G7 : Paris a "bon espoir" que Washington signe la charte internet à Biarritz

 |   |  445  mots
(Crédits : Reuters)
Une charte "pour un internet ouvert, libre et sûr" devrait être signée au cours du G7 -- suite à l'impulsion donnée par la France, à la présidence du sommet cette année. Ce texte s'inscrit dans la continuité de l'appel de Christchurch, lancé en mai par 26 pays et géants d'Internet.

La France a renoncé pour des questions "logistiques et diplomatiques" à faire venir les plateformes en ligne à Biarritz en l'absence de Donald Trump vendredi, mais elle ne doute pas qu'elles signeront la charte "pour un internet, ouvert, libre et sûr" et a "bon espoir" que les Etats-Unis rejoignent l'initiative lundi au G7, a déclaré samedi Cédric O.

"L'idée initiale était de faire venir les plateformes à Biarritz mais jusque-là les Etats-Unis étaient contre la signature de la charte donc diplomatiquement c'était sensible de faire venir vendredi à Biarritz des plateformes américaines et de signer quelque chose alors que le président américain n'est pas là", a dit le secrétaire d'Etat français au Numérique à quelques journalistes. "Il n'y aucun doute sur le fait que les réseaux sociaux signeront la charte".

"Les plateformes ont joué le jeu et se sont engagées sur la charte, l'ensemble des pays participants également, la question qui se pose aujourd'hui et qui serait un grand progrès, ce serait la participation des Etats-Unis", a-t-il ajouté. "Nous sommes encore en train de discuter avec eux et nous avons bon espoir qu'ils puissent être à bord de cette initiative, qu'ils puissent signer la charte lundi".

Selon une source citée par Europe 1, Donald Trump aurait fait pression sur les plateformes en ligne (Google, Facebook...) pour qu'elles ne viennent pas à Biarritz, en "rétorsion à la taxe française sur le numérique dénoncée par Washington".

Une charte dans la continuité de "l'appel de Christchurch"

Interrogé à ce sujet, un haut responsable de l'administration Trump a assuré samedi qu'"aucune pression" politique n'avait été exercée sur les compagnies américaines concernées. "Deux ou trois entreprises nous ont simplement dit qu'elles avaient le sentiment de se faire forcer la main par la France pour rejoindre" l'initiative, a-t-il dit à Reuters. La Maison blanche, a-t-il poursuivi, continue quant à elle d'évaluer la charte qui a "assurément ses mérites".

Voulue par la présidence française du G7 qui souhaite qu'elle soit signée par les gouvernements, le secteur privé et la société civile, la charte "pour un internet ouvert, libre et sûr" doit permettre de lutter contre les contenus haineux, le cyber harcèlement et le terrorisme en ligne.

Selon l'Elysée, elle s'inscrit dans la continuité de l'"appel de Christchurch" - lancé en mai par vingt-six pays et géants d'Internet - en élargissant le périmètre des engagements pris par les plateformes, en matière de retrait des contenus, de modération, de transparence et d'accompagnement des victimes.

Lire aussi : Contenus terroristes en ligne : ce que contient "l'appel de Christchurch"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2019 à 17:23 :
Il y a ce qui est dit, ce qui est écrit et ce qui est fait. La France est présidente du G7 en 2019, mais n'a aucun pouvoir sur les autres pays pas plus que le groupe G7. Le président français n'a que les pouvoir que lui donne le peuple français, comme les présidents des autres pays démocratiques. Une convention sur l'exercice de la liberté d'expression sur Internet n'est pas une mince affaire. Le président de la Chine serait le mieux placé pour en parler. Mais une charte, un vœux pieux, n'a aucune valeur juridique.
a écrit le 25/08/2019 à 9:25 :
Ne pas oublier que Trump, quand il remonte dans son avion, parfois, il déchire les chartes, les accords, signés par lui ou d'autres, les renie et pulvérise façon puzzle. Il a peut-être un cerveau lent ? Ou l'humeur variable (c'était "bien" hier mais plus aujourd'hui).
a écrit le 25/08/2019 à 9:15 :
Je fais plus confiance, largement, dans les entreprises américaine liées à internet dont certaines comme amazone sont pourtant limites, que dans l'UERSS, empire prévu pour durer mille ans.

Je sais pas pourquoi vraiment...
a écrit le 24/08/2019 à 22:45 :
" la charte "pour un internet ouvert, libre et sûr" doit permettre de lutter contre les contenus haineux, le cyber harcèlement et le terrorisme en ligne."...

Soyons clair, la charte a pour but de fermer l'accès d'internet à des gens jugés indésirables (....par les pouvoirs en place), de les tracer et de les punir.

Pour ce qui est du "terrorisme", chacun sait que la définition en varie selon les saisons. Macron comme Hollande ont détourné les lois anti-terroristes contre des opposants politiques (gilets jaunes, nuits debout, altermondialistes, écologistes militants...).
Ils révent de pouvoir réprimer la contestation jusque sur le web.

Ca a effectivement à voir avec la liberté, l'ouverture et la sécurité, mais n'a pas le sens allégué.
a écrit le 24/08/2019 à 22:16 :
Bon espoir de voir un président américain conservateur signé un papier violant la loi américaine et contraire à la constitution US (et à la notre mais bon, la notre à la l'habitude des tournantes telle une cave de banlieue)?

Combien on parie?
a écrit le 24/08/2019 à 21:15 :
"Deux ou trois entreprises nous ont simplement dit qu'elles avaient le sentiment de se faire forcer la main par la France" : c'est un peu le problème

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :