Le Canada en guerre contre les boissons énergisantes alcoolisées

 |   |  297  mots
(Crédits : Reuters)
Quelques jours après la mort d'une adolescente à la suite d'un coma éthylique, le gouvernement du Canada veut réduire significativement la teneur en alcool des boissons énergisantes à forte teneur en sucres mais aussi en limiter leur commercialisation.

Une adolescente de 14 ans est décédée fin février dans une école du Québec (est) après avoir absorbée deux canettes d'une boisson énergisantes à 11,9% de teneur en alcool, achetées dans une petite épicerie.

"Je suis profondément préoccupée par l'accessibilité et l'attrait croissants des boissons très sucrées à forte teneur en alcool en doses individuelles et par le nombre croissant de jeunes admis à l'hôpital après avoir consommé ces produits", a déclaré lundi Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé.

 Restreindre la teneur en alcool de ces boissons très sucrées

Sous la pression des parents et des responsables politiques locaux, le distributeur de cette boisson avait cessé la commercialisation de ces canettes quelques jours après le drame.

Le ministère canadien de la Santé veut modifier "le règlement sur les aliments et drogues afin de restreindre la teneur en alcool des boissons alcoolisées très sucrées en portions individuelles". La modification pourrait, selon le ministère, limiter "la taille du contenant ou la teneur en alcool du produit".

Sont visées toutes "les boissons alcoolisées très sucrées en portion individuelle dont la teneur en alcool se situe entre 7% et 12%", selon la consultation publique lancée lundi.

"Ces boissons, qui sont vendues dans des contenants de grande contenance et non refermables, ont un emballage coloré, sont peu coûteuses et sont commercialisées d'une manière agressive qui plaît aux jeunes", a déploré le ministère.

Aussi, le gouvernement veut en collaboration avec les fabricants, les distributeurs et les collectivités locales prendre des mesures "en matière de publicité, de commercialisation et d'étiquetage, visant à réduire les risques associés à ces produits".

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :