Chine  : Alibaba dégringole en Bourse, malgré ses bons résultats trimestriels

L'action du géant chinois du e-commerce Alibaba a chuté de plus de 7% à l'ouverture de la Bourse de Hong Kong ce vendredi, après l'annonce par le groupe qu'il renonçait à son projet de son activité cloud la veille. Pour expliquer cette volte-face, l'entreprise évoque les « restrictions américaines sur l'exportation de puces informatiques de pointe ».
L'entreprise a annoncé annuler le projet de scission en une entité distincte de son activité cloud en raison du « récent renforcement des restrictions américaines sur l'exportation de puces informatiques de pointe ».
L'entreprise a annoncé annuler le projet de scission en une entité distincte de son activité cloud en raison du « récent renforcement des restrictions américaines sur l'exportation de puces informatiques de pointe ». (Crédits : DADO RUVIC)

Rien ne va plus pour Alibaba. Le titre a reculé de 7,13% à la Bourse de Hong Kong et ceux du groupe cotés à Wall Street se sont également écroulés de 9,14% à 79,11 dollars, ce vendredi 17 novembre. A 14h02, heure de Hong Kong, le titre continuait de s'effondrer, de près de 10%.

Au plus haut de l'année en février dernier, ils cotaient plus de 120 dollars. Au-delà de Hong Kong, qui perdait 1,39% à 17.584,32 points dans les premiers échanges, toutes les bourses chinoises sont lestées par le géant chinois de l'e-commerce. Ainsi, la Bourse de Shanghai cédait 0,24% à 3.043,62 points, tandis que la place de Shenzhen était en baisse de 0,26% à 1.910,40 points.

Lire aussiChine : Alibaba tire son épingle du jeu malgré le ralentissement de la consommation

La raison de cette déconfiture boursière est connue. En mars, Alibaba avait annoncé un grand plan de restructuration. Il prévoyait alors de découper le groupe en six entités, dont cinq pourront être cotées séparément en Bourse. L'objectif affiché était notamment de créer davantage de valeur pour les actionnaires et d'être plus compétitif. Mais l'entreprise a annoncé jeudi annuler pour l'heure le projet de scission en une entité distincte de son activité cloud, en raison du « récent renforcement des restrictions américaines sur l'exportation de puces informatiques de pointe ».

Des investisseurs décontenancés

« Nous estimons qu'une scission complète de Cloud Intelligence Group pourrait ne pas produire l'effet escompté d'amélioration de la valeur actionnariale », a justifié Alibaba jeudi dans un communiqué annonçant ses résultats trimestriels.

L'annonce d'Alibaba a interloqué les investisseurs. « J'ai été assez surpris », a expliqué à Bloomberg Kevin Net, responsable des actions asiatiques à Tocqueville Finance. « J'ai d'abord pensé que toute la restructuration de l'entreprise pourrait être menacée ».

Les Etats-Unis tentent depuis de nombreux mois de limiter l'accès des entreprises chinoises aux technologies de pointe, avec notamment des restrictions à l'exportation vers le géant asiatique de semi-conducteurs et de machines utilisées pour leur fabrication. Selon l'administration américaine, il s'agit de prévenir leur utilisation par la Chine à des fins militaires et de répondre aux menaces posées à la « sécurité nationale ».

Alibaba avait subi la vindicte du pouvoir chinois en 2020

L'exportation des puces les plus performantes, notamment celles utilisées pour le développement de l'intelligence artificielle, est soumise à l'octroi d'une licence par les autorités américaines. La Chine dénonce régulièrement ces mesures, qu'elle accuse de vouloir enrayer son développement économique.

Lire aussiNvidia : les trois menaces qui pèsent sur l'incroyable succès du géant des puces

Le plan de restructuration d'Alibaba a été annoncé après plusieurs années de turbulences pour la « tech » en Chine, marquées par une reprise en main par les autorités d'un puissant secteur alors peu régulé. Alibaba avait été en 2020 la première entreprise à subir la vindicte du pouvoir. Les autorités avaient alors stoppé in extremis ce qui aurait dû devenir l'une des plus grosses levées de fonds de l'histoire (34 milliards de dollars) pour son ex-filiale Ant Group, propriétaire d'Alipay, un système de paiement par téléphone très populaire en Chine.

Des résultats trimestriels « solides »

Par ailleurs, les résultats trimestriels d'Alibaba font état d'un chiffre d'affaires en hausse de 9% sur un an sur la période juillet-septembre. Et ce, après plusieurs années difficiles et sur fond de ralentissement économique en Chine, qui pèse sur la consommation. Le groupe basé à Hangzhou est un acteur incontournable de l'économie numérique, et un précurseur de la généralisation en Chine des achats sur internet. Il est à ce titre un baromètre de la consommation dans le pays.

« Alibaba Group a réalisé un trimestre solide, marqué par un élan et une énergie renouvelés dans de multiples activités grâce à notre réorganisation stratégique », a indiqué Eddie Wu, le patron, cité dans le communiqué publié jeudi.

Le secteur n'a toutefois pas encore retrouvé son dynamisme d'antan. Les marchés restent inquiets quant à la santé de l'économie chinoise, à nouveau entrée en déflation en octobre selon des chiffres annoncées la semaine dernière. Des craintes renforcées par des achats relativement modestes durant la récente période de soldes en ligne de la « Fête des célibataires », événement phare du groupe Alibaba qui jadis battait chaque année un record de ventes. La consommation chinoise reste atone, sur fond de marché immobilier en crise et de fort chômage chez les jeunes, la deuxième économie mondiale peinant toujours à se remettre de la stricte politique zéro-Covid abolie fin 2022.

 (Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.