Etats-Unis  : le Congrès vote une rallonge du budget, le shutdown (encore) écarté

Le Congrès américain a approuvé mercredi une rallonge du budget de l'Etat fédéral, dans une rare démonstration d'unité entre les partis. Cette décision a permis d'éviter le shutdown et la paralysie dans trois jours de l'administration américaine.
Le Congrès a trouvé un accord qui vise à prolonger jusqu'à mi-janvier le budget.
Le Congrès a trouvé un accord qui vise à prolonger jusqu'à mi-janvier le budget. (Crédits : TOM BRENNER)

Les Américains vont pouvoir profiter des fêtes de Thanksgiving sans se soucier des conséquences désastreuses d'un shutdown. En effet, après la Chambre américaine des représentants mardi, le Sénat a voté mercredi à une écrasante majorité de 87 voix contre 11, un accord visant à prolonger jusqu'à mi-janvier le budget, qui devait expirer à minuit, dans la nuit de vendredi à samedi.

Lire aussiTout comprendre sur le « shutdown » qui menace les Etats-Unis

Deux mois après avoir évité, de peu, de mettre une partie du pays à l'arrêt, la première puissance économique mondiale s'était retrouvé une nouvelle fois proche du précipice. En effet, si rien n'avait été fait pour prolonger le budget d'ici ce weekend, le pays aurait alors ralenti subitement : 1,5 million de fonctionnaires auraient été privés de salaire, le trafic aérien aurait été perturbé, tandis que les parcs nationaux fermeraient leurs portes.

Une série de mini-budgets d'un ou deux mois

Les dissensions au Congrès - entre républicains majoritaires à la Chambre et démocrates, à la manœuvre au Sénat - sont telles que les élus sont actuellement incapables de voter des budgets d'un an, contrairement à ce que font la plupart des économies du monde. A la place, les Etats-Unis doivent se contenter d'une série de mini-budgets d'un ou deux mois.

Lire aussiEtats-Unis : la Fed voit l'économie se stabiliser

A chaque fois que l'un de ces budgets expire, tout est à refaire : des tractations acrimonieuses, commentées abondamment sur les réseaux sociaux, des menaces, puis une série de votes, à la Chambre, au Sénat... Il est certes très courant que des accords de dernière minute soient trouvés sur ces lois de finances.

Mais les dernières négociations autour du budget fédéral américain, fin septembre, avaient plongé le Congrès dans le chaos. Des élus trumpistes, furieux que le président républicain de la Chambre d'alors ait conclu un accord de dernière minute avec le camp démocrate, l'avaient destitué, une situation absolument inédite.

«  Cela ôte une incertitude à court terme »

Cette fois, l'accord mis sur la table propose de prolonger le budget à deux échéances différentes : une partie jusqu'à mi-janvier, l'autre jusqu'à début février. Il a été présenté par le nouveau président de la Chambre, Mike Johnson, inconnu du grand public et doté d'une expérience très limitée au sein de l'état-major républicain.

L'élu de Louisiane est contraint de composer, comme son prédécesseur, avec une poignée d'élus trumpistes. Or, ces derniers sont partisans d'une orthodoxie budgétaire très stricte. A l'opposé, les démocrates, eux, refusent de se voir dicter la politique économique du pays par des lieutenants de l'ancien président.

Pour Angelo Kourkafas, stratège en investissement pour Edward Jones, « cela ôte une incertitude à court terme, même si on recule pour mieux sauter ». Shutdown ou pas, l'économie du pays reste sous surveillance : en fin de semaine dernière, l'agence de notation Moody's avait abaissé la perspective de la note de la dette des Etats-Unis en la faisant passer de stable à négative.

Une décision immédiatement contestée par le Trésor américain qui a manifesté son « désaccord ».

« L'économie américaine reste forte et les titres du Trésor constituent le principal actif sûr et liquide au monde », a déclaré le secrétaire adjoint au Trésor Wally Adeyemo évoquant les obligations d'Etat.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 16/11/2023 à 11:54
Signaler
Quand il y a shutdown, les représentants sont-ils payés? En France, nul doute qu'ils le seraient.

à écrit le 16/11/2023 à 7:31
Signaler
L'angoisse liée au shutdown a bien été rincée par Trump qui l'a beaucoup utilisé et on a bien vu qu'il ne s'était pas passé grand chose au final, le peuple américain étant résilient de nature, il va falloir qu'ils trouvent une idée neuve là pour fair...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.