Commerce : Donald Trump prêt à adoucir sa position sur l'acier et l'aluminium

 |   |  721  mots
(Crédits : Leah Millis)
Donald Trump a nettement adouci le ton jeudi en matière de politique commerciale promettant flexibilité et coopération avec les "vrais amis" des Etats-Unis dans l'imposition à venir de taxes à l'importation sur l'acier et l'aluminium.

"Nous devons protéger et bâtir nos industries de l'acier et de l'aluminium tout en faisant preuve d'une grande flexibilité et de coopération avec ceux qui sont des vrais amis et nous traitent de manière équitable à la fois dans le commerce et la défense", a tweeté le président américain, précisant qu'il rencontrerait les responsables du secteur jeudi après-midi à la Maison Blanche.

Donald Trump avait annoncé il y a une semaine son intention d'imposer à hauteur de 25% de taxes sur les importations d'acier et 10% sur celles d'aluminium, ravivant le spectre d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et nombre de ses alliés à commencer par le Canada, son premier partenaire commercial et premier fournisseur d'acier. La promulgation formelle de ces taxes pourrait intervenir dès jeudi, selon les médias américains.

Face à la levée de boucliers dans le monde entier, la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Sanders avait fait savoir dès mercredi qu'il pourrait y avoir des "dérogations" pour le Mexique et le Canada --partenaires des Etats-Unis dans l'Aléna le traité de libre-échange en cours de renégociation-- et pour "potentiellement d'autres pays".

Selon le Washington Post citant des hauts responsables de l'administration américaine, le Canada et le Mexique seraient exemptés de ces taxes durant 30 jours. Cette dérogation pourrait être prolongée en cas de progrès dans la renégociation de l'Aléna, a-t-il ajouté.

Le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross avait également donné des signes d'apaisement mercredi, assurant que la décision d'appliquer ces taxes avait été "mûrement réfléchie" et que les Etats-Unis ne cherchaient pas une guerre commerciale.
Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin avait pour sa part précisé que des "dérogations" étaient envisagées et que l'administration "négociait des deals" au cas par cas.

L'assouplissement du ton du président républicain intervient alors qu'une centaine d'élus républicains de la Chambre des représentants lui ont fait parvenir mercredi une lettre lui demandant de ne pas imposer des taxes uniformes. Ils y ont exprimé leur "profonde préoccupation" quant aux conséquences de telles taxes sur les entreprises américaines et recommandent des mesures plus "ciblées". Donald Trump avait aussi été appelé à la modération dans sa politique commerciale par son conseiller Gary Cohn, qui faute de se faire entendre, a fini par annoncer sa démission mardi.

Sur le plan extérieur, Washington s'est attiré les foudres de l'Union européenne qui a martelé qu'une guerre commerciale serait nuisible à toutes les parties y compris les Etats-Unis. "Il est désormais temps pour les responsables politiques des deux côtés de l'Atlantique d'agir de façon responsable", avait exhorté le président du Conseil européen Donald Tusk, précisant que le contentieux serait au programme du prochain sommet européen à Bruxelles les 22 et 23 mars.

La commissaire au commerce extérieur Cecilia Malmström a de son côté détaillé les mesures en préparation par Bruxelles, à commencer par une liste de produits américains qui pourraient être taxés afin de compenser en valeur le dommage causé à l'industrie européenne.

Cette liste, encore en discussion, comprend "des produits en acier, industriels et agricoles", et notamment "certains types de bourbon" ainsi que "le beurre de cacahuète, les airelles et le jus d'orange", a précisé Mme Malmström.
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avait déjà révélé que des marques symboliques comme Harley-Davidson et Levi's, ainsi que le bourbon, étaient dans le collimateur de Bruxelles.
Les Européens exportent environ 5 milliards d'euros d'acier et 1 milliard d'euros d'aluminium chaque année vers les Etats-Unis.

Pour les autres partenaires commerciaux, Pékin a indiqué jeudi qu'il adopterait une "réponse appropriée et nécessaire" face à d'éventuelles sanctions commerciales américaines. "Dans notre époque mondialisée, ceux qui recourent à la guerre commerciale choisissent le mauvais remède, ils ne feront que pénaliser les autres tout en se pénalisant eux mêmes", a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.
Le déficit commercial des Etats-Unis avec le géant asiatique s'est établi à 21 milliards de dollars en février, soit un un doublement sur un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2018 à 9:20 :
Ce qui me paraîtrait juste ce serait de pénaliser les pays selon les excédents des balances commerciales. Il est bien évident que l'on ne peut pas accepter des excédents permanents et énormes comme ceux de l'Allemagne et de la Chine.
Surtout entre les pays de l'UE les excédents de l'Allemagne provoquent le chômage et l'exode des jeunes. Ces jeunes, souvent hautement qualifiés, quittent le vieux continent pour aller renforcer les économies Outre-Atlantique.
Ceci cause des dommages irréversibles à l'UE.
a écrit le 08/03/2018 à 21:22 :
Finalement Trump exempte le Canada et le Mexique des droits de douanes, pays qui sont les principaux fournisseurs des usa en acier et aluminium et en plus il annonce ça avant que les négociations sur l'Alena soient terminées. Aucun intérêt.
a écrit le 08/03/2018 à 19:49 :
Annoncer de gros chiffres pour faire pression sur les négociations à venir, ça peut aider.
Quand une entreprise veut licencier 150 personnes elle annonce 300, suite à d'intenses négociations les syndicats arrivent à limiter la casse à 150.
Les 25% et 10% ça sort de son chapeau, et c'est fait pour impressionner.
Si les chinois sont trop secoués, quid de la dette immense qu'ils détiennent ? Danger.
Parler fort pour ensuite s'adoucir c'est une tactique.
a écrit le 08/03/2018 à 18:30 :
Il a du obtenir des garanties en off, logique, il a le rôle de méchant il l'exploite pleinement. Nous avons un génie à la tête des états unis et il va falloir 40 ans pour le voir.

Ce sont les meilleurs, ceux qui ne dirigent pas pour l'image mais pour l'efficacité sachant que l'image n'est qu'enfumage, le mac et les autres dirigeants européens feraient mieux de retourner à l'école.
Réponse de le 08/03/2018 à 19:53 :
Les taxes sur le métaux (pour le moment des paroles, ça peut s'envoler) ça impactera directement les gens aux USA qui les utilisent, de très nombreuses industries. Pour le moment il fait le grand méchant loup. Ouhouhouh.
Réponse de le 09/03/2018 à 10:22 :
"Pour le moment il fait le grand méchant loup."

Ben logique puisque c'est le rôle que lui donnent les médias, il a entièrement raison d'exploiter cette image qui ne peuvent que mettre des doutes dans la tête de ses concurrents étrangers.

Quelle leçon de stratégie diplomatique c'est hallucinant.

Au moins aux états unis la politique vie, pas étonnant que nos zombies de dirigeants économiques et politiques européens soient totalement dépassés, vu que eux ne bougent jamais.
a écrit le 08/03/2018 à 16:47 :
Ces mesures prouvent que pour faire disparaître les déséquilibres des balances commerciales il nous faut un accord au niveau mondial.
Il est normal qu'un pays, défavorisé par des facteurs naturels propres, se voyant submergé par des produits venant de l'étranger, réagisse pour protéger son industrie nationale et éviter le chômage.
Le dumping social compétitif voulu par certains pays, notamment l'Allemagne en Europe, n'est certainement pas la solution.
Pour éviter que ces pays déficitaires ne soient amené à prendre des mesures protectrices, il nous faut trouver un modus vivendi qui assure un équilibre des balances commerciales entre pays avantagés et pays désavantagés, surtout quand ces pays ont une monnaie commune. Des mesures compensatoires doivent être envisagées afin d'éviter les déséquilibres entre pays naturellement inégaux.
a écrit le 08/03/2018 à 16:31 :
Nous allons dans les mois à venir, subir un dollar faible, c'est la volonté de la FED.
Ajoutons un début de protectionnisme, une hausse des taux, un cocktail inquiétant
qui pourrait remettre en question, la croissance mondiale prévue cette année.
Réponse de le 08/03/2018 à 19:20 :
Je crains d'être d'accord avec vous sur lefond... mais je crois aussi que ce qui doit embêter Trump ce sont les négociations de l'ALENA qui met en péril des centaines de milliers d'emplois tant aux USA que pour ses deux principaux partenaires commerciaux... et que les pressions qu'il essai d'exercer dans les négociations risquent de se retourner contre lui à mi-mandat.

Et j'ajouterais aussi à votre analyse une idée peut-être saugrenue c'est la volonté (à peine masquée) de Trump de vouloir donner un coup de fouet aux bourses américaines et délestant les petits investisseurs trop inquiets de la tournure de la présidentielle américaine... une idée comme ça.
a écrit le 08/03/2018 à 16:28 :
Et pendant ce temps là, Tillerson rame en Afrique pour récupérer les dérapages du boss
a écrit le 08/03/2018 à 16:14 :
En résumé boooom dans sa face
a écrit le 08/03/2018 à 16:05 :
Ouais ! mollo donald duck, oncle picsou, agent orange.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :