Iran : les sanctions américaines mettent à mal les entreprises françaises

 |   |  422  mots
(Crédits : Statista)
Les entreprises françaises espèrent que l'Union européenne parviendra à marquer sa différence avec les Etats-Unis pour garantir la mise en oeuvre de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien malgré la décision de Donald Trump de s'en retirer.

En février dernier, Bpifrance avait indiqué que les projets d'exportations françaises vers l'Iran atteignaient près de 1,5 milliard d'euros. La banque publique avait également indiqué avoir pris des dispositions pour accompagner les entreprises françaises en cas de nouvelles sanctions américaines.

Après l'annonce de Donald Trump sur la sortie de l'accord sur le nucléaire iranien, le département du Trésor américain a annoncé que les États-Unis allaient rétablir une large palette de sanctions concernant l'Iran à l'issue de périodes transitoires de 90 à 180 jours.

Le cas des constructeurs automobiles français

Leaders historiques en Iran, les constructeurs automobiles français PSA et Renault figurent parmi les entreprises les plus exposées à l'économie iranienne avec les secteurs du pétrole et de l'aéronautique. Les deux groupes automobiles avaient rapidement signé des accords de production dès 2016 pour revenir en Iran, une fois les dernières sanctions levées, et leur stratégie prévoit toujours une montée en régime de leurs activités sur place.

"Comme l'ensemble des acteurs économiques, nous suivons l'évolution de ce sujet, y compris la position officielle de l'Union européenne sur ce dossier, que nous espérons singulière", a dit mercredi à Reuters un porte-parole de PSA.

"Le groupe PSA rappelle que ses activités automobiles sont totalement conformes à la réglementation internationale", a-t-il ajouté.

Renault n'était pas pour sa part en mesure de faire un commentaire dans l'immédiat.

Un marché iranien historique pour PSA et Renault

Renault, dont l'Iran est devenu le 8e marché mondial, a signé quant à lui en juillet 2017 un nouvel accord pour produire 150.000 véhicules supplémentaires au sein d'une coentreprise, qui doit s'ajouter aux capacités existantes de 200.000 unités dans le pays.

Le groupe au losange a vendu 162.079 véhicules en Iran en 2017 et vise plus de 250.000 ventes à la fin du plan stratégique "Drive the future", vers 2023.

Dans le cadre de son internationalisation, PSA voit un fort potentiel dans le marché automobile iranien. Le groupe a vendu sur place 444.600 véhicules l'an dernier sur un marché qui pourrait, selon Business France, tripler de taille d'ici 2030 à trois millions d'unités par an, dépassant ainsi le marché français.

Les deux constructeurs poursuivent la montée en puissance sur place, avec chez PSA le lancement prochain de la fabrication locale de la nouvelle C3 et chez Renault un accord sur une troisième usine en cours de finalisation.

__

*Crédits photo : une statistique de notre partenaire Statista

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2018 à 20:08 :
Le but de Trump, à travers sa politique de sanctions anti-iranienne, est déjà de couler des entreprises européennes (donc surtout allemandes) . Comme les dirigeants européens adorent se mettre à genoux ... Trump a tout bon ( lui, il défend les entreprises de son pays , pas eux!)
a écrit le 11/05/2018 à 23:43 :
Nos ennemis sont peut-être pas là où on les crois , regarder notre difficile croissance ces 18 dernières années .
a écrit le 11/05/2018 à 21:58 :
L'intervention d’Israël en Syrie est une agression qui doit être condamnée par le monde entier, Si l'Europe ne marque pas sa souveraineté économique et politique par rapport aux USA, autant annoncer sa faiblesse et la dissolution de l'union qui ne sert plus les intérêts de l’Europe.
Réponse de le 11/05/2018 à 22:16 :
L' UE n' a jamais servi les intérêts des européens mais des américains, voilà qui aide à la compréhension du sujet.
https://www.upr.fr/dossiers-de-fond/reunion-secrete-11-juin-1965-departement-etat-americain-union-monetaire-europeenne
a écrit le 11/05/2018 à 13:12 :
Il suffirait pourtant que l'Europe joue la confrontation des blocs et se rapproche de la Chine temporairement . "Nos amis américains" arrêteraient de nous prendre pour leur serpillière en voyant leur hégémonie menaçée. Il faut donc y aller progressivement comme les Chinois avec leur Yuan. Commençons déja par interdire l'exploitation de la donnée IT des européens en dehors de nos frontières sous couvert de sécurité nationale . Copions les chinois pour une fois et soyons flexible sur nos alliances ...
Réponse de le 11/05/2018 à 16:28 :
@aaa 11/5 13:12
Vous évoquez l'Europe qui pourrait jouer la confrontation alors que nous sommes en plein Brexit et les Britanniques qui partent de l'UE, ce n'est pas un mince affaire. On pourrait se demander, à juste titre d'ailleurs, qui sera le prochain.
Cordialement
Réponse de le 12/05/2018 à 18:33 :
@bernadino
Le brexit va mettre en dehors de l'UE un pays qui, dixit Churchill préfère le grand large au continent. Contre les USA , ça fait un poids en moins.
a écrit le 11/05/2018 à 11:04 :
" Sanctions " US contre la Russie, suivies par l'UE en 2014 après l'annexion de la Crimée, coût estimé en 2015 (La Tribune ) : 21 milliards d'euros pour l'UE. Pour la seule année 2016, 900 millions pour la France. Pour l'Iran,difficile de trouver des chiffres, alors que l'impact est important par exemple sur l'industrie automobile française. Les médias cachent les chiffres réels à notre connaissance, car ils provoqueraient de vives protestations contre le suivisme de l'UE d'une politique impériale. Il conviendrait d'ailleurs de se poser des questions d'ordre pathologique sur ce concept de " sanctions " décrétées contre un pays souverain : culpabilité, soumission, infériorité, punition ...
a écrit le 11/05/2018 à 10:50 :
Voyons, enfin, si les intérêts des Etats-Unis ne sont pas menacés directement, comment voulez-vous défendre sérieusement les entreprises européennes ? C'est TRUMP lui-même qui parle de rapport de force . Là on continue à discuter du sexe des anges pendant que les murailles de Constantinople tombent. Une habitude historique, sans doute...
a écrit le 11/05/2018 à 10:26 :
L'Euro es déjà menacé , alors avant de partir en croisade vaudrait bien mieux réfléchir au pire.
a écrit le 10/05/2018 à 20:23 :
Ces entreprises doivent forcer l'usage de l'Euro et laisser de côté le dollar.
Macron qui parle beaucoup et qui donne beaucoup de leçons va t il enfin envoyer du lourd et de l'efficace ?
Tout le monde n'est pas De Gaulle mais beaucoup s'en prévalent !
a écrit le 10/05/2018 à 18:59 :
"Renault n'était pas pour sa part en mesure de faire un commentaire dans l'immédiat".

L'extraterritorialité des lois américaines, en vertu du Foreign Corrupt Practices Act (FCPA) de 1977, permet aux États-Unis de traquer les malversations d'une entreprise partout sur le globe, dès lors que ses transactions transitent par le circuit financier américain.Aujourd’hui, le droit français n’est pas suffisamment équipé pour proposer une réponse adaptée.Les entreprises européennes ont dû payer aux États-Unis un pactole de plus de 40 milliards de dollars (38,5 milliards d’euros) ces dernières années.L’évolution des technologies et la financiarisation de l’économie donnent à Washington les moyens techniques de mener à bien cette offensive. « Il suffit, écrit Me Paul-Albert Iweins, bâtonnier et ancien président du Conseil national des barreaux, qu’une opération contestée ait été libellée en dollars ou qu’un échange de courriels ait transité par un serveur américain pour que la juridiction américaine se reconnaisse compétente.
a écrit le 10/05/2018 à 18:25 :
.......a quand un front commun contre LES diktats des USA ???
a écrit le 10/05/2018 à 12:49 :
Peut-être est-ce un mal nécessaire pour l'Iran rejoigne le groupe des Nations qui sont plutôt pour la sortie du Nucléaire militaire .
a écrit le 10/05/2018 à 12:10 :
Les sanctions américaines étant appliquées par principe de "l’extraterritorialité de la législation américaine", à cause des transactions internationales faites en dollars, ne serait-ce pas le moment de proposer l’euro comme devise internationale à tous les pays n’acceptant pas la dictature du dollar.Il me semble que les BRICS avaient envisagé une solution semblable.....
Réponse de le 10/05/2018 à 18:25 :
.....plus que souhaitable !
a écrit le 10/05/2018 à 11:46 :
Les américains devraient s' occuper de leur propre pays et abandonner toute notion d' ingérence auprès des autres ...

Les instances officielles nous répètent inlassablement que c’est le plein emploi aux Etats-Unis avec un taux de chômage à 3,9%. Le problème, c’est que près de 96 millions d’américains ne sont pas comptabilisés dans ce calcul puisqu’ils ne font plus partie de la population active. (Lisez l’arnaque sur la méthode de calcul du taux de chômage )

https://www.businessbourse.com/2018/05/09/usa-un-taux-de-chomage-au-plus-bas-avec-pres-de-96-millions-damericains-en-dehors-du-marche-du-travail-cqfd/

Pour les européens, il suffit de se découpler de l' UE, propriété US, de l' euro, de l' otan et de recréer d' autres coopérations par un FREXIT libre et assumé ..

https://www.youtube.com/watch?v=Bb8dB7d3Bd
a écrit le 10/05/2018 à 11:35 :
CETTE GUERRE ECONOMIQUE PROUVE A NOUVEAU L INPUISANCE DE LEUROPE ET DE LA FRANCE VIS A VIS DE L AMERIQUE ASSELINAU A RAISON NOUS DEVONS QUITTEZ L EUROPE OU FAIRE VALOIR L EUROS COMME MONNAIE COMMERCIAL INTERNATIONAL.,? ON ATTEND AVEC IMPATIENCE LA REACTION DE BRUXELLE VONT T ILS ROMPRE AVEC LE DOLLARD OU RESTEZ LE VASAL DE L AMERIQUE. DEGAULLE DOIT SE RETOURNE DANS SA TOMBE A VOIR CE QUE SONT DEVENU LES FRANCAIS ?LUI QUI A VIREZ LES AMERICAINS APRES LA GUERRE??? NOUS AURONS LE DESTIN QUE NOUS AVONS MERITE ///ALBERT ENSTEIN///
a écrit le 10/05/2018 à 10:10 :
De ce que j'ai compris, c'est l'embargo total. Une grande majorité des transactions commerciales se faisant en Dollars, il ne faut pas trop se faire d'illusions sur le champ des possibles. Dommage pour les 1.5 Milliards., pour l’Allemagne c’est 3 Milliards par an, l’Italie 1,7 Milliards...
Cela permet de se remémorer l’intérêt de constituer une UE forte et de ne pas se contenter de réunir occasionnellement des représentants d'États courant dans tous les sens. Côté cohésion, ce n'est pas encore ça, finalement l’Europe ne manque pas d’union mais de coordination et d’anticipation.
Malgré les intérêts communs, cigales et fourmis arriveront elles à collaborer ? Un espoir avec le couple Franco-Allemand.
Sinon il faudra attendre que les USA se rendent comptent qu’ils ont aussi beaucoup à perdre économiquement à jouer aux égoïstes. Beaucoup de groupes ayant des participations croisées, cela pénalise tous les investisseurs, Américains autant qu’Européens. Boeing avait aussi remporté des contrats.

Avis d’un expert : https://www.boursorama.com/videos/actualites/nucleaire-iranien-le-retrait-de-trump-est-il-une-catastrophe-9a69bc8ede75df218abcc779a241f1ee
qui fait prendre conscience du fait, qu’en dehors des échanges commerciaux, il existe un risque encore plus grave de déstabilisation de la région.
Un Irak bis ?
https://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20130314trib000754033/6.000-milliards-de-dollars-le-cout-total-de-la-guerre-en-irak.html
a écrit le 10/05/2018 à 9:10 :
Au delà de la réelle question Perse, Trump effectue une OPA hostile sur l'Europe. Nous n'avons pas voulu une vraie Europe (à l'Européenne), alors nous aurons les américains. Il existe encore une fenêtre mais nos autorités auront elles le courage de s'affranchir, un voyage conjoint des trois puissants européens en Iran, en Chine et en Russie serait un préalable.
Réponse de le 10/05/2018 à 10:53 :
L' UE forte, vous plaisantez ?
Au contraire, libérez l' Europe de l' UE par le FREXIT et du même coup des américains qui en sont le véritable propriétaire ...
https://www.youtube.com/watch?v=Bb8dB7d3BdE
Réponse de le 10/05/2018 à 11:56 :
Ce qui frappe avec les partisans du frexit c'est leur admiration sans borne des USA . Un frexit ne servirait que l'intérêt des usa et la France deviendrait une colonie américaine. Ce qui faut c'est le contraire, une UE plus forte .
Réponse de le 11/05/2018 à 22:20 :
@John 11.56 Tu nous la sors bonne ...!
http://u-p-r.wikia.com/wiki/Les_10_raisons_qui_nous_imposent_de_sortir_de_l%E2%80%99Europe
a écrit le 10/05/2018 à 8:46 :
Les USA ont envoyé un ultimatum aux entreprises françaises.....Pauvre Macron il s'est ridiculisé avec Trump....il va aller en Russie en situation de faiblesse....j'imagine la réponse de Poutine s'il s'amuse à vouloir lui donner des leçons? 😎
a écrit le 10/05/2018 à 6:42 :
Qu'est ce que l'opinion des frexistes?
a écrit le 09/05/2018 à 23:38 :
Trump n'est ni plus ni moins qu'un opportuniste qui à visiblement vendu l'amérique aux russes pour parvenir à ses propres fin.

Et nous, européens, nous allons purement et simplement plier à sa volonté pour respecter nos intérêts économiques.

Poutine nous met échec! Reste à voir si on quitte la table ou si on prens les choses en main!
a écrit le 09/05/2018 à 22:14 :
la loi du plus fort ... A l' Ouest rien de nouveau !
a écrit le 09/05/2018 à 21:47 :
Combien de voitures sont-elles vendues par PSA et Renault aux Etats-Unis ? Qu'ils renégocient leurs contrats en Euros et pas en Dollars. N'oubliez pas que les entreprises américaines vendent sur le territoire européen, nous allons voire pendant si l' Europe et notamment la France et l'Allemagne vont se coucher devant Trump.
La France a malheureusement un petit problème avec les équipements électroniques à bord des Rafales, je crois qu'une partie sont sous licence américaine. Et il y a aussi le soutient de l'armée US pour nos opérations extérieures.
Alors, notre ministre des finances peut toujours s'agiter, je crains que Trump s'en fiche comme de sa première faillite.
a écrit le 09/05/2018 à 20:50 :
L'extraterritorialité de la loi américaine est un anachronisme à l'heure où les USA ne pèsent plus que 20% du pib mondial.
Le seul langage que comprend les USA c'est les représailles économiques, il va peut-être falloir s'y mettre, on ne gagne pas si on ne prend pas le risque de perdre.
a écrit le 09/05/2018 à 20:31 :
Hollande faisait le caniche d Obama. macron fera la même chose avec trump. c est la lignée des président faible et soumis. ou est le discours de cancoun de mitterand ? de Gaulle et l expulsion des américains? pour un pays fier et heureux. quel désastre.
a écrit le 09/05/2018 à 17:37 :
Où l'on peut mesurer l'ampleur de la compromission entre politiciens et hommes d'affaires qui n'ont pas hésité à faire des affaires avec un pays qui finance le terrorisme international, parce que DAESH n'aurait jamais pu s'installer dans la région comme il l'a fait sans l'accord de l'Iran.

Trump seul contre tous, heureusement qu'il dispose de la première puissance mondiale, il faut au moins ça pour contrer l'obscurantisme ambiant.
Réponse de le 09/05/2018 à 19:27 :
vous confondez tous daesh a pris appui sur les sunnites en Irak chassé du pouvoir par led chiites et les américains. l Iran est chiite et donc combat daesh. il ne faut pas mélangé. la France soutient led sunnites et macron fait comme Hollande. pda et Renault ne sont pas des hommes d affaires. voir la r12 en Iran du chat
Réponse de le 10/05/2018 à 10:27 :
"voir la r12 en Iran du chat"

Hou là si vous sortez les arguments... :D
Réponse de le 10/05/2018 à 17:02 :
Où l'on peut mesurer l'ampleur de la compromission entre politiciens et hommes d'affaire en occident et de la vassalisation de l'UE face aux USA.
Pour éviter les sanctions financières américaines contres ses firmes internationales, l'UE va plier devant les USA car ce serait beaucoup plus coûteux que ce que rapporterait le maintien en Iran (exemple l'amende record qu'a subit BNP-Paribas notamment car elle avait eu (très peu) des contacts avec l'Iran et Cuba.
L'accord nucléaire a permis de réduire de près de 95 % les réserves d'uranium enrichi en Iran, d'aider les modérés face aux islamistes chiites en Iran et de diminuer les tension au MO. Tout va être compromis plus par le suivisme des européens derrière leur maitre américain. Une réaction d'indépendance de l'UE sur les accord en Iran serait la bienvenue, sachant que Chine et Russie seraient prêts à les poursuivre, le Japon non car il est encore plus vassalisé que l'UE (car pas d'armement nucléaire).
Un premier geste dans cette direction serait la demande de retrait des 35000 militaires américains en Allemagne par Merkel et le lancement de l'Europe de la défense.
Réponse de le 10/05/2018 à 18:43 :
"Une réaction d'indépendance de l'UE sur les accord en Iran serait la bienvenue"

L'UE n'a pas la puissance politique nécessaire à cela, même les iraniens le reconnaissent, les sages l'ont dit sans l'accord des états unis pas de validité.

L'UE paye de plein fouet des politiques économiques et sociales du fait de son fonctionnement oligarchique, dumping social, dumping fiscal, l'UE s'est vautrée dans la compromission et l'incompétence au nom du seul blé et les américains ont 1000 fois de quoi leur mettre la fessée leurs postures médiatiques n'étant que jeux de dupes.

Compter sur l'UE relève réellement d'un manque dramatique de connaissance géostratégique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :