Après l'attaque du Capitole, des entreprises coupent tout financement au parti de Trump

 |  | 710 mots
Lecture 4 min.
Après l'attaque mercredi du Capitole par les soutiens de Donald Trump, les annonces effectuées par Amazon, General Electric, AT&T, Dow, Comcast, Verizon, American Express, Airbnb, Best Buy et Mastercard, entre autres, visent à bloquer les levées de fonds des élus républicains qui, à près des deux tiers, ont soutenu Trump et sa contestation des résultats validant la victoire du démocrate Joe Biden.
Après l'attaque mercredi du Capitole par les soutiens de Donald Trump, les annonces effectuées par Amazon, General Electric, AT&T, Dow, Comcast, Verizon, American Express, Airbnb, Best Buy et Mastercard, entre autres, visent à bloquer les levées de fonds des élus républicains qui, à près des deux tiers, ont soutenu Trump et sa contestation des résultats validant la victoire du démocrate Joe Biden. (Crédits : SHANNON STAPLETON)
Amazon, General Electric, AT&T, Dow, Comcast, Verizon, American Express, Airbnb, Best Buy et Mastercard... la vague d'annonces de suspension des donations témoigne d'un virage brutal des entreprises après l'attaque du Capitole par les trumpistes, mercredi, pour empêcher le Congrès de valider la victoire du démocrate Joe Biden. Certaines entreprises, comme Hallmark, ont même demandé à deux sénateurs républicains de "rendre l'argent". Plus radical encore, Dow a décidé de couper les vivres aux républicains jusqu'à la fin de leur mandat.

Les élus républicains du Congrès américain font face à un rejet grandissant de la part des entreprises, dont certaines ont dit lundi qu'elles allaient mettre fin aux contributions de campagne de ceux ayant voté la semaine dernière pour contester la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle de novembre.

Les annonces effectuées par Amazon, General Electric, AT&T, Dow, Comcast, Verizon, American Express, Airbnb, Best Buy et Mastercard, entre autres, menacent d'entraver les levées de fonds des républicains, qui seront sous peu privés du pouvoir à la Maison Blanche et minoritaires dans les deux chambres du Congrès.

AT&T et Comcast, par exemple, font partie des plus importantes entreprises donatrices à Washington.

Hallmark demandent à deux sénateurs de "rendre l'argent"

Hallmark, le géant des cartes de voeux, a déclaré avoir demandé aux sénateurs Josh Hawley et Roger Marshall de rendre les contributions qu'ils ont reçues. Aucun commentaire n'a été obtenu dans l'immédiat auprès de porte-parole des deux élus républicains, qui se sont opposés à la certification par le Congrès des résultats du scrutin du 3 novembre.

La vague d'annonces constitue un signe que certains donateurs corporatifs, qui ont pour habitude de distribuer généreusement leur argent près du Capitole, sont en train de revoir leur stratégie après que des partisans du président républicain sortant Donald Trump ont attaqué mercredi le Capitole dans le but d'empêcher le Congrès de valider la victoire du démocrate Joe Biden.

Au moins cinq personnes dont un officier de police ont trouvé la mort dans les heurts.

Ciblage des sénateurs responsables du blocage des résultats

Parmi les parlementaires favorables à bloquer la certification des résultats électoraux figurent les deux plus hauts républicains de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy et Steve Scalise, ainsi que le sénateur Rick Scott, qui va prendre la tête du Comité sénatorial national du Parti républicain chargé de mener la reconquête du Sénat en 2022 et qui aura donc besoin de vastes financements.

Il est pour le moment difficile d'évaluer si ces décisions auront un impact durable, alors que les activités de collecte de fonds se trouvent actuellement dans une période de creux post-électoral à Washington, donnant aux entreprises et aux groupes commerciaux un peu de temps pour ajuster leur position.

Dow sanctionne les républicains pendant tout le reste de leur mandat

Peu d'entreprises ont pris une décision aussi radicale que Dow, qui a fait savoir qu'il supprimait les contributions aux parlementaires républicains pour toute la durée des mandats de ceux-ci - soit jusqu'à six ans pour ceux élus au Sénat. D'autres firmes ont indiqué qu'elles retiraient les contributions provisoirement, ou qu'elles les suspendaient aussi bien pour les élus républicains que démocrates.

General Electric (GE) a indiqué que la suspension de ses donations serait en vigueur jusqu'à fin 2022 et que la commission des salariés en charge de superviser son action politique étudiera alors "au cas par cas" les demandes d'élus s'étant opposés à la certification de la victoire électorale de Joe Biden.

Amazon a déclaré qu'il allait évoquer ses préoccupations "directement avec les membres (du Congrès)" que le groupe soutenait jusqu'alors, avant de décider de la reprise ou non des contributions.

La contestation des résultats soutenue par deux tiers des républicains

Un expérimenté stratégiste républicain, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a estimé qu'il était difficile pour les entreprises de couper purement et simplement les donations de tous ceux ayant voté contre la certification des résultats de l'élection présidentielle, étant donné le nombre important de républicains ayant affiché leur opposition.

Il faut cependant rappeler que près des deux tiers des élus républicains à la Chambre des représentants ont soutenu la résolution contestant les résultats du scrutin du 3 novembre.

Le stratégiste a toutefois ajouté que le comportement des élus républicains serait certainement étudié de près, notamment leurs démarches pour revenir "à la normale" au Congrès et leur choix d'assister ou non à l'investiture de Joe Biden.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2021 à 17:12 :
"La liberté d'expression est un «droit fondamental d'une importance vitale".
"Elle peut être restreinte, mais uniquement et conformément aux lois et dans un cadre défini par le législateur - et non à la décision de la direction des plateformes de médias sociaux ", Angela Merkel. On attend encore Macron.
Réponse de le 12/01/2021 à 18:19 :
Elle a aussitôt dit qu'elle était "triste et en colère" suite aux événements du Capitole. Elle a également dit que le fait que Trump conteste le résultat des élections avait rendu cela possible. Je dis ça au cas où l'idée était de sortir ses paroles de leur contexte.
a écrit le 12/01/2021 à 13:55 :
Décidément cette démocratie américaine n'a de démocratie que le nom! Le politique qui doit gérer la chose publique est financé par le privé qui ne s'interesse qu'a son compte de résultat. L'incident Trump a au moins le mérite de faire tomber les masques.
On se croairait revenu au temps de Elf Aquitaine et de ses opérations africaines.
Réponse de le 12/01/2021 à 18:15 :
Cet incident a le mérite de montrer qui financait Trump: wall street.
a écrit le 12/01/2021 à 12:40 :
Les mondialistes s' appuient tjrs sur de faux prétextes et par la technique de l' inversion et du renversement de la preuve.
Ainsi, la conspiration démocrate était bien prévue : l'ancien chef de la police du Capitole américain a affirmé dimanche que la Chambre et le Sénat avaient refusé à plusieurs reprises ses demandes de sécurité supplémentaire à Capitol Hill, source ThePostMillenial.
Réponse de le 12/01/2021 à 16:43 :
Pour l'inversion et le renversement de la preuve je vous accorde une grande expertise.
a écrit le 12/01/2021 à 10:04 :
"D'autres firmes ont indiqué qu'elles retiraient les contributions provisoirement, ou qu'elles les suspendaient aussi bien pour les élus républicains que démocrates."

Ca c'est intelligent, cela aurait été vraiment interessant de savoir lesquelles, parce que s'attaquer à un parti c'est faire de la publicité à l'autre et au final ne jamais avancer, s'attaquer aux deux partis déjà d'une part c'est particulièrement courageux et en plus réellement significatif puisque les politiciens n'étant que des passes plats ne nous servent à rien, pire en diluant la responsabilité des véritables responsables au dessus d'eux ils ne font qu'empiler les médicorités.

Le politicien n'est plus qu'un intermédiaire couteux aussi bien finacièrement que politiquement. Un véritable désatre, il faut délivrer les riches de cette infamie afin que ceux-ci assument pleinement leur direction du monde du fait qu'ils possèdent tous les capitaux et outils de production car il est là le noeud du problème et seulement là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :