G20 : les Etats-Unis obtiennent un compromis entre libre-échange et régulation

 |   |  216  mots
Il s'agit d'un compromis autour de la position des Etats-Unis sur ce sujet sensible.
Les Etats-Unis de Donald Trump étaient jusqu'ici réticents à s'engager explicitement à combattre le protectionnisme dans le cadre du G20, en raison de leur volonté de protéger les salariés américains des effets de la mondialisation.
Il s'agit d'un compromis autour de la position des Etats-Unis sur ce sujet sensible. Les Etats-Unis de Donald Trump étaient jusqu'ici réticents à s'engager explicitement à "combattre le protectionnisme" dans le cadre du G20, en raison de leur volonté de protéger les salariés américains des effets de la mondialisation. (Crédits : Reuters)
Le G20 compte condamner samedi le protectionnisme, mais reconnaître en même temps aux pays le droit de se défendre commercialement en cas de pratiques illégitimes, a indiqué une source européenne.

Terrain d'entente en vue ? Le G20 compte condamner samedi le protectionnisme, mais reconnaître en même temps aux pays le droit de se défendre commercialement en cas de pratiques illégitimes, a indiqué une source européenne.

Il s'agit d'un compromis autour de la position des Etats-Unis sur ce sujet sensible.
Les Etats-Unis de Donald Trump étaient jusqu'ici réticents à s'engager explicitement à "combattre le protectionnisme" dans le cadre du G20, en raison de leur volonté de protéger les salariés américains des effets de la mondialisation.

Ils avaient ainsi refusé que le mot soit mentionné dans le communiqué des ministres des Finances du G20 à Baden-Baden en mars, mais l'avaient accepté lors du sommet du G7 en mai (le G7 ne comprenant toutefois pas la Chine, grande puissance commerciale).

Diplomatie

Au sommet du G20 de Hambourg, Washington a obtenu une concession en échange de son revirement: le communiqué final attendu samedi vers 13H30 GMT reconnaîtra aux pays le droit à l'usage "d'instruments légitimes de défense commerciale".

Le source européenne a toutefois soutenu qu'il "ne s'agissait pas d'une inflexion, d'un changement" du paysage économique mondial défini par les pays les plus puissants du monde. Il s'agissait "de trouver un terrain d'entente dans le système existant", a-t-elle affirmé.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2017 à 13:33 :
Trump is the King . Hulot , un blabla de journaliste et la France desargentée fait des courbettes à l'oncle Sam qui lui fournit les bombes de ses Rafale . Iģ
a écrit le 08/07/2017 à 12:17 :
Et le G20 a t'il défini ce qu'était une pratique illégitime ? Parce que le dumping social normalement n'en est pas mais je suppose que chez ces défenseurs des milliardaires ça doit l'être.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :