Attaques des Houthis en mer Rouge  : le commerce transitant par le canal de Suez chute de 42%

Le volume commercial transitant par le Canal de Suez, qui souffre des attaques des rebelles yéménites Houthis en mer Rouge, a diminué de 42% ces deux derniers mois, selon l'ONU. Les Nations unies redoute désormais des répercussions pour l'ensemble du commerce mondial et sur le changement climatique, les armateurs étant désormais contraints de contourner l'Afrique.
En raison des attaques des Houthis, le volume du commerce via le Canal de Suez a baissé de 42% ces deux derniers mois.
En raison des attaques des Houthis, le volume du commerce via le Canal de Suez a baissé de 42% ces deux derniers mois. (Crédits : AMR ABDALLAH DALSH)

En visite à Moscou, jeudi, le porte-parole des Houthis, Mohammed Abdelsalam, a écrit sur X, que sa délégation avait rencontré dans l'après-midi à Moscou le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhaïl Bogdanov. Les deux parties ont discuté de la « nécessité d'intensifier les efforts internationaux pour exercer une pression sur les Etats-Unis et Israël afin de mettre fin » à la guerre dans la bande de Gaza et « d'acheminer de l'aide humanitaire plutôt que de militariser la mer Rouge ».

Lire aussiAttaques des Houthis en mer Rouge : le Qatar alerte sur un risque de retard dans les livraisons de gaz

De quoi alarmer encore un peu plus les Nations unies, et ce, alors qu'environ 12% du fret maritime mondial passe normalement par le détroit de Bab el-Mandeb, qui contrôle l'accès au sud de la mer Rouge.

« Nous sommes très inquiets concernant les attaques contre le transport maritime en Mer rouge qui exacerbent les perturbations du commerce liées à la géopolitique et au changement climatique » a déclaré jeudi lors d'une conférence de presse Jan Hoffmann, un responsable de l'organe de l'ONU chargé du commerce et du développement (CNUCED).

Dégringolade des porte-conteneurs

Selon l'agence, en raison des attaques des Houthis qui ont poussé des armateurs à suspendre les transits par la mer Rouge et à contourner l'Afrique, le volume du commerce via le Canal de Suez a baissé de 42% ces deux derniers mois. « Les plus grands porte-conteneurs étant principalement ceux qui n'empruntent plus le Canal de Suez, le déclin en quantité de conteneurs est encore plus important » a noté Jan Hoffmann. La baisse du transit des pétroliers est de 18%, celle des cargos de vrac (grain, charbon...) de 6% et les transports de gaz sont à l'arrêt.

De son côté, l'Union européenne annonçait mercredi que le trafic maritime en mer Rouge avait chuté de 22% en un mois. Une baisse qui « devrait être plus importante à l'avenir en raison de la décision de nombreux armateurs de prendre une autre route maritime, contournant l'Afrique par le cap de Bonne Espérance ».

Ainsi, le géant danois du transport maritime Maersk a annoncé mercredi que deux bateaux de sa filiale américaine, Limited (MLL) qui transitaient dans le détroit de Bab el-Mandeb avaient rebroussé chemin en mer Rouge après des explosions à proximité. Il a dans la foulée indiqué que ses navires ne navigueraient plus dans la région.

« Nous pensions que (les chaînes d'approvisionnement) s'étaient normalisées après le Covid. Clairement, c'est un peu plus précaire après ce qui se passe en mer Rouge », avait déjà  indiqué à l'AFP Francesco Ceccato, patron de Barclays Europe, en marge du sommet de Davos.

Les constructeurs automobiles Tesla et Volvo ont déjà annoncé des suspensions temporaires de production en Europe, par manque de pièces détachées. Et le transport de gaz naturel liquéfié (GNL) « sera affecté » a affirmé le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdulrahmane Al-Thani.

D'autres routes maritimes sous tension

Les perturbations du commerce en Mer Rouge sont d'autant plus inquiétantes que « plus de 80% » du commerce mondial de biens se fait par voie maritime et que « d'autres routes importantes sont déjà sous tension » a souligné l'expert de la CNUCED. Ainsi, le transit via la mer Noire a été largement perturbé après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, entraînant dans les mois qui ont suivi une flambée des prix alimentaires mondiaux.

Lire aussiMer Noire : un navire de céréales qui se dirigeait vers un port ukrainien a sauté sur une mine

En parallèle, en raison d'une sécheresse, le niveau de l'eau dans le canal de Panama a largement baissé, réduisant le trafic. Ainsi, le mois dernier, le nombre de passages via ce canal a baissé de 36% par rapport à un an plus tôt, et de 62% par rapport à deux ans plus tôt, selon la CNUCED.

« Des perturbations prolongées sur des routes commerciales majeures pourraient affecter les chaînes d'approvisionnement mondial, entraînant des délais pour les livraisons de biens, une augmentation des coûts et un risque d'inflation », note l'agence onusienne, s'inquiétant en particulier pour les prix alimentaires mondiaux.

Trois navires militaires français mobilisés

Face à cette situation, la France a annoncé jeudi renforcer  sa présence militaire dans les mers du Proche-Orient, un troisième navire militaire ayant été envoyé dans la zone pour assurer des missions de « sûreté maritime » a annoncé jeudi l'état-major français.

« L'envoi du troisième navire, la frégate L'Alsace répond à la surveillance des attaques contre les navires commerciaux. C'est la contribution à toutes les initiatives dans la région, comme Prosperity Guardian du nom d'une coalition dirigée par les Etats-Unis en mer Rouge pour défendre la liberté de circulation maritime ».

L'Alsace « a franchi le canal de Suez la semaine dernière pour rejoindre la mer Rouge pour réaliser des missions de sûreté maritime », a-t-on appris de même source. Une autre frégate, La Languedoc, qui a abattu depuis décembre plusieurs drones tirés par les Houthis, patrouillera désormais le Golfe d'Aden, a indiqué le porte-parole. Un gros bateau ravitailleur, le Jacques Chevallier, se trouvant également dans la zone - qui va du golfe Persique à la mer Rouge et passant par l'Ouest de l'océan Indien et le Golfe d'Aden -, trois navires militaires français sont donc mobilisés dans ces eaux sensibles.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 26/01/2024 à 12:11
Signaler
90% du commerce mondial et maritime concerne des biens de consommation courante non indispensables qui peuvent bien attendre quelques semaines de plus pour être livrés à leurs destinataires .

le 26/01/2024 à 12:40
Signaler
Bien d'accord avec vous.

le 26/01/2024 à 19:18
Signaler
@Idx. Ben voyons, vous allez donc nous en faire la liste, histoire que "nous" soyons moins bête demain! 😉

à écrit le 26/01/2024 à 8:51
Signaler
C'est l'Égypte qui va être contente.

le 26/01/2024 à 12:49
Signaler
l'Égypte qui est la première victime des Houtis n'a qu'à agir, ce n'est pas à l'occident de traiter ce problème, chacun sa m...e. Et le contournement de l'Afrique se traduira par une légère augmentation des prix des matières transportées,pas de quoi...

le 26/01/2024 à 13:24
Signaler
Ils sont toujours en train de nous parler de ce sud qui serait contre l'Occident. Ici le sud est contre le...sud. C'est n'importe quoi cette histoire de sud. Parlons plutôt de pays n'acceptant pas une forme de loi internationale et voulant vivre comm...

à écrit le 26/01/2024 à 7:57
Signaler
Toujours une bonne nouvelle pour la planète quand un souffleur de feuilles est livré plus tard.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.