Rente perdue des autoroutes : le péage des services d'urgence

 |   |  316  mots
(Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
L'Etat continue de discuter avec les sociétés concessionnaires d'autoroute "pour trouver ensemble une bonne solution" afin d'exonérer de péages les forces de l'ordre lors de leurs interventions en urgence, a-t-on appris jeudi auprès du ministère des Transports.

Un amendement à la dernière loi de finances, adopté à l'unanimité en octobre 2017, prévoit que les services d'urgences soient exemptés des droits autoroutiers dans certaines conditions. Mais il n'est pas entré en vigueur, en l'absence de décret d'application.

"Depuis l'adoption de cet amendement, nous travaillons pour trouver les bonnes modalités d'application permettant de mettre en œuvre cette mesure en pratique", a indiqué à l'AFP le ministère.

"C'est pourquoi le décret d'application n'est pas encore publié. Nous avons une discussion avec les sociétés concessionnaires et travaillons avec elles pour trouver ensemble une bonne solution, afin de pouvoir mettre en œuvre la mesure dans les meilleurs délais comme le souhaite le gouvernement", selon la même source.

Lire aussi : L'État et la rente perdue des autoroutes... un cas (fictif) d'école

L'Etat discute toujours avec les sociétés d'autoroutes

Actuellement, "les services prioritaires type pompiers et forces de sécurité civile ne payent pas le péage quand ils utilisent l'autoroute pour intervenir sur l'autoroute", a expliqué à l'AFP Thomas Pertuiset, directeur du transport routier de voyageurs et des autoroutes à l'Arafer, l'autorité de régulation des activités ferroviaires et routières.

"Par contre, quand ils utilisent l'autoroute pour intervenir en dehors, ils s'acquittent du péage a posteriori", a-t-il ajouté.

En attendant la publication du décret, les pompiers, la police, les gendarmes et les ambulances doivent donc continuer de verser aux concessions autoroutières, selon la nature de leur déplacement, des sommes loin d'être négligeables dans leurs budgets de fonctionnement.

"Dans tous les cas de figure, les sociétés d'autoroutes appliquent la loi", a fait savoir à l'AFP l'une d'elles, alors que la nature des discussions actuelles avec l'Etat porte justement, de source proche du dossier, sur le principe ou pas d'une indemnisation par l'Etat du manque à gagner et de son éventuel montant.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2018 à 11:16 :
Le contrat est là comme référence, pas prévu = rien à demander. Ou un avenant en allongeant les concessions à hauteur des sommes annuelles que ça fait ne pas toucher de les exonérer. Business = business.
"afin d'exonérer de péages les forces de l'ordre lors de leurs interventions en urgence" l'Etat paie à leur place, c'est simple.
Quand on ne mettait pas de timbre pour la Sécu (y a longtemps, franchise postale) la Poste facturait les affranchissement manquant à la Sécu, business = business, service public ou pas.
Je n'emprunte pas les autoroutes à péages, j'espère que l'Etat va leur verser l'argent que j'eusse pu leur donner (si les pompiers passent ou pas ça ne change pas leurs bénéfices mais le contrat de concession est la référence immarcescible).
a écrit le 07/09/2018 à 10:35 :
faire payer pompier et ambulance,quelques soient les circonstances, me semble le comble du capitalisme décomplexé
Réponse de le 07/09/2018 à 23:09 :
le fric est plus important que tout !!!
Depuis Sarko, nos gouvernements successifs ne travaillent que pour eux même et leur caste d industriel et de financier amis, mais aucunement pour les français. On en a les preuves tout les jours.
Notre devise devrait être : argent, pouvoir, déshonneur et non liberté égalité fraternité
a écrit le 07/09/2018 à 9:20 :
Et bientôt : Rente perdue des barrages

On les a construit et financé à 100%, ils nous rapportent 1.2 milliard/an, et on le seul pays d’Europe qui va les brader au privé : les BARRAGES. Ils sont notre 2eme source d’énergie, et le 1er renouvelable, et sur ordre de la Commission européenne, on va sacrifier ce joyau de notre patrimoine.Pressée par Bruxelles de privatiser une partie de son parc hydroélectrique, la France va céder la concession de dix barrages en France ces prochaines années. Une situation qui pourrait s'étendre. Le ministre de l'Écologie, Nicolas Hulot, a transmis à l'Europe fin janvier une liste de 150 concessions qui arrivent à échéance d'ici 2022 et qui pourraient échapper au contrôle d'EDF, sur les 433 infrastructures du parc hydroélectrique français.
a écrit le 07/09/2018 à 8:49 :
C'est la ou l'on voit l'imprévoyance de nos politiques. Ceux qui ont privatisé les autoroutes auraient du obliger les acquéreurs à une participation aux frais de secours, car c'est un service vital pour ceux qui circulent automobilistes comme routiers. Que va t il être fait pour nos barrages hydro électriques gérés par des entités privées, la sécurité des habitants en aval de ces barrages est elle compatible à un moindre cout de gestion d'une part, et d'autre part ces barrages ont donné lieu à un déménagement forcé des habitants de ces vallées donc sur notre territoire. L'union européenne a bon dos ce sont nos dirigeants francais qui baissent la culotte face a des lobbys alors que notre intérêt général est en jeu.
a écrit le 07/09/2018 à 7:49 :
Voilà où mène le tout cadeau aux "chefs de cordée" tout dans leurs poches et le ruissellement c'est pour les bas côtés de l'autoroute!
a écrit le 06/09/2018 à 18:40 :
"les services prioritaires type pompiers et forces de sécurité civile ne payent pas le péage quand ils utilisent l'autoroute pour intervenir sur l'autoroute",...encore heureux ! Je propose que les SDIS fasse payer les sociétés d'autoroutes pour les interventions sur leurs autoroutes.
C'est là que l'on voit la faiblesse de l'État face à ce genre de situation. Que se passerait-il si les SDIS menaçaient de ne plus utiliser les autoroutes pour se rendre plus rapidement sur les interventions ou vers les hôpitaux ? s'ils opéraient de la même manière pour les colonnes de renforts ? En réalité c'est l'État qui traine des pieds car c'est lui qui sera dans l'obligation de payer les déplacements des secours sur les autoroutes.
a écrit le 06/09/2018 à 16:57 :
Que les actionnaires milliardaires a qui l’état a pourtant fait don de ces sociétés juteuses à l'époque du moins ne soient pas en état mental pour comprendre que les pompiers, au moins les pompiers bon sang !, ne payent pas l'autoroute démontre à quel point nos décideurs économiques à cause de la compromission avec les politiques sont complètement ravagés.

Au pire on peut se dire que la police faisant rentrer de l'argent à l’État peut en redistribuer aux sociétés d'autoroute mais pour les pompiers la gratuité devrait être imposée alors qu'au final non seulement les actionnaires ne le veulent pas mais en plus nos politiciens sont trop corrompus pour leur imposer.

Constat profondément triste d'une europe en déclin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :