Chine : l'inflation sous la barre de 1% en mars impactée par la faible croissance

L'inflation en Chine s'est élevée à 0,7% en mars, loin de la situation dans les pays développés. Mais comme ailleurs, c'est l'alimentaire qui tire les prix vers le haut, particulièrement les fruits frais et la viande de porc. Les prix en sortie d'usines ont par contre poursuivi leur chute pour le sixième mois consécutif, signe d'une faible demande et synonyme de marges réduites pour les entreprises.
La Chine vise à contenir l’inflation à +3% sur l’ensemble de 2023. Elle serait alors légèrement plus élevée que l’année dernière (+2% en 2022).
La Chine vise à contenir l’inflation à +3% sur l’ensemble de 2023. Elle serait alors légèrement plus élevée que l’année dernière (+2% en 2022). (Crédits : Kim Hong-Ji)

Alors que toutes les grandes puissances mondiales affrontent une forte augmentation générale des prix, la Chine n'est toujours pas concernée. L'indice des prix à la consommation (CPI), principale jauge de l'inflation, s'est inscrit en mars en hausse de 0,7% seulement sur un an, selon des chiffres officiels du Bureau national des statistiques (BNS) publiés ce mardi 11 avril.

Lire aussiMatières premières : la reprise chinoise ne fait pas flamber (pour le moment) les prix

L'inflation a été de - 1% un mois plus tôt après 2,1% en janvier. Mais pour mars, des analystes anticipaient pourtant une accélération plus rapide (+2%), dans un contexte de reprise de l'activité en Chine depuis la levée fin 2022 des restrictions sanitaires contre le Covid.

« Nous pensons que l'inflation (...) rebondira dans les mois à venir grâce aux effets de la réouverture. Mais il est peu probable qu'elle atteigne les niveaux observés dans d'autres économies lorsqu'elles se sont rouvertes », estimait en mars le cabinet Capital Economics, dans une note.

Lire aussiLa Chine, ce pays qui ne connaît pas l'inflation

La Chine moins touchée que le reste du monde

Dans le détail, l'alimentaire a tiré les prix vers le haut en mars en Chine. En particulier les fruits frais (+11,5% sur un an) et la viande de porc, de loin la plus consommée dans le pays (+9,6%).

En revanche, le prix des carburants pour le transport a baissé de 6,4% sur cette période.

La Chine vise à contenir l'inflation à +3% sur l'ensemble de 2023, sur fond de flambée des cours mondiaux des matières premières et de l'alimentaire. Reste que, depuis l'invasion russe de l'Ukraine, le pays est relativement épargnée par ces hausses. L'inflation chinoise serait néanmoins légèrement plus élevée que l'année dernière (+2% en 2022).

À titre de comparaison, l'inflation s'est élevée à 5% en février aux États-Unis et à 6,9% sur un an dans la zone euro en mars. La France (+5,6%) fait toujours un peu mieux que l'Allemagne (+7,8%) et l'Italie (+8,2%).

Lire aussiInflation : les banques centrales doivent continuer la lutte, estime la patronne du FMI

Les prix à la production toujours dans le rouge

De son côté, l'indice des prix à la production (PPI) a encore décéléré en mars (-2,5%), et ce pour le sixième mois consécutif. Il s'agit du rythme le plus faible depuis juin 2020 pour cet indice qui mesure le coût des marchandises sorties d'usines et donne un aperçu de la santé de l'économie. Des prix à la production dans le rouge sont synonymes de marges réduites pour les entreprises.

« La reprise est en bonne voie mais elle n'est pas assez robuste pour pousser les prix à la hausse », souligne l'économiste Zhiwei Zhang, du cabinet Pinpoint Asset Management.

« Cette baisse de l'inflation en Chine, au moment où la hausse des taux d'intérêt aux États-Unis touche à sa fin, renforce la probabilité d'une baisse des taux » en Chine pour stimuler l'économie, estime-t-il. La Banque centrale américaine (Fed) a en effet relevé d'un quart de point ses taux fin mars mais ne mentionne désormais plus que de nouvelles hausses seraient appropriées.

La Chine vise en tout cas un objectif de 5% de croissance cette année. Ce serait mieux que 2022 où son PIB a augmenté de 3%, mais resterait l'un des plus faibles depuis des décennies. Le Premier ministre chinois Li Qiang a d'ailleurs averti le mois dernier qu'il pourrait être difficile à atteindre.

Lire aussiSemi-conducteurs : face aux restrictions japonaises, la Chine déterminée à « devenir autonome »

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 12/04/2023 à 2:51
Signaler
La Chine se porte bien. Ca en defrise plus d'un. Idem pour la Russie, bref, vous etes dedans et jusqu'au cou pour un bail.

à écrit le 11/04/2023 à 20:10
Signaler
Pour mieux connaître la Chine, lisez les trois récits de Jean Tuan : "Un siècle chinois" (chez CLC Éditions) évoque le parcours de son père chinois arrivé en France en 1929, leur voyage en Chine en 1967 lors de la Révolution culturelle et les incroya...

à écrit le 11/04/2023 à 13:38
Signaler
Bonjour, Bon , l'inflation alimentaire dans un pays comme la Chine ne correspond pas à la réalité... La Chine communiste défini les prix des denrées alimentaires, afin de nourrir sa grosse population...(la Chine communiste ne doit pas avoir fain )....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.