Terrorisme : l'attentat déjoué à Paris était téléguidé par Daech

 |   |  809  mots
Selon François Molins, ces deux enquêtes prouvent que l'Etat islamique entend faire des femmes des combattantes.
Selon François Molins, ces deux enquêtes prouvent que l'Etat islamique "entend faire des femmes des combattantes". (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Les trois femmes interpellées jeudi soir après la découverte d'une voiture contenant des bonbonnes de gaz près de Notre-Dame avait bien l'objectif de commettre un attentat, a déclaré vendredi soir le Procureur de Paris François Molins. Extrêmement radicalisées, elles étaient pilotées "par des individus se trouvant en Syrie".

Un "commando terroriste" de jeunes femmes démantelé après la découverte, dimanche 4 septembre au coeur de Paris, d'une voiture contenant des bonbonnes de gaz, avait pour objectif de "commettre un attentat", a déclaré vendredi le procureur de Paris. Trois jeunes femmes, interpellées jeudi soir à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) dans le cadre d'une enquête ouverte après cette première découverte, projetaient une "action terroriste" "violente" et "imminente", a-t-il indiqué. Elles voulaient notamment commettre un attentat jeudi gare de Lyon, selon une source proche de l'enquête. L'ensemble des gares parisiennes avaient été placées, et restent, sous alerte, affirme une autre source.

Pour le procureur de Paris, qui a parlé de "jeunes femmes téléguidées par des individus se trouvant en Syrie", nouant leurs projets "de manière virtuelle", ces deux enquêtes prouvent que l'Etat islamique "entend faire des femmes des combattantes", après les avoir d'abord reléguées à des tâches familiales et domestiques.

Une cigarette "à peine consumée" à proximité des bonbonnes de gaz

Deux gardes à vue étaient toujours en cours vendredi soir en relation avec la voiture abandonnée retrouvée dans la nuit de samedi à dimanche dans le Ve arrondissement de Paris, et au coeur d'une "tentative d'attentat", selon François Molins. L'une des suspectes, Ornella G., 29 ans, fichée "S" en raison de ses velléités de départ vers la Syrie, devait être présentée samedi à un juge d'instruction.

"Le dessein de ce commando était clairement de commettre un attentat", malgré l'absence de dispositif de mise à feu sur les bonbonnes de gaz, a affirmé vendredi François Molins. Une cigarette "à peine consumée" a en effet été retrouvée à proximité d'une couverture avec des traces d'hydrocarbures, en plus des cinq bonbonnes de gaz dans le coffre, a-t-il dit. Or l'incendie du véhicule aurait entraîné en quelques minutes l'explosion d'au moins une bouteille de gaz, ce qui aurait suffit à détruire le véhicule, a expliqué le procureur. La voiture, une Peugeot 607 sans plaque d'immatriculation, retrouvée feux de détresse allumés, appartenait à un père de cinq filles, originaire de Seine-Saint-Denis.

Un trio de femmes très radicalisées

L'une de ses filles, Inès M., 19 ans, interpellée jeudi soir en possession de la clé du véhicule, était aussi connue pour ses velléités de départ, et fichée "S". Dans son sac à main, les enquêteurs ont retrouvé un manuscrit par lequel elle fait allégeance à l'Etat islamique et dans lequel elle indique :

"Répondant à l'appel de Al-Adnani (porte-parole de l'Etat islamique, qui avait appelé en 2014 à tuer des Français par tous les moyens, et qui a été tué récemment), je vous attaque dans vos terres afin de marquer vos esprits et de vous terroriser."

Les deux autres femmes arrêtées jeudi soir sont âgées de 39 et 23 ans. L'une d'elles, Sarah. H, entièrement voilée lors de son interpellation et dont le testament a été retrouvé sous le lit, est connue "comme étant particulièrement liée à la mouvance djihadiste", d'après le procureur. Elle fut ainsi promise à Larossi Aballa, qui a assassiné en juin dernier deux policiers à Magnanville, dans les Yvelines, et à Adel Kermiche, l'un des auteurs de l'attaque contre une église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), en juillet. Elle s'apprêtait à se marier religieusement à un certain Mohamed Lamine A., qui aura 23 ans dimanche. Interpellé jeudi soir aux Mureaux (Yvelines), cet homme n'est autre que le frère de l'un des mis en examen dans l'enquête sur le double assassinat de Magnanville.

Une mineure de bientôt 16 ans - la fille aînée d'une des trois femmes interpellées jeudi soir - a également été interpellée vendredi matin à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dans ce dossier. En tout, sept personnes étaient en garde à vue vendredi soir.

Deux policiers attaqués

Depuis dimanche, les enquêteurs ont mené une "course contre la montre", selon l'expression du ministre de l'Intérieur, pour localiser Inès. M, connue pour son extrême radicalisation et qui avait quitté le domicile familial depuis quelques jours. Ils l'ont finalement localisée à Boussy-Saint-Antoine en compagnie de deux autres femmes, et la surveillance du trio a poussé jeudi soir les autorités à lancer une alerte générale dans les gares parisiennes, plus spécifiquement gare de Lyon.

Les enquêteurs, en surveillance dans un véhicule banalisé, ont vu les jeunes femmes sortir de l'appartement de l'une d'entre elles. Deux se sont alors mises en retrait, et Sarah H. a bondi sur un policier avec un couteau de cuisine, le blessant à l'épaule gauche. Les trois ont alors pris la fuite, et c'est là qu'Inès M. s'est jetée sur un autre policier qui a fait usage de son arme, la blessant à la cuisse et à la cheville.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2016 à 10:26 :
Pour des raison de sécurité évidentes, les bouteilles de gaz n'explosent pas quand on les jette au feu, incendie domestique ou accident de transport. Supposé attentat à Notre Dame ou à la Tour Eiffel, quel intérêt d'en parler sinon de nuire à l'image de la France dans le monde et faire fuir les étrangers, touristes ou hommes d'affaires. Le terrorisme ne doit-il pas rester le principal sujet de la campagne électoral?
a écrit le 11/09/2016 à 11:54 :
Imaginez un film qui commence par un plan d'une mafia opérant au moyen orient. Puis un autre sur trois jeunes femmes en France, prêtes à péter un plomb. Puis on voit les uns et les autres pianoter sur un smartphone, une voiture remplie de bonbonnes de gaz, warnings allumés ! et des policiers appelés par un quidam, qui passent devant la voiture sans la remarquer (ils ne la trouveront que 3 heures plus tard !), un procureur qui évoque un réseau nouant des projets de "manière virtuelle"... Quel nanar !
a écrit le 11/09/2016 à 10:04 :
Il y a longtemps on a eu la bande à Baader, aujourd'hui on a la bande à mouquère.
a écrit le 10/09/2016 à 23:02 :
A chaque fois que notre président veut prendre la parole, il y a un "attentat", c'est a se poser des questions!!
a écrit le 10/09/2016 à 15:52 :
Cà aiderait de récompenser toute personne en France apportant des renseignements permettant d'arrêter des terroristes et autres nuisibles. Il y aurait certainement plus de résultats favorables que de dérives. Autrement la situation risque de s'aggraver et de durer longtemps. Quand chaque personne participe et a une attitude responsable c'est plus efficace que la passivité.
Réponse de le 10/09/2016 à 16:42 :
Vous avez vu le pédigré de ces filles
elles sont fichés S .
Compagne de malade et on ne les surveille meme pas !!!
Il a fallut qu'elle échoue à mettre le feu à une voiture pour qu on les trouve (la voiture du Pere de l'une d'elle !!!)
Le sans Ca encore couler .....
Réponse de le 11/09/2016 à 9:33 :
Tout va très bien Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien
Réponse de le 11/09/2016 à 19:33 :
Vous posez un gros problème ( voir historique ) ...
La dénonciation en 1940 était monnaie courante ... On a dénoncé les juifs parce que le gouvernement de l'époque le demandait ...
En 2016 vous demandez de dénoncer les fanatiques islamiques ... Demain si ils arrivent au pouvoir vous risquez d'être tondu !

Quelque soit les gouvernements , nous payons des impôts ( pas tous ) et des taxes ( tout le monde ) pour faire respecter des lois ... Notamment des lois sécuritaires .
Demandez a l'état d'apporter une solution au problème plutôt que d'appeler les français a une collaboration qui n'est pas de leur responsabilité .

Réponse de le 14/09/2016 à 10:14 :
Vous comparez des choses qui ne sont pas comparables : dénonciation et délation, régime de Vichy et République, innocents et fanatiques! Il ne s'agit pas ici de livrer des innocents à un régime nazi voulant les exterminer mais d'encourager des personnes qui seraient au courant de projets d'attentat à les signaler au gouvernement. Rassurez-vous : même arrêtés, ces criminels seraient beaucoup mieux traités que les juifs en 1940.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :