Japon : le Comité olympique balaie les accusations de corruption

 |   |  450  mots
(Crédits : Reuters)
Le président du Comité olympique (CO) japonais a été mis en examen en France le 10 décembre dernier pour corruption active dans le cadre de l’attribution des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, a annoncé vendredi le parquet national financier (PNF). Il a nié mardi être impliqué dans les versements suspects d'argent.

Tsunekazu Takeda, président du Comité olympique japonais, a nié mardi devant la presse être impliqué dans les versements suspects d'argent effectués en 2013 pour l'obtention des JO de Tokyo en 2020, pour lesquels il a été mis en examen en France il y a un mois par le juge Renaud Van Ruymbeke.

En quelque 7 minutes, M. Takeda, a lu une déclaration dans laquelle il a assuré "être innocent" et vouloir le "démontrer à la justice française en coopérant pleinement à l'enquête en cours". Refusant de répondre aux questions, il a réfuté "être inculpé" selon l'acception japonaise, jouant sur les subtilités de traduction des termes juridiques français et japonais.

Une procédure judiciaire différente au Japon

Le stade de la mise en examen au Japon signifie nécessairement un renvoi devant le tribunal, ce qui n'est pas le cas en France où il peut encore y avoir un non-lieu, d'où le fait que M. Takeda rejette l'expression d'inculpation en japonais. Il a n'a du coup pas même évoqué le fait qu'il soit lui-même suspecté de "corruption active".

M. Takeda, 71 ans, dont les déboires judiciaires posent désormais la question de son maintien au sein du Comité international olympique (CIO), est soupçonné d'avoir autorisé deux versements suspects pour un total de 2,8 millions de dollars singapouriens (1,8 million d'euros) en 2013 pendant la campagne de candidature japonaise. En septembre 2013 à Buenos Aires, Tokyo avait décroché ses jeux par 60 voix contre 36 pour Istanbul.

L'information judiciaire française, ouverte en mai 2016, s'est intéressée aux deux paiements, effectués au profit de la société Black Tidings, à Singapour, sous le libellé "Tokyo 2020 Olympic Game Bid" en provenance d'un compte d'une banque japonaise.

"Je n'ai pas directement été impliqué dans le contrat avec Black Tidings", a assuré M. Takeda mardi.

Black Tidings était gérée par un consultant proche de Papa Massata Diack, personnage central de plusieurs affaires de corruption au sommet du sport mondial.

Se retranchant derrière les conclusions de l'enquête d'un panel de trois juristes désigné par le Comité olympique japonais en 2016, M. Takeda a répété lundi que la somme suspecte correspondait à des "rémunérations légitimes d'un consultant".

Selon lui, personne ne savait que Black Tidings était liée à Papa Massata Diack, dit "PMD".

Ancien puissant consultant marketing de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), présidée de 1999 à 2015 par son père Lamine Diack, lui-même membre influent du CIO, Papa Massata Diack est soupçonné d'avoir touché plusieurs millions d'euros de pots-de-vin sur des contrats de sponsoring ou pour favoriser les candidatures de Rio et de Tokyo aux JO de 2016 et 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2019 à 9:43 :
Réponse du berger à la bergère.
Goshn/Renault /France vs Takeda/Nissan/Japon.
Pour jouer il faut être 2 (au moins).
Nissan veut gagner...mais désormais une épine sous la forme de malversations entache la probité du Japon et jette une ombre sur les JO. Nissan est il plus important que l'image du Japon ? A suivre.
a écrit le 15/01/2019 à 13:26 :
Et les J.O. de Paris ?! combien leurs organisateurs vont se mettre dans les poches à l'occasion de cette coûteuse et polluante exhibition de sportifs dopés...
a écrit le 15/01/2019 à 11:14 :
Si personne n'est poursuivi,
et, Si Tokyo 2020 aura lieu comme s'il n'y avait pas de problème,
La corruption sera répétée sous le nom de "frais de consultant".

"Money Olympics" ou "Bribery Olympics" doivent se terminer par une pénalité telle que l'annulation de Tokyo 2020.

Les médias japonais du "club de la presse" ont ignoré ce problème de corruption jusqu'à récemment.
Avec la plus grande agence de publicité japonaise "Dentsu", ils ont créé une atmosphère sociale qui ne peut critiquer les Jeux olympiques de Tokyo.
Ils veulent protéger Takeda, le Comité olympique japonais et les entreprises olympiques.

En plus de ce problème,
A partir du stade de l'activité d'invitation,
Tokyo 2020 était couvert de mensonges.
Par exemple,
"des Jeux Olympiques compacts et peu coûteux"
"les fuites de radiations dues aux accidents nucléaires sont contrôlées"
"L'été au Japon est le climat idéal pour les athlètes olympiques".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :