Chine : face au roi dollar, le yuan poursuit sa longue marche vers l'internationalisation

La Banque populaire de Chine publie un rapport dressant un bilan de l'utilisation internationale de sa devise et listant les moyens de l'élargir pour venir concurrencer le dollar. La rivalité entre les Etats-Unis et la Chine, accentuée par les tensions cet été sur l'indépendance de Taïwan, conduit Pékin à réduire la part des bons du Trésor américain dans ses réserves de changes au profit de l'or.
Robert Jules
Billet de 100 yuan à l'effigie de l'ancien président Mao Zedong.
Billet de 100 yuan à l'effigie de l'ancien président Mao Zedong. (Crédits : Reuters)

Où en est le yuan sur la scène internationale ? La Banque populaire de Chine (nom officiel de la banque centrale) publie ce jeudi un rapport sur le sujet. « En 2021, le montant total des règlements transfrontaliers en renminbi (nom officiel du yuan) effectués par les banques pour le compte de leurs clients s'élevait à 36.610 milliards de yuans, soit une augmentation de 29% en glissement annuel, atteignant un niveau record en termes de valeur », indique l'institution (voir graphique).

yuan 1

En décembre 2021, la devise chinoise a supplanté le yen japonais, comme monnaie la plus utilisée dans les paiements internationaux, se déployant au-delà de Hong Kong et Singapour (voir graphique) avec une part de plus 2,4%, qui est même montée à 3,2% en janvier 2022.

Yuan 2

Par ailleurs, dans les réserves de changes à l'échelle mondiale, la part de la devise chinoise s'élevait à 2,88% au premier trimestre 2022, soit 1,8 point de plus depuis son intégration en 2016 dans le panier de devises de référence du Fonds monétaire international (FMI) (Droit de tirage spécial, SDR). Le yuan est désormais la 5ème devise la plus utilisée dans les réserves de changes dans le monde. En mai 2022, le FMI a fait passer sa part dans son panier de 10,98% à 12,28%, « reflétant une utilisation plus libre du yuan », souligne le rapport, favorisée par le fait que « le cadre politique de l'investissement, du financement et du règlement transfrontières en yuan a continué de s'améliorer, renforçant sa capacité à servir l'économie réelle ».

Qui a acheté quelque 300 tonnes d'or?

Même si elle reste loin de détrôner le roi-dollar (voir graphique) selon l'indice global d'Allianz Trade, l'utilisation du yuan (CNY) en tant que monnaie internationale continue de progresser.

Indice global devises

Parallèlement, la Chine a réduit sa dépendance au dollar en 2022. Notamment en achetant de l'or et en vendant des bons du Trésor américain. Au cours du troisième trimestre, les banques centrales ont acheté 400 tonnes de métal jaune, selon le Conseil mondial de l'or (WGC). Du jamais vu sur une telle période. Ce qui devrait faire de 2022 une année record puisque d'ores et déjà sur les 9 premiers mois, les institutions monétaires ont acheté 673 tonnes, un volume jamais atteint en année pleine depuis 1967!

Or, selon les données du Conseil, les principaux pays acheteurs entre juillet et septembre ont été la Turquie (31,17 tonnes), l'Ouzbékistan (26,13 tonnes), l'Inde (17,46 tonnes), le Qatar (14,77 tonnes) et le Mozambique (2,33 tonnes), soit à peine un volume cumulé de 91,86 tonnes, largement inférieur aux 400 tonnes constatées.

« La Chine a probablement acheté un montant substantiel d'or à la Russie », indique Itsuo Toshima, expert du marché de l'or, cité par l'agence de presse Nikkei Asia. Comme la Banque populaire de Chine ne communique plus sur le niveau de ses réserves en or depuis 2019, rares sont les pays à pouvoir acquérir un tel volume.

2022, année des montées des tensions géopolitiques

Le contexte géopolitique renforce l'idée d'achat d'une valeur refuge comme l'or. Simple coïncidence, mais ces achats potentiels ont eu lieu durant la période de fortes tensions entre la Chine et les Etats-Unis, déclenchée par la visite sur l'île de Taiwan de Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des Représentants, au début du mois d'août. Par ailleurs, la menace de sanctions internationales, comme celles imposées à la Russie par les pays occidentaux après son invasion de l'Ukraine le 24 février, est prise au sérieux par Pékin. La Russie n'ayant qu'un accès très restreint au système financier mondial, elle ne peut compter sur ses ventes d'or et d'hydrocarbures pour avoir des devises. Ce sont d'ailleurs ses réserves de métal jaune qui lui ont permis d'éviter que son système financier s'écroule. Entre 2014 et 2020, la Russie a été le pays qui a le plus acheté d'or. Elle disposait de 2.298,53 tonnes à la fin du troisième trimestre, selon le WGC, soit le 5ème stock derrière ceux des Etats-Unis, de l'Allemagne, de l'Italie et de la France, et juste devant la Chine (1.948,31 tonnes).

A la différence de la banque centrale russe, où l'or représentait 23,3% des réserves de changes en 2021, selon le FMI, la banque populaire de Chine ne compte que 3,5% de ses réserves en or, largement dominées par le dollar.

Le pays reste en effet le deuxième détenteur de la dette des Etats-Unis, derrière le Japon, avec 933,6 milliards de dollars en septembre 2022, selon les données du Trésor américain. Néanmoins, celles-ci ont fondu de près de 10,9% (113,9 milliards de dollars) en un an. Des ventes qui ont pu permettre l'achat d'or métal.

Car la rivalité entre les deux géants pour le leadership économique mondial se jouent sur tous les fronts. « La prochaine phase de la mondialisation financière pourrait être un système polarisé », affirme Françoise Huang, économiste spécialiste de l'Asie chez Allianz Trade. Selon son scénario optimiste, le système financier multipolaire serait caractérisé par des agents économiques qui utiliseraient à la fois le dollar et le yuan de façon transparente. Dans son scénario pessimiste, deux sphères d'influence pourraient se former, d'un côté les Etats-Unis et le dollar, de l'autre la Chine et le yuan, avec des échanges réduits. « La réalité pourrait se situer entre ces deux extrêmes, car la future situation géopolitique est susceptible d'orienter les tendances économiques bien davantage que par le passé », dit-elle. D'autant qu'en Chine, les réformes en faveur d'une libéralisation du système financier favorables à un rôle international accru du yuan ont marqué le pas ces dernières années.

La piste du yuan numérique

Pour combler leur retard face au billet vert, les autorités de Pékin favorisent également une autre option technologique en développant un yuan numérique plus adapté à l'évolution du système financier international, via la technologie blockchain. Une telle cryptomonnaie pourrait permettre de gagner en efficience et en fiabilité, mais aussi, et surtout, renforcer le contrôle international de sa devise, un critère qui reste la priorité pour le parti communiste chinois dans son face-à-face avec les Etats-Unis.

Lire aussiLa Chine va payer Gazprom en roubles et en yuans en plein rapprochement sino-russe

Robert Jules

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 27/11/2022 à 20:02
Signaler
qui veut de cette monnaie manipulee en permanence par le pc chinois en fonction de ses interets? pourquoi les chinois preferent finallement le bitcoin, qui est donc interdit....une monnaie c'est un contrat de confiance, et la faut avouer que c'est ma...

à écrit le 26/11/2022 à 15:23
Signaler
J'ai lu «Un siècle chinois» de Jean Tuan (C.L.C. Éditions). C'est un texte passionnant illustré de photos remarquables. Il fait découvrir l'évolution de la Chine à travers le parcours du père de l'auteur. Chinois arrivé en France en 1929, il exercera...

le 27/11/2022 à 8:52
Signaler
J'espère que l'auteur est au courant que vous étalez partout cette "publicité" qui a force fini par générer l'effet contraire. C'est bizarre de cibler en plus même pas une dizaine de clients potentiels sur plusieurs années non ? En généralk c'est du ...

à écrit le 25/11/2022 à 4:29
Signaler
Les américains vont réagir et ce n'est pas bon pour la paix mondiale..Avec la guerre d'Ukraine, ils ont déjà neutralisé l'Euro qui risquait de devenir monnaie d'échange , il reste maintenant la Chine, ce sera une autre histoire !!!

le 25/11/2022 à 14:22
Signaler
Le dénominateur commun de tous les problèmes de la planète, ce sont les USA. L'europe, la Russie et la Chine s'entendaient de mieux en mieux dans des échanges gagnant-gagnant. La prospérité était partagée et la lutte contre le réchauffement climatiqu...

à écrit le 24/11/2022 à 17:46
Signaler
Le Yuan et le Rouble sont à l'image de la Chine et de la Russie. Des monnaies de voyous....avec le Bitcoin!

le 24/11/2022 à 22:33
Signaler
Une monnaie est une croyance. Au lieu de titrer "roi", j'aurais écrit "dictature" pour le dollar. Libre à vous de penser autre chose, mais force est de constater que tous les pays qui essaient de se passer du dollar sont attaqués (militairement, écon...

le 25/11/2022 à 1:52
Signaler
L'euro est devenu une monnaie de singe. Voir les cours a l'international. Ignorant un jour.....

le 25/11/2022 à 12:08
Signaler
@truc une monnaie est une "croyance"? Quiconque va faire des courses 🛒 ne paie pas en "croyance". On peut avoir une "croyance" en un "BitcoinDieu", ce n'est pas pour autant qu'il permet d'acheter le Paradis. 🤣

le 25/11/2022 à 19:29
Signaler
Tout comme le dollar, qui augmente bizarrement quand les yankees, après nous avoir conseillé l'embargo sue le pétrole russe, vont nous approvisionner en pétrole et gaz... de schiste. Super Biden

le 25/11/2022 à 22:33
Signaler
Dans tout les villages il y a toujours eu un simple d'esprit, c'est le rôle qu'occupe ici valbel. Inutile de lui accorder audience, mon grand père disait: on ne répond jamais aux idiots. Jamais !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.