Retraites : trois syndicats claquent la porte de la réunion sur la pénibilité

 |   |  388  mots
(Crédits : Philippe Wojazer)
La CGT fait partie des syndicats qui ont décidé de couper court à cette réunion.

La CGT, la CFE-CGC et la FSU, opposées à la réforme des retraites, ont claqué, ce mercredi, la porte de la réunion sur la pénibilité dans la fonction publique organisée par les secrétaires d'État Olivier Dussopt et Laurent Pietraszewski, a-t-on appris auprès de leurs responsables.

Selon ces syndicats, Olivier Dussopt a annoncé la fin des catégories actives, qui permettaient aux agents ayant un métier particulièrement pénible de partir à la retraite de manière anticipée 5 ou 10 ans avant l'échéance. FO et Solidaires avaient décidé dès mardi de boycotter cette réunion.

"Cette suppression des catégories actives va conduire des centaines de milliers d'agents à ne pas être reconnus dans la pénibilité", a indiqué à la sortie de la réunion à Bercy Jean-Marc Canon, secrétaire général de la CGT Fonction publique.

"Entre 200.000 et 300.000 agents n'auront plus rien. Alors qu'aujourd'hui ils sont dans la catégorie active, ils ne le seront plus à l'avenir sur la base des six critères établis par le gouvernement, qui ne veut pas en débattre", souligne-t-il, estimant que 700.000 agents publics bénéficient aujourd'hui de ces droits dans le cadre des catégories actives.

"Aucune condition de dialogue n'est réunie"

"Le gouvernement n'entend rien concerter, la seule solution face au blocage que seul le pouvoir politique entretient c'est le rapport de force", a ajouté M. Canon, appelant à la grève le 9, le 10 et le 11.

Pour Benoît Teste de la FSU, premier syndicat chez les enseignants, "aucune condition du dialogue n'est réunie, on a même l'impression que les positions du gouvernement se raidissent alors même que des enjeux énormes sont sur la table".

"M. Dussopt nous dit qu'on va supprimer les catégories actives, c'est une harmonisation par le bas, cela signifie une restriction drastique des droits des agents. La porte est totalement fermée à la discussion sur les critères de pénibilité", ajoute M. Teste.

Il déplore qu'"à toutes les questions posées sur la future réforme des retraites aucune réponse n'ait été apportée par le gouvernement alors que le projet de loi est déjà déposé au Conseil d'État".

Lire aussi : Retraites : malgré la reprise des négociations, la pression ne retombe pas

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2020 à 16:56 :
Le projet proposé par le Président de la République est ambitieux.
Il est très ambitieux pour la France, ne lui en faisons pas grief.
La qualité du dialogue social pèse lourdement sur la construction de ce projet exprimé de façon lapidaire dans un slogan de campagne.
Passer de 42 régimes à un seul, mariant salariés et indépendants, n’est peut-être pas à notre portée aujourd’hui.
C’est un peu le mariage de la carpe et du lapin, chose pas facile.
Nous partons de loin, peut-être de trop loin pour assumer une telle ambition aujourd’hui.
Une des mesures phare, la volonté de supprimer les régimes spéciaux, est assumée et souhaitée par un très grand nombre de nos compatriotes.
L’affichage d’une inflexibilité certaine a battu et fédéré le rappel de tous les corporatismes, de tous les égoïsmes.
Corporatismes qui se sont sourdement manifestés profitant du blocage des trains et métros pour montrer leur supplément de pouvoir de nuisance et obtenir gain de cause.
En guise de suppression des régimes spéciaux, la réforme glisse vers l’abîme d’une multitude de régimes spécifiques et d’accords corporatistes confidentiels de toute nature.
Après deux ans de concertation, peut-être de négociation, force est de constater que cette belle idée a fait long feu.
Après les gilets jaunes, elle a fait descendre nombre de nos compatriotes dans la rue et projeté d’autres une grève très dure.
Grève dont la sortie ne se fera pas sans laisser des séquelles profondes de division du corps social qui n’en avait guère besoin.
Le coût de ce projet, toujours non défini, a laissé libre cours aux hypothèses les plus diverses tant sur son coût vraisemblable que sur le niveau probable des pensions de retraites qui en résulteraient et l’ensemble de ces impacts.
Quant aux coûts directs, immédiats ou différés bien instruit qui pourrait les chiffrer avec certitudes.
Ils avoisineraient déjà plusieurs dizaine de milliard d’euros, peut-être plus proche de la centaine de milliards à dire d’économistes, pas tous incompétents au demeurant.
Rappelez-vous qu’une récente réforme, équivalente, décriée elle aussi, c’est soldée par un surcoût de 5 milliards par an.
Avec tambours et trompettes, elle nous promettait même un service minimum dans les transports !
A priori le résultat ne va pas de soi.
Nous n’avons pas ou plus les moyens de tels errements financiers.
Le pronostic vital de cette réforme n’est plus engagé, elle est en état de mort clinique.
La Nation ne peut s’offrir le scénario tout aussi dantesque, triste, que malheureux et sordide de certaines fins de vie récentes.
Alors,
Monsieur Le Président de Notre république,
Monsieur Le Premiers Ministre,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les représentants syndicaux de toutes les organisations de salariés ou du patronat,
il plus que temps d’abandonner vos postures, vos bas calculs politiciens, vos enjeux personnels de pouvoir, vos recherches de soutiens dans le marc de café des sondages.
Suspendez-cette réforme qui se dénature de jour en jour et devient un peu plus une usine à gaz inextricable.
Rappelez-vous le système actuel aura fonctionné 75 ans avec ses qualités et ses défauts, prenez le bon et corrigez le maximum de défauts.
Le nouveau système devrait vivre de 50 à 100 ans.
Alors remettez l’ouvrage sur le métier.
Rejoignez la table des négociations en élargissant le champ du projet pour intégrer les outils du futur de cette réforme que sont :
- Les parcours de formation et d’emploi,
- L’emploi et la retraite,
- La retraite
- La Stabilisation du Financement de la couverture sociale (Assurance Maladie, Retraite, Dépendance, …)
Co-construisez un système en intégrant la cohésion sociale que la Nation a le plus grand besoin de retrouver.
Vous avez grosso-modo deux ans, de travail intense, pour nous proposer un choix référendaire entre différents projets, par exemple :
- l'existant revisité en termes d'équité, de justice, ... , corrigé de tous ces défauts connus,
- un système à points finalisé,
- un autre système par "piliers".
dont les coûts réels et sincères seront évalués sur la période 2022 – 2040, présentés dans l’étude d’impact des projets comme le stipule la constitution.
Dans une situation très difficile, la crise de 1929, Le Président ROOSEVELT a redressé la barre avec le NEW DEAL et ses causeries au coin du feu pour expliciter son projet et l’évolution de sa mise en œuvre.
Une démarche analogue serait heureuse pendant la coconstruction des différents projets.
Deux ans d’études et de négociations pour bâtir un système de retraite qui perdurera de 50 à 100 ans c’est un minimum.
Un choix référendaire car
- tout Président est, sommes toutes élus, très bien, bien ou moins bien, mais toujours par défaut, au second tour du scrutin de l’élection présidentielle,
- un tel projet est porteur d’évolution du pacte socio-économique qui constitue une part de notre identité et cohésion Nationale.
Si, cette forme de référendum n’est pas disponible aujourd’hui dans la constitution, alors, Monsieur Le Président de Notre République c’est l’occasion de réunir tous les français autour de deux thèmes :
- un référendum permettant de choisir entre des projets aboutis ou leurs lignes directrices à finaliser par la représentation nationale,
- un référendum d’initiative citoyenne revisité sans verrou des élus.
Monsieur Le Président osez, car qui pourrait rejeter une telle ouverture démocratique de notre constitution sur la seule image de votre personne.
Notre république ferait là un grand pas, peut-être même un très grand pas.
a écrit le 09/01/2020 à 13:58 :
Les grévistes ont bien raison de faire grève, ce sont eux qui sont héroïques,

les salariés déçus, trahis de la CFDT UNSA CFTC peuvent se désolidariser de leurs dirigeants enqui ils n'ont plus confiance au regard de leur complicité avec le pouvoir ...

ET TRÈS VITE se démener pour se créer un nouveau syndicat indépendant, hors de tout lien trouble avec le pouvoir ;

Qu'ils s'intéressent à ce que la majorité massive des français comprennent, pensent et vient d'être confirmé, par le groupe d'Etats contre la corruption (Greco) du Conseil de l'Europe appelle la France à plus de transparence face à la corruption

le Greco déclare : "En premier lieu, le plan d'action sur la prévention de la corruption qui couvre les personnes exerçant de hautes fonctions de l'exécutif (PHFE) du gouvernement doit être étendu aux membres du cabinet de la Présidence de la République" ...

c'est édifiant ... !

Lire l'article La Tribune
https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1Z81C4/la-france-appelee-a-plus-de-transparence-face-a-la-corruption.html

puis compléter vos lectures en ces temps de grèves justifiées, pas assez soutenues par les agriculteurs
a écrit le 09/01/2020 à 12:34 :
J'ai entendu que les agents de la SNCF qui ne dorment pas chez eux deux fois par semaine étaient dans un emploi pénible.
J'ai pendant des années passé 4 nuits hors de chez moi et personne ne m'a dit que j'exerçais un boulot pénible.
Les règles doivent devenir universelles !
Fonction publique (et assimilés) et le privé même règles.
Vous savez, il y aussi de bonnes choses dans le privé que la fonction publique pourrait obtenir. C'est dans les deux sens !
Réponse de le 09/01/2020 à 20:18 :
Et moi j'ai entendu, cette fois encore, que les cheminots grévistes étaient payés.( Sur Cnews par F Patriat) Ce mensonge mille fois répété n'en reste pas moins un mensonge.
Réponse de le 10/01/2020 à 15:46 :
@Novice

Francois Patriat l'ex- socialiste qui est devenu senateur LREM ,effectivement, je comprends le mensonge de sa part .
a écrit le 09/01/2020 à 12:15 :
Un gouvernement sourd et qui ne réussit pas , devait se remettre en cause à travers un référendum ce qui est parfaitement institutionnel . les prédécesseurs ont été lamentables et l'ont refusé , nous voyons le résultat le pays s'enfonce et le même petit monde politique ne veut pas changer . Si l'on veut réussir ce 21 siècle alors il faut faire table raze avec le passé. La France est enlisée à cause de gens bien fricqués ne voulant rien lâché .
a écrit le 09/01/2020 à 10:24 :
Le chaos que la France vit est historique, ce chaos est la conséquence de la gestion désastreuse du gouvernement PHILIPPE DELEVOYE,

Il convient de faire le constat que l'ENA est en grande partie responsable aussi de cette chienlit,

car c'est de l'ENA que viennent en grande partie les comédiens politiciens agitateurs de ces désordres sociétaux, de cette pagaille absolu,

il faudra bien que les Français envisagent de boucler cette boutique qu'est devenu l'ENA,

et probablement procéder à des révocations-annulations des diplômes des politiciens qui précipitent notre France dans un tel chaos économique et social,

dans une autre révolution célèbre, la crise avait connu une issue lors de la prise de la Bastille qui se termina l'effondrement du pouvoir et de l'administration.

Nous sommes probablement à la veille d'un évènement majeur du même ordre.
Réponse de le 09/01/2020 à 11:50 :
"car c'est de l'ENA que viennent en grande partie les comédiens politiciens agitateurs de ces désordres sociétaux, de cette pagaille absolu,"

Euh non mon ami, ça n' est pas tjrs la faute des autres en particulier des énarques qui ne sont que des grands commis de l' état et dont le seul rôle se limite à faire ce que le gouvernement leur dit de faire, point.

Sur ce sujet précis, comme sur tous les autres, il est essentiel de rappeler que la faute revient uniquement à Bruxelles et à ses GOPE que Macron signe une fois l' an et qui commandent à ..Macron, ne laissant aucune place à une démocratie représentative.

C' était plutôt bien parti quand vous nous suggériez le FREXIT mais vous commencez à nous livre des analyses dans le ..gabarit, dommage..
"Réforme des retraites : l’avis de François Asselineau"
C' est tout de même d' un autre niveau, non ..?
a écrit le 09/01/2020 à 9:10 :
c'etait couru d'avance les bornés refusent tout et ne sont pas la pour discuter on le voit bien par le passé tout les greves de blocages pour des licenciement qui ont entrainé des fermeture d'usines (merci la cgt jusqu'au boutisme)
a écrit le 09/01/2020 à 8:08 :
Ecouter emission radio sur whitpool amiens d hier et les mensonges du ministre economie de l epoque... aucune confiance en cette equipe qui se moque bien de la vie des gens, raconte n importe quoi pour imposer une deforme scelerate d appauvrissement generalisé des seniors.
a écrit le 09/01/2020 à 6:11 :
Ces partis politiques illégaux n’ont pas seulement porté atteinte aux droits constitutionnels des citoyens, par le biais de l’abus de position de monopole, ils vont leur imposer une dette financière.

Celle ci ne sera pas payée, car un futur gouvernement représentatif annulera une dette odieuse extorquée illégalement.

Les pensionnés sncf en seront pour leurs frais et auront été payés en monnaie de singe... comme tout le monde
a écrit le 09/01/2020 à 5:54 :
Ce mode de fonctionnement du gvt a epargner certains corps au detriment d'autres est inepte. Ceux qui manifestent ont raison de defendre leur steack. Force doit rester au peuple.
Réponse de le 09/01/2020 à 6:55 :
Les Cégétistes bloqueurs du travail des autres grace au monopoles sncf et Ratp ne sont pas le peuple mais une des sangsues qui le vampirisent et entravent chacun de ses gestes.
Il n’a presque plus, ni la force de les extirper de son corps, ni même presque plus la conscience de leur présence en lui., tellement il s’est habitué à ce fardeau.
a écrit le 08/01/2020 à 21:25 :
Il ne faut pas discuter avec ces partis politique illégaux.
Il faut dissoudre la CGT

Ils detournent le droit de grève pour porter atteinte au droit d’aller et venir, au droit d’aller travailler des autres.
Ils ont violé les droits constitutionnels des autres citoyens en abusant de la position de monopole de la Sncf et de la Ratp pendant les fêtes.
La CGT appelle désormais a bloquer les rafineries, ce qui vise a porter encore plus atteinte aux droits constitutionnels des Français qui ne pourront plus aller travailler s’ils le souhaitent.

La penibilité est une vaste escroquerie pour extorquer des salaires différés : en partant plus tot pour ce motif fumeux, on réduit artificiellement
le nombre d’actifs par rapport au nombre de retraites sncf, et du coup on peu se goinfrer dans le pot commun de la solidarité.
C’est comme cela que des medecins faisant des gardes se retrouvent a 62 ans avec moins de retraite qu’un chauffeur de bus ou de train parti a 52 ans (3700 euros par mois pour une carriere complete a la sncf). Ou une femme de menage qui commençait a bosser a 5 heures du mat jusqu’a 65 ans.

Le gouvernement doit retablir l’équité entre les cigoyens et ne plus négocier avec ces gens qui ont perdu tout crédit suite à leurs actions directes.

D’ailleurs l’application du programme presidentiel ne devrait pas être l’affaire des syndicats, mais des partis politiques légaux.
Le blocage des libertes par les syndicats vise l’état pour lui imposer une autre politique et non l’état employeur pour ses decisions de chef d’entreprise.
Réponse de le 08/01/2020 à 23:21 :
Il ne faut pas dsicuter avec ce gouvernement plus légitime... Il ne comprendra que le rapport de force qu'il perdra puisqu il ne représente que 25 % des Français. La secte des Larem ne pourra pas sauver éternellement l'Illuminé.
Réponse de le 09/01/2020 à 6:03 :
@Labo

La gauche présenterera donc son moustachu recyclé ou une autre avec son programme et vous voterez pour lui ou elle aux elections.
Ensuite il ou elle changera de politique.
En attendant, laissez le candidat élu faire ce pour quoi il a été élu, ou démasquez vous enfin et dites que vous n’acceptez pas la démocratie.
a écrit le 08/01/2020 à 20:32 :
Il convient de reconnaître que les grévistes ont totalement raison, raison pour laquelle la grande majorité des Français les soutiennent.

A l'évidence, les commerçants et les artisans se doivent de les soutenir, EN MEME TEMPS de les accompagner en fermant boutique pendant les grèves,

Darmanin et Philippe Lemaire devront peser l'énorme perte de TVA et devront se rendre à l'impérieuse nécessité d'abandonner le projet DELEVOYE, la TVA est la plus grosse recette des impôts de la France

Qu'ils réfléchissent bien les commerçants, ils seront les 1ers bénéficiaires d'une hausse des retraites et d'une bonne hausse des salaires,

Qu'ils réfléchissent bien les artisans et les commerçants, ce sont leurs clients qui font et/ou qui soutiennent la grève, PLUS DE 71 % des Français soutiennent les grévistes

c'est une évidence de bon sens

plus les retraités auront de grosses retraites, plus les salariés seront augmentés,
plus les Français dépenseront leur argent dans leurs commerces,
plus les français dépenseront leur argent dans la rénovation de leurs habitations

Ce n'est pas avec la pauvreté et la misère qu'un pays est prospère,

Il faut LUTTER pour que la France sombre au niveau de la Roumanie ou d'un pays comme le Mali !!!
a écrit le 08/01/2020 à 20:16 :
C'est exactement pour cette raison qu'il y a autant de manifestations en France:

il n'y a pas la possibilité pour les citoyens de se faire entendre.

Je recommande à ceux qui sont contre la grève de se mettre à manifester!
a écrit le 08/01/2020 à 19:41 :
pourquoi vous monrtrez la photo de staline?
pour amadouer la gauche, avec ses exterminations morales?
je sais pas, mettez le visage de kim, c'est un rigolo, tres sympa vu qu'il est de gauche, et avec les derniers camps d'extermination qui n'indignent pas le moins du monde la gauche francaise ( oui, bon cela dit quand on a soutenu polpot, y a pas besoin d'un long discours sur les bonnes valeurs morales qui n'ont rien de liberal, en effet)
hey, ca serait marrant que le president du medef arbore une moustache a la hitler, vous ne trouvez pas? j'espere que ca n'amenerait aucune indignation, vu que celle de staline ne derange personne
les fachos ca ose tout, c'est a ca qu'on les reconnait, comme disent les tontons flingueurs
a écrit le 08/01/2020 à 18:56 :
Le gouvernement n entend pas la rue borné sourd macron et son gouvernement a dégagé le plus vite possible rien à faire de la pénéblilté et tous autres critéres vivement les élections ?
a écrit le 08/01/2020 à 18:56 :
Le gouvernement n entend pas la rue borné sourd macron et son gouvernement a dégagé le plus vite possible rien à faire de la pénéblilté et tous autres critéres vivement les élections ?
a écrit le 08/01/2020 à 18:25 :
Ils veulent sans doute une prime de pénibilité pour se mettre autour de la table.
a écrit le 08/01/2020 à 18:22 :
Négocier c'est le mandat impératif de tout syndicat. Y renoncer comme la CGT cest se comporter en adversaire politique et non en syndicat. Il faut que le gouvernement en tire toutes les conséquences.
a écrit le 08/01/2020 à 18:01 :
J'ai vu aussi que la la CFE-CGC n'était pas vraiment favorable au calcul de la retraite sur la carrière entière et non les 25 meilleures années dans le privé et les six derniers mois du public.Logique, puisque la période ou le salarié était encore non-cadre et donc avec un salaire plus faible sera pris en compte pour le calcul en particulier pour tout les salariés qui passent cadre en fin de carrière.Ça va faire mal.
Réponse de le 09/01/2020 à 11:36 :
Et les personnes en invaliditee qui est mon cas.j ai toujours travaillée je suis en invaliditee 2 depuis août 2008.j ai 177 trimestres et mes 25 meilleurs années et au 1 avril datte de ma retraite.je vais touché la moitié de se que je devrai avoir et ils ont le culot de me dire à taux plein.lamentable il est temps que se gouvernement revoit cela mais c est trop demander
a écrit le 08/01/2020 à 17:01 :
La pénibilité pour certains est dépassée, valable pour une époque, c'était le dada des syndicats pour faire plaisir à certaines corporations. Maintenant, il s'avère que tous les travailleurs sont concernés (il n'y a qu'à voir les gens à la triste mine qui se battent pour monter dans les rames). IL faudrait partager le gâteau des avantages à tous les régimes sans exception et la prime la même, petite mais pour TOUS
a écrit le 08/01/2020 à 16:53 :
Après 2 ans de discussions pipées avec un tricheur dissimulateur manipulateur reconnu Delevoye,
ce qui est normal pour un syndicat qui défends les salariés, tous les salariés, c'est qu'il quitte des discussions fermées, pipées d'avance, ... comme avec sieur Delevoye comme si sieur Delevoye participait encore "sous la table"

sur ce plan là CFE-CGC, CGT, FSU ont pleinement raison

ce qui est anormal scandaleux, c'est que la CFTC UNSA reste à discuter à la mode Delevoye

s'agissant de la CFDT, chacun sait bien que Laurent BERGER et son conseil d'administration ne sont que des godillots du MEDEF CAC40 qui jouent un jeu de rôle avec pour finalité de ménager leur avenir bien récompensé ... comme mme Nota etc ...

Les adhérents de CFDT UNSA CFTC peuvent déserter, sans ÉTAT D’ÂME, leur groupuscules malsains,

et constituer un autre syndicat LOYAL

95,8 % des adhérents LREM l'ont fait, il n'y avait plus que 4,2 % des adhérents à la dernière assemblée générale LREM.
Réponse de le 08/01/2020 à 19:45 :
"et constituer un autre syndicat LOYAL" il existe déjà, il s' appelle SUD, il est libre car non inféodé à l' UE via la CES pour se coucher et faire in fine, la politique néolibérale des pro UE comme Macron..
"François Asselineau - Les syndicats jaunes"

L' UPR ouvre ses portes à tous les français désireux de s'affranchir de l' UE par le Frexit et qui veulent enfin rejoindre un parti de femmes et homme libres car quel que soit le jour de l’année, il suffit de commencer ..
a écrit le 08/01/2020 à 15:24 :
la Cgt un syndicat qui ne propose rien de logique et conteste tout et ce prétend défenseur des citoyens merci monsieur Menez
a écrit le 08/01/2020 à 14:58 :
C'est quand même normal que par exemple dans la police, les administratifs purs ne soient pas considérés dans la pénibilité. De même, dans certaines catégories dites actives certains travaillent la nuit pendant 10 ans puis plus ensuite, c'est normal que ces derniers bénéficient de moins de bonus pénibilité que ceux qui travaillent la nuit toute leur vie ! Certains syndicats ne cherchent en fait qu'à défendre des privilèges indus d'un autre âge qui comme toujours se font sur les dos des français qui payent tous taxes et impôts.
Réponse de le 08/01/2020 à 22:15 :
"C'est quand même normal que par exemple dans la police, les administratifs purs ne soient pas considérés dans la pénibilité"
Bah non... Dans les trois corps cités (dont la Police) par le ministre, même les administratifs purs ont droit aux mêmes avantages que ceux qui sont sur le terrain !
Encore un troll LaRem !! Le gouvernement procède au nivellement par le bas, le risque c'est qu'ils ne trouverons personne pour faire le sale boulot ! c'est déjà le cas dans la restauration et le bâtiment, et je ne parle pas de l'industrie ...
a écrit le 08/01/2020 à 14:57 :
Macron l'a dit : pour aller vite dans une négociation, il faut être "flexible". Mais où est donc l'urgence d'un régime universel qui s'appliquera progressivement sur 40 ans?
a écrit le 08/01/2020 à 14:32 :
On peut affirmer sans risque de beaucoup se tromper que la CGT ne négociera rien, elle l'a dit. Ce n'est pas un interlocuteur du gouvernement...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :