Canada : la France en perte de vitesse commerciale

 |   |  674  mots
Malgré la bonne relation affichée entre Justin Trudeau et Emmanuel Macron, les échanges commerciaux entre la France et le Canada sont peu dynamiques.
Malgré la bonne relation affichée entre Justin Trudeau et Emmanuel Macron, les échanges commerciaux entre la France et le Canada sont peu dynamiques. (Crédits : Reuters)
En visite officielle en France jusqu'à mardi soir, le Premier ministre canadien doit s'entretenir avec Emmanuel Macron. Au programme des discussions figurent notamment le développement des échanges commerciaux entre les deux puissances économiques à travers l'accord du Ceta et l'Accord de Paris sur le climat.

Le Premier ministre canadien Justine Trudeau est en visite officielle à Paris jusqu'à mardi où il doit s'exprimer devant l'Assemblée nationale. Ce déplacement intervient dans un contexte tendu pour le chef du gouvernement canadien. En effet, l'industrie pétrolière est actuellement confrontée à une forte opposition concernant l'élargissement d'un vaste oléoduc, le Trans Mountain, qui relie les sables bitumineux d'Alberta au port de Vancouver. Malgré ces tensions, Emmanuel Macron et son homologue devraient discuter de commerce avec le Ceta (le traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada), la future réunion du G7 et les enjeux climatiques. L'occasion de revenir sur les échanges commerciaux entre les deux puissances économiques.

La France en perte de vitesse

Selon les chiffres du service économique de l'ambassade de France au Canada, les échanges de biens entre les deux Etats ont été relativement stables en 2016, s'élevant à 5,91 milliards d'euros (contre 5,95 milliards d'euros en 2015, soit -0,8 milliards).

Cette légère diminution des exportations repose sur plusieurs facteurs. Le recul des ventes passant de 3,2 milliards d'euros en 2015 à 3 milliards en 2016 s'explique par une baisse de la compétitivité-prix à l'exportation "résultant de l'appréciation de l'euro vis-à-vis du dollar canadien courant 2016 (+3,4 %)." L'évolution du taux de change a pu également "favoriser la croissance des importations hors énergie pour les produits agricoles et les équipements mécaniques" ajoute le service de représentation. Les dernières données relatives au premier semestre 2017 n'annoncent pas de bonnes nouvelles pour le commerce extérieur français. Le solde commercial français est devenu déficitaire au cours de cette période après un excédent observé aux premiers semestres 2015 et 2016. Au regard de ces chiffres, le Canada n'est donc pas un partenaire commercial privilégié de la France comme le souligne une étude du service des douanes :

"Si l'UE est le deuxième partenaire du Canada, derrière les Etats-Unis, le poids du Canada est encore faible dans les échanges de l'UE : le Canada ne représente que 0,7 % des exportations et 0,6 % des importations de la France."

L'UE réalise moins de 1% de ses échanges avec le Canada. Ce n'est donc pas un partenaire privilégié du Vieux continent, à l'exception du Royaume-Uni. Le royaume a construit des relations privilégiés avec les pays du Commonwealth : "Le Canada représente 1,5 % des exportations et 2,1 % des importations britanniques."

Quelles opportunités pour le Ceta ?

L'accord du Ceta (accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne), qui est entré en vigueur en septembre dernier, devrait permettre de développer les échanges commerciaux entre les deux zones économiques. C'est un accord dit de troisième génération qui prévoit à la fois une baisse des droits de douane, mais aussi une réduction des barrières non-tarifaires relatives aux normes sociales, environnementales et sanitaires. Le ministère de l'Economie espère favoriser les exportations de produits agricoles transformés, de vins et spiritueux, cosmétiques ou encore de produits pharmaceutiques.

Le document n'est pas encore ratifié par l'ensemble des parlements nationaux des 27. Il est donc difficile de procéder à l'heure qu'il est à une évaluation de l'impact macroéconomique de cet accord. Les controverses suscitées par cet accord en France invitent ainsi les prévisionnistes à la plus grande prudence.

Le Canada pourrait se détourner des Etats-Unis

L'actuelle guerre commerciale menée par l'administration Trump au nom d'un protectionnisme exacerbé pourrait inciter le Canada à se tourner vers l'Union Européenne. Par proximité, les Etats-Unis ont toujours représenté un partenaire commercial de choix pour le Canada. "Ils fournissent ainsi plus de la moitié des importations canadiennes et représentent les trois quarts du débouché canadien" selon une étude du service des douanes français publiée à l'automne dernier. Mais la politique commerciale du président Trump pourrait affaiblir les échanges économiques entre le Canada et les Etats-Unis. Une opportunité que devrait chercher à saisir le président Macron actuellement empêtré dans un climat social défavorable avec la multiplication des mouvements sociaux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2018 à 9:30 :
Je n'ai pas l'impression que Justin Trudeau souhaite développer des relations privilégiées avec la France. Dommage !
a écrit le 18/04/2018 à 8:13 :
de toute facon nous n avons plus d industrie pour exporter au Canada. demandons à Siemens pour le métro de Montréal mais il y a le Canada buy act qui force les entreprises à produire pour 70% sur le territoire canadien des qu' il y a un dollar de subvention. et l Europe? la France c est fini . vive le tourisme et les auxiliaires de vie pour les emplois.
a écrit le 18/04/2018 à 6:12 :
Le ver dans la pomme c'est le fait qu'il n'y dans les accords mondiaux rien pour empêcher qu'un pays, par quelques moyens que ce soit, n’essaye de résoudre ses problèmes de chômage aux dépens des autres pays par des exportations excédentaires, comme le font surtout l'Allemagne et la Chine actuellement, demain l'Inde peut-être ?
Le seul espoir est que Trump y mette un terme.
Malgré un premier petit succès avec la Chine, j'en doute beaucoup.
L'espoir fait vivre
a écrit le 18/04/2018 à 2:46 :
"les échanges de biens entre les deux Etats ont été relativement stables en 2016, s'élevant à 5,91 milliards d'euros (contre 5,95 milliards d'euros en 2015, soit -0,8 milliards).

5,95 - 5,91 = 0,8

Miracle des mathématiques modernes ?
a écrit le 17/04/2018 à 19:30 :
La poignée de main du Canadien est plutôt molle, alors que celle du Français ferme avec un regard condescendant.....
a écrit le 17/04/2018 à 16:16 :
La nouvelle team france export va faire des miracles et créer rapidement un excedent commercial, grace au réseau super efficace des cci en premiere ligne !
a écrit le 17/04/2018 à 7:53 :
Réunion entre Matuvu 1 et Matuvu 2. C'est parce que je reste poli.
Réponse de le 17/04/2018 à 11:52 :
Commentaire profond, d'une pertinence rare.
a écrit le 16/04/2018 à 20:35 :
Va t-il se déguiser ? 😂😂😎
a écrit le 16/04/2018 à 19:06 :
Dans nos échanges avec le Canada, on leur envoie des fromages, de la baguette, des viennoiseries et des objets de luxe et eux nous envoient des chanteuses et chanteurs qui braillent à nous casser les oreilles parce qu'ils ne réussissent pas au Québec. Je ne serais pas surpris que les Canadiens exportent des prothèses auditives en France!
Réponse de le 17/04/2018 à 2:47 :
A 2027 la fin.
Savez vous que le meilleur Camembert est....canadien ?
Meme pour le fromage....
a écrit le 16/04/2018 à 18:58 :
Comme d'habitude, dans ce genre d'échange, ceux qui s'en sortent le mieux sont les population les plus égocentrées et les plus nationalistes. Vue la direction que prend la France, dans quelque années nous aurons, non seulement, un exédent comercial mais en plus les nationnalistes au pouvoir.

Consommons français! lol
a écrit le 16/04/2018 à 18:47 :
Attention les canadiens sont des americains. En affaire ils sont souvent tres malin .pas de complaisance comme les americains dollars dollars .....j'ai travaillé 20 ans avec eux il ne planifie pas , il jouent tous les jours avec leur avenir et leurs actionnaires!!!
Avant de vous lancer avec des canadiens verifier vos arrieres ils ont la pourssuite judiciaire facile meme quand ils ont tort et surtout quand ils ont tort ça gagne du temps et "ça s'en vient comme ils disent" Bon courage avec ces kiki Macron devrait se mefier...
a écrit le 16/04/2018 à 18:07 :
"Le document n'est pas encore ratifié par l'ensemble des parlements nationaux des 27."

Il faut avouer, je le reconnais, que cette impuissance dramatique diplomatique de notre UE a de véritables avantages. Mike le poulet sans tête ne sait rien faire d'autre que de picorer son blé même s'il y a un distributeur juste à côté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :