Retour à l'emploi : les seniors à la peine

 |   |  545  mots
Le seniors éprouvent de nombreuses difficultés à retrouver un emploi.
Le seniors éprouvent de nombreuses difficultés à retrouver un emploi. (Crédits : Reuters/Charles Platiau)
Les chances de retrouver un emploi sont fortement liées à l'âge rappelle une récente enquête du centre d'études de l'emploi et du travail (CEET). Ainsi, seuls 35% des chômeurs âgés de 55-59 ans sont réemployés contre 50% chez les 50-54 ans.

Le marché du travail est loin de s'améliorer pour les seniors. Selon une étude du centre d'études de l'emploi et du travail (CEET) rattaché au CNAM publiée ce jeudi 13 juin, la France accuse un sérieux retard en matière d'emploi pour les plus âgés. Ainsi, le taux d'activité des 55-64 ans s'élevait en 2017 à 54,9% en France contre 59,6% en Espagne, 66,4% au Royaume-Uni et 63% en moyenne dans les pays de l'OCDE.

Alors que le gouvernement planche depuis des mois sur une réforme des retraites, la question du retour au travail de cette catégorie après une période de chômage demeure déterminante. Surtout, si le chômage a continué de baisser au premier trimestre malgré le ralentissement de la croissance et que les créations d'emplois restent dynamiques, le taux de chômage des plus de 50 ans est reparti à la hausse au premier trimestre 2019 pour atteindre 6,6% de la population active après plusieurs trimestres de baisse consécutifs.

> Lire aussiL'emploi salarié a bondi au premier trimestre

Le rôle indéniable de l'âge

Pour mieux appréhender les facteurs qui peuvent expliquer ces difficultés, l'auteure de l'enquête intitulée, "Le retour à l'emploi diminue-t-il avec l'âge ?", Kadija Charni , a décidé de s'attaquer à l'emploi au Royaume-Uni. "Le marché du travail britannique est un marché libéral, où l'intervention de l'État est limitée, ce qui permet d'étudier plus facilement le rôle de l'âge. Les politiques d'emploi sont peu développées : elles sont caractérisées par en comparaison de celles de ses voisins européens".

D'après les résultats obtenus par la chercheuse, l'âge joue un rôle considérable pour retrouver un emploi. Ainsi, seuls 35% des chômeurs âgés de 55-59 ans sont réemployés, alors que cette proportion est de 50% pour les 50-54 ans. Aussi, la probabilité qu'un chômeur retrouve un poste chute fortement avec l'âge. "À titre d'exemple, un homme âgé de 51 ans a 7% (6% pour une femme) moins de chance de quitter le chômage qu'un homme âgé de 50 ans" explique le document.

Les seniors frappés par le chômage de longue durée

Par ailleurs, ces travaux confirment que les seniors sont particulièrement frappés par le chômage de longue durée (supérieur à un an). Les individus de l'échantillon ont en moyenne une durée de chômage de 14 mois. Et cette situation peut empirer en fonction du niveau de qualification des travailleurs. Sur l'ensemble des chômeurs, les hommes ayant un niveau d'études relativement bas et ayant occupé des postes peu qualifiés se retrouvent au chômage encore plus longtemps (18 mois en moyenne).

> Lire aussi : Chômage de longue durée : le calvaire des seniors

Au sein des personnes âgées de plus de 50 ans, il existe d'autres contrastes importants sur seulement quelques années d'intervalle. "En moyenne, les chômeurs seniors connaissent des périodes de chômage plus longues, de l'ordre de 3,2 mois pour les 55-59 ans et de 3,9 mois pour les 60-64 ans par rapport aux 50-54 ans" précise l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2019 à 15:51 :
Quand arrêtera t'on de gérer chômage et retraites avec des logiques purement budgétaires ?
Avant de parler de l'employabilité à laquelle font face les séniors (compétences, profil, coût, évolutivité, etc ...), il faut regarder le marché du travail en face : il n'y a pas de travail pour tout le monde aussi, pour des critères purement économiques à court terme, les employeurs se "défausseront" plus facilement des seniors sur le dos de Pôle Emploi et s'en lavent les mains,sachant que pour un sénior, ces périodes de chômage longue durée en fin de carrière ont un impact important sur le montant global de sa future pension de retraite.
L'allongement de la période de cotisation à 42 ans n'a pas amélioré l'employabilité des séniors, alors on peut pousser jusqu'à 44 ans le résultat sera la même sur le front du chômage où le gouvernement prévoit des restrictions d’indemnisation importantes qui ciblerons souvent les séniors (qui dit fin de carrière dit souvent salaire plus élevé), mais l'économie sera substantielle sur le font des retraites. Moralité, face à ces incertitudes les français épargnent a tout va, ce qui constitue un frein à l'activité économique.
a écrit le 17/06/2019 à 13:46 :
Le problème de l'allongement de la durée de cotisation est que celui qui se retrouve au chômage après 50 ans a encore 10 ans à 15 ans à travailler.
Si rien n'est fait pour aider ces personnes à se former sur des secteurs qui recrutent réellement dans cette catégorie, ils risquent de se trouver pour longtemps dans l'ornière.
Réponse de le 18/06/2019 à 10:13 :
Et tu crois qu'à 50 ans on a encore la motivation, les capacités physiques et intellectuelles de changer de vie. Comme les quinquas ont été trop exploités dans leur jeunesses à cause de l'émergence du dumping international, ils sont souvent usés, quand ils n'ont pas tout perdu : travail, situation sociale, famille, santé, perspectives d'avenir ... C'est aussi peut-être à cause de cela qu'ils ne peuvent plus se réinsérer dans un monde ou les performances maximales sont la règle.
a écrit le 17/06/2019 à 13:31 :
Comment se fait-il qu'il n'y ai pas de cotas pour le recrutement des seniors, comme pour les handicapés ? Le problème serait réglé. On demande aujourd'hui au senior de se reconvertir alors qu'ils sont déjà experts dans leur domaine professionnel. Il faut aussi se rendre compte que leur morphologie et condition physique s'est adapté à un métier précis, et qu'il est très difficile à partir d'un certain ages de s'adapter à de nouvelles conditions de travail. Ce n'est pas un manque de volonté, mais une contrainte physiologique.
a écrit le 17/06/2019 à 11:50 :
C est vrai c est dure de trouver un emploi après 50 ans quant on a pas diplôme les entreprises on du mal à nous prendre quant on vous demande notre âge moi ça va faire un an au chômage toujours rien trouver
Réponse de le 17/06/2019 à 13:40 :
bon il faut corriger le francais et l'orthographe... mais meme avec des diplomes (j'en ai une valise) 50 ans on ne vous veut plus dans les entreprises ou d'ailleurs on a des conflits avec les jeunes surtout si on a un poste de responsable et hélas j'ai constaté dans l'industrie que c'est encore plus dur pour les femmes...
a écrit le 17/06/2019 à 11:28 :
Pour les seniors en manque de boulot, il y a l’éducation nationale. J’ai entendu dire qu’il recherchait du monde pour aller dans les cités. Bon boulot!!!! Allez un peu de courage.....
a écrit le 17/06/2019 à 7:12 :
La génération X, celle qui a inauguré le premier plan "Barre" pour l'emploi des jeunes en 1977, il y a 42 annuités, et ouais. 77 ça allait pas, 83 ça allait pas, 91 ça allait pas, 2008 ça allait pas....
Celle qui a cotisé plein but sur souvent de petits salaires et a qui on promet une retraite allégée et qui n'aura pas forcement une espérance de vie aussi miraculeuse que ça. Celle qui a interet a n'avoir comme pretention de retraite que MBD, manger boire dormir, un toit un chat un bout de terrain et un hamac. S'assurer ça c'est deja bien
a écrit le 17/06/2019 à 7:01 :
En France, avec l'immigration, on fait du dumping social. En informatique, par exemple, ce sont des charters entiers de jeunes informaticiens qu'on fait venir du continent africain. Alors forcément, le cinquantenaire français, là dedans, il a du mal à se caser. Dans mon entreprise, en tout cas, c'est comme ça que ça marche, on n'embauche que des jeunes, la moyenne d'âge n'augmente pas. Seuls quelques anciens qui sont là depuis Mathusalem relèvent la moyenne.
Réponse de le 17/06/2019 à 8:59 :
"En France, avec l'immigration, on fait du dumping social. En informatique, par exemple, ce sont des charters entiers de jeunes informaticiens qu'on fait venir du continent africain. "

L'Europe souffre de dumping social mais des pays de l'Est avec des esclaves à 300 euros par mois mais comme ils sont blancs vous autres fachos ne le voyez pas, ça vous dérange pas.

Vous y pouvez rien c'est votre karma qui expose sans arrêt votre incapacité à gérer.
Réponse de le 17/06/2019 à 9:20 :
Vrai.
Meme les plus jeunes francais bien charges en diplomes ne trouvent plus de boulot.
La tranche 30/40 piges s'en va a l'export esperant trouver mieux.
C'est dire le marasme en Europe.
Réponse de le 17/06/2019 à 18:28 :
Ben c’est le revers de la médaille !
On souhaite protéger les seniors et on donne des contraintes supplémentaires aux employeurs qui licencient des employés ayant plus de 50 ans.
Il ne faut pas s’étonner dans ce cas qu’ils préfèrent embaucher des personnes de moins de 50 ans ...
Réponse de le 18/06/2019 à 14:24 :
Bien-sûr le chômage est une affaire de tous,donc si les patrons sont aussi pour le grand remplacement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :