Souveraineté, écologie : les Français face à leurs contradictions

SONDAGE. Une large majorité de Français (87%) veut réduire la dépendance économique de la France à l'égard des pays étrangers. Mais seulement 41% sont prêts à payer plus cher pour importer des produits. En revanche, la moitié se disent favorables à une hausse des prix à conditions qu'ils reflètent le coût environnemental des importations, selon un baromètre OpinionWay réalisé dans le cadre du Printemps de l'économie.
Grégoire Normand

4 mn

La question climatique cristallise cette ambivalence de l’opinion publique. Les Français sont concernés par le réchauffement climatique mais peu enclins à payer le prix d’une réduction des émissions de CO2.
La question climatique cristallise cette ambivalence de l’opinion publique. Les Français sont concernés par le réchauffement climatique mais peu enclins à payer le prix d’une réduction des émissions de CO2. (Crédits : Reuters)

Réindustrialisation, relocalisation, patriotisme, made in France ...la pandémie a remis sur le devant de la scène la souveraineté économique des Etats. Alors que la réindustrialisation est revendiquée par tous les candidats à la présidentielle, Emmanuel Macron, hérault de la "mondialisation heureuse", n'hésite plus à se mettre en scène depuis le début de l'été au milieu des usines. Au pic de la pandémie, le chef de l'Etat avait annoncé que "le monde d'après ne sera pas comme celui d'avant".

Il faut dire que la pandémie a jeté une lumière crue sur l'extrême dépendance de la France à l'égard des pays étrangers pour les masques, le gel hydroalcoolique et certains médicaments. En outre, la multiplication des catastrophes naturelles et les alertes des scientifiques sur le réchauffement climatique poussent les Etats à revoir leur modèle économique et accélérer leur transition énergétique. Après des années de désindustrialisation, le moment de la bifurcation est-il arrivé ? Rien n'est moins sûr. Un sondage réalisé par OpinionWay dans le cadre du Printemps de l'économie montre que les Français ont une position ambivalente sur ces enjeux de souveraineté.

Emmanuel Macron Usine Valéo

Emmanuel Macron à l'usine Valéo située à Etaples près du Touquet. Crédits : Reuters.

Les Français ne sont pas prêts à payer plus cher

Le premier enseignement de ce baromètre est que les Français sont en grande majorité favorables (87%) à la réduction de la dépendance de la France et de l'Europe aux importations de produits stratégiques (santé, semi-conducteurs). Dans le jeu des puissances mondiales, l'Europe s'est retrouvée bien désarmée face à l'ampleur de la crise sanitaire. Les gouvernements du Vieux continent ont dû négocier âprement chacun de leur côté des stocks de masques à la Chine révélant l'extrême fragilité de la construction européenne. La France a continué de son côté à importer des montagnes de masques pour reconstituer des stocks largement décimés. On voit aussi les dégâts de notre dépendance économique en terme de semi-conducteurs dans l'automobile.

Si une large partie de l'opinion publique est d'accord pour réindustrialiser l'Europe, seulement 4 Français sur dix sont prêts à payer plus cher pour des produits importés. En effet, les économistes et les associations environnementales rappellent régulièrement que si la mondialisation a permis de faire baisser les prix pour le consommateur, la totalité des coûts notamment environnementaux n'est pas prise en compte dans la fixation du prix final (externalités négatives). A ce sujet, 51% des répondants indiquent qu'ils veulent bien payer plus cher des produits importés pour que leur prix reflète le coût qu'il font peser sur l'environnement dans les pays où ils sont produits (émissions de carbone, pollutions, atteintes à la biodiversité). Cela signifie qu'il existe tout de même une prise de conscience d'une partie de l'opinion publique. Mais d'une moitié seulement !

La fiscalité pour réduire la pollution : les Français partagés

Taxe carbone aux frontières, prélèvement spécifique sur les produits pétroliers... la fiscalité environnementale est un instrument largement utilisé par les gouvernements en Europe pour tenter de modifier les comportements des ménages et des entreprises. Sur ce point, les Français sont relativement partagés sur l'efficacité de cet outil pour réduire les émissions de CO2. Ainsi, 49% des Français considèrent que c'est un bon moyen. A l'inverse, 51% affirment que c'est un mauvais outil. La récente hausse des prix de l'énergie en Europe a ravivé les craintes sur le pouvoir d'achat des Français.

Face aux risques de mécontentement, le gouvernement a annoncé la mise en place d'un chèque énergie de 100 euros et un bouclier tarifaire mais ces propositions ne sont qu'une solution temporaire dans le contexte du réchauffement climatique planétaire. La fiscalité sur les produits pétroliers et notamment l'essence sans contrepartie pour les ménages les plus dépendants de la voiture ou dans les zones rurales peut mettre le feux aux poudres. La crise des gilets jaunes avait d'ailleurs démarré sur la hausse d'une taxe sur les carburants. Les résultats du baromètre rappellent que c'est un sujet socialement inflammable. En effet, si 60% des catégories socioprofessionnelles supérieures (CSP+) pensent que la fiscalité environnementale est un instrument efficace, 40% des classes inférieures estiment que c'est un mauvais levier.

(*) Méthode : Echantillon de 1.011 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L'échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d'âge, de catégorie socio-professionnelle, de taille de commune et de région de résidence, secteur d'activité, taille d'entreprise. L'échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administré en ligne les 8 et 9 septembre 2021.

Grégoire Normand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 11/10/2021 à 14:24
Signaler
Bien des français parlent beaucoup trop mais à partir du moment ou il faille faire lç il n'y a plus personne , le Français veut mais ne fait rien pour ou du moins beaucoup trop attendent que les autres fassent ce qu'eux ne peuvent et ne veulent faire...

à écrit le 10/10/2021 à 17:25
Signaler
Où sont nos contradictions quand on énonce que la souveraineté va de pair avec l'écologie? Une "pollution" vient toujours d'un élément exogène!

à écrit le 10/10/2021 à 8:57
Signaler
Le cœur de nos sociétés est technique et scientifique alors que nos autorités ont une formation sciences-Po ou ENA le problème vient de là. Regarder par exemple le cursus du patron de Siemens et chercher un équivalent en France. Dans les années 70 il...

à écrit le 08/10/2021 à 23:34
Signaler
On oublie un tout petit détail, grosso modo, la majorité de nos importations n'ont jamais éxisté chez-nous, faut partir d'une page blanche sans techniciens, ingénieurs, etc

à écrit le 08/10/2021 à 16:04
Signaler
Mais alors, qu'est ce qu'on attend pour mettre des taxes carbone aux frontières de l'UE !!?? Et là, on approchera le coût écologique de productions délocalisées ds les pays aux normes environnementales peu ou pas contraignantes tt en additionnant le ...

à écrit le 08/10/2021 à 14:04
Signaler
Grosso modo, je ne ferai que répéter ce que d'autres ont écrit ici: de nombreux français veulent le beurre et l'argent du beurre, conserver leurs emplois industriels tout en achetant des produits peu chers (en général importés), sans se demander qui,...

à écrit le 08/10/2021 à 13:46
Signaler
Les français ont financé le parc nucléaire pour décarboner nos industries. C'est l'état qui s'est empressé de délocaliser nos industries propres pour les remplacer par des usines étrangère polluantes. Et on veut nous faire payer une nouvelle fois une...

à écrit le 08/10/2021 à 13:28
Signaler
Ben ils ne le peuvent pas car leurs salaires sont trop bas, aucune contradiction seulement une instrumentalisation de l'opinion là. Enfin ne me dites pas quand même que c'est difficile à comprendre !?

le 09/10/2021 à 12:22
Signaler
Quand un pays a 70 milliards de déficit commercial (Allemagne +200, Italie +60) les faits nous disent que collectivement nos salaires sont plus élevés que ceux que nous méritons. Après chacun peut juger pour soi-meme s'il produit plus qu'il ne coute...

le 09/10/2021 à 17:42
Signaler
Toujours culpabiliser est la rhétorique des faibles, désolé je ne me situe pas à ce si bas niveau d'analyse c'est bien trop éloignée d'une réflexion digne de ce nom.

à écrit le 08/10/2021 à 9:34
Signaler
Si es Français ne sont pas prêts à payer plus cher, ils doivent accepter moins d'aides sociales et moins de gratuité.

à écrit le 08/10/2021 à 9:34
Signaler
Le problème actuel n'est pas là. Le problème c'est le chantage permanent exercé depuis 1973 envers les pays développés parfois ancien pays colonisateur. Ces pays n'ont développé aucune économie profitant au plus grand nombre de leurs habitants et viv...

à écrit le 08/10/2021 à 9:01
Signaler
Le gouvernement qui donne des leçons d'écologie devrait balayer devant sa porte. Pourquoi en Guadeloupe et en Martinique fait-on venir tous les produits de France alors que localement on pourrait trouver tout à moindre coût? Pour le reste idem, les ...

à écrit le 08/10/2021 à 7:31
Signaler
Bref! On sonde les français pour mieux les culpabiliser par des interprétations! Depuis que nos élites laissent les délocalisations s'effectuer nous importons plus, forcement!

à écrit le 08/10/2021 à 1:02
Signaler
Les Français sont schizophrènes : Ils veulent travailler moins et gagner plus, ils veulent avoir plus de pension de retraite, mais cotiser moins longtemps, ils veulent payer moins d'impôts et avoir plus d'aides de l'état, ils veulent bénéficier des r...

le 09/10/2021 à 20:39
Signaler
Si vous réfléchissez, c'est très logique.

à écrit le 08/10/2021 à 0:24
Signaler
@charlie les Français ne comprennent rien à l'économie parce que l'économie est vendue au capital, à la finance. Ils n'ont rien à attendre de l'économie.

le 08/10/2021 à 6:43
Signaler
Champion le cador. N'hésitez surtout pas à revenir.

à écrit le 07/10/2021 à 22:20
Signaler
Les français dont ambivalents entre ce qu’ils clament ou défilent dans la rue et leurs actes: ils manifestent contre les vaccins mais par contre cèdent gratuitement leurs données - avec le risque de hackeurs- dans des pays étrangers comme les usa ou ...

le 08/10/2021 à 6:46
Signaler
Le rapport avec la choucroute dans votre nanalyse de comptoir ?

à écrit le 07/10/2021 à 19:44
Signaler
"les Français face à leurs contradictions" : Normal qu'il y ait des contradictions, les français (ils ne doivent pas être les seuls) ne comprennent rien à l'économie. La plupart s'imaginent que les billets se mangent : Selon eux, il suffit d'imprimer...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.