Fret ferroviaire : pourquoi les péages vont (fortement) augmenter

 |   |  427  mots
Les tarifs payés en France sont très largement inférieurs à la moyenne européenne. Nous sommes obligés d'avoir un rattrapage, puisque l'Europe exige qu'il y ait un prix qui corresponde à ce que ça coûte, a expliqué le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies.
"Les tarifs payés en France sont très largement inférieurs à la moyenne européenne. Nous sommes obligés d'avoir un rattrapage, puisque l'Europe exige qu'il y ait un prix qui corresponde à ce que ça coûte", a expliqué le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le gouvernement a présenté jeudi son plan de relance du fret ferroviaire, incluant notamment un "rattrapage" des péages, pour les aligner sur les coûts réels et remplacer l'actuelle subvention, comme l'exige Bruxelles.

Rentrer dans le moule européen. Tel est l'objectif annoncé par le gouvernement au sujet de la relance du fret ferroviaire. Et pour cause, a expliqué le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, lors d'une conférence de presse:

"Les tarifs payés en France sont très largement inférieurs à la moyenne européenne. Nous sommes obligés d'avoir un rattrapage, puisque l'Europe exige qu'il y ait un prix qui corresponde à ce que ça coûte".

Une hausse de l'ordre de 4,6% par an au-delà de l'inflation

Les péages du fret ferroviaire augmenteront donc chaque année entre 2018 et 2027, "de l'ordre de 4,6% par an au-delà de l'inflation" dans le secteur ferroviaire, précise le gouvernement dans son "plan d'action pour la relance du fret ferroviaire".

Cette hausse sera toutefois conditionnée aux trois quarts (soit 3,45% hors inflation) à l'amélioration des services rendus par SNCF Réseau, gestionnaire des voies ferrées françaises et percepteur des péages facturés aux opérateurs de fret - SNCF Mobilités et ses concurrents privés.

Pendant cette période, l'Etat continuera de compenser le manque à gagner pour SNCF Réseau, "soit 90 millions pour 2016, et le montant nécessaire pour les années ultérieures", indique le document.

"L'objectif est d'arriver au bout de dix ans à un système qui sera le fonctionnement normal d'un marché où le prix correspondra à la prestation", a déclaré M. Vidalies. "On ne peut pas répondre à Bruxelles 'on ne fait rien', (car) c'est une aide d'Etat".

Des engagements insuffisants

"Les engagements annoncés par le gouvernement ne sont pas suffisants sans une amélioration significative de la qualité de service de SNCF Réseau", a réagi l'association française du rail (Afra), qui réunit les concurrents privés de la SNCF.

Le choix des indicateurs pour mesurer cette "qualité de service" fait encore l'objet de débats et "une issue doit être trouvée d'ici la fin de l'année (...) au risque d'entraver sérieusement la compétitivité du fret ferroviaire", a prévenu l'Afra.

Les opérateur privés se sont en revanche félicités de la prolongation jusqu'en 2020 de l'aide publique de 10 millions d'euros par an pour la rénovation des voies "capillaires" (utilisées uniquement pour le fret), annoncée par M. Vidalies.

L'Afra a également salué la reconduction en 2018 de l'aide de 10 millions par an au "transport combiné" (rail-route), mais a jugé "insuffisant" l'investissement de 20 millions d'euros consacré à des travaux de réduction du bruit des trains de fret en circulation.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2016 à 7:10 :
Que le prix un péage ferroviaire coresponsable au prix réel d'utilisation cela me semble des plus logique, mais ils faut que cette argents servent à entretenir les voix et à l'amélioration du réseau .... Pas à remboursé la dette de la SNCF, n'y à maintenir des acquis injustifiée au 21 siècle .... Une gestion plus rigoureuse de la SNCF serai bien venu... Maintenant pour répondre à certain commentaire, le prix de ferroviaire et deja superieur au prix du transport routier.... Çe qui pose beaucoups de question sur le fonctionnement de cette entreprise...
a écrit le 07/10/2016 à 17:47 :
Bravo l'UE, toujours à l'avant garde de ce que les Européens attendent !
C'est a dire la réduction de la pollution (les camions polluent plus que le rail, mais l'UE veux le rail plus chère pour les camions en France).
Ce que l'article n'aborde pas, c'est POURQUOI l'UE n'invite pas les autres pays à réduire le prix du ferroutage, plutôt que de nous demander d'augmenter le nôtre ?? Plus de ferroutage, c'est pus de rentabilité, donc un prix de revient qui baisse (ainsi que la pollution)
a écrit le 07/10/2016 à 17:39 :
Pourquoi le contribuable doit-il payer taxes et impôts pour permettre à certains de profiter d'un avantage quelconque ? Ceci n'est pas l'égalité. L'usager doit payer ce qu'il consomme. Cela devrait être la juste règle.
a écrit le 07/10/2016 à 16:33 :
Encore une fois le train est attaqué par les décideurs économiques et politiques au profit du lobby pétrolier. Alors que le transport des marchandises par train est mille fois plus écologique que par transport routier.

L'oligarchie veut la peau du train. Et la lutte contre le réchauffement climatique ? DTC
a écrit le 07/10/2016 à 13:49 :
et pendant ce temps , les camions ( de plus en plus sous pavillon étranger) roulent sur les routes Françaises SANS PAYER L'ECOTAXE alors que ces infrastructures sont payées par ... le contribuable Français !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :