Iran : quelles conséquences auront les nouvelles sanctions américaines ?

 |   |  1659  mots
(Crédits : Carlos Barria)
Le rétablissement des sanctions américaines liées au programme nucléaire iranien est effectif "immédiatement" pour les nouveaux contrats, a affirmé mardi le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, précisant que les entreprises déjà engagées en Iran auraient, elles, quelques mois pour en "sortir".

Article mise en ligne le 9 mai 2018 à 8h26 | Mise à jour  le 9 mai 2018 à 9h15

"J'annonce aujourd'hui que les États-Unis vont se retirer de l'accord nucléaire iranien", a déclaré mardi Donald Trump à la Maison-Blanche.

Il tient ainsi, quinze mois après son arrivée au pouvoir, une promesse de campagne: "démanteler" cet accord emblématique fruit de 21 mois de négociations internationales acharnées pour empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique.

"Aujourd'hui, nous avons la preuve définitive que la promesse iranienne était un mensonge", a-t-il martelé. "Le futur de l'Iran appartient à son peuple" qui mérite un "meilleur" gouvernement, a-t-il aussi estimé, dans une formule qui alimente les spéculations sur la volonté de Washington de faire tomber in fine le régime iranien.

Des sanctions applicables immédiatement

Le Trésor américain a fait savoir que les sanctions concernant les anciens contrats conclus en Iran entreraient en vigueur après une période de transition de 90 à 180 jours, quelques minutes après l'annonce par le président Donald Trump du retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire signé entre Téhéran et les grandes puissances en 2015.

"Il est absolument possible que des sanctions supplémentaires puissent suivre, si nous avons de nouvelles informations", a précisé John Bolton. "Nous voulons mettre le plus de pression économique possible sur l'Iran et leur dénier l'accès aux revenus qu'ils auraient eus" sans retrait américain, a ajouté le conseiller à la sécurité nationale du président Trump.

Concrètement, "la décision signée mardi par le président rétablit immédiatement les sanctions qui existaient à l'époque de l'accord", a-t-il expliqué à la presse après l'annonce de Donald Trump.

"Aucun nouveau contrat n'est autorisé".

Pour les contrats déjà en cours, et notamment pour les entreprises étrangères, souvent européennes, qui ont investi en Iran, la période de transition, de trois à six mois, "est une manière de donner aux sociétés l'occasion de sortir" du pays, a-t-il ajouté.

"Par exemple dans le cas d'achats de pétrole iranien, si c'est un contrat avec des dispositions de long terme", "ils ont six mois, trois mois, ou une autre période entre les deux pour se retirer avant l'entrée en vigueur des sanctions", a détaillé l'ambassadeur Bolton.

Prié de dire s'il s'agissait d'un délai pour poursuivre les négociations diplomatiques sur l'accord de 2015, il a répondu sèchement :

"Nous sommes sortis de l'accord, nous sommes sortis".

En revanche, a-t-il assuré, Donald Trump "est prêt à envisager des discussions sur une solution beaucoup plus large" s'attaquant "à l'attitude néfaste de l'Iran", "nous avons déjà eu des discussions avec nos alliés et on continuera dès demain matin".

L'Allemagne sommée de revoir ses activités en Iran

L'annonce faite par Trump du retrait pur et simple des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien avec un retour de toutes les sanctions traduit une position dure limitant les marges de manoeuvre des Européens qui devraient poursuivre mercredi leurs concertations pour sauver le compromis de 2015.

"Les sanctions allaient viser des secteurs critiques de l'économie de l'Iran. Les entreprises allemandes faisant des affaires en Iran devraient cesser leurs opérations immédiatement", a commenté Richard Grenell, un proche du locataire de la Maison-Blanche et nouvel ambassadeur des États unis à Berlin, sur son compte twitter.

L'Allemagne est l'un des principaux partenaires commerciaux de l'Iran. Selon les statistiques du ministère de l'Économie datant de 2016, les exportations allemandes avaient atteint quelque 2,6 milliards d'euros, en hausse de 26% sur un an.

Avant sa prise de fonction, Richard Grenell avait déjà émis des critiques à l'égard du gouvernement allemand. Il avait notamment estimé que Berlin "aurait dû" se joindre aux États-Unis, à la Grande-Bretagne et à la France lors des frappes contre Damas en avril, après l'emploi supposé d'armes chimiques par le régime de Bachar al-Assad.

La France alliée historique au coté de l'Iran

Pour le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire, il n'est "pas acceptable" que les États-Unis se placent en "gendarme économique de la planète" après la décision de Donald Trump de rétablir les sanctions visant l'Iran. Le ministre a par ailleurs estimé que le retrait américain de l'accord nucléaire était "une erreur" pour la sécurité internationale, mais aussi du point de vue économique, lors d'un entretien accordé à France Culture.

L'accord sur le nucléaire iranien "n'est pas mort" en dépit de sa dénonciation par les Etats-Unis, a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qui a annoncé des contacts prochains des Européens avec la République islamique dans l'espoir de le sauver. Interrogé sur RTL, il a indiqué que le président Emmanuel Macron devait avoir un entretien avec son homologue iranien Hassan Rohani dans l'après-midi et que les chefs de la diplomatie de France, d'Allemagne et du Royaume-Uni rencontreraient lundi des représentants iraniens.

"Nous voulons rester dans cet accord, faire en sorte aussi que l'Iran y reste, que l'Iran fasse preuve de retenue", a ajouté le ministre.

"Il faut que les Iraniens poursuivent cette détermination à rester dans l'accord en échange d'avantages économiques que les Européens vont essayer de préserver [...] C'est l'intérêt de l'Iran".

Sur ce dernier point, Jean-Yves Le Drian a indiqué que le gouvernement réunirait "dans les jours qui viennent", les entreprises françaises qui ont signé des contrats avec l'Iran "pour essayer au maximum de les préserver" des sanctions que les Etats-Unis vont rétablir.

Le Parti socialiste a dénoncé mercredi cette "décision unilatérale" de retirer les États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, que la France doit désormais tenter de "garantir" avec ses partenaires européens plutôt que de "s'essayer à une diplomatie de la séduction".

"En annonçant sa décision de dénonciation par les États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, le président Trump prend une responsabilité historique" et démontre que "les États-Unis n'assument plus aujourd'hui le rôle d'une puissance utile aux grandes affaires du monde", a déploré le PS dans un communiqué.

"Le monde sera désormais moins sûr et la déstabilisation de la région plus grande encore", juge le parti, qui "dénonce cette décision unilatérale".

Il rappelle que l'accord iranien était "intervenu après de longues et difficiles négociations", qu'"il fixe un cadre robuste, notamment à travers un régime d'inspections internationales", et que "la France avait pris toute sa part dans ces négociations, en particulier à travers l'implication personnelle de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères de François Hollande, pour aboutir à l'accord de Genève".

"Dans ce monde nouveau et dangereux où l'essentiel est en jeu, plutôt que de s'essayer à une 'diplomatie de la séduction' dont rien à ce jour n'a prouvé l'efficacité sur l'accord iranien - ni sur le commerce international ou sur le respect de l'accord de Paris sur le climat - il est urgent de rechercher avec nos partenaires européens à garantir l'application de cet accord avant que l'escalade et la surenchère ne l'emportent sur la raison", plaide le Parti socialiste.

Trump accusé de "guerre psychologique"

Le président iranien Hassan Rohani, qui s'était beaucoup investi dans cet accord, a immédiatement accusé son homologue américain de pratiquer "une guerre psychologique", alors que la décision fracassante de Washington, dénoncée par tous les autres signataires, fait craindre une nouvelle montée des tensions au Moyen-Orient.

C'est "une grave erreur", a aussi réagi l'ex-président démocrate Barack Obama, sortant de sa réserve avec un ton particulièrement ferme pour défendre le texte conclu sous son administration.

"La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni regrettent la décision américaine", a déclaré sur Twitter Emmanuel Macron.

Dans un communiqué commun, le président français, la chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre britannique Theresa May, qui s'étaient tous trois investis en vain pour tenter de convaincre Donald Trump de rester dans l'accord, se sont dits "déterminés à assurer la mise en oeuvre" de ce texte en "maintenant les bénéfices économiques" au profit de la population iranienne.

Malgré le retrait américain, Emmanuel Macron, qui s'était rendu à Washington fin avril, a relancé mardi son initiative visant à travailler "collectivement" à un accord "plus large" couvrant "l'activité nucléaire, la période après 2025, les missiles balistiques et la stabilité au Moyen-Orient".

Les autres signataires de l'accord avaient défendu jusqu'au bout ce compromis qu'ils jugent "historique", soulignant que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a régulièrement certifié le respect par Téhéran des termes du texte censé garantir le caractère non militaire de son programme nucléaire. En janvier, l'ancien magnat de l'immobilier avait lancé un ultimatum aux Européens, leur donnant jusqu'au 12 mai pour "durcir" sur plusieurs points l'accord qu'il voue aux gémonies.

Moscou a aussi fait part de sa "profonde déception" et de son "extrême inquiétude". Dans la région, la Turquie a dit craindre "de nouveaux conflits" tandis que la Syrie a "condamné avec force" l'annonce du retrait des États-Unis de l'accord, affirmant sa "totale solidarité" avec Téhéran.

En revanche, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, plus ferme soutien de Donald Trump sur ce dossier, a soutenu "totalement" cette décision "courageuse", tout comme le royaume sunnite d'Arabie saoudite, grand rival régional de l'Iran chiite. L'annonce américaine était très attendue au Moyen-Orient, mais aussi de l'autre côté de planète, en Corée du Nord, à l'approche du sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un sur la dénucléarisation de la péninsule.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2018 à 19:26 :
Les USA sont forts , parce que nous sommes faibles. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale l'Allemagne est occupée par les USA.
L'Europe n'est pas alliée des USA, mais vassale !
Il ne tient qu'à nous de nous libérer de nos chaines en commençant par ne plus accepter le droit extraterritorial américain et... en quittant l'Otan, exiger des USA qu'ils quittent leurs bases militaires en Europe. L'Otan est le bras armé des USA qui entraine l'Europe vers des conflits qui ne la concerne pas
Qui va rompre ses chaines le premier ?........................
a écrit le 10/05/2018 à 12:58 :
Si les médiats traitaient les informations correctement ils devraient aussi poser la question qu'elles conséquences nous courront dans l'avenir avec un tel accord basé simplement sur un gel temporaire de ces projets militaires nucléaires .
a écrit le 10/05/2018 à 12:04 :
Elle est vraiment belle cette photo, chapeau pour le choix des photographies bien souvent ici, je l'ai déjà dis et je le redirais parce que c'est important. Un petit rien qui peut tout changer...
a écrit le 10/05/2018 à 11:24 :
On se demande quelle mouche a piqué le Sieur " Trump "
Qu'en pensent les U.S.A. ? Drôle de Président du genre va-t-guerre qui risque de remettre en cause les plus proches alliés des U.S.A.
a écrit le 09/05/2018 à 22:16 :
Y a pas 36 réponses possible, c'est envoyer les USA se faire cuire un oeufs et monter avec les Iraniens des accords en Euro ou en Yuan point.

En tous cas ni la France ni n'importe qu'elle autre paye ne doit supporter cette ingénrence US dans ses affaires étrangères.

Les USA sont en plein isolationnisme alors qu'ils coulent tout seul. Ils feront la guerre à tout le monde mais à la fin ils perdront... à cause du manque de sens de leur politique nombriliste et odieuse
a écrit le 09/05/2018 à 21:33 :
les conséquences:
ça va ralentir «  l’Europe » ( l’Allemagne)
améliorer la vente du pétrole de l’Arabie Saoudite
bloquer l’évolution économique de l’Iran et des pays émergeants.
rendre le dollar plus puissants
a écrit le 09/05/2018 à 19:42 :
La position des modérés en Iran est assez précaire et le succès électoral de Rohani pour la seconde fois a été fortement liée à l'espoir pour les iraniens de voir l'économie redémarrer et la société en bénéficier pour évoluer vers plus de souplesse.

En retoquant sèchement l'accord et en rétablissant les sanctions économiques, Trump est en train d’anéantir 15 années de libéralisation et de normalisation et de repousser les iraniens dans les bras des intégristes.
Il fait le lit la prochaine guerre au moyen orient. Quand on connaît les succès des autres guerres dans la région, ça peut inquiéter. Et que Trump ne s'imagine pas que les USA pourront en rester éloigné.

C'est quand même énervant que 12 années de négociations ayant débouché sur un accord signé unanimement par toutes les parties concernées puisse être remis en cause en quelques heures par un seul énergumène incapable de localiser l'Iran sur une carte.

Finalement la politique de Trump valide celle de Kim jung Un, des israéliens ou des pakistanais. Le seul moyen pour que les EU vous foutent la paix est d'acquérir l'arme nucléaire.

Et l'exemple de leur voisin irakien prouve que ne pas avoir d'armes de destruction massive ne vous met pas à l'abri d'une guerre d'invasion alors qu'utiliser des armes chimiques sur les civils n'est pas un vrai problème aux yeux de Trump.
a écrit le 09/05/2018 à 18:34 :
Pour ceux qui pensaient que nos petits pays européens étaient pour les administrations américaine autre chose que des petits toutous qui doivent marcher droit, les pendules ont été remis à l'heure.
a écrit le 09/05/2018 à 18:13 :
Nos dirigeants vont se coucher une nouvelle fois devant ce coup de force des Etats-Unis qui appliquent leur droit de manière extra-territoriale. Par exemple, où était le Président HOLLANDE quand BNP Paribas s'est vu demander une amende à hauteurs de milliards de dollars ? Lui qui vient d'être si prompt à déclarer que le Président TRUMP avait insulté la France au sujet du Bataclan, là on ne l'entend plus : c'est curieux ! Mais les autres, c'est pareil...
Réponse de le 09/05/2018 à 19:11 :
Plutôt d'accord sur le constat de faiblesse de nos dirigeants mais côté européen la colère commence à monter et je pense que ça va changer. Cela dit la colère aurait du monter beaucoup plus tôt.
a écrit le 09/05/2018 à 17:15 :
Le souci est que l'économie mondiale dépend des états unis.
Et si les états unis persistent en sanctionnant les pays européens à faire du commerce avec l'iran
Elle risque gros.
Et perso l'europe n'as ni les moyens financiers ni militairement de faire une contre-attaque contre les états unis


Sauf si l'europe se dirige vers la Russie et la chine là les états unis n'auront plus de poids économique et cela changerai la donne pour l'Europe....
Réponse de le 09/05/2018 à 19:08 :
Totalement d'accord la puissance américaine ne tient qu'au bon vouloir des européens, si on se tourne vers la Chine et la Russie , on trouvera des alliés plus fiables.
a écrit le 09/05/2018 à 16:53 :
La visite de charme diplomatique de notre estimé Président a décidément été couronnée de succès... Le voile de la communication sur le thème des alliés se déchire pour montrer la vassalité de toute l'europe...
a écrit le 09/05/2018 à 16:36 :
Pour exporter en Iran sans risquer de tomber sous la coupe des lois parfaitement scandaleuses étasuniennes régissant toute transaction en USD, il ne faut accepter que des paiements en euros ou via un mécanisme de compensation en pétrole.
Source : fr.reuters.com, "L'Iran passe du dollar à l'euro pour ses échanges internationaux.", 18 avril 2018
a écrit le 09/05/2018 à 15:40 :
IRAN Vs USA un axe de cette nouvelle Guerre Economique. Les US sortent donc de cet accord qui était déjà un peu asphyxié depuis 2015, cela , à cause de l'extra-territorialité des lois US . Comme l’écrit l’analyste @bernard_jomard, il faut noter, qu'en 4 Mois le prix du pétrole a augmenté de 27%, alors que les USA sont devenus exportateur net de gaz pour la 1e fois en 60 ans. Les Perdants de la fin du deal avec l’Iran, sont bien sur les importateurs d'énergie, La Chine , l'Europe et ses entreprises ,Airbus (10% des composants viennent des US) Peugeot, Renault et Total présents eux en Iran. Et les Gagnants sont, les USA, qui affaibli l’Europe gros fournisseur de l'Iran, autre gagnant, l'Arabie Saoudite et les autres producteurs de gaz et pétrole, dont l’ami Russie, lire la suite sur : http://bernard-jomard.com/2016/12/05/comprendre-la-guerre-economique/
a écrit le 09/05/2018 à 15:38 :
On peut espérer que l'UE ne cédera pas et continuera à commercer avec l'Iran. L'UE devrait même suspendre l'embargo avec la Russie et rétablir des relations commerciales solides.
Réponse de le 09/05/2018 à 15:59 :
Entièrement d'accord, les sanctions contre la Russie sont une décision influencée par les usa, puisqu'en retour les usa n'écoute pas l'europe, il serait logique de faire marche arrière.
a écrit le 09/05/2018 à 15:28 :
Donc Airbus ne peut plus vendre d'avions à l'Iran parce que cela déplait à Trump ? Ça sert à quoi l’Europe si on est aux ordres des ricains ?
a écrit le 09/05/2018 à 10:11 :
Européen convaincu, je pense qu'il est dans l'intérêt de tous que la France quitte cette organisation non démocratique où la puissance française est exploitée par des micro-pays parasites. Notre modèle social est incompatible avec le dumping fiscal imposé par des pays qui profitent et resteront sous la protection de l'OTAN, donc des Etats-Unis.
Raillé à travers l'Europe, le Français serait davantage porté par un projet national plutôt que continental où l'essentiel des pays de l'Est ne partagent pas nos valeurs démocratiques, où l'Allemagne (prosélyte?) impose systématiquement ses points de vue à Bruxelles.
C'est peut-être en tant que vendéen que je ne supporte plus d'être exploité sans être écouté; mieux vaut se battre que vivre à genou.
a écrit le 09/05/2018 à 9:33 :
Les USA vont encore nuire aux intérêts économiques européens et vont en plus nous refaire le coup des amendes à cause d'une décision unilatérale. Les USA ont des "preuves", comme les armes de destructions massives en Irak?
L'Europe doit préparer des mesures de représailles économiques et être préparée à répliquer en cas d'amende à une entreprise européenne. Les USA désignent avec qui on a le droit de faire des affaires ou pas , c'est juste inacceptable.
Quand les européens comprendront-ils que les USA ne sont pas un bon allié?
a écrit le 09/05/2018 à 9:06 :
"Les entreprises allemandes faisant des affaires en Iran devraient cesser leurs opérations immédiatement"

Tiens on ne l'entend plus ni ne la voit Merkel en ce moment !? :D

Ils sont où nos minables politiciens européens hein à qui on est en train de leur mettre leurs déchets sous le nez ?

Vite un frexit
Réponse de le 09/05/2018 à 13:48 :
Hein, quoi ?
Réponse de le 10/05/2018 à 11:09 :
soit vous virez le trollage soit vous prenez ma réponse soit vous virez tout on ne peut pas dire que je ne sois pas accommodant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :