Autoroutes : en 2018, une hausse des péages de 1% à 2%

 |   |  432  mots
Selon le journal, les hausses les plus fortes (+2,04% et +2,0%) concerneront les réseaux Area et de sa maison mère APRR (groupe Eiffage).
Selon le journal, les hausses les plus fortes (+2,04% et +2,0%) concerneront les réseaux Area et de sa maison mère APRR (groupe Eiffage). (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
Cette hausse des tarifs, présentée jeudi par le ministère des Transports, tient compte des prévisions d'inflation plus sévères, du rattrapage de l'augmentation de la redevance domaniale (infrastructures de transports) et du financement des travaux.

Les tarifs des péages d'autoroutes vont augmenter de 1,03 à 2,04% selon les réseaux à partir du 1er février 2018, soit sensiblement plus qu'en 2016 et 2017, années où la hausse moyenne avait été limitée à 1%, affirme Le Journal du Dimanche (JDD).

"Ce n'est pas une décision nouvelle", a indiqué un porte-parole du ministère des Transports dans un commentaire à l'AFP.

"Il s'agit de l'application de l'inflation et des contrats conclus depuis plusieurs années entre l'Etat et les sociétés concessionnaires."

Les chiffres avancés par le JDD, qui varient en fonction des réseaux des sociétés autoroutières et des travaux à y effectuer, devraient être présentés jeudi par le ministère des Transports au comité des usagers (associations de transporteurs et d'automobilistes).

En 2014 déjà, une montée au créneau

Le pourcentage de hausse des tarifs prend en compte diverses composantes, comme le niveau de l'inflation, l'augmentation de la redevance domaniale (pour le financement d'infrastructures de transport) et les travaux non prévus dans les contrats des sociétés concessionnaires.

Fin 2014, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal était montée au créneau après un rapport de l'Autorité de la concurrence qui faisait état de la "rente" des sociétés autoroutières depuis la privatisation de 2006, un calcul contesté par les intéressées qui avaient répliqué en mettant en avant les investissements réalisés dans le réseau. Au plus fort de la crise, une résiliation pure et simple des contrats de concession avait même été évoquée.

Un accord entre l'Etat et les concessionnaires avait mis fin à la polémique en septembre 2015 avec le lancement d'un plan de relance autoroutier de 3,2 milliards d'euros qui prévoyait des hausses de péage sur les années suivantes, et un allongement des concessions.

Les hausses les plus fortes pour APRR et Area

En janvier 2017, le gouvernement et les sociétés autoroutières se sont entendus sur un plan d'investissements supplémentaire de 803,5 millions d'euros dans les autoroutes qui prévoit 57 opérations (aménagements d'échangeurs, travaux d'amélioration environnementale, etc) sur le réseau, financé par des hausses des péages (comprises entre 0,1 et 0,4% par an de 2019 jusqu'en 2021) et par des subventions des collectivités locales.

Selon le journal, les hausses les plus fortes (+2,04% et +2,0%) concerneront les réseaux Area et de sa maison mère APRR (groupe Eiffage).

Les augmentations seront de 1,34% pour ASF, Escota et Cofiroute, les filiales du groupe Vinci, et de 1,39% pour la Sanef et la SAPN (groupe Abertis)

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2017 à 18:02 :
Pas étonnant, car les autoroutes appartiennent aux sociétés de construction d'autoroute. Ils gagnent avec les péages et encore une fois avec les réparations, utiles ou inutiles.
Une affaire en or.... et personne ne dit rien pour ce conflict d'intérêts.
a écrit le 20/11/2017 à 13:23 :
Puisque les usagés doivent payer pour les investissements des infrastructures autoroutières, ne serait-il pas aussi logique que l'augmentation se fasse une fois les travaux fini et que pendant la durée de ceux ci, l'usagé qui empreinte une portion en travaux ne paye pas son plein tarif étant donné que régulièrement il perd du temps alors que le but premier de l'autoroute est de diminuer les temps de trajet?
Le curseur devrait fonctionné dans les deux sens...
a écrit le 20/11/2017 à 9:18 :
Si déjà les camions prenaient les autoroutes systématiquement les sociétés d'autoroute n'auraient pas à augmenter les tarifs à tout le monde mais alors que hollande nous a promis dès le début de son mandat, bon faut dire qu'il en a fait beaucoup de promesses progressistes alors qu'il n'a fait qu’appliquer une politique économique conservatrice, que tous les camions iraient sur les autoroutes.

Or dans la pratique on voit bien que cela n'est pas le cas, pire, il y a de plus en plus de camions qui viennent bousiller nos nationales alors que les trajets autoroutiers existent.
Réponse de le 22/11/2017 à 0:10 :
Ben vous avez totalement raison, malgré le panneau d'interdiction en transit chez-moi ça continue de rouler sans jamais la moindre amende.
Visiblement il y a des conducteurs pour qui le code de la route n'éxiste pas.
En limitant à 70 kmh on réduirait le bruit et les nuisances et ça les obligerait à prendre l'autoroute.
a écrit le 20/11/2017 à 9:06 :
Encore des taxes deguisees MR Hollande oh pardon MR MACRON !!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :