injuste »

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 01/12/2022 à 8:33
Signaler
Tout le monde veut-être servi en rémunération (encore la SNCF) en prenant comme d'habitude en otages les voyageurs. Mais, toujours rien, toujours rien pour notre corps enseignants.

à écrit le 30/11/2022 à 9:26
Signaler
Réforme des retraites ,on peut noter qu'ils annoncent maintenant 65 ans ,coupure de courant , explosion des prix de l’énergie ,de l'alimentaire,le retour du Covid avec un énième variant , du masque, manque de médicament en parallèle , on comprends mi...

à écrit le 30/11/2022 à 9:16
Signaler
Enfin on va avoir une réforme que l’on attend depuis longtemps, on va travailler plus longtemps mais en fait pas plus que les générations précédentes vu la durée du travail actuelle et les congés payés.

le 30/11/2022 à 19:18
Signaler
Trouvez un travail au lieu de rester au chômage...

le 30/11/2022 à 19:20
Signaler
Trouvez un travail au lieu de rester au chômage...

le 30/11/2022 à 20:13
Signaler
A ceci près que bon nombre de retraités actuels n'ont pas tant travaillé que ça et auraient même passé leur 10 dernières années de carrière au chômage à supposer qu'on leur aie appliqué le cadre légal actuel...

à écrit le 30/11/2022 à 7:22
Signaler
Le gouvernement tient à ce que tous les citrons soient pressés au maximum avant d'être libérés. C'est pour ne pas gâcher les ressources humaines...... car les ressources humaines, lorsqu'elles sont bien exploitées, c'est du profit, c'est de l'argent.

le 30/11/2022 à 10:33
Signaler
Le citron moyen français consomme plus qu'il ne donne de jus. C'est statistique (déficit commercial et budgétaire primaire supérieurs à nos voisins depuis des décennies, résultat dune société qui produit peu et consomme bcp).

le 01/12/2022 à 0:49
Signaler
@adieuBCE : les grands pays développés se divisent en deux catégories, ceux qui exportent et ceux qui font des enfants. La France, le Royaume Uni et les Etats Unis ont décidé de faire des enfants et, facteur aggravant, la France est entrée dans l'UE ...

à écrit le 30/11/2022 à 0:19
Signaler
Le plan : euthanasier les pauvres pour financer la retraite des riches

le 30/11/2022 à 8:31
Signaler
En effet, le système fonctionne comme de la redistribution à l'envers en faveur de la génération née jusque vers le milieu des années 50 et au détriment des générations suivantes... Ce n'est pas un hasard si la droite et le centre usent encore de la ...

à écrit le 29/11/2022 à 18:17
Signaler
Si rien n'est fait pour les polypensionnés, nous ferons une grève de la faim devant l'AN ou le Sénat ou devant les bureaux des caisses de retraite ou nous ferons pire.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.