Guerre en Ukraine : ces entreprises françaises dans le guêpier russe

Total, Renault, Société générale, Danone...Ces entreprises françaises sont toutes présentes en Russie. La France y est le premier employeur étranger avec 160.000 collaborateurs, le deuxième investisseur direct sur place. Pour aider les entreprises tricolores à faire face à cette guerre, une réunion au quai d'Orsay est prévue ce mardi 1er mars.

4 mn

(Crédits : Yves Herman)

Ce lundi 28 février, l'usine Renault en Russie - la seule en nom propre - n'a pas ouvert ses portes. Les chaînes de production sont restées à l'arrêt. Motif : le manque de pièces venues de l'extérieur, et les problèmes logistiques. Premiers résultats tangibles des sanctions économiques. Le constructeur français minimise, et explique qu'il s'agit d'une petite unité de production, où sont fabriquées à peine 90.000 véhicules par an, - alors que via sa holding locale avec Avtovaz, Renault produit  plus de 300 000 Lada- . Il n'empêche, le coup est rude pour la marque au losange. Surtout qu'aucune date de réouverture n'est prévue. Pour l'instant, elle évite de se prononcer mais il va de soi qu'elle pourrait reconsidérer sa présence dans ce pays. La Russie est le deuxième marché du groupe Renault dans le monde derrière l'Europe. Et le 18 février, Luca de Meo, le directeur général du groupe expliquait "suivre de très très près la situation, la marque  ayant de nombreux intérêts dans l'évolution du marché".

Lire aussi 3 mnTrès présent en Russie avec Lada, Renault face au risque géopolitique ukrainien

Comme Renault, plus de 35 sociétés françaises du CAC sont présentes en Russie. Ce qui fait de l'Hexagone le deuxième investisseur étranger en Russie et le premier employeur étranger, avec 160 000 collaborateurs.

Les premiers effets de la guerre se font déjà sentir

Toutes ces sociétés cherchent actuellement la meilleure façon de faire face aux événements. La plupart, depuis l'annexion de la Crimée en 2014, ont construit des écosystèmes très locaux, en travaillant via des filiales locales, avec des fournisseurs sur place, et orientant leur production quasiment exclusivement vers la clientèle nationale. De quoi leur permettre d'éviter, au moins dans un premier temps, d'être trop violemment confrontées aux embargos. C'est notamment le cas de Leroy Merlin, devenu le premier distributeur de meubles dans le pays, avec une centaine de boutiques, ou encore d'Auchan qui compte plus de 240 magasins en Russie.

Lire aussi 3 mnQue pèse la relation économique entre la France et la Russie ?

Reste que si l'économie russe est étouffée, ces entreprises le seront aussi, par effet domino. Et la situation peut vite se dégrader. Les suspensions de vols décidées ce week-end vont changer la donne.

"La Russie risque de vite basculer dans une économie de guerre. Les gens vont procéder à des achats de précautions, modifier leur consommation", assure, sous couvert d'anonymat, un responsable d'une enseigne présente en Russie. Déjà ce lundi matin, face aux sanctions financières prises par les occidentaux, les files d'attente se sont créées devant les distributeurs bancaires... Les Russes voulant retirer leur argent.

Ce lundi, d'ailleurs, la plupart de ces sociétés françaises savent d'ailleurs qu'elles vont devoir faire face à ces sanctions financières, et notamment l'exclusion, depuis ce week-end, de nombreux établissements bancaires russes du système de paiement international "Swift". La société Générale, par exemple, très implantée en Russie via la Rosbank va être directement affectée.

Lire aussi 8 mnUkraine : les pays occidentaux débranchent la Russie du réseau interbancaire Swift (l'arme nucléaire économique)

Une gestion des ressources humaines très sensibles

Mais, le plus sensible pour ces fleurons nationaux est sans conteste la gestion humaine.  Certes, toutes assurent ne pas faire de politique, s'en tenir au "business", et sont très vigilantes aux positions qu'elles prennent. La majorité de leurs équipes sont souvent locales, mais elles doivent composer avec des soutiens mais aussi des opposants à Poutine, dans un climat de non dits...

Aussi, plus encore qu'auparavant, elles limitent leur prise de parole dans les médias et sont très précautionneuses dans leur communication interne.

"Très vite, le pouvoir de Poutine nous a demandé la liste très précise de nos ressortissants sur place ", raconte, là encore sous couvert d'anonymat, un représentant d'une entreprise implantée en Russie.

Aussi, la façon dont les sociétés étrangères réagissent aux événements est scrutée, le moindre signe de soutien à l'Ukraine pouvant créer un incident diplomatique.... "Par exemple, le simple fait d'organiser le rapatriement de nos expatriés est vécu comme un signe d'opposition à Vladimir Poutine", confie un chef d'entreprise sur place.

Pour les aider à faire face à cette guerre, une réunion au quai d'Orsay est prévue ce mardi 1er mars. En attendant, nombre de ces fleurons français connaissent des difficultés en Bourse. Renault a vu sa capitalisation fondre d'un quart depuis la mi-février, la Société Générale voit aussi son titre sanctionné ce lundi.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 01/03/2022 à 16:39
Signaler
l'ultragauche se frotte les mains en se disant qu'il y aura des relocalisations, comme ca les syndicats d'extreme gauche en france pourront prendre tout le monde en otage, comme du bon vieux temps, et comme dans certaines entreprises publiques actuel...

à écrit le 01/03/2022 à 10:56
Signaler
les grands patrons et actionnaires vont s en mordre les doigts..mais apres tout en affaire ce qu on appelle la gestion du risque...d avoir voulu faire du court terme-comme d habitude- au détriment du stratégique ou du moyen-long terme ( la chine pens...

à écrit le 28/02/2022 à 17:30
Signaler
A Paris on porte très bien la guêpière depuis 1939 mais très rapidement la France se dévoile au Moulin Rouge... :-D

à écrit le 28/02/2022 à 17:26
Signaler
Guêpier économique ou plutôt complaisance politique (cf. Engie ex-GDF).

à écrit le 28/02/2022 à 17:06
Signaler
Le risque géopolitique n'est pas une des bases dans un cours de commerce international pour des étudiants en première année ? Les entreprises ne doivent elles pas anticiper les risques ?

à écrit le 28/02/2022 à 16:59
Signaler
Toujours a dramatiser les choses... ce n'est qu'une neutralisation de l'espace ukrainien, rien de plus! Mais l'OTAN veut "travailler" l'opinion publique en sa faveur!

le 01/03/2022 à 10:51
Signaler
@bah: la neutralisation est russe non ukrainienne ....un pays souverain qui tente la democratie aux portes de moscou ca fait désordre pour tonton poutine...et sa mafia d oligarques!! la fake news est dans votre camp

à écrit le 28/02/2022 à 16:55
Signaler
Le 22 février, le m.a.ire était pourtant confiant pour ces entreprises !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.