Une baisse des défaillances d'entreprises en trompe l'oeil avant un tsunami ?

 |  | 877 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Reuters)
Le nombre de défaillances d'entreprises a considérablement baissé au troisième trimestre pour atteindre son niveau le plus bas depuis 30 ans, selon les derniers chiffres du cabinet Altares.

Plus de six mois après les premières mesures drastiques de confinement, la pandémie continue de faire trembler l'économie tricolore. La multiplication des foyers de contamination ont obligé les autorités à prendre de nouvelles mesures pour tenter d'endiguer la propagation dans les grandes métropoles. Face à cette nouvelle vague, le gouvernement a élargi ces dispositifs d'aides aux entreprises pour limiter la casse (élargissement du fonds de solidarité, Prêts garantis par l'Etat renforcés, et report des prélèvements obligatoires). Malgré tout cet arsenal, de nombreuses TPE et PME risquent à nouveau de se retrouver au bord du gouffre d'ici la fin de l'année. Selon de récents calculs de l'OFCE, les entreprises devraient enregistrer des pertes de revenus vertigineuses évaluées à environ 50 milliards d'euros en 2020, soit 44% des pertes nationales estimées à 116 milliards d'euros.

> Lire aussiVers une reprise poussive de l'économie française malgré le plan de relance

Malgré cette récession en cours, les chiffres des défaillances d'entreprise ne reflètent pas forcément la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2020 à 8:33 :
les entreprises francaises sont sous capitalisees, a cause de leur faible rentabilite, une des plus faible au monde ( euh oui si on est rentable on se fait plumer, ca sert a rien)
ca fonctionne donc sur concours bancaires courants, et la, ca va envoyer du lourd..........les plans a la con qui consiste a bpi de prndre l'epargne des francais pour flecher sur des canards boiteux, c'est du flan
le pb n'est pas la

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :