Vers la fin du pass sanitaire dans certains territoires français ?

Si aucune date précise n'a pour l'heure été dévoilée, l'abandon du pass sanitaire semble se profiler. Ce jeudi 16 septembre, Emmanuel Macron a laissé entendre lors des Rencontres de l'Union des entreprises de proximité (U2P), que le pass sanitaire pourrait prochainement être levé dans les territoires où la circulation du virus est faible voire quasi nulle.

4 mn

Emmanuel Macron évoque la fin du pass sanitaire dans certains territoires.
Emmanuel Macron évoque la fin du pass sanitaire dans certains territoires. (Crédits : GONZALO FUENTES)

Le retour à la vie normale pourrait arriver plus vite que prévu. C'est en tous cas la tonalité du message qu'a délivré Emmanuel Macron lors de sa visite ce jeudi 16 septembre aux Rencontres de l'Union des entreprises de proximité (U2P). Sans esquisser d'échéancier précis, Emmanuel Macron a toutefois laissé entrevoir un abandon -peut-être d'ici trois semaines- du pass sanitaire dans les régions où le variant Delta ne circule quasiment plus.

Les hospitalisations en soins critiquent diminuent

Après un été marqué par la propagation de ce variant du coronavirus, nettement plus contagieux et résistant aux vaccins que ses prédécesseurs, la France, qui pouvait s'attendre à une flambée des contaminations à la rentrée, semble aujourd'hui sur la bonne voie, avec une accalmie des cas de covid. Depuis la mi-août, les contaminations reculent et, plus important encore, les hospitalisations en soins critiques, qui avaient progressé tout en restant  limitées, se mettent à leur tour à décliner.

Tôt dans la journée de jeudi, le Ministre de la Santé a pourtant affiché une certaine prudence, affirmant qu'il est encore prématuré de lever les restrictions. « Nous ne sommes pas encore dans une situation qui permet de réduire les mesures de contrôle de l'épidémie car ce serait un peu trop tôt », a assuré Olivier Véran, tout en admettant que la situation épidémique s'était « considérablement améliorée » et qu'un certain nombre de contraintes pourraient être allégées « si cette dynamique se poursuivait ».

S'il n'a pas souhaité contredire son Ministre de la Santé, Emmanuel Macron a toutefois fait montre d'un optimisme notable lors de sa prise de parole à l'occasion de la présentation d'un plan pour les indépendants, aux Rencontres de l'Union des entreprises de proximité (U2P). Il a fait savoir qu'il réfléchissait à relâcher les restrictions, à commencer par l'application du pass sanitaire.

« Dès que les conditions sanitaires le permettront et, à mon avis, quand je vois les chiffres, ça ne va pas venir si tard, on pourra se permettre, sur les territoires où le virus circule moins vite, de lever certaines contraintes et de revivre normalement », a déclaré ce jeudi le chef de l'Etat.

50 millions de vaccinés cette semaine

La France est l'un des pays européens les plus avancés en matière de vaccination anti-covid, même si elle ralentit depuis quelques semaines. L'objectif de 50 millions de primo-vaccinés -initialement fixé pour fin août- semble enfin à portée de main pour cette fin de semaine. Et l'entrée en vigueur, hier, de l'obligation vaccinale pour les professionnels de santé, a boosté les chiffres puisque seuls 3.000 des 2,5 millions de soignants concernés ont refusé la vaccination -et de facto été suspendus-, tandis que tous les autres s'y sont résolus. Ces chiffres ont en outre apaisé les craintes du gouvernement qui redoutait de voir son système de santé perturbé par des suspensions massives de soignants réfractaires au vaccin.

Lire aussi Pass sanitaire : pourquoi les salariés en CDI sont fragilisés par le nouveau projet de loi

De plus, la rentrée des classes n'a pas été marquée par un rebond des contaminations et des fermetures massives pour cause de clusters. Lundi, le Ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, avait ainsi indiqué qu' « un peu plus de 3.000 classes » étaient fermées en France, ce qui représente moins de 0,5% des 540.000 classes que compte le pays.

Levée du pass sanitaire à géométrie variable

Au regard des chiffres de vaccination très encourageants -68% des Français ont un schéma vaccinal complet et 73% sont primo-vaccinés (selon les données de CovidTracker)-, l'Etat, et en premier lieu Emmanuel Macron, commence à agiter la promesse d'un relâchement des restrictions, et en particulier la plus emblématique des derniers mois, le pass sanitaire. « Si je peux demain arrêter le pass sanitaire, je suis le plus heureux des hommes », a ainsi insisté le chef de l'Etat.

Si aucun nouvel échéancier n'a été fixé et que le pass sanitaire est toujours censé prendre fin le 15 novembre, comme annoncé fin août par le gouvernement, des mesures à géométrie variable pourraient être prises selon les taux d'incidence des différents territoires. Emmanuel Macron s'est ainsi dit prêt à lever le pass sanitaire « là où le nouveau coronavirus ne circule quasiment plus » mais a toutefois fait savoir que cet allègement du pass sanitaire ne pourra pas avoir lieu lors des deux à trois prochaines semaines. « Est-ce qu'on pourra se passer dans 15 jours trois semaines du pass sanitaire ? Non. Parce qu'il y a des territoires qui en auront encore besoin. Est-ce que le pass sanitaire est utile dans plusieurs territoires ? Oui », a souligné Emmanuel Macron.

Une manière détournée de faire comprendre que le pass sanitaire ne pourra certes pas être levé partout, mais pourra à fortiori l'être assez prochainement dans certaines régions ou du moins certains départements.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 18/09/2021 à 10:07
Signaler
Une bonne nouvelle, que cela arrive le plus vite possible que ce cauchemar se termine enfin.

à écrit le 17/09/2021 à 14:11
Signaler
Notons que – une fois de plus ! - la constitution de la Vème république est violée par Macron. Ce genre d’annonce doit être du domaine du gouvernement, pas du président ! Le président (art 5 de la constitution je cite) : « veille au respect de la con...

le 17/09/2021 à 20:37
Signaler
Macron imposait déjà en tant que ministre et quand Hollande lui a dit "non" il a démissionné après avoir mis la France dans la rue. Croyez vous que le partie LaREM a droit de parole? On leur impose leur choix, votes, et idées...

à écrit le 17/09/2021 à 11:02
Signaler
nous ne sommes plus en democratie LA RUE A ENCORE GAGNE !!!

à écrit le 17/09/2021 à 10:16
Signaler
On fait dire au "chiffre" ce que l'on désire...Et cet élue en tête de pyramide nous raconte ce que l'on veut entendre!

à écrit le 17/09/2021 à 9:56
Signaler
il ne fait que mentir... comme depuis le début de son quinquennat..

le 17/09/2021 à 14:10
Signaler
c est bien connu un bon politicien doit savoir mentir : un mauvais aussi

à écrit le 17/09/2021 à 9:30
Signaler
Je veux voir qu'une tête. En Allemagne, le géant américain des réseaux sociaux Facebook a annoncé la suppression de comptes, pages et groupes liés à la mouvance des "libres penseurs" en Allemagne, une mouvance hostile aux restrictions destinées à ...

à écrit le 17/09/2021 à 9:15
Signaler
« Si je peux demain arrêter le pass sanitaire, je suis le plus heureux des hommes », a ainsi insisté le chef de l’État. Quel hypocrite

le 17/09/2021 à 20:39
Signaler
Il va l'arrêté 15 jours puis imposera un pass sanitaire 2 avec troisième dose obligatoire et seulement pour les vaccinés...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.