L'emploi des seniors en plein boom

 |   |  1015  mots
La part des personnes âgées de 65 à 74 ans qui sont en emploi est en forte croissance depuis 10 ans, même si elle ne représente encore que 5% de cette classe d’âge souligne l'Insee.
"La part des personnes âgées de 65 à 74 ans qui sont en emploi est en forte croissance depuis 10 ans, même si elle ne représente encore que 5% de cette classe d’âge" souligne l'Insee. (Crédits : Reuters)
Le taux d'emploi des seniors a quasiment triplé en 10 ans selon la dernière enquête de l'Insee. Les plus âgés, qui occupent un emploi, sont plus souvent des hommes, plus diplômés et vivant en région parisienne.

Le vieillissement de la population active ne cesse de progresser. Selon le dernier portrait social de l'Insee publié ce mardi 20 novembre, le taux d'emploi (*) des plus de 65 ans a quasiment triplé en 10 ans, passant de 1,1% en 2006 à 3% en 2017. La multiplication des réformes des retraites lors des deux précédents quinquennats a clairement allongé la durée de travail de la population française. Pour mieux comprendre ce phénomène démographique, les experts de l'institut de statistiques ont dressé un portrait détaillé de cette population qui traduit des situations très disparates.

De plus en plus de seniors au travail

Après avoir baissé depuis le début des années 80, le taux d'emploi des plus de 65 ans a fortement augmenté. Outre les réformes des systèmes de retraite, les politiques publiques en matière d'emploi, les réformes d'assurance chômage et l'assouplissement des conditions de cumul emploi-retraite depuis 2004 ont contribué à cet accroissement, rappellent les économistes de l'Insee. Lors de la conférence de presse, Laurence Rioux de l'Insee rappelait d'ailleurs que "70% des seniors en emploi cumulaient emploi et retraite." L'amélioration de l'espérance de vie et celle du niveau de qualification ont également pu contribué à la hausse de l'emploi des seniors.

Durant les dix dernières années, le rôle de la crise n'est pas à négliger.

En effet, "les conditions d'emploi dégradées après la crise ont pu jouer un rôle, en retardant l'acquisition de droits nécessaires pour bénéficier d'une retraite à taux plein pour des personnes à carrière incomplète", souligne l'organisme de statistiques publiques.

Le taux d'emploi diminue avec l'âge

Malgré cette progression de l'emploi des seniors, le taux d'emploi baisse progressivement avec l'âge. Il passe de 44% à 60 ans à 10,3% à 65 ans, et 1,6% à 74 ans. Plusieurs seuils marquent cependant cette diminution. Le premier, à l'âge de 62 ans, correspond à l'ouverture des droits à la retraite. Et le second, à 65 ans, correspond à l'âge qui permet de recevoir une retraite à taux plein si elle est demandée.

Les seniors actifs sont plutôt des hommes diplômés

Les résultats de l'enquête de l'Insee indiquent que 58% des personnes qui travaillent entre 65 ans et 74 ans sont des hommes. Ils sont également plus diplômés que les inactifs de la même tranche d'âge. "

31% d'entre eux ont un diplôme supérieur à bac + 2 contre 11% pour les inactifs."

Ils déclarent vivre le plus souvent en région parisienne et être en meilleure santé. Seulement 4% déclarent avoir un mauvais état de santé contre 12% parmi les inactifs. Parmi les 65-74 ans actifs occupés, 29% déclarent occuper un emploi de cadre ou de profession intellectuelle supérieure contre 16% des inactifs.

L'auto-entrepreneuriat surreprésenté

Le non-salariat progresse vivement chez les plus âgés. D'après l'organisme public, 41% des personnes de 65 à 74 ans en emploi sont non salariées contre 24% parmi les plus jeunes de 60 à 64 ans, "avec près de trois fois plus d'auto-entrepreneurs."  Mais cette surreprésentation, loin d'être un phénomène isolé à l'échelle européenne "peut résulter du manque d'attractivité du niveau de la pension comme de la difficulté à trouver un repreneur."

La part des contrats à temps partiel prend de l'ampleur avec l'âge. "Ainsi, plus de la moitié des 65-74 ans qui occupent un emploi avec un horaire de travail habituel travaillent à temps partiel, contre un peu moins d'un tiers des 60-64 ans. La durée hebdomadaire du travail est en conséquence inférieure de 6 heures en moyenne pour les plus âgés par rapport à leurs cadets" résume l'étude. À partir de leurs enquêtes, les experts de l'Insee ont brossé le portrait des actifs occupés de 65 à 74 ans. Quatre types de profils se dégagent:

  • 41% des actifs occupés de cette tranche d'âge sont des femmes employées, peu diplômées, à temps partiel, plus souvent seules et immigrées ;
  • 34% sont des hommes très diplômés vivant dans des zones urbaines ;
  • 18% sont des commerçants assez peu diplômés ;
  • enfin 7% sont des agriculteurs travaillant à temps complet.

