Covid-19 : pourquoi le bilan des décès et contaminations a-t-il explosé en 24h ?

Les autorités chinoises ont annoncé, jeudi, des bonds records de contaminations et de décès liés au coronavirus, désormais appelé Covid-19. Ces chiffres, qui alimentent les craintes d'une sous-estimation de l'épidémie de la part de Pékin, sont dus à une nouvelle définition plus large des cas d'infection. Suite à ces résultats, des personnalités influentes ont été démises de leurs fonctions.
Ces nouveaux chiffres portent le bilan humain en Chine à près de 60.000 cas confirmés et au moins 1.355 morts.
Ces nouveaux chiffres portent le bilan humain en Chine à près de 60.000 cas confirmés et au moins 1.355 morts. (Crédits : Reuters)

La Chine a annoncé, jeudi, quelque 15.000 contaminations supplémentaires par le coronavirus, un bond record qu'elle justifie par une nouvelle définition des cas d'infection, les principaux responsables de la province berceau de l'épidémie étant eux démis de leurs fonctions.

Ce chiffre inquiétant et ces sanctions disciplinaires alimentent les spéculations selon lesquelles la gravité de l'épidémie de pneumonie virale, désormais appelée Covid-19, pourrait avoir été sous-estimée.

La Commission de la santé du Hubei (centre) a annoncé, jeudi, 242 nouveaux décès dans la province. C'est de loin l'augmentation la plus forte enregistrée en 24 heures depuis que la crise a débuté en décembre dans le chef-lieu provincial, Wuhan.

Ces bonds sont dus à une nouvelle définition plus large des cas d'infection. Dorénavant, les autorités locales comptabiliseront les cas "diagnostiqués cliniquement".

En clair, une radio pulmonaire sur les cas suspects peut désormais être considérée comme suffisante pour diagnostiquer le virus. Jusqu'à présent, un test d'acide nucléique était indispensable.

Les autorités justifient cette nouvelle méthode par leur "meilleure connaissance" de la maladie et de ses symptômes et par leur volonté de faire bénéficier au plus vite les patients d'un traitement.

"Dans ce genre d'épidémie, il y a deux méthodes: soit ratisser large pour faire en sorte qu'aucun malade ne passe à travers les mailles du filet, soit faire un dépistage précis", mais qui prend plus de temps, déclare à l'AFP Kentaro Iwata, professeur à l'université de Kobe (Japon) et expert en maladies infectieuses.

Des têtes tombent

"C'est toujours un dilemme", estime-t-il, jugeant "compréhensible" que les autorités du Hubei choisissent la première solution face à l'urgence.

Ces nouveaux chiffres portent le bilan humain en Chine à près de 60.000 cas confirmés et au moins 1.355 morts.

Coïncidence ou pas: le plus haut responsable du Parti communiste chinois (PCC) dans le Hubei, Jiang Chaoliang, a été démis de ses fonctions. Il est remplacé par le maire de Shanghai, Ying Yong, réputé proche du président Xi Jinping.

Le principal responsable communiste de Wuhan, Ma Guoqiang, a également été limogé.

Des chutes anticipées, tant la colère de l'opinion semble vive. Une grande partie des citoyens accuse depuis plusieurs semaines les autorités locales d'avoir tardé à réagir face aux premiers cas de la maladie.

Un mécontentement devenu fureur après la mort vendredi de Li Wenliang, 34 ans, l'un des premiers médecins à avoir alerté sur l'épidémie. Réprimandé par la police qui l'accusait de propager des "rumeurs", il avait lui-même été contaminé.

Lire aussi : Coronavirus: la mort de Li, le médecin lanceur d'alerte, provoque la colère du peuple chinois

Les têtes avaient déjà commencé à rouler en début de semaine au Hubei. Les deux plus hauts responsables provinciaux du ministère de la Santé avaient été démis de leurs fonctions.

"Trop tôt"

Les chiffres annoncés jeudi tranchent avec ceux de la veille: la Chine avait fait état du plus faible nombre de nouvelles contaminations depuis près de deux semaines. Un expert chinois reconnu avait même prédit un "pic" de l'épidémie d'ici fin février.

Lire aussi : Coronavirus: l'épidémie en Chine devrait se terminer en avril, selon l'expert du gouvernement chinois

Le président chinois Xi Jinping s'était lui aussi montré optimiste mercredi, soulignant "l'évolution positive" de la situation.

À Genève, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est cependant montrée prudente. Michael Ryan, chef du département des urgences sanitaires, a déclaré:

"Je pense qu'il est aujourd'hui beaucoup trop tôt pour tenter de prédire le commencement, le milieu ou la fin de cette épidémie".

Le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a renchéri, préconisant "une extrême prudence". "Cette épidémie peut aller dans n'importe quelle direction", a-t-il affirmé.

Pour l'instant, 99,9% des décès enregistrés dans le monde l'ont été en Chine.

Lire aussi : Coronavirus: plus de 720 morts, un premier mort non Chinois

Au Japon, la situation est toujours tendue à bord du paquebot de croisière Diamond Princess, en quarantaine près de Yokohama (est): 218 personnes sont contaminées, 44 nouveaux cas ayant été annoncés.

Jeudi matin, une mise en quarantaine a été édictée pour la première fois au Vietnam, pour une commune de 10.000 habitants, près de Hanoi. Quinze personnes sont à ce stade touchées par l'épidémie dans ce pays.

F1 et smartphones

Dans l'Union européenne (UE), les ministres de la Santé doivent se réunir jeudi à Bruxelles pour discuter de l'épidémie.

La crainte d'une contamination a conduit mercredi les organisateurs du Salon mondial du mobile de Barcelone, la grand-messe annuelle de la profession, à annuler leur manifestation, prévue du 24 au 27 février.

La Fédération internationale de l'automobile (FIA) a également annoncé le report à une date non précisée du Grand Prix de Chine de Formule 1, qui devait se dérouler le 19 avril à Shanghai.

Craignant la perspective d'une rude chute de la croissance, le Premier ministre chinois Li Keqiang a appelé mercredi à une "reprise ordonnée de l'activité et de la production".

Lire aussi : Coronavirus : l'économie chinoise asphyxiée, l'activité mondiale menacée

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 13/02/2020 à 21:38
Signaler
un bon politicien doit savoir mentir ou de de rpondre a coté d une question ! frontière impénétrable ?

à écrit le 13/02/2020 à 17:50
Signaler
P.S.: C'est moi ou bien il y a des artistes photographes chez Reuters ? Parce que cette photo en dit tellement ! Chapeau bas.

à écrit le 13/02/2020 à 15:28
Signaler
Trump a affirme que cela cessera en avril. Attendons donc l'oracle.

à écrit le 13/02/2020 à 14:43
Signaler
l'information ....parlons de désinformation standardisasée....tout les médias ou presque reprennent en choeur les mêmes mots avec des commenrtaires soi-disant d'experts qui en fait ne connaissent que le strict minimum...télé spectacle fast food ! bi...

à écrit le 13/02/2020 à 14:43
Signaler
"On nous aurait pas tout dit"..."On nous aurait menti"? Venant de la dictature communiste chinoise, ce n'est pas probable, c'est EVIDENT. Déjà que chez nous, malgré la "Démocratie", la "Transparence" et tout le toutim, l'info est souvent à décrypter...

à écrit le 13/02/2020 à 13:09
Signaler
Gouvernements et transparence n'ont jamais fait bon ménage, même sous régimes démocratiques... alors pour les autres j'explique pas !

à écrit le 13/02/2020 à 12:02
Signaler
L'indication de l'arrivée proche du pic épidémique n'est pas remise en cause par ce changement de mode de diagnostic. Ce "surplus" de personnes contaminées aurait fini par être comptabilisé plus tard. Il devrait y avoir un recul fort des nouveaux cas...

à écrit le 13/02/2020 à 11:36
Signaler
Attention à l'excès d'optimisme béat de notre oligarchie politico médiatique. Personne ne sait à cette heure où va cette épidémie. Et il n'y a pas que des signaux positifs, par exemple ici avec cette analyse : « Et si le ratio de mortalité du Coron...

à écrit le 13/02/2020 à 11:36
Signaler
Ça arrivera probablement par un port (Le Havre, Marseille, Rotterdam). Roissy reste plausible.

à écrit le 13/02/2020 à 11:03
Signaler
comptabiliser les morts comme des vivants cela me fait penser à un livre de Gogol. Bizarre qu'une institution comme l'OMS ne fait part que de suppositions depuis le début de cette épidémie, elle aurait du être plus affirmative depuis le commencement....

le 13/02/2020 à 12:04
Signaler
Salut Franck, Marc, ? Sûr que si on disait il semble que action contre la faim a nourrit un village, mais on est pas sûr... On se demanderai bien qui a tout mangé si ce n' est pas le village... Mais il semble sûr que le covid19 s attaque a tous...

le 14/02/2020 à 9:39
Signaler
Si l'OMS a des membres qui sont aussi au parti communiste chinois, ils ont des infos sinon ils prennent ce qui est rendu disponible, et ça ça varie, évolue, croit, se démultiplie. A part des suppositions, pour un virus inconnu qui peut avoir des simi...

à écrit le 13/02/2020 à 10:51
Signaler
On a tous compris... Us army a pris ses dispositions pour faire face a une pandémie, on a voté en Angleterre pour mettre les gens de force en quarantaine, la Chine nous donne que le centième de la réalité et en Afrique, circulez y a rien a voir, nous...

à écrit le 13/02/2020 à 10:39
Signaler
curieux hier aux actualités des médias genre TF 1 on nous annoncait un ralentissement fort du developpement des cas......repris en coeur par les autres médias..... patatrac on nous dit 24 heures aprés l'inverse.... bon sait que tout ceci dépend de la...

le 13/02/2020 à 11:56
Signaler
Ca fait des semaines et des semaines que des groupes de personnes (Me concernant) alertent de la dangerosité du virus et de la retention d'informations qui en découle (De la chine ou des medias complètement biased) On est pris pour des complotiste q...

à écrit le 13/02/2020 à 10:08
Signaler
“Ces bonds sont dus à une nouvelle définition...” Donc 242 morts en une journée à Hubei, c’est du à une nouvelle définition. J’aimerais bien la connaître celle-ci. Avant il y avait des morts vivants, puis finalement on s’est dit qu’il fallait b...

à écrit le 13/02/2020 à 9:21
Signaler
Je ne comprends pas qu'il n'y ai pas plus de manifestation de soutiens envers ce peuple qui est en train de se faire humilier par les médias du monde. On ne pourra jamais attendre quoi que ce soit de nos mégas riches qui ont pourtant massivement prof...

le 13/02/2020 à 11:32
Signaler
Il faut aussi eduquer ce peuple,par exemple ,leur expliquer qu'il faut arrêter le massacre et la consommation de rats,chauve-souris, pangolin et autres. Qu'en dites-vous?

le 13/02/2020 à 11:46
Signaler
"Éduquer ce peuple" me donne la nausée d'entrée, les gens qui savent mieux que les autres comment ils doivent vivre me faisant plus pitié qu'autre chose.

à écrit le 13/02/2020 à 9:19
Signaler
Pour comprendre comment cette situation a pu se produire, il faut lire "Mémoires chinoises" de Jean Tuan, chez C.L.C. Editions. L'auteur évoque l’évolution à marche forcée de la Chine dont il a été témoin depuis 1980. Marie Holzman, sinologue de reno...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.