Afrique : les Etats-Unis veulent contrer les avancées de la Chine et de la Russie

L'administration Biden publie ce lundi un document "Stratégie américaine envers l'Afrique subsaharienne", redéfinissant l'approche des Etats-Unis dans la région, en favorisant les sociétés ouvertes et démocratiques, la sécurité, le développement économique et la transition énergétique. Le texte cible en particulier les influences jugées néfastes de Moscou et Pékin. Un sommet américano-africain est prévu le 13 décembre à Washington.
Le secrétaire d'Etat Antony Blinken et la ministre des Affaires étrangères sud-africaine Naledi Pandor lors d'une rencontre ce lundi 8 août à Pretoria (Afrique du Sud).
Le secrétaire d'Etat Antony Blinken et la ministre des Affaires étrangères sud-africaine Naledi Pandor lors d'une rencontre ce lundi 8 août à Pretoria (Afrique du Sud). (Crédits : Reuters)

L'Afrique est le continent de toutes les attentions. Preuve de cet intérêt croissant, les Etats-Unis ont dévoilé lundi une refonte tous azimuts de leur politique en Afrique subsaharienne où ils entendent contrer la présence russe et chinoise, et développer notamment des approches non militaires contre le terrorisme.

Cette nouvelle stratégie, qui reconnaît au passage l'importance démographique croissante de l'Afrique, son poids à l'ONU, tout comme ses immenses ressources naturelles et opportunités, intervient alors que le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a entrepris une deuxième tournée africaine, qui doit le conduire en Afrique du Sud, en République démocratique du Congo (RDC) et au Rwanda. Le responsable américain, arrivé dimanche à Johannesburg, doit prononcer lundi un discours politique majeur à Pretoria, capitale de l'Afrique du Sud. L'année dernière, il s'était rendu au Kenya, au Nigeria et au Sénégal.

Echec de la lutte contre le terrorisme

Cette réorientation intervient également alors que certains critiques affirment que l'accent mis par les Etats-Unis sur la lutte militaire contre les groupes extrémistes en Afrique n'a pas beaucoup porté ses fruits. "Les Etats-Unis ont tout intérêt à s'assurer que la région reste ouverte et accessible à tous, et que les gouvernements et les populations puissent faire leurs propres choix politiques (...) Des sociétés ouvertes sont généralement plus enclines à travailler de concert avec les Etats-Unis, attirent plus de commerce et d'investissement américain (...), et contrent les activités nuisibles de la République populaire de Chine, de la Russie et d'autres acteurs étrangers", souligne le nouveau document d'orientation divulgué lundi.

Intitulé "Stratégie américaine envers l'Afrique subsaharienne", le document détaille quatre objectifs pour cinq ans: favoriser les sociétés ouvertes; offrir des dividendes démocratiques et en matière de sécurité; travailler au redressement après la pandémie et sur les opportunités économiques; soutenir la préservation et l'adaptation au climat et une transition énergique juste.

L'attention des Etats-Unis pour l'Afrique a souvent été reléguée au second plan et l'administration américaine espère changer de pied. Un sommet américano-africain est prévu le 13 décembre à Washington.

"La Russie crée de l'instabilité"

Le document américain égrène les griefs de la Maison Blanche contre Pékin et Moscou en Afrique. Il suggère que Pékin s'y comporte comme dans une "arène pour défier l'ordre international fondé sur des règles, faire avancer ses stricts intérêts commerciaux et géopolitiques (...) et affaiblir les relations des Etats-Unis avec les peuples et les gouvernements africains". Quant à la Russie, elle "considère la région comme un environnement permissif pour les sociétés para-étatiques et militaires privées, créant souvent de l'instabilité pour en retirer un avantage stratégique et financier", selon le document américain qui pointe aussi l'usage de "la désinformation".

"Nous sommes extrêmement préoccupés par le rôle des mercenaires russes", a par ailleurs commenté un responsable de l'administration américaine, pointant le groupe Wagner, accusé d'exactions, notamment en Centrafrique. Si près de 70% des Africains expriment un ferme soutien à la démocratie, le nombre de pays dit libres s'est réduit à huit, un nombre qui n'a jamais été aussi faible en trente ans.

Endiguer l'autoritarisme et les coups d'Etat militaires

Le document suggère un effort accru pour "endiguer la récente vague d'autoritarisme et de coups d'Etat militaires en travaillant avec des alliés et des partenaires dans la région pour répondre au recul démocratique et aux violations des droits de l'homme". Il ajoute que les Etats-Unis utiliseront leur "capacité unilatérale", autrement dit militaire, contre des cibles terroristes "uniquement là où c'est légal et là où la menace est la plus aiguë". Le but est de donner la priorité aux "approches dirigées par des civils lorsque c'est possible et efficace".

Dans ce contexte, le soutien des Etats-Unis à la reprise de la région après les graves conséquences économiques de la pandémie de coronavirus "est une condition préalable pour regagner la confiance de l'Afrique dans le leadership mondial des Etats-Unis", ajoute le document.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 09/08/2022 à 23:51
Signaler
Les USA se comportent comme les pompiers pyromanes. Ils provoquent des conflits pour ensuite venir en "protecteurs", voir en "sauveurs". C'est de l'intimidation pour vendre leurs "services" à leurs obligés. Le fait que la Russie et la Chine jouent le...

à écrit le 09/08/2022 à 16:56
Signaler
Il faut lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Éditions. L'auteur sous forme de fiction dévoile la réalité des coups tordus de la Chine qui en échange des minéraux rares dont elle dispose en quantité s'accapare les ressources essentielles d'un...

à écrit le 09/08/2022 à 15:19
Signaler
Nous vivons un bouleversement géopolitique majeur ou la France n'a plus aucun rôle à jouer. Les pays BRICS non plus émergeant mais "submergeant" n'ont plus comme adversaire que les Etats-Unis - pays affaibli. L'U.E trop divisée est lourdement ent...

à écrit le 09/08/2022 à 10:50
Signaler
Un document émouvant. A le lire on se donne l'impression que là où passent les USA fleurissent la démocratie et la liberté d'éxpression. Or un petit coup d'oeil sur la situation des pays qui ont été visités par le GI nous démontre le contraire. Par ...

à écrit le 09/08/2022 à 1:56
Signaler
La France a merdé en Afrique et c'est fait dégagée ,cela devient une habitude pour les américains qui sont encore obligés d'intervenir .

le 09/08/2022 à 6:59
Signaler
il vont mettre le feu au continent deja instable que l'occident a toujours considere comme une vache a lait du pillage des richesse et de main d'oeuvre bon marché resultat une planete a feu et a sang pour satisfaire quelque banquier et marchand d...

le 09/08/2022 à 11:02
Signaler
Il faut concéder que les anciens pays colonisateurs ne sont plus les bienvenus sur les territoires anciennement colonisés. Sauf par ceux qui ont été imbus par l'apport des occidentaux qui les ont promus ainsi que leurs progénitures aux postes clés pa...

à écrit le 09/08/2022 à 0:20
Signaler
Glorieuse politique africaine de Macron de devenir seulement le supplétif des Etats-Unis, dans ce domaine comme dans tant d'autres.

le 09/08/2022 à 8:23
Signaler
La France n a pas les moyens de ces éventuelles ambitions .. on n est plus d’à les années 70… et puis le retrait français date de l époque de Sarko…

le 09/08/2022 à 8:30
Signaler
La France n a pas les moyens de ces éventuelles ambitions .. vu les déficits cumulés depuis 40 ans … bollore a dû vendre ses activités africaines vu les procès et méthodes discutables de ses affaires …on n est plus dans les années 70… et puis le retr...

à écrit le 09/08/2022 à 0:15
Signaler
Après plus de 40 ans de reaganisme thatchérien les USA comme l'Europe sont cuits et recuits. Cette déclaration ne va que conforter l'alliance de la Russie et la Chine communiste à long terme y compris donc en Afrique.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.