Climat : la presse internationale sidérée par la décision de Trump

 |   |  634  mots
La plupart des journaux étrangers ont condamné la décision de Donald Trump, ici lors de l'annonce du retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris, dans les jardins de la Maison Blanche.
La plupart des journaux étrangers ont condamné la décision de Donald Trump, ici lors de l'annonce du retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris, dans les jardins de la Maison Blanche. (Crédits : REUTERS/Kevin Lamarque)
La décision de Donald Trump de sortir de l'accord de Paris a suscité un tollé dans la presse internationale. Beaucoup de journaux utilisent des mots souvent très durs pour qualifier l'annonce du président américain. Tour d'horizon des principaux titres et commentaires.

A la suite de l'annonce de Donald Trump de se retirer de l'accord de Paris jeudi 1er juin, la presse étrangère a immédiatement réagi avec stupeur. Pour le Wall-Street Journal, cette décision est "un tournant dramatique en dépit de la pression exercée par des grands dirigeants d'entreprises et quelques alliés proches". Le journal économique américain rappelle que des grandes entreprises comme Exxon Mobil Corp anciennement dirigé par l'actuel secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson ou encore Apple ont à plusieurs reprises interpellé Trump pour que les Etats-Unis ne sortent pas de l'accord.

> Lire aussi : Climat : les entrepreneurs mettent en garde Trump

Du côte du New-York Times, cette annonce est "une victoire pour Steve Banon, le stratège en chef du président américain, et Scott Pruit, le directeur de l'agence de protection de l'environnement, qui ont passé des mois à défendre leur cause auprès du président et présenter les dangers de cet accord". Pour le célèbre éditorialiste et économiste Paul Krugman, ce retrait devrait "desservir l'intérêt national américain" sur le plan économique. "C'est une décision conduite par la mesquinerie et l'esprit de revanche" a ajouté le prix Nobel d'économie sur Twitter.

Pour Politico, "le retrait soudain de Trump [...] est une claque diplomatique et politique : cela pourrait être vu comme un doigt d'honneur à la face du monde [...], rejetant non seulement le consensus scientifique sur le changement climatique mais aussi le consensus international pour l'action, rejoignant la Syrie et le Nicaragua qui refusent d'aider le reste des nations à résoudre un problème planétaire."

Enfin la Une du New-York Daily News a interpellé l'opinion publique outre-Atlantique avec son titre provocateur : "Trump dit au monde : vous pouvez tous crever"

Une Europe très critique

En Europe, la décision du chef d'Etat américain est clairement critiquée. Pour le Financial Times, "la politique climatique de Trump risque de détruire des emplois". Le quotidien britannique explique que les industries du solaire et de l'éolien, qui emploient beaucoup plus de monde que l'industrie du charbon, pourraient être menacées par cette décision.

Chez les Belges, le grand quotidien le Soir explique que l'actuel locataire de la Maison Blanche, qu'il traite "d'ennemi de la planète", "n'a écouté que les idéologues les plus enragés ainsi que deux dizaines de sénateurs financés par les lobbies des énergies fossiles. Et il s'en est tenu à des rodomontades électorales visant à apaiser, en lui mentant, un électorat minoritaire et désemparé dont il ne cesse de flatter l'égoïsme". Pour nos voisins, "l'affaire risque de tourner au calvaire".

Du côté des Suisses, le Temps estime que "le président américain commet une faute colossale qui va marginaliser Washington sur la scène internationale". Il deviendrait ainsi "le fossoyeur de la crédibilité de l'Amérique". Pour le journaliste Stéphane Bussard, "ce qu'a annoncé Donald Trump ce jeudi est une insulte à l'écrasante majorité des Américains, convaincus, au même titre que le Pentagone, que le changement climatique est une grave menace."

En Espagne, le grand quotidien El Pais a souligné que "les Etats-Unis ont arrêté d'être un allié de la planète". Pour El Mundo, les commentaires vont dans le même sens. "La décision sur le changement climatique, une fois de plus isolationniste, montre avec précision que l'Amérique est en train d'abandonner la planète."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2017 à 23:01 :
ce personnage est myto : il y en aura d'autres , sidérations !
a écrit le 02/06/2017 à 19:38 :
Eh ben mettons nous tous d'accord et isolons avec leur dollar tels la corée du nord et nous règlerons un sacré paquet de problèmes ! (climat, guerres, regim changes, finance débridée, évasions fiscales, chantages politiques et diplomatiques, la liste est longue...)
a écrit le 02/06/2017 à 18:54 :
l'agité du bocal a encore sévit. Quelqu'un pourrait il lui expliquer qu'il est aussi sur cette planète et qu'il n'y a pas de possibilité de s'installer ailleurs avant très longtemps. Bien sûr, il ne sera plus de ce monde, quand les effets majeurs se feront ressentir, mais il a des enfants et peut être des petits enfants, y a t'il songé avant de prendre une telle décision ? Je n'arrive pas à comprendre comment ce personnage a t'il pu se faire élire. Il faut vraiment que la classe politique soit descendue bien bas pour que les américains soient contraints de faire un tel choix.
a écrit le 02/06/2017 à 14:20 :
Au delà de cette décision indigne, il faut voir le contenu et la façon de le lire de ce discours. C'était sans queue ni tête, truffé de mensonges et d'approximation, un vocabulaire d'une pauvreté abyssale et une diction minable.
On lit dans les journaux anglos saxons, qu'il serait tout juste capable de monter des escaliers tout seul (à voir), qu'au G7 pendant que les autres marchaient ensemble pour se promener, lui incapable, a du prendre une voiturette de golf.
Impossible pour ses conseillers de lui parler 30 minutes sans qui il ne soit plus capable de fixer son attention, qu'il a fait répéter à Merkel une bonne douzaine de fois que des accord de libre échange bilatéraux étaient impossibles et qu'il fallait voir l'UE, sans parler qu'on peut légitimement se demander s'il a bien compris ce qu'était et comment fonctionne l OTAN....
Bref on questionne beaucoup son état de santé et s'il ne serait pas loin d'être sénile...
Réponse de le 02/06/2017 à 17:07 :
Vous avez parfaitement raison !
Le discours de Trump était indigne d'un chef d'état mais alors que dire lorsqu'il s'agit du président des États-Unis. Niveau brevet. Tous les médias relaient à juste raison l'abandon de l'accord de Paris mais aucun n'a vraiment relevé le lamentable monologue de Trump.
a écrit le 02/06/2017 à 13:43 :
Le climat ? Une histoire de bobos gauchos
a écrit le 02/06/2017 à 12:49 :
Macron a très bien joué avec sa vidéo de même que l'Europe, la Chine et la Russie qui vont suivre. Et Trump s'est fait également prendre à l'intérieur de son pays par les Etats et villes qui sont majoritaires en terme d'impact climatique. Au final Trump aura lancé un message a ses électeurs qui sera sans guère d'effet pratique. Le retrait américain total était calculé comme correspondant à moins de 10% d'impact sur les objectifs d'Obama donc dans le pire des cas ce n'est pas dramatique et va réorienter la politique des autres 195 participants à l'accord de Paris. Cà a vite commencé aux Etats-Unis ! Alliance d'Etats et villes américaines majoritaires aux Etats-Unis : http://cert1.mail-west.com/nmc7rm8Gyj8T/Ggtmyuzja/418/12aoam4qk/zwy/qk418Gqvnq8Gd/wndftyy7/8ggwqi?_c=d|ze7pzanwmhlzgt|14xd7llgsqajtt8&_ce=1496352028.84238a643a3a483c0e3280af557058b1

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :