Aux JO de Pékin, Poutine et Xi Jinping fustigent l'OTAN et l'AUKUS, alliances "déstabilisatrices"

La énième rencontre entre les deux puissants voisins est l'occasion d'une contre-offensive diplomatique en pleine crise ukrainienne pour dénoncer l'influence américaine en Europe et en Asie. La Chine soutient pleinement le concept de "l'indivisibilité de la sécurité" sur lequel le Kremlin se fonde pour réclamer un départ de l'OTAN de son voisinage immédiat. Poutine et Xi Jinping ont également signé des contrats géants comme cet accord de fourniture de gaz qui atteindra 48 milliards de mètres cubes par an à terme.
Ce vendredi, à quelques heures de la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin, les présidents russe et chinois ont dénoncé les alliances militaires OTAN et AUKUS. La Chine se rangent derrière le concept de l'indivisibilité de la sécurité, sur lequel le Kremlin se fonde pour réclamer un départ de l'OTAN de son voisinage immédiat, arguant que la sécurité des uns ne peut se faire aux dépens de celle d'autres, en dépit du droit de chaque État, et donc de l'Ukraine, à choisir ses alliances.
Ce vendredi, à quelques heures de la cérémonie d'ouverture des JO de Pékin, les présidents russe et chinois ont dénoncé les alliances militaires OTAN et AUKUS. La Chine se rangent derrière le concept de "l'indivisibilité de la sécurité", sur lequel le Kremlin se fonde pour réclamer un départ de l'OTAN de son voisinage immédiat, arguant que la sécurité des uns ne peut se faire aux dépens de celle d'autres, en dépit du droit de chaque État, et donc de l'Ukraine, à choisir ses alliances. (Crédits : Reuters)

Alors que l'affrontement diplomatique avec les États-Unis et l'Europe ne faiblit pas sur la question ukrainienne, Vladimir Poutine s'est offert un répit en allant rendre visite à son "grand ami" Xi Jinping, histoire aussi de participer à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin (ce soir à 20h). Cette visite est la énième (plus de trente) depuis l'accession au pouvoir de Xi Jinping en 2013, tant les deux hommes se sentent d'affinités et à l'unisson dans leur animosité commune vis-à-vis des États-Unis et de l'Occident en général qu'ils accusent de mener une politique d'hostilité et de sanctions contre leurs pays respectifs.

Démonstrations d'amitié et de soutien mutuel

Cette visite, ce vendredi, a déjà donné lieu à force démonstrations d'amitié entre les deux dirigeants, Vladimir Poutine vantant les relations d'une qualité "sans précédent" de son pays avec la Chine de Xi Jinping,

"En ce qui concerne nos relations bilatérales, elles ont progressé dans un esprit d'amitié, de partenariat stratégique. Elles ont acquis un caractère vraiment sans précédent", a déclaré M. Poutine au début de sa rencontre avec son homologue chinois, selon des propos retransmis à la télévision russe.

Le président russe a salué un "exemple de relation digne, où chacun aide et soutient l'autre dans son développement".

Xi Jinping et Poutine fustigent les alliances OTAN et AUKUS

Cette visite a également été l'occasion pour les deux pays de faire, en fin de matinée, une déclaration commune dénonçant l'influence des États-Unis et le rôle des alliances militaires occidentales, l'OTAN et l'AUKUS, en Europe comme en Asie. Ces alliances, les deux dirigeants estiment qu'elles déstabilisent l'équilibre international, qu'elles sont contraires à la recherche souhaitable de "stabilité et de paix équitable".

Précisément, leur discours commun s'oppose à tout élargissement futur de l'OTAN, un recul de l'Alliance atlantique étant une condition sine qua non de la désescalade des tensions russo-occidentales en Ukraine. Xi Jinping manifeste ainsi son plein et entier soutien à l'exigence première de Moscou dans ce conflit.

Vladimir Poutine et Xi Jinping appellent notamment "l'Alliance atlantique nord à renoncer à ses approches idéologisées datant de la Guerre froide", une ligne défendue bec et ongles par la Russie.

La Russie et la Chine se rangent derrière le concept de "l'indivisibilité de la sécurité", sur lequel le Kremlin se fonde pour réclamer un départ de l'OTAN de son voisinage immédiat, arguant que la sécurité des uns ne peut se faire aux dépens de celle d'autres, en dépit du droit de chaque État, et donc de l'Ukraine, à choisir ses alliances.

La création de l'AUKUS en 2021, une alliance militaire entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie préoccupe la Chine et la Russie notamment parce que la fabrication de sous-marins nucléaires, "touche à des questions de stabilité stratégique".

Lire aussi 3 mnAprès AUKUS, Washington réactive Quad, toujours pour contrer la Chine

La Russie trouve un débouché pour son pétrole et son gaz

Sur le plan économique, les deux pays ont signé des accords stratégiques sans en dévoiler les montants. Rosneft et le groupe pétrolier chinois CNPC ont signé un contrat sur l'approvisionnement de 100 millions de tonnes de pétrole russe à la Chine via le Kazakhstan sur 10 ans. Rosneft affirme être le plus grand exportateur pétrolier pour la Chine (7% de la demande chinoise de brut annuelle).

Gazprom et CNPC ont aussi signé un nouveau contrat d'approvisionnement en gaz.

"Une fois que le projet aura atteint sa pleine capacité, le volume d'approvisionnement (...) augmentera de 10 milliards de mètres cubes et au total atteindra 48 milliards de mètres cubes par an" y compris les 38 milliards de mètres cubes de livraisons via le gazoduc existant Power of Siberia, selon le géant gazier russe.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 06/02/2022 à 14:08
Signaler
Ne manquez pas de lire "Oxymore" de Jean Tuan chez C.L.C. Edition. L'auteur observateur attentif de la Chine, le pays de son père, nous dévoile comment la Chine utilise tous les moyens pour ques ses athlètes triomphent aux Jeux Olympiques. Vous déco...

à écrit le 05/02/2022 à 11:35
Signaler
Deux danger pour le monde l'un s'occupe des tasses à cafés de ses adversaires avec un café pouchkine. Et le deuxième il vend tous des organes de ton vivant parsque c'est mieux .Et l'u si tend réchappe il fait passer le chasse neige.

à écrit le 05/02/2022 à 0:42
Signaler
Le dictateur d'un pays dont le PIB hors matières premières est inférieur à celui du Portugal rencontre celui d'un pays qui va devenir la première puissance économique mondiale. Cela ressemble à l'exécuteur des basses œuvres qui vient chercher sa pita...

à écrit le 04/02/2022 à 20:11
Signaler
Plus démocrate qu'eux tu meures !

à écrit le 04/02/2022 à 18:20
Signaler
Une réunion de dictateurs qui se donnent la main. Ils haïssent la démocratie, autant l'un que l'autre.

à écrit le 04/02/2022 à 16:50
Signaler
Curieux de faire des déclarations politiques à l'occasion de l'ouverture des jeux olympiques. De quoi donner raison aux nations qui l'ont boycottée.

à écrit le 04/02/2022 à 14:15
Signaler
Ca rappelle Staline et Mao.. (Sympathique ces grandes puissances, démocratiques et pacifiques) Les Occidentaux doivent rester fermes face à l'égo envahissant de ces dictateurs

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.