Chute du peso : le FMI rallonge de 7 milliards de dollars son aide à l'Argentine

 |   |  358  mots
(Crédits : Carl Recine)
L'argentine, secouée par une crise économique, a obtenu mercredi du Fonds monétaire international (FMI) une rallonge de 7 milliards de dollars d'aide et une accélération du calendrier des versements, afin de stabiliser la troisième économie d'Amérique latine. Depuis le début de l'année, le perso a perdu la moitié de sa valeur par rapport au billet vert.

Le Fonds monétaire international (FMI) a accepté d'augmenter son aide financière à l'Argentine de 7 milliards de dollars (6 milliards d'euros) pour porter le montant global du programme en cours à 57 milliards de dollars. Et pour aider Buenos Aires, la directrice du fonds Christine Lagarde a également annoncé que l'institution allait "significativement" accélérer le versement de ses aides jusqu'à la fin de l'an prochain.

Lors d'une conférence de presse menée conjointement avec la directrice du FMI, Nicolas Dujovne, le ministre argentin de l'Economie, a ainsi précisé que d'ici à la fin de l'année 2018, l'Argentine recevra 13 milliards au lieu des 6 milliards prévus initialement dans le premier accord conclu en juin. Et pour 2019, Buenos Aires pourra compter sur la mise à disposition de 22 milliards, au lieu de 11.

En contrepartie, la banque centrale argentine a accepté de mettre fin à ses interventions sur le marché des changes, sauf circonstances exceptionnelles, et de permettre au peso de flotter librement.

Un corridor de fluctuation du peso

Le tout nouveau gouverneur de la banque centrale, Guido Sanderli - nommé mardi après la démission soudaine de son prédécesseur, Luis Caputo -, a annoncé la mise en place d'un corridor de fluctuation du peso, ajoutant que les réserves de change ne seraient utilisées pour intervenir sur le marché qu'en cas de sortie de la monnaie des limites fixées. Il a aussi précisé que les limites de fluctuation du peso étaient fixées initialement entre 34 et 44 pour un dollar, et que la dépréciation de la monnaie ne pourrait pas dépasser un rythme quotidien représentant 3% par mois.

Le peso s'échangeait alors autour de 38,51 pour un dollar, pratiquement stable par rapport à son niveau de la veille, mais il a perdu près de la moitié de sa valeur par rapport au billet vert depuis le début de l'année.

La banque centrale a déjà consacré près de 16 milliards de dollars (13,6 milliards d'euros) puisés dans les réserves de changes à la défense du peso depuis le début de l'année, sans parvenir à enrayer sa chute.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2018 à 12:50 :
MACRI est aussi compétent que MACRON. Heureusement pour lui que pour des raisons idéologiques le FMI le soutient à bout de bras.
Au vu des brillants résultats économiques de M. MACRON (Une croissance depuis la début de l'année qui ne fait pas la moitié de la croissance de la zone euro, et le déficit ne devrait quasiment pas baissé en 2018), si MACRON avait dû reprendre la FRANCE dans le même état que HOLLANDE l'a reprise en 2012, nous serions en quasi-faillite, comme l'ARGENTINE.
a écrit le 27/09/2018 à 12:50 :
MACRI est aussi compétent que MACRON. Heureusement pour lui que pour des raisons idéologiques le FMI le soutient à bout de bras.
Au vu des brillants résultats économiques de M. MACRON (Une croissance depuis la début de l'année qui ne fait pas la moitié de la croissance de la zone euro), si MACRON avait dû reprendre la FRANCE dans le même état que HOLLANDE l'a reprise en 2012, nous serions en quasi-faillite, comme l'ARGENTINE.
a écrit le 27/09/2018 à 10:21 :
"La dette source de profits mais pour qui ?" http://e-economie.over-blog.com/article-la-dette-source-de-profits-mais-pour-qui-97833443.html

"En Argentine, les régimes passent, la corruption reste" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/GABETTA/55186

CQFD

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :