Ski : le masque sera obligatoire dans les files d'attente des remontées, annonce Castex

Alors que les stations de ski se préparent à démarrer la saison, la reprise de l'épidémie de Covid-19 fait trembler l'exécutif qui commence à mettre en place de nouvelles mesures restrictives. Le port du masque dans les télécabines et en extérieur dans les files d'attente et lieux de brassage sera obligatoire. Le pass sanitaire pourrait être lui aussi obligatoire pour monter en haut des pistes si la situation s'aggrave.

3 mn

Ce protocole doit entrer en vigueur en début de semaine prochaine, a indiqué le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne.
Ce protocole doit entrer en vigueur en début de semaine prochaine, a indiqué le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne. (Crédits : DENIS BALIBOUSE)

Alors qu'Emmanuel Macron doit s'exprimer mardi sur la situation sanitaire qui s'aggrave en France, Jean Castex prépare le terrain en annonçant plusieurs mesures restrictives qui vont être mises en place pour la saison de ski. Le Premier ministre a profité d'un déplacement samedi en Haute-Savoie pour annoncer l'obligation prochaine du port du masque dans les files d'attente des remontées mécaniques des stations de ski. Une distanciation sera également imposée dans les files d'attente des remontées, "avec des contrôles aléatoires". Une fois installé sur le télésiège, on pourra enlever le masque à l'air libre.

Ce protocole doit entrer en vigueur en début de semaine prochaine, a indiqué le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne à l'AFP. Ces nouvelles mesures sont destinées à "garantir" la tenue d'une "saison digne", après un dernier hiver très difficile pour le secteur de la montagne avec la fermeture des remontées mécaniques à cause de l'épidémie du Covid-19, a estimé Jean Castex.

Lire aussi 4 mnVacances de février: pas de ski, les réservations s'effondrent à la montagne (et ailleurs)

De plus, le pass sanitaire pourrait être lui aussi obligatoire pour monter en haut des pistes, si le taux d'incidence national dépasse les 200 cas pour 100.000 habitants. Le Premier ministre a justifié cette nouvelle mesure restrictive par le fait que la montagne accueille "un public venu de partout", a-t-il déclaré auprès d'élus et acteurs locaux lors d'une réunion au Grand-Bornand.

Jean Castex insiste sur le fait que "l'épidémie n'est pas terminée". Récemment, le taux d'incidence est repassé au-dessus de la barre des 60 cas pour 100.000 habitants en France, et depuis début novembre, le nombre de contaminations est également repassé au dessus de la barre des 6.000 cas par jour, selon les données de Covidtracker.

L'annonce semble pour l'instant plutôt bien accueillie. Parmi les élus, Éric Fournier, maire de Chamonix et conseiller régional proche de Laurent Wauquiez (LR), a salué un "signal fort, clair et net". "C'est la bonne réponse. Merci", a-t-il ajouté.

Du côté des professionnels, "on prend la nouvelle. Ca nous rassure mais en étant très prudent", a réagi Antoine Fatiga, délégué syndical CGT chargé des saisonniers pour la région Auvergne-Rhône-Alpes.

"On voit bien aujourd'hui que les évolutions se font au jour le jour. On préfère attendre peut-être mi-décembre pour en savoir plus."

"Nous espérons nous approcher le plus possible de la saison d'avant-Covid pour rattraper cette année catastrophique que nous avons vécue", s'est quant à lui projeté sur LCI Alexandre Paulins, président de Domaines skiables de France, la chambre professionnelle des opérateurs des pistes.

Pour rappel, l'an dernier, les remontées mécaniques étaient restées fermées tout l'hiver, alors que la Suisse les avaient laissé fonctionner normalement malgré un rebond de la pandémie.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 08/11/2021 à 10:01
Signaler
"De plus, le pass sanitaire pourrait être lui aussi obligatoire pour monter en haut des pistes, si le taux d'incidence national dépasse les 200 cas pour 100.000 habitants." Comme quoi, il suffit d'augmenter la jauge du taux d'incidence pour entrer...

à écrit le 07/11/2021 à 14:43
Signaler
Il y a 6 mois le seuil était 400, maintenant par magie c'est 200, bientot le seuil sera de -200 selon castex le paumé et les journalistes ne disent rien, ils baissent leur froc comme des lâches soumis.

à écrit le 07/11/2021 à 11:05
Signaler
Les parents du jeune modérateur qui s'amuse sur le fil sont demandés à l'accueil: "https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/inflation-les-gouvernements-pris-a-leur-propre-piege-895724.html"

à écrit le 07/11/2021 à 10:07
Signaler
"lieux de brassage sera obligatoire" J'espère qu'aux assemblées européennes et françaises dans lesquelles se brassent des centaines de politiciens et d'hommes d'affaire ils sont vaccinés et masqués !

à écrit le 06/11/2021 à 22:01
Signaler
...que du tout bon pour les elections d'Avril !.......vive Zemour !

à écrit le 06/11/2021 à 20:34
Signaler
60 cas pour 100.000 habitants = 0,0006% CQFD mais les faibles journalistes de la tribune ne sont bons qu'a regurgiter avec zele la propagande macroniste.

le 06/11/2021 à 23:31
Signaler
Un matheux qui ne sait pas ce qu'(est une exponentielle. Il a dû faire HEC - Hautes études communales.

le 07/11/2021 à 9:03
Signaler
C'est une propagande mondiale, la côté de Biden est en train de s'effondrer tandis que lui aussi force les américains à se faire vacciner. L'initiative a donc été prise au dessus des chefs d'Etats.

le 07/11/2021 à 9:43
Signaler
Tototiti un macroniste pur jus, bottom comme attal le frustré =) Vive la Suisse, pays libre où on skie et vit librement sans la névrose des macronistes frustrés. Au fait, il y a 6 mois le seuil était 400, maintenant par magie c'est 200, bientot le s...

à écrit le 06/11/2021 à 18:40
Signaler
Alors ça pour une "couillonade", c'est une "couillonade"!

à écrit le 06/11/2021 à 17:12
Signaler
Le passe sera exigé dans la restauration, hôtellerie, j'imagine, comme en ville (jusque fin juillet 2022). Mais ceux, comme d'anciens collègues de Grenoble, qui montent en station pour la journée, doivent penser à emporter leur masque. Sauf si ça n'e...

à écrit le 06/11/2021 à 16:28
Signaler
Je me demande toujours si cette hystérie sanitaire du gouvernement, répond vraiment à une demande française. Si c'est le cas, ça veut vraiment dire que notre pays est obsédé par le Covid-19. Mais pour quelle raison ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.