Donald Trump veut faciliter l'usage des drones commerciaux

 |   |  477  mots
Le président américain Donald Trump a rencontré plusieurs fabricants de drones, dont l'entreprise Kespry (photo) à la Maison Blanche, le 22 juin 2017.
Le président américain Donald Trump a rencontré plusieurs fabricants de drones, dont l'entreprise Kespry (photo) à la Maison Blanche, le 22 juin 2017. (Crédits : Reuters/Jonathan Ernst)
Les Etats-Unis ont lancé mercredi un programme d'essai pour assouplir la législation en vigueur afin de permettre aux drones commerciaux de pouvoir voler la nuit, par exemple.

Amazon et Google peuvent se frotter les mains. La Maison Blanche a annoncé mercredi le lancement d'un programme d'essai pour étendre l'utilisation des drones à des fins domestiques... et commerciales. Les petits engins pourront se déployer dans de nombreux secteurs comme le commerce, bien sûr, mais aussi l'agriculture et les services de secours, liste un communiqué du président américain Donald Trump. Ce programme va donc permettre de livrer des médicaments et des colis, d'inspecter des infrastructures difficiles d'accès ou encore fournir une aide rapide dans des opérations d'urgence, a précisé à la presse Michael Kratsios, un conseiller à la Maison Blanche.

Le but : explorer les possibilités au-delà des strictes restrictions en place aujourd'hui aux Etats-Unis. En 2016, l'administration Obama avait autorisé, avec certaines restrictions, les vols à hauteur basse des drones pour l'éducation, la recherche et les opérations commerciales de routine.

Lobby auprès de Donald Trump

Actuellement, les vols de nuits sont interdits. Les pilotes de drones commerciaux doivent obtenir une licence et sont autorisés à faire voler leur engin uniquement dans leur champ de vision. Il est impossible de survoler des zones habitées. Ces différents critères pourraient s'effacer avec ce programme, permettant d'ouvrir la porte aux livraisons par drones envisagées par les géants de la distribution et d'internet comme Amazon et Alphabet, maison-mère de Google. Plusieurs acteurs du secteur, comme AT&T, PrecisionHawk et Kespry, ont fait du lobby auprès de Donald Trump, en juin dernier, lors d'une rencontre à la Maison Blanche.

"Comparés aux systèmes aériens avec un pilote à bord, les UAS (systèmes aériens sans pilote à bord) offrent des capacités innovantes et bon marché aussi bien pour des usages publics que privés", a affirmé Donald Trump. "Les UAS ouvrent la perspective d'une sécurité accrue pour les Américains, d'une plus grande efficacité et productivité de l'industrie américaine ainsi que la création de dizaines de milliers de nouveaux emplois américains".

100.000 emplois créés dans la décennie

Selon la ministre des Transports, Elaine Chao, en charge de ce programme, le secteur pourrait permettre de créer jusqu'à 100.000 emplois et générer quelque 82 milliards de dollars aux Etats-Unis d'ici "moins d'une décennie".

Cette mesure vise à donner davantage de pouvoirs aux Etats et aux autorités locales pour effectuer des tests - devant être approuvés par la Federal Aviation Administration (FAA). Le ministère des Transports, en charge de ce programme, étudiera également les méthodes pour éviter les collisions et les technologies permettant de faire face à la menace potentielle que représentent ces systèmes aériens sans pilote à bord (UAS). D'après les estimations de la FAA, la flotte des drones domestiques aura plus que triplé en 2021 et celle des drones à usage commercial pourrait atteindre 442.000 engins.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :