Céréales bloquées dans les ports : la Russie propose son aide en échange d'une levée des sanctions

Ce n'est pas la première fois que Moscou propose de faciliter le transit de ces denrées essentielles tout en conditionnant son aide à la levée des sanctions prises par les occidentaux à son égard. Lors d'un échange lundi avec le président turc, Recept Tayyip Erogan, le président russe Vladimir Poutine a laissé entendre qu'il était prêt « à faciliter le transit maritime sans entraves des marchandises, en coordination avec les partenaires turcs », précisant que cela s'appliquerait aussi « à l'exportation des céréales provenant des ports ukrainiens ».
Vladimir Poutine s'est entretenu par téléphone lundi avec le président truc Recept Tayyip Erdogan au sujet du transport des céréales bloqués dans les ports de la mer Noire.
Vladimir Poutine s'est entretenu par téléphone lundi avec le président truc Recept Tayyip Erdogan au sujet du transport des céréales bloqués dans les ports de la mer Noire. (Crédits : SPUTNIK)

Comment débloquer les millions de tonnes de céréales bloquées dans les ports de la mer Noire ? Depuis le déclenchement du conflit en Ukraine le 24 février dernier, l'exportation de ces denrées par l'Ukraine est rendue quasiment impossible. Si Kiev accuse Moscou de bloquer les ports en question, les forces ukrainiennes ont aussi miné les eaux proches de leurs ports afin de contrer toute tentative d'approche russe par la mer.

Une situation qui fait craindre une crise alimentaire mondiale, en particulier dans les pays très dépendants de leurs importations de céréales comme les pays du Maghreb. Et pour l'Ukraine et les pays occidentaux, c'est la Russie qui en est responsable. Le 20 mai dernier, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, accusait ainsi Moscou de se servir de la nourriture comme d'une arme en Ukraine, en prenant «en otage» les livraisons alimentaires destinées à des millions d'Ukrainiens, mais aussi à des millions de personnes dans le monde dépendantes des exportations du pays. «Le gouvernement russe semble penser qu'utiliser la nourriture comme une arme va aider à accomplir ce que l'invasion n'a pas fait - briser le moral du peuple ukrainien», avait-il dénoncé.

Lire aussi 6 mnUkraine : « Une hausse des prix sur les produits agricoles est à prévoir » (Christophe Richardot, DG de l'Alliance BFC et de Dijon Céréales)

Un geste de la Russie contre une levée des sanctions

De son côté, la Russie veut faire gage de sa bonne foi en se disant prête à travailler avec la Turquie à la libre circulation des marchandises en mer Noire, y compris des céréales provenant d'Ukraine. C'est en effet ce qu'a déclaré Vladimir Poutine lors d'un entretien téléphonique avec Recep Tayyip Erdogan, lundi. Il «a souligné que la partie russe était prête à faciliter le transit maritime sans entraves des marchandises, en coordination avec les partenaires turcs. Cela s'applique également à l'exportation des céréales provenant des ports ukrainiens», a indiqué le Kremlin dans un communiqué. La Turquie est le principal pays riverain de la Mer Noire de l'Ukraine, sur sa côte sud, avec la Russie, au nord.

En outre, ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, a annoncé mardi que son homologue russe, Serguei Lavrov, se rendra le 8 juin en Turquie "avec une délégation militaire pour discuter, entre autres, de l'instauration de corridors sécurisés pour le transport des céréales. C'est la question la plus importante", précisant vouloir "créer un centre d'observation des corridors à Istanbul". Mevlüt Cavusoglu n'a pas précisé quelle forme cette observation pourrait prendre ni le rôle exact de la Turquie.

Ces propositions russes ne sont pas sans contrepartie. La Russie, comme elle l'a répété à plusieurs reprises ces derniers jours, acceptera de faciliter le transport des marchandises seulement si les occidentaux lèvent l'arsenal de sanctions prises à son égard depuis l'invasion de l'Ukraine. Lors de son entretien avec Recep Tayyip Erdogan Erdogan, Vladimir Poutine a ainsi réaffirmé que la Russie pouvait «exporter des quantités importantes d'engrais et de produits agricoles si les sanctions antirusses étaient annulées», selon le Kremlin.

Embargo européen sur le pétrole russe

Les propos du président russe interviennent alors que les chefs d'Etat et de gouvernement européens, réunis en sommet extraordinaire à Bruxelles, ont trouvé un compromis sur un embargo sur le pétrole russe dans la nuit de lundi à mardi. Ils ont ainsi convenu d'interdire immédiatement plus des deux tiers des importations l'hydrocarbure et de mettre fin à celles-ci à 90% d'ici la fin de l'année tout en prévoyant des dérogations pour la Hongrie, fermement opposée à cet embargo en raison de son ultra-dépendance aux importations russes, et d'autres pays inquiets de l'impact économique de cette décision.

Lire aussi 6 mnPourquoi un embargo européen sur le pétrole russe risquerait de faire flamber les cours

Cet accord couvre pour l'instant «plus des deux tiers des importations de pétrole de Russie», a déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel. Il va permettre de «supprimer une énorme source de financement à la machine de guerre» russe et exercer «une pression maximum» sur Moscou pour l'inciter à mettre fin à la guerre, a-t-il ajouté sur Twitter. Selon l'Elysée, ces deux-tiers correspondent au pétrole russe importé par bateau. Avec l'engagement de l'Allemagne et de la Pologne de mettre fin, d'ici à la fin de l'année, aux importations de pétrole russe acheminées par l'oléoduc de Droujba, l'embargo touchera 90% des importations.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 04/06/2022 à 12:42
Signaler
Devant toutes ces sanctions, il réagit à sa façon. Il pourrait aussi dire aux occidentaux vous levez les sanctions ou bien je vous coupe le gaz et le pétrole immédiatement. C'est lui qui a la baguette, c'est le chef d'orchestre puisque toutes les san...

à écrit le 01/06/2022 à 11:01
Signaler
La condition de levée des sanctions prouve , s'il en était besoin, que la russie utilise l'arme alimentaire pour sa guerre.

à écrit le 31/05/2022 à 13:52
Signaler
D'où on conclut que les sanctions occidentales ne laissent pas Vladimir Poutine indifférent.

à écrit le 31/05/2022 à 13:39
Signaler
"Céréales bloquées dans les ports" "la Russie propose son aide" "un geste de la Russie." Les céréales ne seraient pas bloquées, si la Russie n'avait pas engagé une guerre totale contre l'Ukraine, le 24 février dernier !

à écrit le 31/05/2022 à 12:21
Signaler
Ah non monsieur ce n'est pas possible ! L'UERSS ira jusqu'au sacrifice de chacun des citoyens européens afin que le camp du bien l'emporte sur le camp du mal !

le 01/06/2022 à 9:58
Signaler
toujours la même rhétorique..en mode mono-couche, vous voulez pas changer d angle de vue histoire d 'élargir votre spectre et d enrichir le débat?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.