Retraites : faut-il augmenter les cotisations ?

 |   |  287  mots
L'ÉCO FACE A FACE #3. Le gouvernement tente de désamorcer la crise et le blocage des transports qui dure depuis près de deux semaines. Mais il a déjà été ferme sur son nouveau système de retraites qu'il veut universel : il n'y aura pas de hausse des cotisations. Bon ou mauvais choix ? Les réponses de Laurent Pahpy, analyste à l'IREF et Audrey Rain, économiste à l'IPP. Épisode 3.

La réponse n'aura pas tardé. Quelques heures après la parution d'un entretien dans lequel Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, demandait une hausse des cotisation pour ne pas retarder l'âge pivot à 64 ans, le gouvernement a rejeté l'idée : "Est-ce qu'il faut augmenter les cotisations? Nous ne sommes pas favorables à ça", a affirmé Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics sur BFMTV et RMC. "Une augmentation de cotisations, c'est moins de pouvoir d'achat pour les salariés et plus de charges pour les patrons, ça tuerait l'économie", a-t-il ajouté.

Après ces déclarations, l'entourage du ministre a expliqué à l'AFP que le ministre avait rappelé la position de l'exécutif lors de son intervention. "Le Conseil d'orientation des retraites (COR) a montré qu'il faudrait une hausse significative des cotisations pour équilibrer le système", a-t-il rappelé.

Lire aussi : Retraites : la CFDT propose une hausse des cotisations pour éviter l'âge d'équilibre

«Ce n'est clairement pas le scénario du gouvernement», a-t-il ajouté.

Qu'en pensent les experts, issus de courants de pensées différents ? Sur la hausse des taux de cotisation, les points de vue de Laurent Pahpy, analyste à l'Institut de Recherches Economiques et Fiscales (IREF), un think tank d'orientation libérale, et Audrey Rain, économiste à l'Institut des Politiques Publiques (IPP) financé par deux institutions partenaires (PSE-École d'Économie de Paris et Centre de Recherche en Economie et Statistique). L'Institut est dirigé par l'économiste Antoine Bozio, l'un des inspirateurs de la réforme des retraites présentée par le gouvernement.

Lire aussi : Retraites : le système universel à points est-il juste ?

Toute la semaine, pendant les grèves, retrouvez «L'Éco face à face» sur LaTribune.fr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2019 à 12:48 :
https://www.youtube.com/watch?v=HEZd4otId1s
a écrit le 18/12/2019 à 19:59 :
Il faut revoir aussi les statuts de nos forces dites "Régaliennes" par ce gouvernement. La masse financières devient intenable. Trop d'avantages : assurer de faire toute leur carrière sans coupure - grilles indiciaires avantageuses - échelons d'avancements très avantageux - âge de départ à la retraite compétitif - logement de fonction - voitures de fonctions - allégement des charges administratives à tous les étages avec l'informatique.
On peut dégager des millions d'euros d'économie.
a écrit le 18/12/2019 à 17:01 :
la vraie réforme, sera de changer l'assiette des cotisations assises aujourd'hui sur la masse salariale. Compte tenu de la démographie et des progrès techniques (automatisation / robotisation / IA ) on fait de plus en plus avec de moins en moins de monde. A la limite, une entreprise entièrement robotisée ne paiera plus rien aux caisses de retraite. Le CA pourrait être une assiette intéressante ; cela toucherait aussi mieux les amazon, google et autre facebook. Au final cela pourrait même se traduire par une baisse de la cotisation moyenne des entreprises.
Réponse de le 18/12/2019 à 19:35 :
ca s'appelle ' tva sociale', et la derniere fois que quelqu'un a parle de ca, ca a cree un tolle
a écrit le 18/12/2019 à 14:58 :
Faire contribuer la TVA au cotisation permettrait de rendre notre territoire bien plus compétitif! Mais Bruxelles va t elle l'autoriser?
a écrit le 18/12/2019 à 14:49 :
De toutes manière lorsqu'on regarde objectivement le problème les solutions sont limitées à 3 mesures.Soit diminuer très sensiblement les pensions,soit augmenter les cotisations,soit travailler plus longtemps.Mais comme toutes les solutions à un problème ,elles ont des points forts et des faibles et ce doit être sur ces points que le choix devrait se faire. La modération des cotisations sociales pour les entreprises a été faite pour leur donner plus de compétitivité vis a vis de la concurrence étrangère et au regard des produits que nous importons de l'étranger on ne peut pas dire que les entreprises qui n'exportent pas ne sont pas soumises a cette concurrence. Et de toute manière c'est le consommateur qui paie et il choisira les produits les moins chers à qualité égale...
Réponse de le 18/12/2019 à 18:35 :
C'est dommage de limiter le débat à "trois solutions" alors qu'il y a en tant d'autres... Comme incité aujourd'hui a avoir moins d"enfants pour que dans 20 ans il y ai moins de chômeur et comme il y aura moins de chômeur, les salaires seraient revu a la hausse car les employeurs seront moins regardant sur ceux qu'ils embaucheront donc plus de recettes aussi... Si on baisse les cotisation chômage on peut plus facilement cotiser plus pour les retraites de nos aînés... Mais bon je ne suis pas politicien et mes idées ne semble pas intéresser cette classe qui croit tout connaître...
Réponse de le 18/12/2019 à 21:02 :
La réduction du nombre d'enfants, c'est la garantie de ne plus avoir de pension.
La pyramide démographique est un énorme problème en Allemagne, en Pologne, en Hongrie, en Espagne.... et tous sont CONTRAINTS d'augmenter drastiquement l'âge de départ en retraite. Comme en plus certains refusent violemment toute immigration, ils vont continuer à décliner inexorablement.

En UE, Il n'y a que la France qui ait un taux de fécondité proche de 2 et donc ne soit pas obligée de recourir forcément à un allongement de la durée de cotisation.
a écrit le 18/12/2019 à 14:38 :
Il ne vient donc à aucun de ces savants l'idée qu'on puissent taxer autre chose que les salaires? Il y a d'autres sources. Le patrimoine et les revenus non salariaux entre autre.
Vu la hauteur des déficits envisagés c'est tout a fait réalisable sans déstabiliser l'économie du pays. Mais se sont là des barrières idéologiques du vieux monde qui sont infranchissable à nos marcheurs?
a écrit le 18/12/2019 à 12:56 :
Celle-ci on ne l'attendait pas, surtout d'un syndicat. Il ne faut s'étonner de rien et ne pas croire qu'ils cherchent des réponses constructibles. Le combat des chefs continue, les citoyens paieront.
a écrit le 18/12/2019 à 12:37 :
non puisque en2024 le regime sera excedentaire
encore une initaitive d'enarque comme toujours augmenter les prélèvements
de toute sorte au lieu de se pencher sur la production
solution simple et facile et surtout pas sallissante
a écrit le 18/12/2019 à 11:41 :
Encore une question imbecile . Nous sommes deja champion du monde ... Stop
a écrit le 18/12/2019 à 11:38 :
Le pourrissement est acte par philippe.
Menteur comme son chef, il ira jusqu'au bout.
Ca tombe bien les gens qui sont dehors aujourd'hui aussi.
Les francais ont l'occasion de discrediter micron et sa bande de predateurs, ne pas laisser passer, surtout pas. Yes.
a écrit le 18/12/2019 à 10:36 :
Avant d'augmenter les cotisations retraites, il faudrait peut-être tout simplement revenir sur les exonérations faites aux entreprises. Le Medef utilise toujours la même vieille rengaine de menace sur l'emploi. Peut-être pour les entreprises exportatrices directement en concurrence avec des entreprises étrangères convient-il de modérer les cotisations sociales mais pour les autres qui n'ont d'activités qu'en France. Depuis le 01 janvier 2013, les entreprises ont empochées 140M€. Et pour quels résultats?
On en revient aux fondamentaux des politiques néo-libérales. Quand un gouvernement veut réformer ou détruire un système social, il fabrique des déficits.
a écrit le 18/12/2019 à 9:18 :
"faut-il augmenter les cotisations ?" : Non, surtout pas, cela bloquerait l'économie française. Les retraités doivent accepter une baisse de leur niveau de vie.
Réponse de le 18/12/2019 à 9:49 :
une bonne chose economiquement et socialement mais c est suicidaire electoralement. Les boomers n accepteront jamais de se serrer un peu la ceinture, quitte a ruiner les petits enfants !
Réponse de le 18/12/2019 à 9:56 :
Je suis d'accord, augmenter le cotisations c'est tuer le pouvoir d'achat des travailleurs (y compris des plus pauvres).
Après on n'est pas obligé de baisser le niveau de vie des retraités. Il suffit de travailler un peu plus longtemps, comme ce qui se fait dans tous les autres pays. 64 ans (hors compte pénibilité), c'est pas non plus si dur que ça.
Réponse de le 18/12/2019 à 10:40 :
Modérer les revenus des retraités? Ce n'est pas ce que le gouvernement préconise puisqu'il souhaite indexer les retraites sur l’évolution des salaires et non plus sur l'inflation ce qui est plus favorable pour les retraités vu que les salaires ont une progression supérieure à l'inflation. A moins qu'une fois de plus ce soit un argument opportuniste et un leurre gouvernemental pour faire avaler aux salariés la réforme des retraites.
Réponse de le 18/12/2019 à 11:01 :
Parce que, si on baisse mon niveau de vie de retraité, ça ne va pas "bloquer l'économe française" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :