La Chine reste fragile, l'indice des prix à la consommation touche un plus-bas depuis 11 ans

 |  | 309 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Thomas Peter)
Ce fort ralentissement est dû largement aux prix des produits alimentaires, particulièrement du porc, la viande la plus consommée en Chine, qui ont reculé de 2,8% sur un an en octobre. Il s'agit de la première baisse des prix du porc depuis 19 mois dans ce pays frappé par une épidémie de peste porcine africaine qui a décimé le cheptel. Cette crise a provoqué ces dernières années un doublement des prix du porc.

La hausse des prix est tombée le mois dernier à son plus bas niveau en Chine depuis 11 ans, l'indice des prix à la consommation affichant une progression de 0,5% seulement, a annoncé mardi le Bureau national des statistiques (BNS).

Après plusieurs indicateurs encourageants pour la reprise de l'économie chinoise, paralysée en début d'année par l'épidémie de coronavirus, l'affaiblissement des prix en octobre vient rappeler que la conjoncture reste fragile dans la deuxième économie mondiale.

Lire aussi : Rare pays en croissance en 2020, la Chine sera-t-elle la nouvelle locomotive économique?

Les analystes sondés par l'agence financière Bloomberg misaient en moyenne sur une hausse de 0,8% des prix à la consommation, après l'augmentation de 1,7% enregistrée en septembre.

Ce fort ralentissement est dû largement aux prix des produits alimentaires, particulièrement du porc, la viande la plus consommée en Chine, qui ont reculé de 2,8% sur un an en octobre.

L'épidémie a décimé le cheptel et doublé les prix du porc

Il s'agit de la première baisse des prix du porc depuis 19 mois dans ce pays frappé par une épidémie de peste porcine africaine qui a décimé le cheptel. Cette crise a provoqué ces dernières années un doublement des prix du porc.

Lire aussi : Chine : 14.500 porcs abattus pour contenir l'épidémie de peste porcine africaine

Le ralentissement général des prix ne devrait être que temporaire, une fois qu'aura été absorbée la chute des prix du porc, prédisent des analystes.

"L'inflation rebondira après le premier trimestre 2021 grâce à la hausse de la demande post-pandémie", pronostique Zhaopeng Xing, du cabinet ANZ Research.

Du côté des prix à la production, l'indice a reculé le mois dernier de 2,1% sur un an, comme en septembre. Les analystes s'attendaient à un recul moins marqué, de l'ordre de 1,9%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2020 à 8:12 :
On aimerait bien avoir des coups de mou façon chine quelque fois ? Sérieusement, ce n'est pas parce que le prix de la cote de porc a perdu quelques yuan qu'on va en faire un fromage !
a écrit le 11/11/2020 à 10:25 :
Un article pour nous dire que la Chine est super forte qu'elle gagne sur tous les fronts, qu'elle aurait même renversé l'ordre mondiale, un autre pour nous dire que c'est de la gonflette tout ça... et si au lieu de faire deux articles vous réunissiez toutes ces idées dans un seul empêchant ainsi d'imposer cette si stupide pensée binaire ?

On dirait qu'il faut soit être pour soit être contre un phénomène pour pouvoir écrire un article dessus de nos jours, mais dites moi ce n'est pas à l'opposé de l'adage du journalisme ? Jack London vous connaissez ?
a écrit le 10/11/2020 à 14:54 :
Profitez-en pour lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions (sortie le 09 mars 2020). Un récit épicurien et érudit qui dévoile les menaces que la Chine fait peser sur le monde. Ecrit par un observateur attentif et sans parti-pris de la Chine. Lecture jubilatoire ! Disponible en librairie et via les principaux site d'internet

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :