Sécurité sociale : le déficit est au plus bas depuis 2002

 |   |  608  mots
Le déficit du régime général de la Sécurité sociale et du Fonds de solidarité vieillesse s'améliore ainsi de 2,7 milliards par rapport au déficit cumulé de 7,8 milliards enregistré en 2016.
Le déficit du régime général de la Sécurité sociale et du Fonds de solidarité vieillesse s'améliore ainsi de 2,7 milliards par rapport au déficit cumulé de 7,8 milliards enregistré en 2016. (Crédits : DR)
L'Objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) a été respecté. Ces bons résultats rendent le gouvernement optimiste. Celui-ci, par la voix d'Agnès Buzyn, ministre de la Santé, envisage un retour à l'équilibre des comptes de la Sécurité sociale "dans un avenir proche" et une sortie de la France de la procédure de déficit excessif.

Le déficit du régime général de la Sécurité sociale et du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) a été ramené l'an passé à 5,1 milliards d'euros, son niveau le plus bas depuis 2002, annoncent jeudi les ministères de la Santé et des Comptes publics.

Il s'améliore ainsi de 2,7 milliards par rapport au déficit cumulé de 7,8 milliards enregistré en 2016 mais dépasse l'objectif initial voté dans la loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) pour 2017, qui s'élevait à 4,2 milliards d'euros.

Cet objectif avait été revu en hausse au moment de la présentation de la LFSS 2018, à 5,2 milliards d'euros.

Ces "bons résultats" s'expliquent par une maîtrise d'ensemble des dépenses combiné à un surcroît de recettes - d'un montant de 1,2 milliard d'euros - liés à une croissance de la masse salariale supérieure aux prévisions, expliquent dans un communiqué commun la ministre de la Santé Agnès Buzyn et le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin.

Le seul déficit du Fonds de solidarité vieillesse est passé sous la barre des trois milliards d'euros l'an dernier pour la première fois depuis cinq ans. Il s'est établi à 2,9 milliards d'euros en 2017 contre 3,6 milliards en 2016.

Le déficit de l'assurance maladie stable

S'agissant des branches du régime général, l'essentiel du déficit 2017 s'est concentré dans l'assurance maladie, dont le déficit est resté relativement stable, à -4,9 milliards contre -4,8 milliards en 2016.

Mais la situation financière sous-jacente de la branche maladie s'est en fait améliorée de l'ordre d'un milliard d'euros, est-il souligné dans le communiqué.

Cette somme correspond à des recettes de TVA qui lui étaient auparavant affectées et qui sont désormais orientées vers l'Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale) pour financer le dispositif de compensation des exonérations de cotisations salariales de l'assurance chômage.

Redressement des comptes

L'Objectif national des dépenses d'assurance maladie (Ondam) a été respecté, soulignent les deux ministres dans leur communiqué. Alors qu'il avait été fixé à 2,1%, la hausse des dépenses d'assurance maladie a été limitée à 2,2% l'an dernier.

La branche retraite, revenue dans le vert en 2016 pour la première fois depuis onze ans, a confirmé son redressement en affichant un excédent doublé, à 1,8 milliard d'euros l'an dernier contre de 900 millions en 2016.

Le déficit de la branche famille a été réduit à 0,2 milliard (contre 1,0 milliard un an plus tôt) et l'excédent de la branche accidents du travail et maladies professionnelles a à peine progressé d'une année sur l'autre (1,1 milliard contre 800 millions d'euros).

Ces résultats "permettent d'envisager un retour à l'équilibre des comptes de la Sécurité sociale dans un avenir proche" et "confortent la perspective de sortie de la France de la procédure de déficit excessif dès 2017", soulignent Agnès Buzyn et Gérald Darmanin.

Un retour dans le pacte de stabilité et de croissance européen

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a déjà déclaré que le déficit public pour 2017, dont la première estimation sera connue le 26 mars, devrait s'inscrire dans une fourchette allant de 2,7% à 2,8% du produit intérieur brut (PIB), contre 3,4% en 2016.

Cela permettra à la France de revenir dans les clous du pacte de stabilité et de croissance européen pour la première fois depuis 2007.

Outre le déficit des administrations de sécurité sociale, le déficit public est principalement alimenté par le déficit budgétaire, qui a atteint l'an dernier un plus bas depuis 2008, à 67,8 milliards d'euros.

Sa dernière composante, les soldes des comptes des collectivités locales, n'est pas encore connue.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2018 à 19:12 :
En même temps pour diminuer le trou de la Sécu, il n'y a que deux leviers:
Méthode 1: baisser les dépenses de l'Etat concernant les soins, remboursements etc...
Méthode 2: augmenter les taxes/cotisations
Ou méthode 1 ou méthode 2 simultanément.
Ou alors on quitte la zone euro et on fait tourner la planche à billet mais ça fera de l'inflation bref méthode 2.
De toute façon avec le vieillissement de la population, il y aura mécaniquement une baisse de la qualité des soins pour que le système soit viable et cela dans tout le monde développé. En fait il n'y a qu'une solution pour préserver le système: augmenter les taxes cotisations de toutes sortes et pour tout le monde, y compris les entreprises.
Et pour cela il faudra éradiquer les paradis fiscaux pour que les entreprises ne soient pas tentées de ne pas jouer le jeu.
Réponse de le 20/03/2018 à 18:04 :
Ou alors on arrête les gabegies et les gestions désastreuse d'un faux monopole complètement illégal. Et tout le monde est bien soigné avec le taux déjà délirant de nos cotisations.
a écrit le 18/03/2018 à 10:36 :
c'est surprenant comme d'un coup de baguette magique qui se nome MACRON ,la france au fond du gouffre en sort comme par miracle ,et pourtant on continu a nous sucer les derniers euros ,et nous massacrer de taxes en tout genre, on croit rever avec ces politiques ripoux!!!!!! retraités reflechissaient bien aux prochaines elections !!!!!!!!
Réponse de le 18/03/2018 à 16:41 :
ATTENTION !!!!! La sécu ; maladie-retraites-Alloc est lourdée de 230 Milliards D EUROS de dette, résultant de l'accumulation de 36 ans de déficits accumulés.
a écrit le 18/03/2018 à 7:47 :
on pourrait se réjouir d'un rééquilibrage budgétaire mais vu les dégradations constatées sur le réseau de soin en France on peut aussi s'interroger en effet :
- désert médical, qui n'a pas de problème aujourd'hui (en dehors de paris) pour avoir un rendez-vous avec des médecins (ophalmo, génicologue ... attente dans des couloirs dans des chu pendant des heures !!!)
On ne peut pas se contenter de regarder que des tableaux avec de beaux graphes dans un bureau au ministère de la santé ou à bercy...derrière ces chiffres se cachent malheureusement la désorganisation des services publiques. Il faut augmenter le numérus closus pour la formation de médecins tout en mettant des règles pour l'installation et la répartition des médecins sur le territoire (comme pour les pharmacie une répartition à faire par habitant), il faut augmenter le nombre d'infirmiers (es)...Mieux vaut payer des gens à travailler dans des hôpitaux ou dans le secteur médical qu'à former des gens que l'on retrouve au chômage avec des maitrises...mais MACRON ne peut pas comprendre cela il est enfermé dans une logique purement comptable, mieux vaut donc pour lui donner des cice, des cir (sensés financer la recherche, l'innovation, la formation etc...) ou des réductions de charges sociales (sensées financées la santé et la retraite) y compris à des entreprises qui distribuent des dividendes !
La solution passerait donc par la restitution des aides fiscales et sociales perçues par les entreprises dès lors qu'elles distribuent (pour 1 € de distribution, remboursement de 1 € d'aides fiscales et sociales)
Réponse de le 18/03/2018 à 16:57 :
Hé bien, on réduit les dividendes fiscalisés deux fois : impot sur les sociétés et impot sur les dividendes. On évitera l'investissement en actions et donc l'irrigation des entreprises ( Le P.S SAPIN, défiscalise Tout, en parts de SCPI de foret : faisons comme lui ). Alourdissons le handicap des entreprises, par l'alourdissement des charges pour la prospérité des concurrents. Charges sociales plus lourdes pour rentrées moitié moindres.
a écrit le 17/03/2018 à 22:42 :
.... a force de déremboursements ,de prélèvement supplémentaires et de dégradation du service public le contraire serait étonnant ...!
Réponse de le 18/03/2018 à 17:05 :
Depuis sa création en 1990 à 1.1%, la CSG sur les revenus du travail, multipliée par 8, sur les revenus du patrimoine par 15, le forfait journalier pour la dénutrintion multiplié !!!!
a écrit le 17/03/2018 à 20:18 :
Si la sécurité sociale va mieux c’est qu’ils ont déboursé et interdit pleins de médicaments
Les médecins ne peuvent plus tricher
La mentalité a changé en France , les gens essayent les médecines alternatives et ça fait la différence dans les budgets
a écrit le 17/03/2018 à 18:15 :
décidément les journalistes et Bercy veulent nous faire croire que les vessies sont des lanternes; croyez vous que le simple lambda est aussi ignorant que vous ne le pensez.
J'ai une amie actuellement en clinique et quand je vois les soins et la bouffe, c'est une vraie honte. La famille apporte des repas et pour les soins une infection après l'autre...... comme en Afrique. En ce qui concerne les urgences c 'est en moyenne 10 heures d'attente dans le CHU de Strasbourg. une grêve après l'autre ......et tous les petits vieux qui ne représentent que des bénéfices pour des banques qui investissent en Ehpad et traités pire que des animaux ) c'est cela les meilleurs soins. Demandez donc combien de retraités ne vont plus chez le dentiste, ni chez un spécialiste, et pas d'argent pour des prothèses. Je ne parle même pas de ceux qui ne partent plus en vacances depuis des années...... Pour info je suis retraitée depuis 2011, et je n'ai jamais reçu aucune augmentation de ma pension, par contre mes charges, mes taxes et impots locaux et fonciers augmentent par centaines d'euros....... Et maintenant ma retraite diminue encore plus suite à notre Erdogan national. Sa Brigitte est logée nourrie et habillé par les français. Je ne parle même pas du reste.....les médias et journaux qui sont aux mains de milliardaires, et les journalistes qui n'osent plus faire leurs boulots car il y a collusions à tout va....... Bref, ne nous moquons pas des Russes, en France c'est presque pareil.
Réponse de le 18/03/2018 à 9:01 :
.... qu'elle change de clinique !
a écrit le 17/03/2018 à 10:06 :
"le déficit est au plus bas depuis 2002"

Et les malades alités dans les couloirs au plus haut.
a écrit le 16/03/2018 à 21:05 :
Et moi qui pensais naïvement que la dette n'était qu'un problème de dépenses. Et pas de recettes. Yves Calvi m'aurait donc menti ?
a écrit le 16/03/2018 à 15:54 :
Des infrastructures presque similaires à celles en Russie, un personnel exténué voir désagréable, et certains brandissent "le meilleur système de santé au monde", c'est loin d’être le cas. Perso pour mes soins ça sera en Asie, rien de comparable sur tous les plans.
Réponse de le 16/03/2018 à 16:30 :
Cotisez pour nous cher ami et allez vous faire soigner ailleurs, comment dire...ben c 'est sympa!
Réponse de le 16/03/2018 à 18:21 :
Oui c'est même préconisé par la sécu pour ceux qui le souhaitent, transport non inclus dans le remboursement. Donc si on l'en a la possibilité, aucune hésitation.
a écrit le 16/03/2018 à 14:41 :
Normal le service rendu à l hôpital et aux urgences et au plus bas aussi...une fois p être dans votre vie vous aurez besoin des urgences et je vous assure qu ont vous metera en attente des heures en attendant que tous les sans papier des pays de L est et autres auront consulter un médecin comme si les urgence était un cabinet et quand ça sera votre tour on prendra soin de vous comme avec eux...je suis pour la suppression des cotisation de ma fiche de paie et me soigner comme aux US ds une clinique privé qui vous calculera elle
Réponse de le 16/03/2018 à 16:25 :
Absolument d'accord avec vous. J'aimerais bien connaître le contraire du mot ' urgences ". Dans les hôpitaux contrairement aux cliniques, autant !! d'administratifs ! que de soignants. Mains, et blouses et pantalons blancs, des soignants : une pépinière à microbes mortels multipliée par le nombre de soignants ! nourriture infecte, sans gout ! ou arrière gout !malgré le forfait journalier. potage, yaourt, purée, haricot, escalopes : dénutrition et affaiblissement correspondant des patients. L'hôpital ne doit surtout pas dépenser moins, mais MIEUX.
a écrit le 16/03/2018 à 14:11 :
On se satisfait d'objectifs comptables pendant que les gens meurent aux urgences, que des personnes portent leur bébé décédé dans leurs bras jusqu'à la morgue en traversant un hôpital, que les déserts médicaux s'installent, que les "EHPAD" sont des mouroirs où nos personnes âgées sont maltraitées, que certains médicaments deviennent introuvables, que l'accès aux soins est de plus en plus refusé à certaines personnes....bref, Mme Buzyn peut effectivement être satisfaite.
J'imagine que le jour où elle sera malade, elle ira à l'hôpital américain de Neuilly...:)
Réponse de le 16/03/2018 à 16:17 :
cette politique "géniale" de recul.

Depuis 2015, l'espérance de vie en bonne santé des français et françaises est en recul. Une première depuis 1969.
a écrit le 16/03/2018 à 11:57 :
Pourtant notre ancienne ministre de la santé Marisol Tourraine s'était vanté que grâce a son action la SS de la branche maladie n'était plus en déficit ??? On apprend qu'il est encore de 5,1 milliards pour 2017.
Réponse de le 16/03/2018 à 14:51 :
Il a fallu 5 ans pour compenser les 10 ans de gestion catastrophique de l'UMP (Sarkozy).
Il n'y a qu'à voir les statistiques pour se rendre compte de qui fait des trous dans les caisses. Et qui demande aux autres de les compenser.
Réponse de le 16/03/2018 à 16:28 :
Il faut relativiser.
Le budget général de la SS et de 380 milliards, celui de la branche maladie est de 203 milliards €.
5 milliards représente donc 2.5% de déficit. C'est toujours trop pour un budget qui n'aurait jamais du être laissé déficitaire mais ça n'a plus rien à voir avec les déficits sarkoziens (et le quadruplement de la dette entre 2002 et 2012).
Réponse de le 16/03/2018 à 17:05 :
Lecteur assidu? je demande.
Si vous ne savez toujours pas que l'augmentation du déficit a été dû au bail-out de l'état pour protéger l'épargne des Français lors de la crise de 2008, vous n'allez rien comprendre à la prochaine crise. Sapin-Hollande ont depuis instauré le bail-in c'est-à-dire que dorénavant (et après les actionnaires) c'est VOUS qui renflouerez votre propre banque!!
Bonne chance,hein, et votez toujours aussi bien.
a écrit le 16/03/2018 à 11:38 :
On peux dire ce qu'on veux mais c'est surtout les reformes des retraites qui est pour quelques choses.
La gauche demandait le droit à la retraite à taux plein aux hommes à partir e 60 ans et aux femmes à partir de 55 ans », pouvait-on ainsi lire dans le programme de Mitterand.
Heureusement qu'on a fait marche arriere et passé a 62 ans. Malgre les manifs, si on avait ecouté la gauche qui voulait passé la retraite a 55 ans, on serait bien dans le %$$##
Réponse de le 17/03/2018 à 20:14 :
Il y a «  des cas spéciaux « 
Si la retraite est au «  vert » depuis 11 ans malgré l’alloNgement de l’âge...
il y a des «  raisons « 

C’est la spoliation des populations sur les actifs que l’état amortie
Et redonne ces droits à 55 ans à hauteur de 48 %

Alors que la personne qui a cotisé est décédé depuis 10 ans

C’est «  injuste «  de voler les gens qui cotisent pour les coups durs comme la mort
Réponse de le 18/03/2018 à 14:30 :
A citoyen ordinaire, la plupart des fonctionnaires cotise 43 ans comme dans le privé, donc garder vos réponse "réalistes" qui se veulent moralistes (dans la forme mais on se demande comment c'est possible), un comble pour un après-moi le délugiste / réchauffiste / adorateur de la société de compétition-consommation-gaspillage.
a écrit le 16/03/2018 à 10:27 :
La SNCF qui fait des bénéfices maintenant la sécu qui va moins mal, décidément mauvaises nouvelles pour le mac qui est placé là par les riches pour dilapider les bijoux de famille les offrant à ses maitres milliardaires pour trois fois rien.

Ça va commencer à être compliqué d'argumenter d'autant qu'il y a encore quelques personnes qui réfléchissent à des hauts postes (heureusement sinon ça fait belle lurette que tout ce serait écroulé sous la bêtise du dogme néolibéral), ils n'ont pas tous été remplacés par des benêts bien obéissants.

Heureusement que les médias sont là pour le soutenir dans ses mensonges sinon difficile de ne pas voir la coquille vide que c'est.
Réponse de le 16/03/2018 à 14:21 :
"Complotisme quand tu nous tiens, tu nous aveugles..."

Et bien arrêtez le complotisme alors si cela vous aveugle.

"Réjouissons nous, la france commence à aller mieux et son image à l'étranger s'améliore. "

:D

Moi aussi j'adore terminer mes commentaires par une bonne blague, merci !

ET n'hésitez surtout pas à nous fournir des liens hein..
Réponse de le 18/03/2018 à 14:26 :
A réponse à citoyen blasé, il n'y a pas de complotisme dans ce que dit citoyen blasé, c'est juste dans cette direction que le monde va au vue et au sus de tout le monde (donc pas de complot puisque tout le monde le sait). L'augmentation des inégalités (références: les organisations internationales issues de l'ONU, les journaux éconoiques y compris la tribune), le passage au modèle américain prôné par les politiciens français pour la plupart est indiqué dans leur programme ou discours (donc pas de complot, références: les dit-programmes et discours) et le système américain c'est tout privatiser ou presque (références (à vous de les lire): tous les journaux économiques, livres d'économie, histoire, géographie, ...) et donc ce sont les plus riches qui sont les principaux actionnaires.
Par contre, réponse de citoyen blasé, vous faites preuve de complotisme en vous délirez sur les écologistes, gauchistes, ... qui n'ont aucun pouvoir alors que les dirigeants économiques en ont bien.
Réponse de le 19/03/2018 à 13:12 :
"A réponse à citoyen blasé, il n'y a pas de complotisme dans ce que dit citoyen blasé,"

Vous avez visiblement de sérieux problèmes de compréhension hein... JE vous invite donc à relire mes commentaires et me questionner sur ce que vous n'avez pas compris plutôt que de commencer votre commentaire par nous exposer justement que vous n'avez rien compris et du coup auquel on ne peut pas répondre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :