Retraites : Macron attendu au tournant à la veille des voeux présidentiels

Des transports toujours perturbés, en particulier en Ile-de-France malgré un léger mieux: la France vit lundi son 26e jour de grève contre la réforme des retraites, à la veille du réveillon de la Saint-Sylvestre et des voeux très attendus d'Emmanuel Macron.
(Crédits : Christian Hartmann)

Message d'apaisement ou signal de fermeté ? La parole du président de la République sera scrutée de près mardi 31 décembre au soir, alors que le conflit social contre le projet de "système universel" de retraite par points est, au 26e jour de grève ce lundi 30 décembre, déjà plus long que celui de 1995. Quasi muet sur les retraites depuis des semaines, le chef de l'Etat s'est contenté d'un appel, en vain, à la trêve pour Noël et a fait savoir qu'il renonçait à sa pension de président, avant de se retirer au fort de Brégançon.

Il s'est ainsi ménagé une possible fenêtre de tir pour débloquer la situation le 31. Sauf s'il opte pour le bras de fer, au risque de radicaliser les opposants avant une reprise des discussions qui n'est pas prévue avant le 7 janvier. "Je pense qu'il est grand temps d'appuyer sur le bouton stop", a redit, ce lundi  30 décembre, le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier, pour qui "le projet se délite, à l'évidence".

La tension s'accentue entre le gouvernement et les syndicats

"Ça fuit de toutes parts et le gouvernement est obligé de colmater les brèches" en multipliant les concessions, a-t-il relevé. "On s'aperçoit que (le futur système) ne fonctionne pas pour telle ou telle profession, que ce soient les pilotes, les pompiers, les danseurs de l'Opéra...", a énuméré le dirigeant syndical, partisan d'un retrait total du projet. Même revendication à la CGT-Cheminots, fer de lance d'une contestation sans pause. "La trêve, c'est la défaite", a estimé Mathieu Bolle-Reddat, leader de cette fédération syndicale à Versailles.

Pour lui, les grévistes sont d'autant plus "déterminés" que le gouvernement est "brutal, agressif, méprisant". Le ton, de fait, est monté d'un cran dimanche entre l'exécutif et les opposants les plus déterminés à la réforme. Le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a reproché à la CGT de pratiquer un syndicalisme "de blocage" voire "d'intimidation" quand le numéro un de la centrale, Philippe Martinez, accusait le gouvernement d'organiser "le bordel" et de jouer "le pourrissement" du conflit.

Concert devant l'Opéra Bastille

En l'absence de sortie de crise, la seconde semaine des vacances scolaires a commencé lundi par un 26e jour consécutif de grève à la SNCF et à la RATP. Il fallait compter sur seulement un TGV sur deux, un Transilien sur quatre et trois circulations de TER (souvent assurées par des cars) sur dix, même si le taux de grévistes à la SNCF est tombé à 7,1%, nouveau plus bas niveau depuis le début du mouvement le 5 décembre. Le trafic RATP a certes connu une nette amélioration, avec 14 lignes de métro fonctionnant normalement (lignes 1 et 14) ou partiellement, et des RER A et B circulant de 6h30 à 19h30. Mais pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, seules les lignes automatiques 1 et 14 circuleront jusqu'à 2h15 du matin.

Les opposants à la réforme ont mené plusieurs opérations de blocage. Au moins deux dépôts de bus parisiens ont dû être débloqués par les forces de l'ordre, selon la RATP. À Brest, des manifestants ont temporairement empêché le départ de "cars Macron" utilisés, selon FO, pour "casser la grève". Dans le Calvados, des grévistes ont occupé plusieurs voies de chemin de fer avant d'être délogés par la police, selon la SNCF. En outre, des dockers et agents portuaires ont bloqué les entrées des bâtiments administratifs des ports de commerce de Lorient, du Havre et de Rouen.

À l'Opéra de Paris, où une cinquantaine de représentations ont déjà été annulées, les grévistes ne lèvent pas le pied, malgré la "clause du grand-père" accordée aux danseurs (seules les recrues à partir de 2022 seront concernées par le nouveau système). Des musiciens de l'orchestre maison ont prévu de donner un concert gratuit mardi après-midi devant l'Opéra Bastille. Même détermination du côté des avocats, appelés par le Conseil national des barreaux à une "grève dure" à partir du 6 janvier.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 56
à écrit le 31/12/2019 à 17:21
Signaler
Je n'ai pas voté pour vous, ni au 1er ni au 2ème tour, Mais à présent prete à voter pour vous avec détermination. Toute votre action forte depuis 2 ans et demi, commence à pallier le Désastre et Passif et Paresse et Irresponsabilité, de trois d...

le 02/01/2020 à 10:31
Signaler
Pourquoi tant de haine envers notre président !? Vous voulez qu'il se fasse massacrer ou quoi ? Hum... -_-

le 02/01/2020 à 15:54
Signaler
"Je n'ai pas voté pour vous, ni au 1er ni au 2ème tour, Mais à présent prete à voter pour vous avec détermination" En gros tu as voté à droite au 1er ni au 2ème tour et depuis que tu t'es apercu que Macron est de droite ,tu vas voter pour lui la ...

à écrit le 31/12/2019 à 12:47
Signaler
Le moins disant social est le fer de lance de sa politique menée jusque-la , alors que pourrait-il annoncé de différent . Je ne vois pas , c'est prédécesseur ont laissé d'énormes trous dans l'économie , mais lui est parti pour faire plus fort, il lai...

à écrit le 31/12/2019 à 12:40
Signaler
Macron : l'homme qui désenfumait en soufflant sur le feu.

à écrit le 31/12/2019 à 12:09
Signaler
Que va t'il pouvoir dire, son règne est un échec, si les entreprises créent des emplois, c'est pas de sa faute, c'est que des entrepreneurs courageux sous la mitraille de normes, de changements de lois, de taxes, l'introuvabilite de personnel ont rel...

à écrit le 31/12/2019 à 11:29
Signaler
qui peut encore attendre quelque chose de celui qui a échoué partout: désindustrialisation, déficit commercial, endettement, pauvreté, impôt et taxes records, délabrement des services publics et infrastructures (hôpitaux, rail, routes,...), vraies ré...

à écrit le 31/12/2019 à 11:17
Signaler
apres ce grand caffouillage méprisant le clan a perdu toute crédibilité . comme le dicton. celui qui précipite ses pas tombe

à écrit le 31/12/2019 à 10:44
Signaler
Macron va s'adresser ce soir a la france majoritaire,celle qui travaille dur et qui ne dit rien.La réforme passera,il va falloir s'y faire,et les syndicalistes vont devoir reprendre le travail,meme si c'est inhumain et pénible.Finies les vacances!

à écrit le 31/12/2019 à 10:13
Signaler
Dans peu de temps on nous apprendra que Macron n'est qu'une "victime" des desiderata de l'UE de Bruxelles et des lobbies!

à écrit le 31/12/2019 à 9:46
Signaler
Macron se trouve confronté aux erreurs maladresses de son 1er ministre et des explications fantaisistes de ses collaborateurs ministres et secrétaires d'état amateurs immatures, Macron est aussi son propre ennemi en ayant raconté tout et n'importe qu...

à écrit le 31/12/2019 à 9:22
Signaler
Macron se trouve confronté à une GGT dont l'objectif est strictement politique : organiser le chaos pour favoriser un coup d'état larvé au bénéfice de dune coalition rouge- brun !

le 31/12/2019 à 10:49
Signaler
Faudra quand même qu'un jour tu nous dises ce que tu prends parce que visiblement c'est de la bonne !

à écrit le 31/12/2019 à 9:18
Signaler
Le discours du Président est attendu ; La question est de savoir par qui son discours est attendu ; Selon les sondages dans la France profonde, 77 % des Françaises et des Français sont contre le projet retraite du gouvernement et soutiennent les...

à écrit le 31/12/2019 à 9:08
Signaler
Désavoué par les Français et critiqué pour sa réforme des retraites, Emmanuel Macron s’isole et ne semble pas vouloir écouter son entourage politique. Le Parisien révèle que le président de la République est aux abonnés absents et va jusqu’à chamboul...

à écrit le 31/12/2019 à 8:39
Signaler
Bof, preferant parler de la france depuis l'etranger il va parler europe et monde. Quand aux retraites, s'il s'entête dans cette mauvaise reforme la campagne de 2022 sera sur la reforme de la reforme macron, et là, il aura beaucoup beaucoup de mal a ...

à écrit le 31/12/2019 à 8:34
Signaler
Supprimer le droit de grève dans les secteurs stratégiques comme les transports, la santé et l'éducation s'impose comme une nécessité vitale pour une société rongée par le democratisme, maladie infantile de la démocratie. On ne peut accepter indéfi...

le 31/12/2019 à 10:47
Signaler
c'est parce que il y a un chef que nous sommes dans cette situation. La pensée d'un individu face a la réalité du monde. ce qui se passe est de la faute de celui qui a produit le vide.

à écrit le 31/12/2019 à 1:41
Signaler
Je ne comprend pas pourquoi tout le monde n'est pas favorable à ce que chacun puisse choisir de mettre une partie de ses cotisations à la retraite dans un système par capitalisation s'il le souhaite. En répartissant entre capitalisation et répartitio...

le 31/12/2019 à 9:05
Signaler
Qui vous empêche de placer votre épargne en bourse ? Il y a des tas de solutions bancaires. Après ne comptez pas sur les autres si la bourse s'effondre !

le 31/12/2019 à 12:11
Signaler
Sauf que l' UE qui tient la main à Macron sur le sujet retraites, comme sur tous les autres, ne veut plus de retraites par répartition. Format court, format long souhaitez-vus un petit quelque chose qui s' appellerait déve...

à écrit le 30/12/2019 à 22:32
Signaler
Si les vœux du président sont « très attendus » par les Français, pour autant que cette affirmation soit vraie, c’est qu’ils n’ont toujours pas compris le jeu qui se joue depuis plus d’un an, qu’ils soient Macronistes ou gilets jaunes, pour ou contre...

le 31/12/2019 à 9:06
Signaler
Il n' y a pas d' opposants à Macon-des-GOPE car les médias mainstream aux mains des néolibéraux n' en fabriquent tout simplement pas en ne leur fournissant aucune fenêtre médiatique pour s' exprimer et on y retrouve à l'...

le 31/12/2019 à 9:22
Signaler
Théorie séduisante, pour gérer n'importe qui il faudrait agir n'importe comment. Mais elle n'explicite pas les objectifs de celui qui l'applique. Que voudrait Macron, ou ceux qui l'ont mis au pouvoir (je parle des mentors), pas le calme manifestemen...

à écrit le 30/12/2019 à 21:45
Signaler
En 2022 un nombres des retraités seront plus la pour les élections présidentielles dit part Macron moralité ils seront morts ? La retraite un pognon de d Ain gué

à écrit le 30/12/2019 à 21:34
Signaler
Il est invraisemblable que le Mikronprinz prenne un tournant. Personne n'attend donc. "IL" a fait la paix avec son camp des héritiers de la République, les fonctionnaires et les salariés du secteur public ou parapublic, jusqu'à la ballerine, lachant ...

à écrit le 30/12/2019 à 20:55
Signaler
C'est pas bête ce que fait l'Opéra de Paris. On se met tous en grève et on bosse tous gratuitement vue que c'est leur projet. Une petite grève de la faim, des millions de mort et il n'y aura plus besoin de réforme des retraites. CQFD. PS:...

à écrit le 30/12/2019 à 19:28
Signaler
"Il" va parler...comme le Messie...ou Rabbi Jacob ... pour ne rien dire....parce qu'il n'a rien à dire de concret...parce que ses soutiens attendent la réforme avec impatience. Idéologie et perspectives de gros bénéfices en vue.

le 30/12/2019 à 21:58
Signaler
Vous savez parfaitement que l'allocution présidentielle du 1ier de l'an n'a jamais aucun intérêt. Celle de Macron comme les autres, ni plus ni moins. Inutile d'essayer d'attaquer maladroitement Macron sur ce point, c'est totalement vain et fat.

à écrit le 30/12/2019 à 19:27
Signaler
Le mouvement de blocage des transports en commun publics a une conséquence intéressante et malheureuse : il démontre que, tant que les systèmes de transport publics seront à la merci d'une corporation qui se considère comme toute puissante et au-dess...

à écrit le 30/12/2019 à 19:15
Signaler
Macron est un problème à lui tout seul avec sa condescendante supériorité évidente. Néanmoins, le vrai problème c’est pas tant Macron mais ce qui se cache derrière les politiques menées : Sarko, Hollande ou Macron appliquent tous une seule et même po...

le 30/12/2019 à 22:27
Signaler
Sarko, Hollande ou Macron appliquent tous une seule et même politique. Certes, mais elle n'est pas imposée par Bruxelles, mais par la situation effrayante de finances publiques au bord du gouffre, et de comptes sociaux qui ne valent guère mieux. Par ...

le 31/12/2019 à 10:26
Signaler
Continuer a confondre "causes" et "conséquences" et vous allez nous convaincre de "vos" analyses!

le 31/12/2019 à 13:02
Signaler
@bruno_bd : vous avez peut-être raison, mais si ces politiques conduites depuis Sarkozy avaient vraiment un effet sur nos finances, ça devrait se voir depuis le temps, non ? Or on arrive à peine à influer sur le taux d'augmentation de la dette alors ...

le 31/12/2019 à 15:29
Signaler
Donc si je comprends bien pour ne plus être sous la tutelle de l'europe comme vous le dites il faudrait que la France quitte l'euro et voir l'europe comme le Royaume-Uni. Mais là on pourrait appliquer notre propre politique. Maiq c'est là que comme...

le 01/01/2020 à 23:19
Signaler
@Aerolithe : je pense que Sarkozy, Hollande et Macron jouent petit bras, et toujours mus par la crainte de n-être pas réélus. Raté, Sarkozy et Hollande n'ont pas été réélus. Exemples : Sarkozy a passé l'âge de la retraite de 60 à 62 ans. Il aurait ...

à écrit le 30/12/2019 à 19:10
Signaler
Au vu de l'énervement des gens dans la rue, au volant et dans les transports, je dirais plutôt que ce sont les syndicats et les grévistes qui sont attendus au tournant...

à écrit le 30/12/2019 à 19:01
Signaler
Moi, je trouve le jusqu'au-boutisme de la CGT très utile. Grâce a elle, moins de 30% des français soutiennent la grève et le blocage des transports en commun, et ce chiffre est en chute constante. La grande majorité des français, et notamment ceux q...

le 30/12/2019 à 22:00
Signaler
" moins de 30% des français soutiennent la grève " Bizarre vos statistiques ! Tous les medias disent exactement le contraire ... Méthode Couet ?

à écrit le 30/12/2019 à 18:33
Signaler
Ne m'appelez plus Jupiter Macron mais Roi des concessions pour mes camarades du public : police, enseignants, chu, EDF, RATP, SNCF, Armée, Pilote Air France... Et c'est le privé qui va encore payer pour cette caste qui ruine notre pays...

à écrit le 30/12/2019 à 18:29
Signaler
Réponse à Libe "Les français nuls en économie" … peut-être, mais pas plus que les économistes qui ont des avis divergents sur tous les sujets. Heureusement qu'il y a des gens qui font autre chose que de l'économie ! Ceci dit, la retraite par capita...

le 30/12/2019 à 19:05
Signaler
Arrêtez de jouer à vous faire peur pour rien: la retraite en France reste et restera entièrement financée par répartition, avant et après la réforme Macron. Rien ni personne ne vous obligera à investir dans un fond de pension (possibilité pourtant o...

le 30/12/2019 à 21:57
Signaler
Kurt, Karl ... représentant de LREM qui cherche à sauver les meubles en niant les évidences : bien sûr que le but c'est la capitalisation. Et les soutiens de Macron en sont la preuve évidente : banquiers, assureurs, dirigeants de fonds de pension... ...

à écrit le 30/12/2019 à 18:20
Signaler
Tragi- comédie francilienne sans rapport avec la France profonde qui sympathise avec le spectacle offert par les médias sans être concernée dans sa vie quotidienne l

à écrit le 30/12/2019 à 17:39
Signaler
Ce que les français ne comprennent pas, c'est que la réforme proposée permettra, terme, le financement des retraite par capitalisation. Autrement dit, comme les revenus du capital sont bien plus élevés que les revenus du travail, les retraités verron...

le 30/12/2019 à 19:10
Signaler
Triple erreur majeure: 1) la retraite en France reste et restera, même après le réforme Macron, entièrement financée par répartition. Faire croire le contraire est un mensonge. 2) les revenus du travail sont en France tres largement supérieurs aux ...

le 30/12/2019 à 21:50
Signaler
1- " la retraite en France reste et restera, même après le réforme Macron, entièrement financée par répartition." Vous plaisantez ! Il est bien évident que la capitalisation a terme est l'objectif principal.... Vous ne connaissez pas le pedigree de M...

à écrit le 30/12/2019 à 17:37
Signaler
Les "cerveaux" des technocrates de France Stratégie auprès de l’Élysée doivent se faire oublier en ces temps-ci. Réforme pour une retraite universelle et on voit le résultat. De nouveaux privilégiés (même les petits rats de l'Opéra de Paris). Quelle ...

à écrit le 30/12/2019 à 17:33
Signaler
C'est simple , la retraite universelle , c'est 42 ans de cotisations et 64 ans l'âge de départ à la retraite. Plus de caisses complémentaires, un régime unique , sorte de sécu qui sera toujours en déficit ce qui obligera les français à souscrire à ...

le 30/12/2019 à 19:13
Signaler
Euh, actuellement, pour le régime général et les générations après 1973, on est déjà à 43 ans de cotisation pour une retraite à taux plein...

à écrit le 30/12/2019 à 17:22
Signaler
Interessant cette certitude que le Président Macron devrait préciser la position du gouvernement sur cette réforme durant les voeux. J'ai réécouté les voeux de l'an passé (ce que j'incite à faire) et M.Macron avait couvert le mouvement des gilets jau...

à écrit le 30/12/2019 à 17:14
Signaler
Retraites : Macron attendu au tournant à la veille des voeux présidentiels Non rien de rien, les Français n'attendent rien de positif de Macron qui est très mal entouré, d'un groupuscule à l'Elysée, de surcroît les faits ont démontré que Macron es...

le 30/12/2019 à 18:21
Signaler
Propagande communiste

le 30/12/2019 à 18:53
Signaler
Bon résumé concis de Ghysleine. Ajoutons, l'on sait par avance ce dont le Président ne parlera pas... parce qu'il n'est pas au service de la France, mais serviteur zélé des fonds de pension d'outre atlantique et d'orient ...

le 30/12/2019 à 19:06
Signaler
Bien vu Deldongo . Propadande stalinienne était pas mal non plus .

le 30/12/2019 à 19:17
Signaler
Non, ne renversez pas les responsabilités SVP: ce n'est pas Macron qui fiche le bazard, ce sont ceux qui prennent la décision de bloquer les transports en commun, notamment en région parisienne.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.