Des pensions de retraite dévalorisées

La faiblesse des pensions de retraite peut expliquer, en partie, ce recours accru au temps partiel. En effet, de nombreux retraités sont parfois confrontés à des fins de mois difficiles s'ils se reposent uniquement sur le versement de leur pension. Comme le rappelle une récente étude du service de statistiques du ministère de la Santé, les pensions de retraites n'ont quasiment pas été revalorisées en 2016, par exemple.

"En 2016, la pension de retraite diminue de 0,6% en euros constants dans la plupart des régimes" expliquent les auteurs de l'étude.

Et si la pension moyenne de droit direct s'élève à 1.347 euros, ce chiffre masque d'immenses disparités au sein de cette population. Les femmes, par exemple, touchent une pension inférieure de 39% à celle des hommes. Et la situation pour certains retraités ne risque pas de s'arranger avec la désindexation des pensions prévue pour les années 2019 et 2020.

Lire aussi : Budget 2019 : les retraités grands perdants

Un vieillissement de la population à prévoir

Les perspectives démographiques calculées par les services de l'Insee annoncent un vieillissement de la population française. Alors que la France compte actuellement 13,1 millions de personnes de 65 ans (soit 20% de la population), la part des seniors pourrait s'accroître pour atteindre 29% de la population en 2070.

Mais ce phénomène est loin d'être récent. Le document rappelle que le nombre de seniors double presque tous les 50 ans depuis 1920 et leur part dans la population est passée de 9% en 1920 à 20% en 2018. Le rythme du vieillissement devrait être le même dans les 50 prochaines années que lors des 50 dernières.

Enfin, la diminution de l'écart de l'espérance de vie entre les hommes et les femmes devrait se poursuivre permettant de réduire les déséquilibres sur la pyramide des âges.

(*) Le taux d'emploi est défini comme la part des personnes ayant un emploi parmi les personnes âgées de 15 à 64 ans, exprimée en pourcentage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2018 à 11:54 :
Raisonnement à court terme ou à long terme ?

Au 2e trimestre 2018, la France avait (toujours) un taux de chômage des jeunes (15-24 ans) à 20 % (https://stats.oecd.org/Index.aspx?DatasetCode=STLABOUR&Lang=fr), en 4e position derrière la Grèce, l’Espagne et l’Italie. Pire que, le Portugal, la Turquie ou la Belgique. Il est vrai que la moyenne des pays de l’UE n’est pas bonne, à 17 %, contre 11 % pour les pays OECD. Peut être aussi l’effet diplômant obligatoire, qui oblige à poursuivre les études ?
Il n’empêche que, l’exercice de report de l’âge de la retraite à des limites et mieux vaudrait privilégier l’employabilité des jeunes. D’autant plus dans un contexte d’évolution numérique aussi rapide et qui nécessite des cerveaux plus agiles.
Du moins si l’on veut parier sur l’avenir numérique et technologique du pays.
Côté analyses sur l’évolution du marché du travail : Tresor Eco N° 228 Octobre 2018
a écrit le 21/11/2018 à 10:26 :
" Et le second, à 65 ans, correspond à l'âge qui permet de recevoir une retraite à taux plein si elle est demandée."

désolé mais c'est FAUX, depuis la réforme de 2010 il faut être né AVANT le 1er Juillet 1951 pour bénéficier de la retraite à taux plein à 65 ans quel que soit le nombre de trimestres validés.
En revanche, si vous êtes né à partir du 1er juillet 1951, l’âge de la retraite à taux plein est augmenté de 4 mois par génération à compter du 1er juillet 2016 jusqu'à atteindre les 67 ans en 2022.
Conformément à la loi de financement de la sécurité sociale pour 2012, ce palier de 4 mois est désormais porté à 5 mois pour les personnes nées à compter du 1er janvier 1952.
ce qui donne ceci:
année naissance : retraite à taux plein:
1952 65 ans et 9 mois
1953 66 ans et 2 mois
1954 66 ans et 7 mois
1955 67 ans
Réponse de le 21/11/2018 à 13:55 :
Faux, ce qui compte c'est d'avoir tout ces trimestres de validés, moi né en 1955, je l'ai eu à 62 ans à taux plein.
a écrit le 21/11/2018 à 8:15 :
"Alors que la France compte actuellement 13,1 millions de personnes de 65 ans (soit 20% de la population"

Dont près de 4 millions de cadre qui s'en sortent très bien à la retraite.
a écrit le 21/11/2018 à 7:13 :
Pas étonnant vu qu' il n y a plus de chômage. Quand on voit le nombre de postes vacant dans tous les secteurs en Bretagne, s en est inquiétant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :