Chine : Xi Jinping, président à vie ?

 |   |  434  mots
Chef de l'Etat depuis 2013, Xi Jinping, 64 ans, se voit ainsi offrir la possibilité de demeurer en fonction après le terme de son second mandat en 2023
Chef de l'Etat depuis 2013, Xi Jinping, 64 ans, se voit ainsi offrir la possibilité de demeurer en fonction après le terme de son second mandat en 2023 (Crédits : Jason Lee)
Le Parlement chinois a aboli la disposition constitutionnelle qui limitait la fonction présidentielle à deux mandats de cinq ans. Ce vote pourrait permettre au président Xi Jinping de rester chef de l'Etat à vie.

Le Parlement chinois a aboli dimanche la disposition constitutionnelle qui limitait la fonction présidentielle à deux mandats de cinq ans, ce qui permet, en théorie, au président Xi Jinping de rester chef de l'Etat à vie. L'amendement à la Constitution chinoise a obtenu le soutien de la quasi totalité des quelque 3.000 députés de l'Assemblée nationale populaire (ANP), seuls deux d'entre eux s'y opposant et trois s'abstenant. Cette modification de la loi fondamentale chinoise avait été proposée en février par le parti communiste (PCC) et son adoption par le Parlement ne faisait aucun doute malgré la nécessité d'obtenir la majorité des deux tiers.

Chef de l'Etat depuis 2013, Xi Jinping, 64 ans, se voit ainsi offrir la possibilité de demeurer en fonction après le terme de son second mandat en 2023. L'amendement approuvé dimanche prévoit également que "la pensée de Xi Jinping" est inscrite dans la Constitution et instaure un nouveau département élargi de lutte contre la corruption. Cette limite à deux mandats de cinq années avait été inscrite dans la Constitution par Deng Xiaoping après le décès de Mao Zedong, fondateur de la république populaire, en 1976. L'idée était de lutter contre le culte de la personnalité et de promouvoir une direction collégiale en limitant le risque d'une concentration des pouvoirs entre les mains d'un seul homme.

L'approbation du peuple chinois

Le gouvernement chinois a justifié cette abolition par la nécessité de protéger l'autorité du parti avec Xi Jinping dans une position centrale. Le Quotidien du Peuple, organe officiel du PCC, a expliqué que cette mesure ne signifiait pas un mandat à vie pour le chef de l'Etat. Les fidèles du PCC, qui participaient à la session annuelle de l'ANP, ont déclaré que ce changement constitutionnel avait l'approbation du peuple et que la Chine avait la chance de disposer d'un dirigeant de l'envergure de Xi.

Ce dernier a entamé son second mandat de secrétaire général du PCC en octobre et il devrait être officiellement reconduit dans ses fonctions par le Parlement à la fin de la semaine. La proposition de réforme présentée il y a quinze jours par le PCC a suscité des critiques sur les réseaux sociaux, certains établissant un parallèle avec la situation politique en Corée du Nord ou rappelant la stratégie du culte de la personnalité employée par Mao. Le gouvernement chinois a rapidement répliqué en bloquant les propos critiques à l'égard du régime et en déployant une propagande favorable au pouvoir en place.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2018 à 7:50 :
Macron en rêve, Xi Jinping l'a fait 😎
Réponse de le 13/03/2018 à 18:46 :
LOL D'accord avec vous.
a écrit le 11/03/2018 à 11:05 :
MAO 2.0 ?
Réponse de le 13/03/2018 à 18:48 :
Oh yes !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :