Coronavirus : Pékin referme les sites culturels et sportifs, la crainte d'une 2e vague inquiète les Bourses

 |   |  696  mots
La ville a dénombré 36 nouveaux cas de coronavirus au cours des dernières 24 heures.
La ville a dénombré 36 nouveaux cas de coronavirus au cours des dernières 24 heures. (Crédits : Reuters)
Les Bourses asiatiques ont subi de lourdes pertes ce lundi, tandis que la capitale chinoise a annoncé le placement en quarantaine de dix nouvelles zones résidentielles.

La ville de Pékin a décidé de refermer les sites sportifs et culturels à la suite d'une soudaine réapparition du coronavirus, a annoncé ce lundi la mairie de la capitale chinoise.

Devant la presse, un haut responsable municipal, Xu Ying, a ajouté que les zones résidentielles devraient rétablir les contrôles de température aux entrées, qui avaient été récemment suspendus, et interdire leur accès aux non-résidents.

Dix nouvelles zones résidentielles ont par ailleurs été placées en quarantaine à Pékin, toujours selon la mairie, alors que la ville a dénombré 36 nouveaux cas de coronavirus au cours des dernières 24 heures.

La crainte d'une 2e vague inquiète les Bourses

Les Bourses asiatiques ont quant à elles subi de lourdes pertes ce lundi, surtout Tokyo et Hong Kong, inquiètes face au risque d'une deuxième vague de Covid-19, notamment en Chine.

L'indice vedette Nikkei de Tokyo a reculé de 3,47% à 21.530,95 points (-774,53 points), sa plus forte baisse sur une séance depuis le 1er avril. L'indice est aussi repassé sous la barre des 22.000 points pour la première fois depuis fin mai.

L'indice élargi Topix a perdu de son côté 2,54% à 1.530,78 points.

À Hong Kong, l'indice Hang Seng a également nettement reculé (-2,16% à 23.776,95 points). En Chine continentale, l'indice composite de Shanghai a perdu 1,02% à 2.890,03 points et celui de Shenzhen seulement 0,29% à 1.865,34 points.

"Les inquiétudes sur une deuxième vague d'infections grandissent" et ont pesé sur les échanges, selon une note de Okasan Online Securities.

"Cela fait craindre que la réouverture des économies ne se déroule pas comme prévu", a ajouté Shoji Hirakawa, stratégiste en chef du Tokai Tokyo Research Institute, cité par l'agence Bloomberg.

Les autorités chinoises ont annoncé dimanche la découverte d'un nouveau foyer de contamination autour d'un marché de gros à Pékin, ce qui a entraîné le confinement de 11 zones résidentielles dans les environs et le placement en quarantaine de dix zones supplémentaires ce lundi.

Lire aussi : Rebond du coronavirus en Chine : plusieurs quartiers de Pékin confinés

Dans le reste du monde aussi, les craintes resurgissent

Aux États-Unis, même si le dernier bilan quotidien du nombre de morts s'est inscrit en forte baisse, la crise sanitaire demeure préoccupante, ayant gagné les États du Sud et de l'Ouest, après avoir surtout touché le Nord-Est du pays.

Et au Japon aussi, les craintes d'une deuxième vague sont vives: après 47 nouveaux cas d'infection à Tokyo annoncés dimanche, 50 cas supplémentaires auraient été détectés lundi, selon Fuji TV.

Plusieurs indicateurs sur le mois de mai ont confirmé ce lundi la reprise économique graduelle en Chine, avec une production industrielle et des ventes au détail mieux orientées que prévu. Mais cela n'a guère suffi à rassurer les marchés.

Lire aussi : « On commence à voir des signes de reprise en Chine », Maud Bailly, CDO (Accor)

Du côté des valeurs

L'électronique en souffrance: les valeurs électroniques japonaises ont été à la peine, alors que la récente remontée du yen face au dollar vient peser sur les exportations et que le secteur est aussi très sensible aux inquiétudes sur l'évolution de la pandémie en Chine et aux États-Unis.

Tokyo Electron a ainsi lâché ce lundi 5,55% à 21.880 yens, Advantest 6,96% à 5.480 yens, Screen Holdings 7% à 4.780 yens et Sumco 5,6% à 1.517 yens.

Du côté des devises et du pétrole

La devise japonaise était encore en très légère progression face au dollar, lequel valait 107,30 yens vers 08h40 GMT contre 107,38 yens vendredi à 21h00 GMT.

Le yen montait aussi face à l'euro, à raison d'un euro pour 120,73 yens contre 120,87 yens en fin de semaine dernière.

La monnaie européenne faiblissait plus légèrement face au billet vert, à raison d'un euro pour 1,1253 dollar contre 1,1256 dollar vendredi.

Après une fin de semaine mouvementée, le marché du pétrole est reparti en forte baisse ce lundi: vers 08h30 GMT le prix du baril de brut américain WTI perdait 2,37% à 35,40 dollars, et celui du baril de Brent de la mer du Nord abandonnait 1,21% à 38,26 dollars.

Lire aussi : Cours du pétrole : le pire est-il passé ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2020 à 20:38 :
Mais laissez donc les zones en quarantaine en Chine : on n'échappera pas au virus et on ne va pas vivre en reclus toute notre vie quand même ! Qui nous financerait à ne rien faire, gros parasites impotents que nous serions ? Arrêtons d'avoir peur de vivre ! Il y aura des morts ? Et alors ? Doit-on mettre en danger toute l'humanité pour quelques morts de plus ? C'est d'un ridicule...
a écrit le 15/06/2020 à 18:51 :
Startup = contrôle de la population :

L'intelligence artificielle au secours du déconfinement. À Villepinte, l'entreprise Drone Volt, via sa filiale Aerial Tronics, vient de mettre au point une technologie permettant de détecter les personnes ne portant pas de masque dans les lieux où, lutte contre la reprise de l'épidémie de Covid-19 oblige, il est ou sera bientôt obligatoire — à commencer par les transports.
Comme son nom l'indique, Drone Volt fabrique depuis 2016 des drones professionnels, vendus à différentes sociétés, pour la surveillance des installations électriques notamment. « Nous avons eu beaucoup de succès, notamment au CES de Las Vegas en 2017. Dans la foulée, nous avons lancé notre propre bureau d'études et démarré le développement d'applications dédiées à nos drones, créées sur-mesure selon leur utilisation », raconte Olivier Gualdoni, le PDG de cette entreprise qui emploie une cinquantaine de salariés.
a écrit le 15/06/2020 à 13:15 :
Alors que pourtant c'est l'espoir de voir encore des centaines de milliards d'argent public se déverser dans leurs paradis fiscaux !

"Tout est bruit pour celui qui a peur" Sophocle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :