Chine : le ralentissement se confirme en mai, malgré le soutien de la banque centrale

La Chine avance au ralenti selon les derniers indicateurs économiques fournis par le gouvernement chinois. Les chiffres du mois de mai sont décevants par rapport aux anticipations des analystes : le chômage a augmenté et la consommation a diminué. La Banque centrale chinoise n'a toutefois pas dit son dernier mot. L'institution bancaire continue de prendre des mesures pour stimuler la croissance de la deuxième économie mondiale.
Alors que la Chine connaît un ralentissement économique, la banque centrale chinoise tente de stimuler l'activité.
Alors que la Chine connaît un ralentissement économique, la banque centrale chinoise tente de stimuler l'activité. (Crédits : Thomas Peter)

La croissance économique chinoise tarde à reprendre. C'est le bilan que permettent de dresser les indicateurs économiques pour le mois de mai, publiés ce jeudi par la Chine. Les chiffres annoncés sont moins bons qu'espérés, notamment en ce qui concerne le chômage et la consommation.

Lire aussiChine : la reprise économique reste « fragile », selon la Banque mondiale

Un taux de chômage record

Au mois de mai, le taux de chômage des jeunes Chinois a atteint un record en s'élevant à 20,8%. Un jeune Chinois sur cinq était ainsi au chômage le mois dernier. Ce taux, qui concerne les 16-24 ans en zones urbaines, ne cesse de progresser. Il était de 20,4% en avril, soit 0,4 point de pourcentage de moins qu'en mai. Pour ce qui est du taux de chômage de l'ensemble de la population active, il reste le même que celui du mois d'avril (5,2%).

À noter toutefois qu'en Chine, le taux de chômage n'est calculé que dans les zones urbaines. Il ne dresse donc qu'un bilan partiel de la situation du pays.

Une consommation qui ralentit

Les ventes au détail donnent une vision plus globale de la consommation des ménages. Selon les chiffres du Bureau national des statistiques, elles ont connu un tassement. Très suivi par les marchés, l'indicateur de ces ventes a augmenté le mois dernier de 12,7% sur un an, mais à un rythme bien inférieur à celui d'avril (18,4%).

Un ralentissement avait bel et bien été anticipé par les analystes, mais pas de cette ampleur. Les experts interrogés par l'agence Bloomberg s'attendaient à une décélération plus modérée (13,7%), malgré le retour des clients dans les centres commerciaux et les restaurants ces derniers mois après la levée des restrictions anti-Covid. En dépit d'une inflation quasi-nulle, la faiblesse de la demande intérieure freine la reprise du pays.

Lire aussiChine : la consommation confirme sa reprise et tire la croissance du pays en ce début 2023

Production industrielle et investissements

Du côté de la production industrielle, elle aussi a ralenti au mois de mai. +3,5% sur un an contre 5,6% au mois d'avril, alors que les usines retrouvent leur pleine capacité au fur et à mesure. Toutefois, les analystes avaient prévu cette baisse.

Quant à l'investissement en capital fixe, il a lui aussi ralenti à +4%. Il s'agit d'un indicateur des dépenses consacrées à l'immobilier, aux infrastructures, aux équipements ou encore aux machines, des secteurs sur lesquels le gouvernement s'est appuyé pour stimuler l'activité.

Revigorer l'économie

Selon les prévisions du gouvernement chinois, la croissance de l'année 2023 devrait atteindre les 5%. Ce rythme serait l'un des plus faibles enregistrés depuis des décennies pour le géant asiatique.

Pour soutenir la reprise, la banque centrale chinoise a baissé jeudi un taux de référence pour les prêts à moyen terme, une mesure anticipée par les marchés. Le but est de réduire les coûts de financement des banques commerciales pour les encourager à accorder davantage de crédits à des conditions plus favorables.

Cette réduction « ne fera pas une grande différence » mais elle « traduit la préoccupation croissante des décideurs politiques quant à la santé de la reprise économique », relève l'analyste Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics.

Lire aussiChine : baisse des taux surprise pour relancer l'économie

 L'institution bancaire avait aussi injecté dans l'économie 237 milliards de yuans (30,6 milliards d'euros). Et ce mardi, elle a réduit son taux d'intérêt directeur à court terme.

Besoin d'un coup du pouce

La reprise en Chine reste « fragile » et elle demeure conditionnée au « soutien » des pouvoirs publics, a estimé mercredi la Banque mondiale, au moment où certains économistes plaident pour un plan de relance pour stimuler la croissance.

« Pour que la reprise économique soit durable, un coup de pouce significatif du gouvernement est nécessaire, » estime l'économiste Zhiwei Zhang, de Pinpoint Asset Management.

Mais les autorités semblent pour l'heure écarter cette option.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.