Après 100 jours d'invasion russe en Ukraine, Bruxelles dégaine un 6e paquet de sanctions pour faire plier Moscou

La nouvelle vague de sanctions européennes contre Moscou, entrée en vigueur ce vendredi après un mois de tractations ardues entre les 27 États membres, comprend des mesures de coercition extrêmement puissantes, telles que l'arrêt de l'importation de 90% du pétrole russe. La série d'interdictions vise aussi d'autres secteurs industriels et ajoute de nouvelles personnalités à la liste noire.
Les Vingt-Sept se sont mis d'accord sur un sixième paquet de sanctions contre Moscou, après un mois de négociation.
Les Vingt-Sept se sont mis d'accord sur un sixième paquet de sanctions contre Moscou, après un mois de négociation. (Crédits : Dado Ruvic)

Voilà 100 jours que l'Ukraine a été envahie par la Russie. Cette offensive a permis à Moscou de s'emparer de 20% du territoire ukrainien. Après avoir échoué à faire tomber le gouvernement de Kiev, les forces russes se concentrent sur la conquête du Donbass, à l'est du pays, où se joue désormais une guerre d'usure. En réaction à l'invasion de l'Ukraine, les Occidentaux ont dégainé les armes diplomatiques et les sanctions économiques. Après un mois de négociations ardues, le sixième paquet de sanctions contre Moscou est officiellement entré en vigueur vendredi au Journal officiel de l'Union européenne. Retour sur les principales sanctions, non sans conséquences sur les économies des pays Occidentaux.

  • L'embargo sur le pétrole russe

Les Vingt-Sept se sont accordés pour réduire de 90% de leurs importations de pétrole russe d'ici à la fin de l'année, afin de tarir le financement de la guerre livrée par Moscou à l'Ukraine. L'accord trouvé prévoit un arrêt progressif des importations de pétrole russe transporté par bateau, soit les 2/3 des achats européens. Cet embargo comprend toutefois des exemptions. Afin de lever le veto de la Hongrie qui exigeait des garanties pour sa sécurité énergétique, du pétrole russe sera encore acheminé par l'oléoduc de Droujba. La Slovaquie et la République tchèque vont continuer aussi à en profiter, ainsi que l'Allemagne et la Pologne, qui se sont par ailleurs engagées de leur côté à cesser leurs importations par cet oléoduc d'ici à fin 2022.

  • De nouveaux produits interdictions d'exportations

La liste des produits russes interdits d'importation dans l'UE a été élargie aux voitures, aux montres de luxe, mais surtout aux semi-conducteurs, substances chimiques ou catalyseurs spécialisés. L'objectif : "éroder la base technologique et les capacités industrielles de la Russie". Sur cette liste figure aussi les produits sidérurgiques, le ciment, les produits en caoutchouc, le bois. Ces produits s'ajoutent à la vodka et aux produits de la mer haut de gamme russes, déjà bannis.

  • Trois nouvelles banques russes exclues du système financier international Swift

Le nouveau train de sanctions européennes comprend aussi l'exclusion du réseau financier international Swift de trois nouvelles banques russes, dont Sberbank, principal établissement bancaire en Russie. Sept banques russes ont déjà été bannies de ce système par les Européens. Mais Sberbank, déjà visée par de lourdes mesures américaines et britanniques, avait été jusque là épargné par les européens. Toutefois, l'établissement a affirmé mardi que son exclusion du système financier international Swift n'aura qu'un effet limité. «Nous travaillons normalement - les principales restrictions sont déjà en vigueur», a écrit la banque publique dans un communiqué. «L'exclusion de Swift ne change rien à la situation pour les règlements internationaux. Les opérations internes à la Russie ne dépendent pas de Swift, et seront réalisées par la banque normalement.»

  • Trois chaînes publiques russes interdites

Trois chaînes de télévision russes, dont Russia 24 et Russia RTR, sont interdites de diffusion dans l'Union européen. Le boycotte de ces médias russes s'ajoute à l'interdiction faite en mars à la chaîne de télévision russe Russia Today (RT) et à l'agence Sputnik de poursuivre la diffusion de leurs programmes et informations.

Lire aussi 8 mnComment l'interdiction de Russia Today et Sputnik par l'UE est devenue un problème français

  • 60 personnes supplémentaires sur la liste noire de l'UE

L'UE a pris aussi des mesures contre des nouveaux individus jugés responsables de crimes de guerre en Ukraine. Une soixantaine de personnalités supplémentaires sont désormais sanctionnées par une interdiction d'entrée dans l'UE et un gel de leurs avoirs. Le chef de l'église orthodoxe russe, le patriarche Kirill, devait figurer parmi ces personnalités. Pour parvenir à un accord, finalement, à la demande de Budapest, son nom a été retiré de cette liste noire européenne. En revanche, y figure l'ex-gymnaste russe Alina Kabaeva, visée pour son rôle dans « la propagande » du Kremlin. Depuis le début de la guerre en Ukraine, des centaines de personnalités russes ont ainsi été sanctionnées, Vladimir Poutine lui-même est déjà visé par des sanctions, comme son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko ou Igor Setchine, le patron du pétrolier Rosneft.

 (Avec agences)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 04/06/2022 à 12:55
Signaler
Le 6ème paquet de sanctions de l'UE contre la "méchante" Russie va d'abord participer à compliquer un peu plus la vie des gens modestes qui forment la majorité de la population des pays membres de ... l'UE! Le concept même du boomerang, quoi! 😂😂😂

à écrit le 04/06/2022 à 10:09
Signaler
Que USA et l'occident arrêt de mettre l'huile sur le feu 🔥 parceque s'arrange personne

à écrit le 04/06/2022 à 8:38
Signaler
Contrairement a ce que l'on nous a raconté, "l'union européenne" c'est la guerre!

à écrit le 03/06/2022 à 16:34
Signaler
C'est peine perdue. Après 40 ans de Reaganisme thatchérien, les USA et l'Europe sont dans le même radeau ultralibéral hyperatlantiste de la Méduse, et sont donc cuits et recuits. La Chine communiste a déjà la partie gagnée et cela va s'accélérer av...

à écrit le 03/06/2022 à 14:00
Signaler
On a pas a donner des sanctions, c'est une attitude arrogante. Si, on est pas d'accord avec un pays, on ne collabore plus. C'est quoi ces décisions scolaires dont la Russie se moque complétement ?

le 03/06/2022 à 18:52
Signaler
@fm44 Vous préféreriez que les Russes gagnent en Ukraine puis dans les pays baltes puis en Pologne, en Allemagne et arrivent enfin chez nous,? Si on ne montre pas à Poutine la ligne rouge, il ira aussi loin qu'il pourra. La Russie de Poutine a...

le 03/06/2022 à 22:24
Signaler
Merci

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.