Retraites : pourquoi les régimes spéciaux pourraient passer à la trappe de la réforme

Emmanuel Macron a tranché : il veut faire une réforme des retraites, via un projet de loi en janvier, pour une mise en œuvre dès l'été prochain. Reste à savoir ce qui sera réellement débattu. Car si le chef de l'État tient à inscrire une mesure d'âge - reste à savoir où sera mis le curseur -, la question de s'attaquer ou non aux régimes spéciaux est en suspens. Et elle fait débat au sein de la majorité.
En 2019, lors de la dernière tentative pour réformer les retraites, la CGT énergie avait montré les muscles : elle avait multiplié les coupures de courant et les baisses de charges dans les centrales nucléaires. Le syndicat de Philippe Martinez reste très présent dans ce secteur.
En 2019, lors de la dernière tentative pour réformer les retraites, la CGT énergie avait montré les muscles : elle avait multiplié les coupures de courant et les baisses de charges dans les centrales nucléaires. Le syndicat de Philippe Martinez reste très présent dans ce secteur. (Crédits : Reuters)

Une réforme des retraites réussie doit-elle absolument s'attaquer aux régimes spéciaux ? C'est une des questions qui animent le gouvernement actuellement. Et tout le monde n'est pas d'accord.

Deux écoles s'affrontent au sein du gouvernement

Il y a ceux qui avancent une obligation presque morale au nom de l'équité et de la justice sociale. « Il est impossible de décaler l'âge de départ à la retraite à 64 ou 65 ans pour les salariés du privé sans demander un effort aux agents du public », assure un ministre important de la Macronie. Et d'ajouter : « Les Français ne l'accepteraient pas, une réforme, c'est une histoire de cohérence sociale. »

Lire aussiRégime des retraites : la France est-elle vraiment une exception ?

Les autres font valoir une forme de pragmatisme, au nom d'un réalisme économique  : « À la veille d'une récession, et alors que l'économie ralentit, ne prenons pas le risque d'avoir un pays bloqué pendant des semaines, évitons un maximum les irritants, les régimes spéciaux sont un chiffon rouge pour un syndicat comme la CGT », plaide de son côté un poids lourd de la majorité.

D'ailleurs, selon plusieurs sources, c'est bien cette crainte de voir l'économie paralysée cet hiver qui refroidit le patronat dans son soutien à la réforme. Pris dans les problèmes d'inflation, de coûts de l'énergie, les chefs d'entreprises n'ont envie de revivre ni la crise des Gilets jaunes ni celle de l'hiver 2019 quand le pays avait été bloqué à cause du conflit sur les retraites.

Mais tout dépend aussi des régimes spéciaux

« Et puis, de quels régimes spéciaux parle-t-on ? », interroge Laurent Berger, le patron de la CFDT, sur FranceInfo, ce lundi 3 octobre. Et c'est bien tout le cœur du sujet.

Spontanément, l'opinion publique associe régimes spéciaux à ceux de la SNCF et de la RATP. Le statut des cheminots a déjà été bien réformé. S'attaquer à celui de la RATP - qui concerne 40.000 agents - est en revanche plus délicat.

« À l'heure où l'on manque de chauffeurs de bus en Île-de-France, on va dire à ceux qui occupent un poste, on vous change votre statut ? », soulignait Laurent Berger - qui se dit à l'aise pour en parler, tant son syndicat est peu représenté dans la compagnie d'Île-de-France : « Ce serait compliqué... »

Un point de vue qui trouve son écho chez plusieurs personnalités de la majorité estimant que le jeu n'en vaut pas la chandelle. « A-t-on vraiment envie de se prendre les chauffeurs de bus de plein fouet en ce moment ? », menace un ministre.

Ménager les 140.000 salariés des industries gazières et d'électricité

Mais les inquiétudes, en réalité, dépassent largement le secteur des transports.

Au gouvernement, elles concernent surtout le régime spécial des industries de l'énergie, les IEG, qui regroupent les agents d'Engie, d'EDF, et les entreprises locales de distribution - les régies de gaz et d'électricité qui n'ont pas été nationalisées au sortir de la Seconde Guerre mondiale.

De fait, le secteur du gaz et de l'électricité est cette année au cœur de toutes les attentions. Alors que l'exécutif craint des ruptures de réseau, des problèmes d'approvisionnement, il tient à ménager les personnels. Selon ses estimations, plus de 140.000 salariés en bénéficient, ils partent entre 57 et 58 ans, et leurs retraites sont plus élevées que la moyenne d'un salarié du privé. Selon la Cour des comptes, ils coûtent plus de 1,8 milliard d'euros aux entreprises publiques du secteur.

En 2019, lors de la dernière tentative pour réformer les retraites, la CGT énergie avait montré les muscles : elle avait multiplié les coupures de courant et les baisses de charges dans les centrales nucléaires. Le syndicat de Philippe Martinez reste très présent dans ce secteur.

Prendre le risque d'un conflit social dans le contexte de l'hiver 2022 serait donc, selon plusieurs membres du gouvernement, « tout bonnement suicidaire ».

« Il faut bien se rendre compte, on est à 24 heures près pour le redémarrage de nos réacteurs nucléaires... Avoir de l'électricité cet hiver, faire baisser le prix, c'est notre priorité », plaide un ministre.

Lire aussiRégime des retraites : retour sur 80 ans d'histoire mouvementée en France

Reste à voir ce que va décider Emmanuel Macron. Pour l'heure, son entourage assure que rien n'est tranché, et qu'il laisse place à la concertation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 27/10/2022 à 9:50
Signaler
Etant fonctionnaire, je rêve d'avoir le même régime que le privé. Certes la retraite sera calculée pour les 25 dernières années mais elle devra prendre en compte les primes qui aujourd'hui ne comptent pas dans la retraite d'un fonctionnaire. Au final...

à écrit le 27/10/2022 à 9:45
Signaler
Etant fonctionnaire, je rêve d'avoir le même régime que le privé. Certes la retraite sera calculée pour les 25 dernières années mais elle devra prendre en compte les primes qui aujourd'hui ne comptent pas dans la retraite d'un fonctionnaire. Au final...

à écrit le 04/10/2022 à 15:09
Signaler
Comment peut-on encore accepter ces "régimes spéciaux" qui sont une injustice flagrante au sein de la République qui prétend défendre l'égalité entre français? Ils doivent être immédiatement et définitivement supprimés y compris et surtout pour les p...

à écrit le 04/10/2022 à 15:06
Signaler
Comment peut-on encore accepter ces "régimes spéciaux" qui sont une injustice flagrante au sein de la République qui prétend défendre l'égalité entre français? Ils doivent être immédiatement et définitivement supprimés y compris et surtout pour les p...

le 04/10/2022 à 17:47
Signaler
on peut y ajouter policiers militaires avocats etc etc y en a un certains nombre vous avez pas idée

à écrit le 04/10/2022 à 13:32
Signaler
ah bas les régimes spéciaux de droite et de gauche, j'ai voté Macron pour ça !

le 04/10/2022 à 18:17
Signaler
Vu ll article mauvais vote

à écrit le 04/10/2022 à 12:38
Signaler
Rien contre les régimes spéciaux à la seule condition qui ne fassent pas appel au régime général pour se financer. Ils doivent être complètement autonomes non dépendants de l'impôt et/ou du régime général. en clair ils doivent s'autofinancer.

le 05/10/2022 à 10:18
Signaler
Ils ne seraient pas viables, un exemple la SNCF a plus de retraités que d'actifs, retraite a 52 ans pour les conducteurs, et résonne tjrs comme si les conducteurs de loco mourraient des fumées du charbon inhalé à 60 ans, alors qu'ils conduisent des t...

le 05/10/2022 à 10:19
Signaler
Impossible .. à la sncf il y a 150 000 cotisants pour 450 000 retraités c’était il y a 40 ans ( quand il y avait 450 000 cheminots actifs qu il fallait réformer ) d ailleurs c est un contrat signé entre l état et les syndicats d alors : réduction de...

le 05/10/2022 à 10:21
Signaler
Impossible .. à la sncf il y a 150 000 cotisants pour 450 000 retraités c’était il y a 40 ans ( quand il y avait 450 000 cheminots actifs qu il fallait réformer ) d ailleurs cette situation c est un contrat signé entre l état et les syndicats d al...

le 13/11/2022 à 0:44
Signaler
Je suis bien d'accord avec vous les régimes spéciaux doivent s'auto-financer. Les autres caisses n'ont pas à les renflouer.

à écrit le 04/10/2022 à 11:51
Signaler
les régimes spéciaux une injustice très inégalitaires qui concernent une caste minoritaire que l'on nomme fonctionnaire de plus les moins productifs des salariés français. Il temps de réformer cette anomalie avec alignement en urgence sur le privé a...

le 04/10/2022 à 12:34
Signaler
les fonctionnaires pas productif?? les policiers, gendarmes, militaires pour vous ne font leur travail idem si vous arrivez à l'hopital.....

le 04/10/2022 à 13:37
Signaler
les régtimes spéciaux concernnet autant la personne de droite députéessénateurs et autres que de gauches, fonctionnaires ! il faut en finir, tous au régime général, ce qui n'empechera pas de prendre et payer une assurance complementaire de retraite m...

à écrit le 04/10/2022 à 11:51
Signaler
La question que l'on doit se poser est : "Pourquoi ces Régimes de Retraite sont-ils spéciaux ?" :-) Tous les jaloux à vos claviers... !

à écrit le 04/10/2022 à 10:38
Signaler
Il serait aussi souhaitable de plafonner toutes les retraites par répartition à disons 3000 euros en particulier celles de nos autorités.. Il n'est pas acceptable qu'il n'y ait que les petits qui trinquent..

à écrit le 04/10/2022 à 9:39
Signaler
40 ans qu'aucun gouvernement veut s'attaquer aux système de retraite des régimes spéciaux. Est-t-il normal que certains fonctionnaires puissent partir à 55 ans et que leurs pensions soient calculées sur les 12 derniers mois alors que pour les autres ...

le 04/10/2022 à 18:39
Signaler
des fonctionnaires a la retraite a 55 ans citez vos sources ....a part les militaires et les flics qui prennent un risque qu'ils sont ils? LES CHEMINOTS ? ils sont a la retraite également a 62 ans...et sans retraite complémentaire d' ou le calcul s...

à écrit le 03/10/2022 à 22:55
Signaler
Parlons aussi des fonctionnaires d'Etat qui n'ont pas de caisse de retraite, dont les cotisations sont parfaitement fictives.

le 04/10/2022 à 9:00
Signaler
Deux organismes gèrent la retraite de base : le service des retraites de l'État (pour les agents de la fonction publique d'État) et la CNRACL (pour les agents de la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière).Pour leur retrai...

à écrit le 03/10/2022 à 19:47
Signaler
Il faut les supprimer mais seulement pour les nouveaux entrants. On ne change pas la règle pour ceux qui ont 50 ans et ont choisi leur carrière à cause de ses avantages...il faut seulement les inciter à travailler plus longtemps.

à écrit le 03/10/2022 à 19:27
Signaler
Les français veulent la fin des sources d’inégalité.. La fin des régimes spéciaux est nécessaire.

à écrit le 03/10/2022 à 19:04
Signaler
Ne pas inclure les régimes spéciaux c’est maintenir une anomalie

le 03/10/2022 à 19:40
Signaler
que savez vous des régimes speciaux ? RIEN ...il y a même entre eux de fortes disparités...tant en avancement que montant ex: -a la sncf , vous êtes noté favorablement dans un vivier de 100 à 500 personnes (genre 5-10 personnes à récompenser..) =1 ...

le 03/10/2022 à 19:43
Signaler
que savez vous des régimes spéciaux ? RIEN ...il y a même entre eux de fortes disparités...tant en avancement que montant ex: -a la sncf , vous êtes noté favorablement dans un vivier de 100 à 500 personnes -ca a lieu que ts les 3/5 ans selon le gra...

le 04/10/2022 à 18:21
Signaler
BRETT Vous confirmez par vos post que les regimes speciaux sont bien une usine a gaz dont il faut se debarasser au plus vite

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.