Gazoduc Nord Stream 2 : "une dangereuse arme géopolitique du Kremlin" (président ukrainien)

Le projet de gazoduc russo-allemand Nord Steam 2, en passe d'être achevé, reste une épine dans les relations entre l'Ukraine et l'Allemagne. Angela Merkel, qui doit quitter la Chancellerie cet automne, a soutenu le projet depuis le début pour renforcer la sécurité énergétique de l'Allemagne.

2 mn

Angela Merkel et Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, ce dimanche lors de la conférence de presse à Kiev.
Angela Merkel et Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, ce dimanche lors de la conférence de presse à Kiev. (Crédits : Reuters)

La tournée d'adieu qu'effectue Angela Merkel dans plusieurs capitales n'est pas de tout repos. Avant son départ cet automne de la Chancellerie, elle a rencontré vendredi à Moscou le président russe, Vladimir Poutine, à qui elle a demandé la libération de l'opposant Alexeï Navalny. Cette visite venait ponctuer 16 année de tensions entre les deux capitales, mais aussi de coopération, à l'exemple du projet de gazoduc entre les deux pays : Nord Stream 2.

Cet accord énergétique, qui a été critiqué non seulement par les Etats-Unis mais aussi par certains pays européens, reste un point de division avec l'Ukraine en conflit avec la Russie, comme l'a rappelé dimanche Volodymyr Zelensky, le président ukrainien. Le gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 est "une dangereuse arme géopolitique du Kremlin", a-t-il indiqué en recevant à Kiev la chancelière allemande qui s'est battue pour ce projet.

1,5 milliard de dollars de revenus annuels

Cet tuyau sous-marin, sur le point d'être achevé, passe sous la mer Baltique, pour fournir directement l'Allemagne en gaz russe. Il va aussi avoir pour conséquence de priver l'Ukraine d'au moins 1,5 milliard de dollars de revenus annuels qu'elle touche actuellement pour le prix du transit du gaz russe par son territoire, et de lui faire perdre une arme diplomatique face à son adversaire russe.

"Personne ne peut nier que les principaux risques avec l'achèvement de Nord Stream 2 pèseront sur l'Ukraine", a averti le président ukrainien.

La chancelière a essayé une fois de plus de rassurer Kiev, rappelant avoir trouvé un compromis avec les Etats-Unis, qui tentaient de bloquer le chantier, pour permettre au projet de se faire, tout en demandant à Moscou de prolonger son contrat de transit gazier avec Kiev au-delà de 2024.

"Nous sommes d'accord avec les Américains que le gaz ne doit pas être utilisé comme une arme géopolitique, et au final on le verra en fonction du renouvellement du contrat. Le plus vite sera le mieux", a indiqué la chancelière qui a promis que ces engagements étaient "contraignants aussi pour de futurs gouvernements" allemands.

Guerre séparatiste pro-russe

L'Ukraine, un allié de l'Occident, est le théâtre d'une guerre séparatiste pro-russe dans l'Est depuis 2014, déclenchée dans la foulée de l'annexion par Moscou de la Crimée ukrainienne.

Quand à l'Allemagne, qui veut sécuriser ses importations d'énergie, Nord Stream 2 va permettre de multiplier par deux la capacité de gaz transportée, en traversant les eaux territoriales de cinq pays, Russie, Finlande, Suède, Danemark et Allemagne.

Le projet regroupe le géant russe Gazprom et plusieurs groupes énergétiques européens dont les allemands Wintershall et Uniper, le néerlando-britannique Shell, le français Engie et l'autrichien OMV.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 24/08/2021 à 14:01
Signaler
Le gaz norvégien, pays vertueux qui se décarbone, il arrive comment ? Par méthanier ou pipeline ? Dans le futur tout viendra de Russie, fini l'Algérie (à qui parait-il on achèterait le gaz plus cher pour les aider) et les autres sources habituelles ?...

le 24/08/2021 à 18:56
Signaler
La France achetera toujours trop cher du pétrole et du gaz algérien tandis qu'il ne coûtait presque rien à l'empire colonial dont les indigènes étaient les sujets...

à écrit le 24/08/2021 à 7:53
Signaler
tout ceci pour que l'ukraine ne puisse plus organiser son chantage perpetuel aussi bien pour le gaz que pour la crimee qui ne lui a jamais appartenu c'est au citoyen de ce pays de se determine et pas a bruxelles et encore moin a paris

à écrit le 23/08/2021 à 11:07
Signaler
Elle est bien bonne, celle-là ! N'a-t-on pas fait Nordstream 2 parce que les Ukrainiens se servaient du précédent gazoduc Russie-Ouest comme d'une arme politique ? Les médias ont la mémoire courte.

à écrit le 23/08/2021 à 10:50
Signaler
Les allemands ne sont pas au courant que toutes les énergies fossiles seront interdites ? En France les publicités explosent pour le changement des chaudières gaz en pompe à chaleur avec comme argument la fin du gaz et du fioul en Europe !

à écrit le 23/08/2021 à 9:44
Signaler
où est la discipline europeenne? l ' Allemagne joue cavalier seule sur ce sujet et contre les interêts des européens ...elle se pourra se coucher devant poutine qui pourra la menacer de fermer le robinet gazier ..belle stratégie...que des boutiquiers...

le 23/08/2021 à 11:18
Signaler
J'ai pour ma part beaucoup de mal à saisir l'intérêt européen à faire transiter son approvisionnement en gaz russe uniquement par la Pologne et par l'Ukraine à part garantir à ces deux pays une manne financière au détriment de leurs voisins. Northstr...

le 24/08/2021 à 14:01
Signaler
@Brera La sécurité des approvisionnements c'est le camion citerne pas le gazoduc sous contrôle politique. Cette sécurité a inévitablement un coût que les européens essaient de minimiser par la compromission en Ukraine tandis que la Russie souha...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.